Odile Jacob

  • « Notre projet est de construire l'école de la confiance : confiance de la société en son école ; confiance de l'école à l'égard des parents ; confiance de l'institution envers les professeurs ; confiance des professeurs à l'égard des élèves et confiance des élèves en eux-mêmes et en leur réussite. C'est tous ensemble - avec les professeurs, les élèves, les parents et tous les acteurs de l'éducation - que nous construirons cette école de la confiance. » J.-M. B. Jean-Michel Blanquer est ministre de l'Éducation nationale. 

  • L'avenir de notre pays se joue à l'école. C'est cette conviction, à la fois passionnée et réaliste, que Jean-Michel Blanquer défend dans ce livre. Refusant tout dogmatisme pour analyser avec lucidité les forces et les faiblesses de notre système éducatif, de la maternelle au lycée, il dessine ce que pourrait être une école où l'excellence et le mérite seraient au service du progrès social. En s'inspirant des réformes menées ailleurs dans le monde et des résultats des sciences du développement de l'enfant, cet ouvrage propose des mesures concrètes, qui pourraient être prises rapidement. Il nous revient de bâtir une école où la réussite de chaque élève pourrait être aussi celle de la France. Jean-Michel Blanquer est, depuis mai 2017, ministre de l'Éducation nationale. Il a été directeur général de l'ESSEC, après avoir été directeur général de l'Enseignement scolaire. Il a également été recteur de l'académie de Guyane et de l'académie de Créteil.

  •  Jamais les potentialités du dialogue social n'ont été aussi fortes. Jamais la loi n'avait donné autant d'autonomie aux partenaires sociaux (des lois Larcher aux ordonnances Macron). Pourtant, au regard de l'opinion, le rôle du dialogue social reste ambigu et son efficacité toujours mise en doute. Quant aux partenaires sociaux, ils le considèrent avec défiance : certains syndicats le tiennent pour un simple accompagnement des stratégies patronales, tandis que nombre d'employeurs lui préfèrent l'individualisation des relations dans l'entreprise. Comment rompre avec ces perceptions et ces attitudes ? Comment rénover en profondeur un dialogue social qui reste prisonnier des logiques anciennes de conflits et de défiance ? C'est l'objet de ce livre, qui mêle histoire, analyse sociologique et pratique syndicale, et qui conclut sur un manifeste pour donner un nouvel élan au dialogue social. Guy Groux est sociologue au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et directeur de l'executive master « Dialogue social et stratégie d'entreprise » à Sciences Po. Michel Noblecourt est journaliste au journal Le Monde, spécialiste des syndicats et de la gauche politique. Jean-Dominique Simonpoli, ancien responsable de la CGT, dirige l'association Dialogues, dédiée au dialogue social. Il est l'auteur de rapports remis à Muriel Pénicaud, ministre du Travail. Avec les contributions de : Laurent Berger (CFDT), Philippe Martinez (CGT), Jean-Dominique Senard (P-DG de Michelin) et Jean-Denis Combrexelle (conseiller d'État et auteur d'un rapport qui a influencé les récentes lois sur le travail).

  • À la veille de la guerre de 14-18, l'État français s'est métamorphosé : le régime républicain s'est consolidé en traversant les crises et les affaires ; la notion de service public a vu le jour en accompagnant la naissance de l'état providence ; les progrès scientifiques et technologiques ont offert de nouvelles opportunités. Pour accompagner ces mutations, il fallait une nouvelle approche conceptuelle. Cette biographie croisée de deux éminents juristes - Léon Duguit à Bordeaux, Maurice Hauriou à Toulouse - retrace leurs itinéraires intellectuels. Nés dans les années 1850, marqués par la défaite de 1870, ils incarnent une génération confiante dans le progrès, attentive aux enjeux de la science et du débat intellectuel. Défricheurs conceptuels, ils sont de véritables « inventeurs de l'État » au sens où ils en dévoilent les nouvelles réalités. Maurice Hauriou et Léon Duguit ont eu une influence cruciale sur des questions qui nous touchent aujourd'hui. Leur biographie est l'occasion de réfléchir aux conditions d'efficacité du politique. Jean-Michel Blanquer est, depuis mai 2017, ministre de l'Éducation nationale. Il a été directeur général de l'ESSEC, après avoir été directeur général de l'Enseignement scolaire. Il a également été recteur de l'académie de Guyane et de l'académie de Créteil. Il a récemment publié L'École de la vie. Marc Milet est maître de conférences en science politique à l'université Panthéon-Assas, membre du CERSA (CNRS). Ses travaux portent sur l'engagement civique et politique des juristes. 

