Presses de l'Université du Québec

  • Dans un contexte d'internationalisation et de concurrence, que deviennent les universités québécoises ? Demeurent-elles un lieu de réflexion critique sur la société ou voient-elles leur rôle restreint à celui de moteur de l'économie du savoir ? Sont-elles dirigées dans un esprit collégial ou entrepreneurial ?

    Voilà autant de questions auxquelles répond le présent collectif en proposant d'abord une vue d'ensemble des phénomènes qui ont pavé la voie à l'avènement de la gouvernance des universités, pour ensuite décrire des manifestations concrètes de ces phénomènes dans les établissements québécois.

    En explorant les jalons de son histoire, tant occidentale que québécoise, les auteurs arrivent à caractériser les contours de l'université d'aujourd'hui, qui devient de plus en plus entrepreneuriale et, conséquemment, de moins en moins collégiale et libre. Trois études de cas concernant des établissements québécois - Université du Québec en Outaouais, Université du Québec à Montréal et Université de Montréal - viennent étayer leurs interprétations. Sont également présentées les premières données d'une recherche visant à analyser les perceptions des administrateurs universitaires en poste au Québec sur les universités et sur leur propre rôle.

    Cet ouvrage, qui s'adresse à tous les acteurs du monde universitaire, tente donc, ultimement, de répondre à la question suivante : la gouvernance des universités... progrès ou recul ?

  • L'utilisation régulière de la rétroaction et du débriefing dans les pratiques de formation souligne une nouvelle orientation pédagogique et didactique. Pour en comprendre le sens et la contribution dans la professionnalisation et le développement professionnel, cet ouvrage analyse leur place dans le triptyque « accompagner, former, professionnaliser ».

    Au fil des chapitres, les 18 auteurs élaborent un panorama donnant une vision étendue de l'utilisation de la rétroaction et du débriefing, en repérant leur transversalité, leurs points de convergence et de divergence. Ils abordent l'enjeu émancipateur de ces pratiques et le soutien qu'elles constituent pour renforcer le sentiment d'autoefficacité et la motivation pour se développer. Ils discutent des différentes modalités de mise en oeuvre des dispositifs de rétroaction et de débriefing, notamment des aspects relatifs aux traces écrites et de la prise de conscience des manières d'agir que génère la vidéo. Compte tenu de la complexité de la réception des rétroactions et du débriefing par les personnes en apprentissage, ils montrent également la nécessité d'établir une relation de confiance et d'adapter le contenu à l'apprenant, mais aussi l'incidence de ces pratiques sur les apprenants et les formateurs.

empty