Robert Laffont

  • Versailles, mercredi 1er janvier 1710, tôt le matin.Philippe d'Orléans, le neveu de Louis XIV, attend la visite de son ami Saint-Simon.Connu pour ses moeurs débauchées, le duc d'Orléans vit depuis dix ans un amour passionné avec sa maîtresse Mme d'Argenton, la seule femme qu'il ait jamais aimée.Il ignore qu'une terrible menace, qui pourrait lui valoir un exil immédiat, enfle dans son dos. Mme de Maintenon, en particulier, le hait pour une plaisanterie de mauvais goût qu'il a proférée à son encontre.Saint-Simon se doit de l'avertir. Plus encore, de lui éviter le châtiment qui le guette.À ses yeux, une seule chose peut sauver son ami : quitter Mme d'Argenton pour retrouver les bonnes grâces du roi.Mais Philippe d'Orléans concèdera-t-il un sacrifi ce si déchirant ?Inspiré des Mémoires de Saint-Simon, un tête-à-tête tendu et palpitant qui nous introduit dans les arcanes de la cour du Roi-Soleil où prospéraient rumeurs et calomnies... Phénomène qui résonne de nos jours avec une force saisissante.

  • Les affaires criminelles qui ont défrayé la chronique, par ceux qui ont mené l'enquête.
    Au moment de quitter ses fonctions en 2019, le général d'armée David Galtier était l'un des deux plus haut gradés de la gendarmerie française : figure de la Sécurité intérieure, il a gravi les échelons des ministères de l'Intérieur et de la Défense. Fort de ses quarante années de carrière, il nous entraîne au sein d'une institution qui a su, après le traumatisme des affaires Grégory et Omar Raddad, mobiliser toutes ses capacités en police judiciaire.Des meurtres sanglants d'Élodie Kulik et Marie-Christine Hodeau à l'incarcération d'Émile Louis, en passant par les infanticides de Valentin et Jonathan, la traque de Paul Touvier, l'arrestation des pirates du Ponant, le dossier Kouri ou le scandale des prothèses PIP, le général d'armée David Galtier nous fait découvrir une gendarmerie moderne, dotée de moyens scientifiques de pointe, de forces d'intervention très entraînées et d'offices centraux dédiés à la protection de la santé publique et à la lutte contre la délinquance, les mafias et les crimes contre l'humanité. Tour à tour épiques et émouvantes, ces enquêtes témoignent de la vitalité de cette force armée vieille de neuf siècles qui place l'humain au coeur de son action.



  • " J'ai toujours pensé que mon premier livre, s'il y en avait un, serait un roman, même si j'étais conscient qu'un premier roman, de toute façon, est le reflet déguisé de son existence. Et puis je me suis laissé convaincre d'écrire... une autobiographie. "


    De Jean-Michel Jarre on connaît le musicien, pionnier de l'électro à l'influence majeure sur la jeune génération, et inventeur de concerts-spectacles devant des foules records. Mais on ne connaît pas le cheminement du petit garçon lyonnais qui bricolait des magnétophones devenu star planétaire. La vie de ce fils d'une grande résistante et d'un père multi-oscarisé est un roman qu'aucun romancier n'aurait pu imaginer : sans cesse bousculée par l'inattendu. À l'image de ces Mémoires.
    Où l'on croise Arthur C. Clarke, Stephen Hawking, Edward Snowden, Jean-Paul II, Mick Jagger, Salvador Dalí, Fellini, Lady Di et les femmes de sa vie. Où l'on est emporté par un texte extrêmement intime, construit autour d'objets fétiches de son existence. Où celui à qui l'on doit aussi Les Mots bleus et Où sont les femmes ? nous entraîne au coeur d'une littérature faite d'extraordinaire, de nomadisme, de bruits, d'intranquillité, de sensualité, d'engagement personnel rythmant une mélancolie souterraine.
    Pour la première fois, le créateur d'Oxygène se raconte : un destin hors norme, une histoire française qui a essaimé aux quatre coins du monde.

