Les Éditions du Net

  • L'humaine

    Jean-Michel Houlbert

    Au cours des premières années de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, alors ville de tous les possibles, la découverte du cadavre d'un homme dans les sous-sols du château des Sortilèges, l'une des attractions du parc Mirapolis, sera le point de départ d'une enquête qui durera près de 40 ans. Le magistrat chargé du dossier, François Lesling, juge d'instruction au tribunal de Pontoise, va croiser l'histoire d'une jeune handicapée, puis d'un mystérieux ordinateur, va découvrir des événements qui se sont déroulés en 1969 dans les carrières souterraines de Cergy pendant les affrontements entre les agriculteurs et la police autour du chantier de construction de la préfecture ou encore, 10 ans plus tard, lors des mystérieux phénomènes électriques générées par la venue « d'extraterrestres », aux portes de la ville. Mais l'enquête dépassera très vite le cadre cergypontain et débouchera sur un affrontement philosophique et politique entre le Gouvernement et le mystérieux ordinateur. Les libertés, la démocratie, l'avenir de l'homme même sont les enjeux de cet affrontement... D'autres meurtres seront commis, François Lesling sera dessaisi, mais ce sera pour découvrir que l'enquête qu'il menait devait se poursuivre au sein de sa propre famille. Et quand enfin tout se terminera, le pire des crimes sera commis, un infanticide. Des années après, Lesling dévoile à l'intention de ses petits-enfants, dans ses Mémoires posthumes, tout ce qu'il sait sur cette affaire restée secrète. Et se demande si cette histoire est vraiment terminée.

  • - Phase A, vous êtes professeur dans un lycée du Sud de la France. - Phase B, vous apprenez qu'on vous propose une mission à l'autre bout du monde : salaire impressionnant, responsabilités, grande implication personnelle, représentation de la France avec un grand F. Vous dites oui, oui et oui : vous êtes sûr d'avoir gagné au loto du parcours professionnel. - Phase C, les ennuis commencent. En septembre 1999 Catherine et Jean-Michel partent travailler en Chine sans rien connaître du pays, de la langue et de la mentalité chinoise. Un taxi pour Suzhou nous transporte dans un univers fluctuant durant une année fertile en découvertes et rebondissements, où la vérité se dérobe à chaque pas et où les "chinoiseries" ne sont pas seulement le fait des habitants du cru.

  • Dans les années quatre-vingt, la reprise économique portée par un président de la République de droite, Laurent Montcénac, génère toujours plus de besoins énergétiques. Les centrales nucléaires deviennent essentielles. Signe de cette activité, les convois de déchets nucléaires sillonnent la France par fer et par route.
    Une nuit pluvieuse d'avril, un commando terroriste s'empare dans la campagne nivernaise d'un « château » de transport de plutonium à destination du centre de retraitement de La Hague, en provenance du surrégénérateur de Creys-Malville.
    Les terroristes, qui tiennent en otage une famille de paysans, font bientôt connaître leurs exigences : obtenir la démission du président de la République sous la menace de faire exploser le container de plutonium usagé ; le nuage radioactif qui se formerait se répandrait sur la campagne environnante et la vallée de la Loire, mettant en danger la vie et la santé de dizaines de milliers d'habitants. Pendant que le gouvernement et le président de la République cherchent comment répondre à ce chantage, les populations locales victimes potentielles et la presse muselée par Montcénac vont s'inviter dans le conflit. Mais les terroristes souhaitent-ils réellement la démission du président ?

  • Louise est une femme sous l'emprise de son mari, sa rencontre avec Pierre va l'amener à lui résister.
    Pierre s'installa sur un banc ombragé, face à l'ascenseur. Il continua la lecture de son livre qui ne le passionnait guère. Il s'agissait du récit d'un soldat sous l'armée napoléonienne. Pierre ne savait pas ce qui l'avait poussé à l'acheter. Dans le cas présent, l'énigme manquait de relief. Malgré cela, il tenait à le finir. Après quelques pages, il vit sortir de l'immeuble une jeune femme vêtue d'un tailleur bleu et portant des lunettes de soleil. Pierre se demanda si elle habitait là. Il se souvint des cris entendus l'avant-veille. Était-ce elle qui avait crié ? Grande et mince, ses cheveux bruns retombaient sur sa nuque. Comme elle s'approchait de lui, il remarqua ses lèvres fines et son nez légèrement épaté. Les mains dissimulées dans les poches de sa veste, elle sortait à longues enjambées du bâtiment. De son banc, Pierre ne put s'empêcher de la dévisager. Leurs regards se croisèrent. Sans ralentir son allure, elle continua son chemin vers la sortie. Un léger parfum l'accompagnait, aux notes de fruits, de mandarine et de rose. Il le trouva doux et agréable. Elle avait presque disparu quand, sans réfléchir, il se leva pour la suivre.

empty