Mahite Breton

  • « Déposer ma langue sur un crochet, crier enfin : "je suis rentrée à la maison!" » scande le numéro hivernal de la revue Moebius. « Le crochet c'est naturel pour le manteau, ça lui va. Tandis que la langue... Encore faut-il pouvoir séparer son muscle le plus puissant du corps, la couper cette langue bien pendue, muer le secret des portes closes en parure. À quelle nudité, pure ou honteuse, nous oblige le silence ? [...] » (liminaire, extrait) En poésie, lisez Laurence Gagné, Martin Hervé, Marise Belletête, et Anthony Lacroix. En fiction, lisez Kaliane Ung, Louis-Philippe Labelle, Mahité Breton, Francis Paradis, Mathieu Villeneuve et Diane-Ischa Ross. Voyez à travers « les yeux fertiles » de Guylaine Massoutre et Martina Chumova. Aussi, « Penser la création avec Stéphane Martelly » avec Stéphane Martelly, Catherine Mavrikakis écrit une « Lettre à Forest », Lucile de Pesloüan est l'écrivaine en résidence et Julie Delporte l'artiste ayant reçu la mission d'illustrer les numéros de l'an 2019.

  • « Les corps qui dansent sont toujours les corps de ma nuit », cent-soixante-troisième numéro de la revue Moebius a été dirigé par Nicholas Dawson et Gabrielle Giasson-Dulude. Les textes qui composent ce numéro exposent la fragilité avec courage. Il est question de tension entre jours et nuits, d'une expérience, d'une mémoire du corps, des corps comme si nous en habitions plusieurs. Lisez la prose de Mélodie Nelson (Reste cette nuit), Jennifer Bélanger (Sur la pointe des pieds) Justina Uribe (On ira danser), Frédérique Lamoureux (L'épiderme), Mahité Breton (Cadence), Alex Thibodeau (L'oeil), Cato Fortin (Ladies night parade) et la poésie d'Alizée Goulet, Michelle Dubois, Clémence Gachot-Coniglio, et Zéa Beaulieu-April. Lucile de Pesloüan termine sa résidence d'écrivaine, Julie Delporte signe sa dernière couverture, Mariève Maréchale, une « Lettre à Bouraoui » et Karianne Trudeau Beaunoyer fait ses adieux à Moebius.

empty