  • Parmi les écrivains les plus illustres du XVIIe siècle, Corneille, Racine, Molière, La Fontaine, Bossuet, Boileau, Mme de Sévigné, Mme de Lafayette, figure La Bruyère. Avec Les Caractères ou les Moeurs de ce siècle, il a tendu au public de son époque un miroir qui nous reflète toujours. Bien des comportements de la société de Louis XIV ressemblent aux nôtres. Les temps changent, pas le fond des hommes.
    Jean-Michel Delacomptée explore ce miroir et ce que ses reflets disent de nous.
    De La Bruyère lui-même, on sait fort peu de choses. Quels milieux fréquentait-il ? Était-il misanthrope, misogyne ? A-t-il aimé ? Était-ce un orgueil blessé ? Quelle était la morale de cet auteur si grave et pourtant si drôle ?
    Jean-Michel Delacomptée brosse le portrait captivant de ce classique de notre littérature. Il ouvre ainsi une porte dérobée dans les Caractères, dont il rappelle avec force l'intemporelle grandeur.

  • Juges en Corse

    Jean-Michel Verne


    Pour la première fois, neuf magistrats racontent leur tumultueux passage en Corse, entre emprise mafieuse et ambiguïtés de l'État.

    " Il ne faut pas rester trop longtemps en Corse. Il faut agir dans la légalité, se garder de certaines fréquentations et, surtout, se tenir éloigné de certaines opérations "barbouzardes'. " Ces mots, prononcés par le magistrat Jacques Dallest, révèlent toute la complexité du travail de la justice sur l'île.
    Pressions, menaces, poids des clans et des réseaux, moeurs locales, grand banditisme omniprésent, attentats, coups tordus... Le fonctionnement de la justice insulaire reste très particulier, au moment même où le nationalisme a pris le pouvoir.
    Trois juges et six procureurs qui ont exercé dans l'île jusqu'à aujourd'hui témoignent de leurs difficultés à traiter les affaires. Un enjeu majeur, alors que la Corse pourrait plonger irrémédiablement dans un engrenage dangereux.
    Chacun évoque ses dossiers les plus sensibles. Tous s'expriment avec la volonté de normaliser la vie insulaire et de permettre à l'île de Beauté de poursuivre son développement dans le respect des lois de la République.

  • " Évidemment, il y a de quoi sourire. Il existe aujourd'hui des problèmes plus considérables. Le pays marche de travers, il a d'autres chats à fouetter que de s'étendre sur les douteux mérites de sa production romanesque. Excepté un quarteron de lecteurs en retraite, d'écrivains dépités de leur peu d'exemplaires vendus, de journalistes le nez au vent et de libraires guetteurs de messies, qui s'inquiète de ce qui nous captive, vous, moi, et encore quelques autres ? Précisément, c'est tout le problème. " J.-M. D. Cette Lettre s'adresse à un ami écrivain désespéré de n'avoir obtenu aucune critique ni audience pour son dernier livre, pourtant magnifi que. Elle vise à comprendre et à faire comprendre pourquoi des oeuvres puissantes restent confi nées dans l'ombre, alors que des textes médiocres connaissent un grand succès.

  • Inspiré par les théories du psychiatre suisse C. G. Jung, le docteur Jean-Michel Crabbé nous convie dans ce livre à une expérience pratique et autobiographique du rêve : il raconte ses rêves de 1984 à 2005 et les analyse en livrant ses propres interprétations. Loin de le replonger dans les complications de sa vie quotidienne avec ses désirs, ses craintes et ses pulsions infantiles, ce jeu de piste intérieur lui permet de se recentrer sur son évolution personnelle. En partageant avec beaucoup de pudeur cette expérience prolongée qui lui a enfin permis d´accéder à sa nature profonde, il invite le lecteur à se livrer à son propre jeu de piste intérieur. Exercice nécessaire et indispensable, selon lui, pour retrouver son libre arbitre et décider de ce que l´on veut être ou ne pas être. Un glossaire et un index thématique accompagnent le lecteur et l´aident à se repérer dans les idées fondamentales.

