Calmann-Lévy

  •  
     
    La presse a connu plus de changements ces soixante dernières années qu'en six cents ans. Elle est passée en accéléré du plomb au digital. L'information est devenue immédiate. Cette révolution de l'instantanéité a profondément modifié la façon dont les journalistes travaillent, mais surtout elle a totalement bousculé les habitudes du public. Le paysage ne cesse de se transformer sous nos yeux  : en un quart de siècle, nous avons vu apparaître les sites fixes, puis les smartphones, la vidéo en ligne, les réseaux sociaux et maintenant l'intelligence artificielle.
    On a pu mesurer avec la crise des Gilets jaunes, l'ampleur de la révolution en cours. Facebook a permis au mouvement d'émerger et de donner la parole à ceux qui ne l'avaient jamais eue. Une sorte de nuit du 4  août durant laquelle les journalistes ont perdu une part de leur privilège d'informer. Mais les réseaux sociaux ont aussi été un vecteur de propagation des fake news et de l'hystérisation du débat politique.
    L'issue de cette révolution est bien incertaine. Assistera-t-on à la victoire de l'écran comme nouveau support de l'écrit  ? La presse papier est-elle condamnée  ? Quels titres survivront dans la tempête  ? L'histoire est en marche.
    C'est l'histoire de cet incroyable big bang que vous racontent de l'intérieur Francis Morel, patron de presse, au Figaro, aux Échos puis au Parisien et Jean-Michel Salvator, qui a appartenu aux directions des rédactions d'Europe  1, du Figaro et de BFMTV.

  • Au coeur des secrets de l'Égypte éternelle.
      Le Caire, 1854. Fabien Fuentès, ingénieur français au service du  gouvernement égyptien, se rêve en nouveau Champollion et consacre  son temps libre aux fouilles archéologiques. Blessé lors d'un affrontement  avec des voleurs de momies, Fabien est soigné par Fati, une  jeune paysanne aux pouvoirs de guérisseuse dont la grand-mère,  Aïcha, au cours d'une transe mystique, le met en garde contre uncertain Zaïd le Noir.
      À l'évocation de ce seul nom, les interlocuteurs de Fabien pâlissent.  Zaïd le Noir serait le maître d'un ordre secret de moines guerriers  dont l'origine se perd dans la nuit des temps et qui a toujours farouchement  lutté pour l'indépendance de l'Égypte.
      Sollicité par Lesseps pour participer au chantier du canal de  Suez, Fabien ne le sait pas encore : il est le premier sur la liste des  étrangers dont la secte sanguinaire veut purifier la terre des  pyramides...
     

  • Après les « Histoires de... Football » de Max Urbini, le deuxième volume de cette collection dirigée par Édouard Seidler est consacré au rugby. D'autres ouvrages suivront, sur les principaux sports. On y trouvera non pas « l'histoire » de tel ou tel sport, mais les histoires les plus belles, les plus émouvantes, les plus dramatiques, les plus drôles et les plus vraies qui ont marqué son développement. Écrites par les meilleurs journalistes témoins des compétitions, confidents des vedettes, ces histoires du sport constitueront une somme anecdotique indispensable à la connaissance de la grande histoire des sports.

  • Dans les entrailles de la Provence.      1871, en Provence, au pied de la Sainte Victoire. À son retour de la guerre qui a vu l´écrasement des troupes françaises par l´armée prussienne, Antoine Vitalis découvre que son père, riche propriétaire terrien, ruiné par le jeu, s´est suicidé et que sa mère est devenue folle. Tous les biens de la famille ont été saisis sauf un terrain maudit dont personne ne veut : le terrain où se dresse l´olivier du diable. Antoine, paysan dans l´âme, décide de mettre en valeur ce lopin. Il renoue aussi avec Claire Charme, la magicienne de la Bastide Verte, dont il est resté épris. Surnommée Colère, la jeune femme, qui vit en marge de la société, est redoutée pour ses pouvoirs visionnaires et les dons surnaturels qu´on lui attribue. Elle lui apprend qu´un terrible secret dort dans les profondeurs de la terre, sous les racines de l´olivier millénaire...

