Normand Génois

  • La poésie prend les airs dun gamin qui voit la nature en profondeur, se laissant transformer par elle, le poète piétinant les herbes, à laffût des oiseaux ou dautres signes moins visibles mais présents dans le mouvement des formes. Lon y entend un attachement davantage quune défense, le poète préférant les mots simples mais "indomptables" (Roland Giguère). La présence de la nature demeure le lieu rassurant de lexpérience humaine. Lamour est dans le bois et dans les mots qui lui donnent présence.

  • Nous sommes fiers de ce coin de pays nommé Bras-du-Nord. Nous y respirons un air pur, à la fois dense et léger. Nous marchons sur les glaces du mont Gibraltar dominant la vallée, nous canotons sur les eaux frissonnantes de la Bras-du-Nord qui rejoint la rivière Sainte-Anne, juste après Saint-Raymond, et toujours les paysages touchent au merveilleux. Miracle qui nous fait pénétrer dans les zones inhabitées de nous-mêmes. Nous devenons tous des paysages d'eau tendre, de reflets profonds, d'oiseaux qui s'évadent au ciel.

empty