  • " Le personnel de cabine ouvrit les portes pour que nous puissions descendre par une échelle en métal poussée par une demi-douzaine de pauvres bougres. Le froid s'abattit sur nous brutalement, comme si nous venions de plonger dans un trou d'eau sur la banquise. Il fallait marcher environ cent mètres jusqu'au hangar, et un vent vicieux faisait encore chuter le mercure. Chaque respiration était comme un coup de pic à glace. Tous mes poils du nez avaient gelé. J'avais été con de ne pas m'enfiler ma rasade d'antigel comme tout le monde. Le hangar n'était pas chauffé, mais nous protégeait du vent, ce qui était déjà beaucoup. À cette température, chaque degré compte. Nos contacts nous attendaient, hilares de nous voir marcher comme des pingouins, engoncés dans nos vêtements.
    -; Vous avez de la chance, ça s'est réchauffé, hier il faisait moins cinquante-quatre.
    Je ne pus même pas esquisser un sourire, ma mâchoire était paralysée. "
    En 1996, Jean-Michel Cosnuau part vivre à Moscou et découvre l'ébullition d'une Russie en pleine reconstruction. Le début d'une vie festive et périlleuse, au cours de laquelle il devient le loup blanc des nuits moscovites, apprend tout du banditisme ambiant et de la corruption, de l'éternelle folie des Russes, en côtoyant nombre d'individus étranges. Vingt années d'excès, d'amitiés et de trahisons, de rencontres amoureuses, spirituelles ou éthyliques, qu'il nous raconte avec un mélange de fatalisme et d'humour jubilatoire.
    Une ode à la liberté qui se lit comme un roman noir.

    " Il faudrait un Scorsese pour raconter cette aventure-là. " Emmanuel Carrère

  • Résister en Corse Nouv.

    Un vaste mouvement citoyen destiné à combattre l'emprise mafieuse se développe dans l'île de Beauté. L'assassinat du militant écologiste Maxime Susini en 2019 a déclenché une véritable prise de conscience collective. Ce livre est une pierre supplémentaire à l'édifice de la résistance : des citoyens - maires, anciens élus ou responsables associatifs - brisent l'omerta en témoignant à visage découvert. Une marque de courage. Face aux agissements de ces organisations criminelles et à leurs connexions avec les milieux politiques et économiques insulaires, ils dénoncent non seulement la passivité des nationalistes au pouvoir, mais aussi celle d'un État jugé trop souvent défaillant. L'enjeu : l'avenir de la démocratie en Corse.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La France se trouve à la croisée des chemins : elle doit choisir entre la mutation et le sous-développement. Les événements de mai représentent-ils une nouvelle forme de révolution qui serait propre au XXe siècle ? Jean Bloch-Michel s'interroge à ce sujet.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Quelles conclusions tirer des grandes enquêtes organisées aux États-Unis et en Grande-Bretagne pour mesurer l'efficacité relative de la publicité dans la presse et de la publicité télévisée ? Certains de ces résultats sont-ils transposables à la France et à l'Europe ? Existe-t-il un rapport universel et absolu entre l'efficacité des deux médias en termes de réponse à la publicité ? Les auteurs apportent des réponses nuancées mais précises à ces questions et à quelques autres. Mais ils s'efforcent d'aller plus loin en développant une méthode de recherche comparative, qui soit à la fois exempte des ambiguïtés décelées dans les enquêtes américaines et anglaises, et surtout commodément applicable en France. L'annonceur et le publicitaire européens trouveront donc dans ce livre les moyens de mesurer sur leur marché, et pour leurs propres produits, l'efficacité relative de la publicité dans la presse et de la publicité télévisée. Ils verront aussi comment, selon leur stratégie, choisir celui des deux médias qui sera le plus efficace ; enfin, et surtout, comment presse et télévision peuvent, en se combinant, se compléter l'une l'autre, pour assurer une communication plus parfaite.

  • La lecture "en clair" de treize lignes du manuscrit de Tomenika, ce fameux cahier qui fut offert à Francis Mazière au terme de son séjour dans l'île de Pâques, est ici à l'origine d'étonnantes découvertes. Tout se révèle : la signification des statues géantes, leur orientation, le culte de l'homme-oiseau, la genèse de la petite sculpture sur bois "moai kava kava", le rituel entourant la naissance d'un enfant, le Mana, le transport des statues, l'origine des Pascuans, la transmission de l'écriture, les chants généalogiques, le culte des ancêtres... Deux cent cinquante idéogrammes, qui enfin parlent. Et non pas isolément, pris un à un ; mais liés ensemble dans un contexte cohérent, se rapportant à des légendes et traditions précises et connues, révélant par ailleurs des aspects tout à fait nouveaux de cette civilisation. Enfin, la comparaison de l'écriture Rongo-Rongo avec l'écriture chinoise ancienne ouvre des perspectives inattendues, stupéfiantes, car le premier sens du signe chinois archaïque s'accorde en tous points avec la signification profonde, seconde, du signe pascuan. De là, la question fondamentale de l'origine de la civilisation pascuane s'éclaire d'un jour nouveau.