  • Je suis l´homme à tout faire du Président, son valet de chambre, son valet de pied. Je ne suis pas un cador, mais il suffit qu´il me siffle pour que j´accoure, qu´il me jette pour que je m´évanouisse, qu´il baisse le pouce pour que je m´exile.Je suis le souffre douleur, le paillasson, la carpette, j´ai vocation à faire tapisserie, à ce qu´on me marche dessus. Mais rien de ce qui se dit à l´Élysée, rien de ce qui s´y prépare, rien de ce qui s´y manigance ne m´est étranger. Je suis là pour parer les mauvais coups, les flairer, les monter.On me croit condamné à une vie de soumission, on se trompe, je suis un homme de mission. Mille fois, mon Nico a failli périr, mille fois j´ai fait barrage.Aujourd´hui, alors que le suffrage universel menace, il me revient de dire toute la vérité sur son règne. Il faut dissiper les ombres, révéler les pièges, narrer ces complots invisibles, mais incessants, fomentés au coeur du Palais et que j´ai dû déjouer. Dussé-je y perdre la raison et ma réputation.                                                       Paul Scarron

  • « Puisqu'on traitait le baiser aussi platement, j'évitais d'en parler. Je cultivais son culte dans mon coin, sans prosélytisme, en dévot secret, me le figurant sous sa forme la plus pure : celle d'un partage ineffable. La fusion personnifiée. Un écho du paradis terrestre. Bien avant de rencontrer Gloria, je connaissais cette prédilection, ce ne fut donc pas une découverte. Mais cette fois-ci, cette première fois que je lai vue, j'ai ressenti, devant la beauté de ses lèvres, un élan, une aspiration vers le ciel, une bouffée d'infini qui m'a emporté d'un seul coup si haut que je me suis aussitôt dit que j'aurais du mal à m'en remettre. »Lui, proche de la soixantaine, a deux obsessions : le bruit, qu'il redoute et les baisers, qu'il adore. Elle, jeune femme d'aujourd'hui, mène une existence trépidante. Rien ne les destine à se rencontrer, sinon la vie de bureau...

  • Les veines cachées de la Provence.À la fin du XIXe siècle en Provence, Guillaume Roumisse a bâti un empire minier en face de la montagne Sainte-Victoire. Il veille sur ses intérêts avec rapacité et, grâce à ses hommes de main, sous l´oeil complaisant des autorités, réprime impitoyablement les mouvements de révolte des mineurs qui luttent pour améliorer leur condition misérable.  Roumisse caresse de grandes ambitions politiques. Pour que sa respectabilité soit parfaite, il ne lui reste qu´à marier sa fille Eugénie à un héritier de la haute société. Il est fou de rage quand il apprend qu´Eugénie ne prend même pas la peine de cacher son idylle avec un simple mineur.
    Mais déjà les hommes à sa solde s´emploient à devancer ses désirs : un accident de mine est si vite arrivé... Au plus profond des entrailles de la Provence, alors que là-haut le soleil luit de mille feux, une infernale chasse à l´homme commence...

  • Et si la légende disait vrai. Et si la mort du tsar Alexandre Ier n'avait été qu'un simulacre organisé pour lui permettre de finir sa vie en ermite. Le roman s'ouvre en 1825, année de la mort supposée du tsar. En décembre, il franchit le pas et disparaît pour resurgir quelques années plus tard en moine errant.

  • Août 1914. Antoinette est ouvrière dans la chapellerie de Fismes en Champagne. Son sort ne lui convient guère, d´autant que son père, garde champêtre, l´a promise en mariage à un contremaître grossier et brutal. Elle rêve de se rendre utile et étudie d´arrachepied pour devenir infirmière. Sa seule distraction - sa fierté - est de battre le tambour dans la fanfare municipale.
    La guerre éclate, la petite ville de Fismes est occupée par les Allemands. Insupportable pour une patriote comme Antoinette. Elle s´échappe pour rejoindre les lignes françaises, fait ses premières armes de soignante dans un hôpital de campagne. Parmi les blessés, un jeune Méridional, Louis, dont elle s´éprend éperdument. Mais la guerre sera longue. Rétabli, Louis repart au combat. L´amour sera-t-il plus fort que la folie meurtrière des hommes ?
    Jean-Michel Thibaux s´est laissé inspirer pour ce roman flamboyant par sa double filiation provençale et champenoise.

empty