  • ?De toutes parts, des forces profondes entraînent l'humanité sur des pentes dangereuses. Notre nombre. Les inégalités qui nous minent. La nature qui nous trahit. Les rapports de classe, évanouis dans le brouillard d'intérêts aveugles. Les déséquilibres d'une mondialisation génératrice d'exclusions nouent chaque jour les fils d'une question sociale globale, où les pauvres sont mis en concurrence entre eux. Faute d'enclencher des mécanismes d'enrichissement durable pour tous, la planète ne pourra pas supporter la charge humaine et écologique de l'humanité, qui dérivera inexorablement dans un monde de conflits et de violence. Qui gagnera dans la guerre, ouverte ou latente, qui se fait jour ? Peut-elle encore trouver une issue coopérative ?Cette brillante synthèse montre l'imbrication des problèmes économiques, environnementaux et sociaux auxquels les pays riches et les pays pauvres sont confrontés de manière solidaire. Elle trace les directions que pourrait suivre une véritable politique sociale mondiale pour résoudre les contradictions dans lesquelles nos sociétés se sont enfoncées. Jean-Michel Severino est directeur de recherches à la Fondation pour la recherche sur le développement international (FERDI). Ancien vice-président de la Banque mondiale et ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il dirige aujourd'hui un fonds d'investissement destiné aux PME africaines. Olivier Ray est économiste, spécialiste des questions internationales. Tous deux sont les auteurs du Temps de l'Afrique.  

  • Illustrée avec humour et finesse par les aquarelles de Jean-Claude Carrière, voici l'histoire du ciel contée, à la manière du Petit Prince, par Michel Cassé et Élisabeth Vangioni-Flam. Michel Cassé et Élisabeth Vangioni-Flam sont tous deux astrophysiciens. Scénariste, dramaturge, poète, Jean-Claude Carrière a notamment publié Le Dictionnaire des révélations, La Controverse de Valladolid et Conversation sur l'invisible.

  • Comment lutter contre la pauvreté ? Comment vaincre le sous-développement ? Comment éviter le gaspillage de l'aide internationale et son détournement au profit de l'administration et de l'armée des pays pauvres ?La microfinance se veut une solution à ces problèmes. Répond-elle aux attentes du plus grand nombre ? Peut-elle subvenir aux besoins des exclus de la finance ? Peut-elle leur fournir des crédits, gérer leur épargne, garantir leurs prêts, les assurer, encaisser leurs chèques, transférer les fonds des migrants ? Comment parvenir à gérer ces sommes minuscules ?En s'appuyant sur de multiples expériences de terrain en Afrique et en Asie, ce livre, de notre meilleur spécialiste, propose de mieux comprendre l'essor exponentiel de la microfinance, ses promesses, mais aussi ses limites. Jean-Michel Servet est professeur à l'Institut universitaire d'études du développement à Genève, directeur de recherche associé à l'Institut de recherche pour le développement et au French Institute of Pondicherry.