  • Quelles conclusions tirer des grandes enquêtes organisées aux États-Unis et en Grande-Bretagne pour mesurer l'efficacité relative de la publicité dans la presse et de la publicité télévisée ? Certains de ces résultats sont-ils transposables à la France et à l'Europe ? Existe-t-il un rapport universel et absolu entre l'efficacité des deux médias en termes de réponse à la publicité ? Les auteurs apportent des réponses nuancées mais précises à ces questions et à quelques autres. Mais ils s'efforcent d'aller plus loin en développant une méthode de recherche comparative, qui soit à la fois exempte des ambiguïtés décelées dans les enquêtes américaines et anglaises, et surtout commodément applicable en France. L'annonceur et le publicitaire européens trouveront donc dans ce livre les moyens de mesurer sur leur marché, et pour leurs propres produits, l'efficacité relative de la publicité dans la presse et de la publicité télévisée. Ils verront aussi comment, selon leur stratégie, choisir celui des deux médias qui sera le plus efficace ; enfin, et surtout, comment presse et télévision peuvent, en se combinant, se compléter l'une l'autre, pour assurer une communication plus parfaite.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La lecture "en clair" de treize lignes du manuscrit de Tomenika, ce fameux cahier qui fut offert à Francis Mazière au terme de son séjour dans l'île de Pâques, est ici à l'origine d'étonnantes découvertes. Tout se révèle : la signification des statues géantes, leur orientation, le culte de l'homme-oiseau, la genèse de la petite sculpture sur bois "moai kava kava", le rituel entourant la naissance d'un enfant, le Mana, le transport des statues, l'origine des Pascuans, la transmission de l'écriture, les chants généalogiques, le culte des ancêtres... Deux cent cinquante idéogrammes, qui enfin parlent. Et non pas isolément, pris un à un ; mais liés ensemble dans un contexte cohérent, se rapportant à des légendes et traditions précises et connues, révélant par ailleurs des aspects tout à fait nouveaux de cette civilisation. Enfin, la comparaison de l'écriture Rongo-Rongo avec l'écriture chinoise ancienne ouvre des perspectives inattendues, stupéfiantes, car le premier sens du signe chinois archaïque s'accorde en tous points avec la signification profonde, seconde, du signe pascuan. De là, la question fondamentale de l'origine de la civilisation pascuane s'éclaire d'un jour nouveau.

  • Edgar Morin dit : « Rien n'est tout à fait ouvert, rien n'est tout à fait bouché, une nouvelle aventure est possible. » L'espèce humaine, face à son évolution, doit à présent répondre à des problèmes de vie essentiels. Un nombre croissant d'êtres se posent le problème de leur existence. Déçus par les Eglises, ils cherchent des voies nouvelles d'ouverture à soi-même. Or, dans tous les courants spirituels de l'humanité, ces voies oubliées existent, sous la forme de techniques précises de concentration et d'éveil, sous la forme d'une méditation qui dépasse l'étroitesse des dogmes et morales érigés au fil de l'histoire. Cette collection veut donc mettre au jour ce qui, dans le legs de toute tradition mystique, peut encore servir à l'homme d'aujourd'hui, de façon pratique. Inutile de créer un temple, car celui-ci est en soi, répètent les sages. Personne n'est libéré, chacun peut se libérer. Pourtant la vie se passe à déplacer l'illusion, à la cristalliser sur de toujours nouveaux objets. Et l'homme, face à la mort, comprend trop tard que personne ne l'a libéré. Chaque volume sera donc un retour à l'origine, un retour aux enseignements simples et concrets de ceux qui ont eu le courage de voir l'homme cosmique dans son unité. La libération n'est pas pour le futur, elle est réalisable tout de suite, par chacun, dans n'importe quelle société. Il faut commencer par changer l'esprit, la matière suivra.

