Maurice Périsset

  • Il avait enfin trouvé un havre de paix et de solitude : Sauveterre. Des pièces à n'en plus finir, une cascade flamboyante, un étang enchâssé dans la forêt. C'était vraiment une propriété de rêve. Il n'y avait qu'un hic. Sauveterre était hanté. Et pas qu'un peu.

  • 1922-1959. Fulgurantes entre ces deux dates, comme une lueur d'orage, une vie et une carrière hors du commun, où tout fut harmonie, chaleur humaine, intelligence. Les années passent, au fil desquelles nul autre comédien, brillant ou génial, n'est jamais parvenu à susciter cette ferveur, cet enthousiasme, ce délire qui déferlaient à l'apparition de Gérard Philipe, aussi bien en Avignon, quand sa silhouette se détachait des murs chauds du palais des Papes, que sur les écrans des cinémas où, dans le monde entier, il était l'incarnation du plus parfait héros moderne. D'un côté, dense et lisse, une vie d'homme riche de tout ce qui lui donne un sens, de tout ce qui en fait la dignité ; de l'au-jour. des reflets sur une toile blanche que le temps magnifie jour après Un trait de lumière : une vie de trente-sept ans.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un petit village d'Ardèche, aride et brûlé de soleil, où s'installe une colonie d'artistes. Jacques est un adolescent mal dans sa peau, écorché vif, élevé par deux vieilles demoiselles sans âge, pour qui convention est synonyme de vertu, voulant préserver Jacques d'un passé qui a marqué leur propre vie, jusqu'à faire d'elles deux vieilles filles desséchées et solitaires. Entourant Jacques d'un cocon, elles l'enferment un peu plus dans sa solitude et son désarroi ; il a besoin de chaleur humaine, mais ne sait pas la susciter ; il a besoin d'aimer, mais ne sait ni aimer, ni se faire aimer. Le pittoresque des artistes l'attire, mais ils l'accueillent sans le comprendre. Accepté, puis rejeté, peut-être à cause de sa maladresse agressive, il se découvre sans cesse différent des autres, prisonnier d'une solitude qui le broie. Jusqu'au jour où... Annie, simple, fraîche, havre de paix dans un univers tourmenté, brise la solitude de Jacques. Hélas, tout bascule quand il apprend comment son père, exploitant d'une ferme en Algérie, est mort. Le voilà plus seul encore, cerné par le doute, obsédé par les circonstances de cette mort. Que sait-il vraiment de cet homme ? Jacques, malgré lui, va s'identifier à ce père. Mais Annie ? Que va devenir cet amour qui tourne désormais à vide, comme un moulin privé d'eau ?

  • Un petit village d'Ardèche, aride et brûlé de soleil, où s'installe une colonie d'artistes. Jacques est un adolescent mal dans sa peau, écorché vif, élevé par deux vieilles demoiselles sans âge, pour qui convention est synonyme de vertu, voulant préserver Jacques d'un passé qui a marqué leur propre vie, jusqu'à faire d'elles deux vieilles filles desséchées et solitaires. Entourant Jacques d'un cocon, elles l'enferment un peu plus dans sa solitude et son désarroi ; il a besoin de chaleur humaine, mais ne sait pas la susciter ; il a besoin d'aimer, mais ne sait ni aimer, ni se faire aimer. Le pittoresque des artistes l'attire, mais ils l'accueillent sans le comprendre. Accepté, puis rejeté, peut-être à cause de sa maladresse agressive, il se découvre sans cesse différent des autres, prisonnier d'une solitude qui le broie. Jusqu'au jour où... Annie, simple, fraîche, havre de paix dans un univers tourmenté, brise la solitude de Jacques. Hélas, tout bascule quand il apprend comment son père, exploitant d'une ferme en Algérie, est mort. Le voilà plus seul encore, cerné par le doute, obsédé par les circonstances de cette mort. Que sait-il vraiment de cet homme ? Jacques, malgré lui, va s'identifier à ce père. Mais Annie ? Que va devenir cet amour qui tourne désormais à vide, comme un moulin privé d'eau ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • À la vue de cet animal étrange, échoué sur les briques rouges, un grand silence s'était fait dans la basse-cour. - Quelle est cette bête qui ne bouge pas ? demanda Canette en chaussant ses lunettes. Ne me dis pas, Canet, que ma vue baisse, je n'en ai jamais vu de pareille ! - Moi non plus, avoua Canet en s'avançant avec prudence. - Venez voir ! Venez voir ! criaient les petites pintades. Un énorme animal brillant !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un village d'Ardèche, où rien ne se passe. Il y a là Lucie Mazenod, l'institutrice jeune, jolie et frêle, qu'aime - sans le lui dire - le solide et timide Julien ; Sébastien, un gamin naïf et sournois, un vieil hôtelier malade, et puis Félicia Bourret, horriblement défigurée par le feu quelque vingt ans plus tôt et qui, aveugle, vit dans une ferme isolée avec Maria, sa jeune servante. Un soir d'hiver, Félicia Bourret recoit la visite d'un étranger vêtu d'une longue cape noire. Dans la nuit, elle fait appeler le curé du village. Elle se dit très malade et se propose d'offrir à l'Église une statue de bois précieux représentant un ange foulant aux pieds des serpents et des crapauds. Le curé accepte et la statue est installée sur un autel, le dimanche suivant, au cours d'une cérémonie solennelle. Aussitôt après, le village est envahi par un brouillard impénétrable et Lucie, Félicia, Julien, Sébastien Maria et le vieil hôtelier vont vivre désormais une existence pleine d'événements incompréhensibles, d'effroi, de terreur et de sang, comme si, d'un seul coup, ils étaient régis par une force à laquelle ils ne pourraient s'opposer. Satan joue à un jeu qui le passionne, même s'il en connaît d'avance l'issue : n'a-t-il pas signé un pacte avec Félicia Bourret ? De ce monde insolite, plein de pièges et de visions étranges, où le macabre côtoie l'innocence, où le fantastique prend parfois un redoutable aspect quotidien, Maurice Périsset a tiré un curieux et obsédant roman, que l'on ne peut lâcher avant d'en avoir terminé la lecture.