  • Pourquoi les jeunes prennent-ils leur indépendance de plus en plus tard ? Cette adolescence prolongée n'est-elle pas source de souffrance ? Comment expliquer l'augmentation des violences, des passages à l'acte, des dérives auto-initiatiques ? L'adolescence n'est qu'une création récente de notre société, un artifice pour signifier, autour de la puberté, le passage de l'enfance à l'âge adulte, qui, lui, a toujours existé. Autrefois, ce passage était célébré, délimité, à travers des rituels. Aujourd'hui, cette transition se dilue dans le temps. Pis, ce sont les adultes qui, par refus de vieillir et par souci de supprimer tous les risques, excluent les jeunes du monde des grands. Attention, l'adolescence est bien un artifice, un mythe qui nous empêche d'aider nos enfants à devenir adultes.« Un livre formidable sur la période délicate de l'adolescence. » Figaro Madame. Psychiatre des hôpitaux, psychanalyste, Patrice Huerre est directeur médical de la clinique médico-universitaire Georges-Heuyer à Paris. Martine Pagan-Reymond est professeur, agrégée de lettres modernes et maître de conférences en langue et littérature françaises. Ancien chef de service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, Jean-Michel Reymond est directeur médical du Centre médico-psycho-pédagogique de Saint-Lô.

  • Jean-Michel Blanquer est, depuis mai 2017, ministre de l'Éducation nationale. Il a été directeur général de l'ESSEC, après avoir été directeur général de l'Enseignement scolaire. Il a également été recteur de l'académie de Guyane et de l'académie de Créteil. L'avenir de notre pays se joue à l'école. C'est cette conviction, à la fois passionnée et réaliste, que Jean-Michel Blanquer défend dans les trois livres réunis dans ce coffret, Construisons ensemble l'École de la confiance, L'École de demain et L'École de la vie.

  • Pour toute une génération d'enfants, le divorce ou la séparation des parents se traduit souvent, dans les faits, par la relégation du père à un rôle secondaire, quand ce n'est pas son éviction complète de presque tous les domaines. Pourquoi ? Quelles sont les raisons historiques, sociales ou juridiques qui, dans notre pays, font qu'un enfant sur trois environ ne voit plus son père après une rupture ? Que dit la loi et que peut le droit ? Plus largement, que sait-on de l'impact de la séparation sur le développement de tous les enfants qui la subissent ? Forts de leur expérience respective, s'appuyant sur les études les plus récentes sur le sujet, Jean Le Camus et Michèle Laborde nous montrent ici que non seulement les enfants de la séparation ont besoin de leurs deux parents, mais qu'il est possible, concrètement, moyennant quelques mesures précises et une certaine évolution des mentalités, d'atténuer les difficultés, parfois les drames, qui surviennent à l'occasion d'une rupture parentale. Professeur émérite de psychologie à l'université de Toulouse-Le Mirail, Jean Le Camus a notamment publié Le Vrai Rôle du père et Comment être père aujourd'hui ? Longtemps juge aux affaires familiales à Toulouse, Michèle Laborde-Barbanègre exerce actuellement au tribunal de grande instance de Lille.

  • ?Comment motiver mon enfant ? Que puis-je faire pour l'aider à devenir plus autonome ? Quelles compétences doit-il acquérir pour s'épanouir dans la société du tout-numérique ? En quoi Internet peut-il devenir un allié pédagogique ? La révolution numérique est un formidable atout pour la réussite scolaire. Pourtant, trop souvent encore, Internet est négligé par les adultes - parents ou enseignants -, qui le perçoivent d'abord comme une source de distraction. Bien au contraire, l'outil numérique peut constituer une réponse  efficace aux problèmes de motivation des élèves. Jean-Michel Fourgous plaide ici pour que cet outil soit mieux utilisé à l'école.  Il répond aux multiples questions que soulève cet usage. Inspirés par des expériences de terrain, des exemples sont donnés pour les élèves du primaire et du secondaire, ainsi que des conseils de spécialistes et d'enseignants pour aider chacun à réussir dans son travail, tant scolaire qu'extrascolaire. La réussite scolaire, personnelle et professionnelle des enfants est un vrai défi à relever, le numérique peut y contribuer. Jean-Michel Fourgous est député-maire d'Élancourt (Yvelines). Auteur du rapport parlementaire Réussir l'école numérique, il est considéré comme l'un des meilleurs spécialistes du monde éducatif et de la sphère économique.   