  • Réconcilier les Français, mettre fin aux hostilités qui opposent la gauche et la droite : il y a maintenant plus de deux décennies que des hommes politiques essaient de casser la bipolarisation engendrée par les institutions de la Ve République. En vain, jusqu'ici. Mais il n'est plus sûr que ces efforts soient désormais infructueux. Les élections européennes de 1984 ont, en effet, complètement bouleversé la carte politique française. Le parti communiste, à l'extrême gauche, ne recueille plus que 10 % des suffrages. Symétriquement, est apparue une extrême droite. La gauche non communiste peut désormais se passer du PC. L'opposition va se désagréger devant le phénomène Le Pen. La réconciliation du centre et de la gauche modérée, n'est plus du domaine de l'utopie. À condition de faire sauter les mécanismes institutionnels qui poussent à la bipolarisation, c'est-à-dire d'instaurer le scrutin proportionnel et un véritable régime présidentiel. C'est dans ces conditions que naîtra la nouvelle alliance des démocrates de progrès, qui unissent l'impératif de rigueur économique au souci de justice sociale. À terme, ainsi, notre vie politique devrait évoluer d'une bipolarisation exacerbée, à un bipartisme à l'anglo-saxonne : un grand parti démocrate et un grand parti conservateur alterneront au pouvoir, laissant les extrêmes hors jeu.

  • Un homme écrit aux stars avec lesquelles il a traversé des nuits, aux chanteuses qui l'ont fait rêver quand il avait seize ans, aux actrices. Des lettres qu'il n'envoie pas.

  • Notre histoire à la lumière des big data.

    Imaginez un robot capable de parcourir tous les rayons de toutes les bibliothèques du monde, d'en lire tous les livres, et de se souvenir de chaque lettre, de chaque mot et de chaque phrase.
    Imaginez maintenant que ce robot à l'âme de silicone et à la mémoire numérique surpuissante soit capable, à partir de ses lectures, de révéler des aspects demeurés jusqu'alors cachés de l'histoire de notre civilisation.
    Cet outil révolutionnaire existe. Dû à deux génies de l'informatique, Erez Aiden et Jean-Baptiste Michel, il bouleverse déjà notre histoire culturelle.
    À quelle vitesse la technologie se répand-elle, et à quel rythme la grammaire évolue-t-elle ? Parlons-nous autant de Dieu aujourd'hui qu'en 1800 ? À quel âge les célébrités accèdent-elles à la notoriété ? Peut-on prédire l'avenir de l'humanité ?
    Voilà quelques-unes des questions, parmi tant d'autres, auxquelles Erez Aiden et Jean-Baptiste Michel se proposent de répondre ici sous forme de graphiques surprenants qui donnent autant à rêver qu'à réfléchir.