  • Un homme et une femme de quarante ans, Olivier et Catherine, ont restauré de leurs mains une ferme du Haut-Var ; ils y vivent une vie sans histoire. À un amour tranquille, a succédé une espèce d'affection routinière faite de petits renoncements, de petites concessions, de petites compromissions : l'habitude est devenue vertu. Seule source de liberté et de joie, dans cette vie de couple désormais sans surprise, leurs deux enfants : Gilles, seize ans et Sophie, sept ans. Mais quels points communs ont-ils avec ce Gilles, intransigeant et réticent, en qui ils se reconnaissent sans se retrouver cependant ? Et que peut leur apporter Sophie, têtue, trop jeune, et venue peut-être trop tard ? Ils iraient, l'un et l'autre, vers une vieillesse monotone, si des grains de sable n'enrayaient soudain le mécanisme inexorable de leur désunion : l'irruption de Guillaume, un ancien compagnon d'Olivier, avec qui il a combattu en Algérie, la découverte faite par Catherine de certaines lettres compromettantes pour son mari. Et si Olivier n'était pas cet homme fort, invulnérable et intransigeant, qu'adolescente elle admirait plus qu'elle n'aimait ? Le doute s'installe : quelle a été, exactement, la conduite d'Olivier quand il « pacifiait » les Aurès ? Le destin va répondre à sa place en brouillant les pistes.

  • Saint-Tropez, le soleil, la mer, les plaisirs ; un milieu fascinant et mal connu, celui du cinéma et du music-hall, servent de cadre à ce roman où s'affrontent des personnages singuliers et attachants : Julien, l'étrange, l'irrésistible que l'on aime, que l'on désire et que torture une sourde passion ; le metteur en scène Frédéric, désinvolte et blasé ; Jean-Michel, millionnaire du disque, que n'embarrasse aucun problème sentimental. Autour de ces trois personnages qui s'aiment et se déchirent sans cesser de jouer une sorte de jeu, deux silhouettes féminines : Sophie et Véronique, donnent un singulier relief à ces liaisons insolites. Jusqu'ici, tout ce qui concerne les "amours parallèles" en littérature était présenté sous forme de confessions pathétiques, ou de documents sociologiques. Ici, l'auteur n'a voulu soulever aucun autre problème que celui présenté par des héros qui vivent leurs amours avec les mêmes violences et les mêmes exigences que les autres, les mêmes artifices aussi. À propos d'un précédent ouvrage de l'auteur, Jacques de Ricaumont a pu écrire dans "Combat" : "Maurice Périsset a su, de la même plume aiguë, nuancée et avant tout naturelle, analyser le tourment intérieur d'un adolescent doublement différent des autres par la qualité exceptionnelle et par l'objet de sa passion. Dans l'étude de ce cas délicat, le tact de l'auteur égale sa pénétration psychologique". Les mêmes compliments peuvent s'adresser à "Julien ou les soleils bleus", roman passionnant, qui se lit d'un trait.

