Editions L'Harmattan

  • S'il semble acquis que Bruxelles, comme Washington, est le lieu d'action privilégié du « lobbying européen », consistant pour des acteurs privés à infléchir les décisions publiques perçues comme sous influence, la théorie critique du lobbying entend réfuter ce lieu commun. Mobilisant une sociologie des groupes d'intérêts, cette enquête montre que l'identité promue par une organisation professionnelle résulte de plusieurs logiques : autant de luttes internes évolutives que d'actions qui en font des vecteurs de la Polity européenne oeuvrant aux décisions et projets européens.

empty