Olivier Bobineau

  • Comment lÉglise catholique, universelle, prônant lamour, transcendant les cultures et les peuples est-elle devenue lune des principales puissances du monde occidental ? Quels sont les fondements et lessence du pouvoir de cette institution gouvernée depuis mille cinq cents ans par un seul homme, lévêque de Rome ? Comment celui-ci est-il devenu le Pape, empereur de la foi et de la loi, représentant de Dieu sur Terre, souverain pontife auquel plus dun milliard dâmes doivent obéissance ?
    Au prisme de lhistoire, de lanthropologie du don, de la sociologie et de la philosophie politique, Olivier Bobineau, après avoir étudié les origines juive, grecque et romaine de lÉglise, met en perspective de manière inédite les principes du gouvernement pontifical. En une synthèse éclairante, il montre comment lamour et le pouvoir sunissent dans le catholicisme et construisent une conception originale de lautorité. Dans lempire catholique, à la différence du monde orthodoxe et du protestantisme, le « Dieu des curs » côtoie une machine à dogme centralisatrice. Et tel est dailleurs son génie à léchelle planétaire.
    Élection du pape, concile, civilisation paroissiale, liturgie de la messe, confession, fabrique des saints : le lecteur découvrira pourquoi et comment, par-delà les schismes et les crises du temps, le catholicisme cherche à conserver son autorité sur le cur des hommes.
    Un essai magistral sur lÉglise et le pouvoir.

  • Voici le second volet de la première enquête historique en BD sur la plus vieille institution du monde. On y raconte l'histoire de Dieu et du diable, un mélange de sexe et d'amour, d'argent et de dénuement, de pouvoir et de liberté, d'intelligence machiavélique et de violence tous azimuts - bref, notre histoire. Magnifiquement illustré, plein d'humour, de distance critique mais aussi de rigueur scientifique, L'Empire est le fruit de plus de vingt années de travail.

  • L'Église catholique est régulièrement secouée par des affaires de pédophilie dans ses rangs. Mais que cache en profondeur ce scandale à peine concevable d'un représentant de Dieu sur terre abusant la figure de l'innocence par excellence, l'enfant ?Première enquête réalisée en France sur le sujet, Le sacré incestueux explore les dimensions culturelles, sociales, juridiques, religieuses et anthropologiques de ce scandale. L'Église fait face à une crise sans précédent et multiforme : crise de la formation du prêtre, dont le corps est censé ignorer toute sexualité ; crise du droit canonique et des institutions, en décalage avec les exigences de la société moderne dans la gestion des situations ; crise humaine pour les victimes, oubliées de l'Église. Mais c'est surtout une crise de sens : la pédophilie cléricale constitue un véritable choc entre deux figures sacrées, celle de la tradition, le prêtre, et celle de la modernité, l'enfant.S'appuyant sur les témoignages de religieux coupables d'abus sexuels sur mineurs, de victimes, de leurs familles, de responsables ecclésiaux et d'experts, cette enquête menée par O. Bobineau, C. Lalo et J. Merlet interroge, déplace les lignes, bouscule le lecteur dans sa perception et sa compréhension du phénomène. Avec des propositions et sans ignorer la réalité des situations, elle ouvre un vaste chantier de réflexion autour de la pédophilie dans l'Église.
    Olivier Bobineau, sociologue des religions et de la laïcité, est membre du Groupe Sociétés Religions Laïcités (Sorbonne-CNRS). Il est notamment l'auteur de L'empire des papes et de Notre laïcité ou les religions dans l'espace public. Il dirige un cabinet de sciences humaines appliquées à la pacification du lien social.Constance Lalo est juriste et chargée d'enseignement à Sciences Po.Joseph Merlet, sociologue et prêtre, a créé et dirigé le Centre d'études et d'action sociale de la Mayenne. Il travaille dans le secteur de la formation et de la recherche en développement.

  • « Radicalisation », tout le monde en parle mais de quoi parle-t-on au juste ? D'extrémisme ? De violence ? De terrorisme ? De jusqu'au-boutisme musulman ? Mais alors pourquoi utiliser le mot « radicalisation » ?
    De manière inédite, la radicalisation est étudiée comme un processus anthropologique et sociologique de construction identitaire pour des jeunes gens en quête de sens. Ces « orphelins du sens » connaissent la désintégration sociale et familiale dans une société en proie à des événements politiques et religieux internationaux qui viennent changer la donne. Certains se tournent alors vers une offre religieuse porteuse d'estime de soi, d'équité et d'espérance. En apparence spirituelle, cette offre de sens véhicule une conception idéologique condamnant les démocraties occidentales pluralistes, faisant basculer certains jeunes garçons et filles dans l'intransigeantisme, voire la violence.
    Les deux auteurs décortiquent et identifient les tenants et aboutissants de la radicalisation. Processus trop longtemps méconnu à force de se focaliser sur sa « surface » événementielle, choquante pour ne pas dire terrifiante, ce livre nous dévoile les raisons profondes de la radicalisation qu'il est urgent de comprendre pour mieux agir.

  • Comment comprendre le « retour » du religieux ? Religions et modernité ne seraient donc pas incompatibles ? Qu´est-ce qui a changé depuis les temps de la sécularisation et de la laïcité triomphante ? Faut-il chercher la réponse du côté d´une étonnante faculté d´adaptation des religions ou des angoisses sociales et des désarrois individuels ?  Cette 2e édition refondue propose des grilles de lecture et d´interprétation aptes à cibler les interactions du social et du religieux. C´est à ce besoin que la sociologie des religions s´est efforcée de répondre, dans la diversité de ses approches et de ses terrains. Comment s´est-elle développée depuis Durkheim et Weber ? Quels sont ses grands représentants actuels, ses débats, ses acquis ? Que dit-elle du phénomène religieux dans nos sociétés contemporaines ?  Olivier Bobineau est enseignant-chercheur, membre du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (CNRS/EPHE).  Sébastien Tank-Storper est chargé de recherche au CNRS, membre du Centre d'études interdisciplinaires des faits religieux (CNRS-EHESS).