  • Hollywood est-il en passe d'imposer au monde entier ses images et ses récits ? Ou bien au contraire, le refus de cette mondialisation des imaginaires mène-t-il à des replis identitaires lourds de haines archaïques et de nouveaux conflits ? L'histoire commune du cinéma et des nations depuis cent ans aide à mieux poser ces questions, et à entrevoir des réponses. Parce que les peuples ont, comme les individus, besoin de rêver pour ne pas devenir fous. Parce qu'au XXe siècle leurs rêves collectifs auront été les films. John Wayne et le citoyen Kane, Alexandre Nevski ou Mabuse sont des héros politiques de notre époque. Entre le raz de marée industriel de Titanic et les « nouvelles vagues », toujours recommencées, de Rossellini à Kiarostami, de Godard à Wong Karwai ou à Egoyan, se déroule une partie où le pouvoir et les songes des hommes sont en jeu. Refusant la solitude de l'internaute et la globalisation de la planète, l'interrogation l'un par l'autre du cinéma et de la nation aide à refuser de s'incliner d'emblée devant la toute-puissance des techniques et de la marchandise. Critique et journaliste au Monde, Jean-Michel Frodon est notamment l'auteur de L'Âge moderne du cinéma français.

  • Certains se ruinent en achats totalement inutiles. Certains ne vivent plus que pour le jeu. Certains passent leur temps au bureau bien au-delà du raisonnable. D'autres encore ne se sentent pleinement exister qu'en pratiquant des sports extrêmes. Accros d'Internet ou fous de sexe : quand la passion devient-elle pathologique ? Que cherchons-nous au juste dans cette frénésie ? Du plaisir ? Ou bien tout simplement des sensations fortes ? Grâce à une fine analyse des mécanismes profonds qui expliquent ces excès, voici comment mieux repérer les souffrances cachées et les dangers réels que peuvent entraîner ces " nouvelles dépendances ". Pour éviter de donner dans le piège... ou pour en sortir. Jean Adès est professeur de psychiatrie et chef de service à l'hôpital Louis-Mourier de Colombes. Michel Lejoyeux est professeur de psychiatrie et chef de service adjoint à l'hôpital Louis-Mourier de Colombes. Tous deux ont notamment publié La Fièvre des achats.

  •  Dans ce livre, Jean-Michel Blanquer trace la voie d'une « école de la vie », capable de transmettre aux enfants les savoirs fondamentaux pour leur permettre de vivre librement. Elle le fera d'autant mieux qu'elle saura tirer parti des sciences du développement de l'enfant pour élaborer des pédagogies adaptées à ce qu'on sait aujourd'hui de ses capacités cognitives. Refusant les dogmatismes, Jean-Michel Blanquer aborde ici toutes les questions sensibles de l'école pour souligner ce qui a fonctionné ici ou ailleurs : apprentissage de la lecture, évaluation de l'élève, éducation prioritaire, relations de l'école avec les familles, etc. Innover, expérimenter et évaluer : tels sont les maîtres mots de sa démarche qui fait l'inventaire de ses échecs comme de ses succès, de la lutte contre l'absentéisme aux internats d'excellence. Avec cette conviction passionnée : la réussite pour tous, c'est possible ! Jean-Michel Blanquer est, depuis mai 2017, ministre de l'Éducation nationale. Il a été directeur général de l'ESSEC, après avoir été directeur général de l'Enseignement scolaire. Il a également été recteur de l'académie de Guyane et de l'académie de Créteil.

