Mamoudou Gazibo

  • Comment comprendre l'Afrique et ses principaux enjeux politiques contemporains ? A partir de quelles grilles d'analyse et avec quelles approches travaillent les Africanistes ? Comment se situent ces derniers par rapport aux analyses générales en science politique ? Quelles sont les pistes de réflexion nouvelles qui ressortent de ces débats ? Voilà les principales questions transversales aux textes présentés dans ce livre qui propose un état des lieux des travaux sur le politique en Afrique en les arrimant aux théories et concepts de la science politique, avec des bibliographies sélectives. Vingt ans après Les Afriques Politiques, des spécialistes de l'Afrique passent en revue les enjeux contemporains et les problématiques dominantes du continent : l'État, l'autoritarisme, la démocratisation, les identités, les mobilisations et modes de participation politiques, la société civile, l'administration, les politiques publiques, les relations internationales, le développement... Loin de receler des réalités irréductibles qui échapperaient à la compréhension et à l'analyse de la science politique, l'Afrique offre aussi bien des terrains propices à l'analyse d'objets classiques de la science politique que des terrains d'observation sur des enjeux uniques et féconds. Plus encore, l'étude des terrains africains peut permettre de développer de nouveaux questionnements, de saisir de nouveaux objets et de produire des connaissances non seulement utiles aux chercheurs d'autres aires géographiques, mais aussi à ceux de la science politique en général.

  • Pourquoi certains pays réussissent-ils à passer d'un régime autoritaire à un régime démocratique, alors que d'autres, pourtant presque semblables sur le plan contextuel, n'y parviennent pas ? En examinant le cas de deux pays de l'Afrique subsaharienne, le Bénin et le Niger, et en comparant leur trajectoire au cours d'une période de démocratisation (de 1989 à 1999), l'auteur explique pourquoi l'expérience a évolué, au Bénin, dans le sens de la consolidation, alors qu'au Niger, deux coups d'État sont venus interrompre le processus.
    Les héritages des anciens régimes, les formules institutionnelles et les stratégies des acteurs apparaissent comme les facteurs principaux qui limitent ou facilitent la transition et la consolidation démocratiques. L'analyse de ces facteurs met à jour des variables discriminantes de la démocratisation qui sont applicables à de nombreux pays dans le monde.
    À la fois étude binaire et application de l'approche institutionnelle, cet ouvrage s'adresse tout autant aux comparatistes, aux africanistes qu'aux chercheurs et étudiants en science politique.
    Mamoudou Gazibo est professeur adjoint au Département de science politique de l'Université de Montréal. Il est coauteur de La politique comparée. Fondements, enjeux et approches théoriques (Presses de l'Université de Montréal, 2004).

  • Les disparités entre les 53 pays du continent africain sont telles qu´il paraît bien difficile, à première vue, de comprendre les grandes questions politiques sans tomber dans les généralisations abusives et les idées reçues. Le professeur Mamoudou Gazibo réussit pourtant à présenter les grands enjeux de l´Afrique depuis les années d´indépendance, en privilégiant une approche transversale qui tient compte tout à la fois de la diversité et des questions communes. Dans un souci pédagogique exemplaire, cet ouvrage aborde tour à tour la nature de l´État, l´autoritarisme, les déterminants des conflits, les processus de démocratisation, les tentatives de développement, les politiques d´intégration et la construction de l´Union africaine. Dans cette deuxième édition, l´intégration fait l´objet de deux chapitres (politique et économique) et un nouveau chapitre est consacré aux défis posés à la relation traditionnelle de l´Afrique avec l´Occident au regard de l´intérêt croissant que lui témoigne la Chine.
    Mamoudou Gazibo est professeur agrégé au Département de science politique de l´Université de Montréal. Il est coauteur, avec Jane Jenson, de La politique comparée : fondements, enjeux et approches théoriques (PUM, 2004) ; auteur de Paradoxes de la démocratisation en Afrique : analyse institutionnelle et stratégique (PUM, 2005) ; et directeur, avec Céline Thiriot, de l´ouvrage collectif Le politique en Afrique : état des débats et pistes de recherches (Karthala, 2009).

  • Phénomène ancien et objet de controverses dès les années 1970, la migration a surtout été appréhendée sous l'angle des flux Sud-Nord. Au cours de la décennie 2010-2020, la situation créée par les flux de « réfugiés syriens» a été particulièrement médiatisée. Elle a été présentée pour l'essentiel sous l'angle de la menace existentielle qu'elle est supposée représenter pour les sociétés d'accueil, que ce soit pour leur l'identité, leur sécurité, leur marché du travail ou leur système de protection sociale. Or, cette lecture est réductrice à plus d'un titre, car les migrations se présentent comme des configurations complexes et multiples dans l'espace et dans le temps. En effet, elles sont aussi influencées par des contextes internes, des innovations sociales et des contextes régionaux et internationaux.

    Migration et gouvernance en Afrique et ailleurs innove en adoptant une approche transnationale orientée vers les processus de mobilité, les interconnections entre les lieux de circulation ainsi que les changements induits de part et d'autre. En choisissant par ailleurs de mettre l'accent sur les aspects politiques de la migration, les auteurs du présent ouvrage mettent en lumière, dans une perspective comparée, ses ressorts et ses formes, ses modes de gouvernance institutionnelle ainsi que le vécu des migrants. Ce livre s'adresse aux spécialistes des questions migratoires tout comme aux étudiants, aux praticiens et aux décideurs politiques.

    Samadia Sadouni est maîtresse de conférences à Sciences Po Lyon et membre du laboratoire TRIANGLE (UMR 5206). Spécialisée en sociologie politique de l'international, elle travaille sur les migrations internationales, le transnationalisme religieux, le rôle des acteurs religieux dans les relations internationales et notamment dans l'action climatique.

    Mamoudou Gazibo est professeur titulaire au Département de science politique de l'Université de Montréal. Il est spécialisé en politique comparée et ses recherches portent notamment sur la démocratisation, la gouvernance, le développement et la coopération internationale.

    Avec la collaboration de Jean-Roger Abessolo Nguema, Olga V. Alexeeva, Sylvie Bredeloup, Alistair Cole, Mamadou Dimé, Mamoudou Gazibo, Olivia Legrip-Randriambelo, Lorena Núñez Carrasco, Rim Otmani, Samadia Sadouni.

  • Pourquoi le néopatrimonialisme est-il si fréquemment utilisé pour caractériser les systèmes politiques Africains ? Les pratiques auxquelles renvoie cette notion, qu´il s´agisse du clientélisme, de la corruption ou de la privatisation de l´État, sont pourtant présentes dans la plupart des pays, qu´ils soient ou non Africains. Afin de répondre à ce paradoxe, L´État néopatrimonial propose une exploration théorique et comparative de la diversité des trajectoires et usages contemporains du concept. À partir d´une discussion des références initiales de Max Weber au patrimonialisme, les différentes contributions abordent le néopatrimonialisme dans ses rapports avec l´analyse de la démocratisation, des relations internationales, de la sociologie des conflits et de l´économie du développement. L´ouvrage renouvelle les débats sur le néopatrimonialisme en Afrique, tout en les élargissant également à l´Asie, l´Europe et l´Amérique latine à travers des études de cas.

empty