  • Un fils d´institutrice et un ancien instituteur (tous deux romanciers) se sont rencontrés un jour en Cévennes. Ils se sont raconté des histoires d´école. Ils ont évoqué cette morale d´autrefois, que l´on chantait ainsi : « Tu vaux à nos cités mieux que vingt citadelles. « Apprends-nous à lutter en affirmant tes droits, « Pour qu´un jour sans effort nos fils te soient fidèles. » Cette formidable morale laïque et civique qui a sauvé la République et pour ainsi dire construit la France d´aujourd´hui, Jean-Daniel Baltassat et Michel Jeury n´y croient qu´à moitié. En tout cas, ils n´ont ni l´un ni l´autre la nostalgie d´un mythique âge d´or de l´école. Ils se souviennent du temps des diatribes sans mesure et du bonnet d´âne qui coiffait les fortes têtes. Dès son origine, l'école laïque et républicaine affiche sa volonté de former de « bons citoyens ». L'éducation civique y pourvoit avec parfois une intransigeance stupéfiante. La morale possède un énorme M. C'est que la République doit être plus exigeante encore que l'Église ! Cette compétition acharnée ne s'estompera qu'avec les années 60. Mais aujourd´hui, où l'heure semble au « retour de l´éducation civique », sait-on seulement ce qu'elle a été ? Comment et à quel prix elle fut efficace ? Au fil des chapitres, Michel Jeury et Jean-Daniel Baltassat nous offrent un large choix d´extraits qui nous laisseront tantôt hilares, tantôt incrédules, et, quelquefois aussi, sauront nous émouvoir... Leur commentaire inspire toutefois une certitude : la morale est fille du temps ! Un fils d'institutrice et un ancien instituteur (tous deux romanciers) se sont rencontrés un jour en Cévennes. Ils se sont raconté des histoires d'école. Ils ont évoqué cette morale d'autrefois, que l'on chantait ainsi : " Tu vaux à nos cités mieux que vingt citadelles. " Apprends-nous à lutter en affirmant tes droits, " Pour qu'un jour sans effort nos fils te soient fidèles. " Cette formidable morale laïque et civique qui a sauvé la République et pour ainsi dire construit la France d'aujourd'hui, Jean-Daniel Baltassat et Michel Jeury n'y croient qu'à moitié. En tout cas, ils n'ont ni l'un ni l'autre la nostalgie d'un mythique âge d'or de l'école. Ils se souviennent du temps des diatribes sans mesure et du bonnet d'âne qui coiffait les fortes têtes. Dès son origine, l'école laïque et républicaine affiche sa volonté de former de " bons citoyens ". L'éducation civique y pourvoit avec parfois une intransigeance stupéfiante. La morale possède un énorme M. C'est que la République doit être plus exigeante encore que l'Église ! Cette compétition acharnée ne s'estompera qu'avec les années 60. Mais aujourd'hui, où l'heure semble au " retour de l'éducation civique ", sait-on seulement ce qu'elle a été ? Comment et à quel prix elle fut efficace ? Au fil des chapitres, Michel Jeury et Jean-Daniel Baltassat nous offrent un large choix d'extraits qui nous laisseront tantôt hilares, tantôt incrédules, et, quelquefois aussi, sauront nous émouvoir... Leur commentaire inspire toutefois une certitude : la morale est fille du temps !

  • Michel Drucker change. Et il a envie de montrer qui il est vraiment. Un demi-siècle de carrière. Une existence fondue au petit écran. Cinq décennies que Michel Drucker n'a pas vu passer. Pour marquer cet anniversaire, il nous ouvre son agenda 2014-2015, un journal de bord étourdissant. D'emblée, cette année s'annonce mémorable. L'homme de télévision décide de monter sur les planches pour raconter les coulisses de sa vie. Le temps qui file va précipiter ce désir de liberté. L'actualité, le choc des attentats de janvier, le sourire de Bébel, la maladie de son ami Michel Delpech, les people en espadrilles sous les oliviers, les délires hilarants de son hypocondrie nous emportent dans un tourbillon. Céline Dion passe en ski nautique, un funambule traverse le ciel. Carla Bruni et Isabelle Adjani croisent les hommes du GIGN et du RAID. Des anonymes, Sofiane ou Manon, bouleversent sa vie... Cocasses, poignants, les jours s'égrènent à la vitesse d'un TGV ou d'un hélico... 365 jours d'une année vraiment pas comme les autres et d'un Michel Drucker qui n'est plus là où on l'attendait. À la fois intime et truculent, entre rires et larmes, qui rendent chaque instant si précieux, ce tour de piste raconte aussi la France d'aujourd'hui.

  • En ce début du XVIe siècle, les Ottomans menacent la Hongrie. Le comte Gabor, joueur d'échecs incomparable, gouverne le comitat de Paks. Sa fille Judit, joueuse hors du commun elle aussi, se désespère de l'apathie de son père face au péril turc. Elle voudrait prendre sa place au plus vite. Sa mère, la comtesse Livia, cupide et avide de pouvoir, nourrit la même ambition. Toutes deux se haïssent. Pour parvenir à ses fins et sauver son pays, Judit trame un projet machiavélique. Elle le mènera jusqu'au bout, sans peur et sans pitié. Alors naît sa légende.
    Dans ce roman à l'atmosphère puissamment baroque, à mi-chemin entre l'histoire et l'imaginaire, Jean-Michel Delacomptée fait surgir une héroïne exceptionnelle dont l'idéal de résistance demeure intemporel.

empty