  • La laïcité est-elle vraiment un obstacle à l'intégration des musulmans ? Comment réfléchir aux modalités du vivre ensemble dans la France laïque d'aujourd'hui pour des citoyens aux croyances, valeurs et appartenances diverses et multiples ? L'islam peut-il s'intégrer dans la laïcité européenne ? Autant de questions qui se posent. Ou qui pourrait se formuler ainsi : comment les musulmans s'intègrent-ils dans nos sociétés contemporaines sécularisées ? C'est pourquoi il n'est peut-être pas inutile de s'arrêter quelque peu sur cette nouvelle réalité de la France de 2012 pour proposer des pistes concrètes afin d'imaginer et de bâtir des fondements éthiques, rassembleurs, pour que le vivre ensemble dans le respect des individualités multiples qui semble être menacé, voire menaçant pour certains, puisse se concrétiser sans peurs mais avec confiance. Il s'agit ni plus ni moins de nouvelles formes de citoyenneté, dans lesquelles certains musulmans sont prêts à entrer en visitant de manière critique certains aspects de leur traditions religieuses.

  • Balayer la paroisse ? " L'expression choisie par les auteurs de ce livre n'est pas sans revêtir une dimension polémique. Balayer, est-ce nettoyer et remettre de l'ordre ? Ou bien est-ce se passer de la paroisse en la faisant disparaître du paysage, en imaginant d'autres formes d'organisation de la vie de l'Eglise ? Sait-on de plus que cette forme de communauté est la plus vieille structure politique et religieuse de l'Occident, qui continue d'habiter profondément notre imaginaire et notre manière de nous représenter l'institution de l'Eglise elle-même ? Depuis ces dernières décennies, elle a connu de nombreuses mutations et évolutions : regroupements de clochers, partage des tâches avec les laïcs, nouvelles définitions des rapports à l'espace... Il se pourrait que cette évolution ne soit pas achevée, comme le montre cet ouvrage.".

  • Les événements du dernier demi-siècle et le changement rapide de nos sociétés ont modifié notre rapport au temps, et en particulier la référence à un avenir qui paraissait devoir être toujours meilleur. L´espérance de l´individu face à sa mort, les représentations dont la société pare son futur, le discours politique en sont profondément affectés. La promesse se raréfie. Lorsqu´elle perdure sous une forme ou une autre, elle perd de sa crédibilité et de sa superbe. A-t-on cru naïvement aux promesses d´avenir jusqu´alors ? Prend-on la mesure d´un temps plus « raisonnable », à hauteur d´homme, butant sur la finitude ?

    L´ouvrage étudie cette évolution de notre rapport à l´avenir, à partir des fondements bibliques et de leurs actualisations dans le salut chrétien, de leurs réinterprétations modernes par l´optimisme des Lumières, jusqu´aux développements contemporains qui semblent nous introduire dans un rapport au temps inédit.

    L´enjeu ici, pour des approches de différentes disciplines, est de donner de l´intelligibilité à ce qui paraît en détruire, et de tracer une histoire alors même qu´elle semble s´achever : sommes-nous à la fin des temps, au bout de l´histoire, ou bien en transition dans notre conception de la temporalité ? Dans quelle sorte de récit pouvons-nous aujourd´hui entrer qui puisse intégrer ce soudain obscurcissement de l´avenir ?

  • En 1968, peu après Vatican II, le cardinal Suenens, alors archevêque de Malines-Bruxelles et personnalité influente au Concile, publiait un livre important sur la coresponsabilité en Eglise. L'enjeu : interroger le partage des responsabilités au sein des structures ecclésiales tout en promouvant une nouvelle répartition des tâches entre clercs et laïcs. Plus de cinquante ans après, où en sommes-nous ? Qu'en est-il concrètement de la participation des laïcs aux activités et services en Eglise ? Comment se vivent les processus de décision, les choix pastoraux, la place des uns et des autres ? Comment aborder la délicate question du pouvoir et de son partage entre prêtres et laïcs ? D'une manière originale, ce livre donne la parole à la fois aux questionnements des fidèles, aux acteurs pastoraux qui nous livrent leur expérience de terrain et à des chercheurs confirmés qui traitent, selon leurs disciplines (sociologie, histoire, théologie, droit canon, psychosociologie), de cette problématique brulante aujourd'hui.

  • "Pourquoi donc la laïcité fait-elle toujours débat ? Quels en sont précisément les principes ? Connaît-on vraiment ses origines ? Pourquoi est-ce l'islam et l'école, parfois les deux conjugués, qui déclenchent si souvent la polémique ? Mais finalement, peut-on définir la laïcité ?
    Qui mieux qu'Emile Poulat pouvait donner de meilleures réponses à ces questions, qui ne finiront pas de nous tarauder tant que nous ne prendrons pas le temps de s'y arrêter ?
    Dans cet ouvrage de maturité, le savant s'intéresse aux conflits entre culture religieuse et culture moderne dans l'histoire de la France contemporaine. A ce titre, la laïcité y joue le premier rôle.
    Sociologue, historien et juriste, il nous répond en refusant l'enfermement des catégories grâce à sa curiosité interdisciplinaire et en dehors des modes de l'instant. Il sait au fil des entretiens nous faire partager les fruits de son considérable et incessant travail, attestant d'une sagacité intemporelle sur... la laïcité."

empty