  • La France d'en haut est peut-être l'homme malade de l'Europe, mais l'espoir de rémission se trouve dans ses territoires où partout fleurissent des initiatives économiques et sociales réussies, impertinentes et stimulantes. Elles donnent envie d'organiser la contagion des initiatives reproductibles pour relever le pays par le bas. Oui, il est possible d'avoir 5 % de chômeurs et 40 % d'emplois industriels comme dans le pays de Vitré. Oui, il est possible de mobiliser les habitants des quartiers Nord de Marseille autour de l'histoire archéologique de leur ville. Oui, le handicap est aussi une différence à positiver, et rien ne résiste à la force de la volonté et des projets partagés... Quand le rêve devient réalité, on reprend confiance en l'avenir. Tel est le message principal de ces 11 bonnes nouvelles qui ont été sélectionnées parmi les 120 projets suscités par les partenaires du Grand Prix : Adie, Avise, BGE, CCI France, Couveuses d'entre-prises, Initiative France, le Cnam, Le Rameau, ODAS, Réalités du dialogue social, Réseau Entreprendre. Le professeur Michel Godet est créateur du Cercle des Entrepreneurs du Futur et membre de l'Académie des technologies. Il a publié notamment Bonnes Nouvelles des Conspirateurs du futur, La France des bonnes nouvelles et Libérez l'emploi. Le professeur Jean-Claude Bouly est directeur de Cnam Entrepreneur(s). Il est titulaire de la chaire Développement de la petite entreprise et Artisanat au Cnam et le créateur des dispositifs Ardan (Actions régionales pour le développement d'activités nouvelles). 

  • Offrir des prêts répondant aux besoins de ceux qui n'ont pas accès au crédit bancaire classique, tel est l'objectif du microcrédit. Celui-ci a connu un succès fulgurant : aujourd'hui, 200 millions de personnes y ont recours, principalement en Asie et en Amérique latine. Une révolution ? s'interroge Jean-Michel Servet dans ce livre. Pas si sûr... Rappelant le contexte dans lequel est né le microcrédit - celui de la promotion d'un marché prétendument pacificateur et libérateur -, il démonte le mythe selon lequel il pourrait éradiquer la pauvreté dans les pays en développement et émergents en favorisant le microentrepreneuriat et l'autoemploi. Ce livre le montre : si une révolution a eu lieu, elle serait plutôt du côté d'une microfinance devenue commerciale qui, pour répondre aux besoins réels des populations, a développé d'autres services que le microcrédit : épargne, transferts de fonds, paiement par la téléphonie mobile, microassurance. Analysant les ressorts de cette « vraie » révolution, Jean-Michel Servet souligne qu'elle pourrait être le levier d'une finance alternative, avec la monnaie et le crédit comme biens communs. Jean-Michel Servet est professeur à IHEID Genève, chercheur associé à Paris au Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africain, américain et asiatique et à Bruxelles au Centre européen de recherche en microfinance. Il est l'auteur de Banquiers aux pieds nus. 

  • En 2050, le PIB de l'Afrique pourrait égaler celui de l'Union européenne, tandis que sa population comptera deux milliards d'habitants. Au coeur de cette expansion, des PME - et à leur tête des femmes et des hommes africains - qui sont en train d'écrire l'histoire économique et sociale du continent. Ce livre nous invite à les découvrir : qui sont-ils, ces entrepreneurs africains, et quelles sont leurs motivations ? Dans quels secteurs se développent-ils tout particulièrement ? En quoi innovent-ils et comment cela les conduit-il à remodeler leur continent ?De l'agroalimentaire à la téléphonie, du bâtiment à la santé en passant par le tourisme et l'énergie, une autre économie africaine se dessine. Sans nier ses fragilités ni sa pauvreté encore endémique, Jean-Michel Severino et Jérémy Hajdenberg nous montrent qu'elle se construit sur un cercle vertueux, où les handicaps deviennent des opportunités, où ceux qui offrent de nouveaux services en sont aussi les consommateurs. Forte de son nouveau marché intérieur, cette Afrique-là porte de plus en plus les espoirs de la croissance mondiale. Jean-Michel Severino dirige aujourd'hui Investisseurs et Partenaires (I&P), un fonds d'investissement destiné aux PME africaines. Il a été vice-président de la Banque mondiale et directeur général de l'Agence française de développement (AFD). Jérémy Hajdenberg, directeur général adjoint de I&P, spécialiste de la microfinance, accompagne depuis des années des entrepreneurs africains dans leur gestion et leurs stratégies de développement. 

empty