  • Célèbre metteur en scène de cinéma, Marc Duperry a tout sacrifié à son métier, et d'abord sa vie familiale. Le suicide inexpliqué de son fils de 19 ans, détruit ses certitudes et rompt ses amarres. Désemparé, blessé, il se réfugie pour un temps à la Courentille, une propriété qu'il possède dans le Haut Var. C'est là, dix ans plus tôt, que sa femme est morte, c'est là aussi que son fils Stéphane est né. Ce retour aux sources ne résout cependant rien : un incendie a ravagé les bois qui entourent la Courentille, et la nudité des lieux, l'aridité des terres calcinées, rendent encore plus aiguë sa solitude. Jusqu'au jour où, dans une pièce inoccupée de sa maison, il fait une étrange rencontre. C'est le début d'une aventure singulière. Dans La tête en noir, Paul Maugendre qualifie Maurice Périsset de "l'un des meilleurs représentants français, pour ne pas dire le meilleur, dans le suspense psychologique". L'auteur de "Périls en la demeure", trouve ici un ton neuf pour décrire le désarroi d'un créateur qui, dans des circonstances exceptionnelles, découvre le vrai sens de sa vie et, d'une certaine façon, les tourments de l'amour. Une écriture simple mais efficace, une émotion maîtrisée, et un art de conter qui n'appartient qu'à lui, en un mot un roman inattendu et passionnant, par un auteur qui s'est imposé comme un maître du roman policier et qui, avec Les collines nues, se renouvelle sans renoncer au suspense.

  • Il se passe des choses étranges dans ce village de vacances de la Côte d'azur et dans ses environs : un personnage énigmatique est à la recherche d'une adolescente fugueuse ; une autre adolescente est assaillie par un inconnu, une autre assassinée. Y-a-t-il un lien entre ces faits divers ? Au fil des pages, l'énigme s'épaissit, jusqu'au dénouement final et inattendu. Un décor lumineux, des personnages mystérieux, aux comportements singuliers, et un suspense captivant.

  • Dans un palace de la Côte d'azur, Dorothée - ex-star de cinéma - fait la connaissance de Stéphane, qui a vingt ans de moins qu'elle. Le lendemain de cette aventure, Alexandre, son mari, est victime d'un accident de voiture sur la route de la corniche. Mais s'agit-il vraiment d'un accident ? D'autant que Stéphane était le plus proche collaborateur d'Alexandre, et peut-être même un peu plus... L'affaire se complique encore, car les projets immobiliers d'Alexandre mécontentaient les marchands de béton de la Côte. Un suspense psychologique, sur fond de magouilles immobilières.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Maître du roman policier psychologique, l'auteur, lauréat de nombreux prix, se lance, ici, dans le roman noir.

  • Un drame au sein d'une famille unie; l'héroïne est une femme de 40 ans qui espérait un grand bonheur...

  • Un brillant avenir politique est promis à Laurent Faillard, qui mène une vie irréprochable. Tout bascule quand Laurent accueille sous son toit Ludovic, 20 ans, le fils d'un ami de jeunesse...

  • Qui est Fabien, jeune homme discret mais mystérieux, qu'une quête inlassable va conduire de révélation en révélation, jusqu'à une vérité redoutable? Et pourquoi a-t-il sollicité cet emploi de secrétaire auprès de ce romancier, célèbre une décennie plus tôt, qui vit maintenant retranché du monde?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Dans le décor somptueux et sombre d'un château isolé, plus de six cents jeunes filles périssent, entraînées tour à tour dans des souterrains immenses et glacés ou innocemment conviées à de fastueuses agapes se terminant par d'affreux carnages. Suppliciées avec la dernière férocité, elles succombent pour le seul et monstrueux plaisir d'un être d'une étrange beauté, au teint de lis, dévoré par des besoins sexuels innommables et un penchant immodéré pour les femmes. Mais pourquoi ? Pourquoi cette folie sanguinaire, cet acharnement à trouver toujours des tortures plus raffinées ? Pourquoi ces chevauchées solitaires et éperdues à travers les forêts pour hurler avec les loups ? Pourquoi cette course désespérée pour tenter d'abolir le temps et retenir éternellement la jeunesse ? On ne connaît guère à travers les âges d'exemples plus horrifiants et plus extraordinaires. Voici, telle qu'elle se déroula véritablement, l'histoire d'Erzébeth Bathory, la comtesse goule de sinistre mémoire, l'effroyable vampire femelle dont la vie et les exactions atroces dépassèrent en cruauté les plus noirs forfaits jamais perpétrés, et qui frappa d'épouvante la lointaine Hongrie du XVIe siècle.

  • Les pièces de ce recueil ont été diffusées à partir de 1984 dans l'émission de François Galbeau, Les tréteaux de la nuit, qui faisait vivre des heures de suspense et de mystère aux auditeurs.

empty