Archipel

  • Dans un format pratique et prix cadeau, un recueil de citations sur le courage en politique, dans la lignée de Vous n'aurez pas le dernier mot ! (115 000 exemplaires vendus GfK).
    " Le vrai courage, c'est celui de trois heures du matin ", disait Napoléon Bonaparte. Sans attendre une heure si matinale, Patrick Wajsman et Jean Veil présentent, dans leur contexte historique, 200 citations, tantôt pour nous inspirer bravoure et témérité, tantôt, a contrario, pour nous défendre de la cupidité ou de la lâcheté. Florilège :
    " Quand le courage empiète sur la raison, il ronge le glaive avec lequel il combat. " (Shakespeare)
    " Qui craint de souffrir, souffre déjà de ce qu'il craint. " (Montaigne)
    " Où serait le mérite si les héros n'avaient pas peur ? " (Alphonse Daudet)
    " À mesure que l'on s'avance dans la vie, on s'aperçoit que le courage le plus rare est celui de penser. " (Anatole France)
    " Il faut savoir ce que l'on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire. Quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire. " (Georges Clemenceau)
    " Le courage est une chose qui s'organise, qui vit et qui meurt, qu'il faut entretenir comme les fusils. " (André Malraux)
    " L'impossible, nous ne l'atteignons pas mais il sert de lanterne. " (René Char)

  • Dans ce journal de bord, Patrick Chesnais se raconte en toute intimité et toute liberté. Des larmes, des anecdotes, beaucoup d'humour. Après Il est où, Ferdinand ? (Michel Lafon, 2008), le nouveau livre d'un des acteurs préférés des Français.
    Dans son premier livre, Il est où, Ferdinand ? (2008), il évoquait le lien d'un " père orphelin ", écrasé de chagrin, et de son fils.
    Douze ans ont passé. Patrick Chesnais poursuit son journal intime du désordre quotidien, abordant aussi bien sa propre enfance, sa famille, ses amours que ses tribulations de comédien. Sans manquer de raconter ses incroyables histoires de survie.
    Des larmes, des bizarreries, des rires, des silences, des chuchotements et des imprévus : tels sont les ingrédients de ce livre où se manifestent à nouveau sa verve et son humour, entre ironie et désespoir.

  • L'info a été relayée dans toute la presse people : la Première Dame de France tient un journal intime dans lequel elle consigne notes et impressions sur les coulisses du pouvoir. Mais quels secrets recèle ce carnet tenu confidentiel ? Une incursion pleine de surprises dans les confessions de Brigitte Macron.
    Brigitte sait tout.

    Les ministres parlent. Les conseillers s'épanchent. Seule Brigitte connaît la vérité. Elle dit tout.
    Brigitte ne mâche pas ses mots.
    Parfois en colère, Brigitte raconte ce qu'elle a été seule à entendre. Elle connaît comme personne son président de mari. Bien mieux que la litanie de courtisans qui se pressent autour de lui.
    Brigitte est respectueuse.

    Respectueuse de la fonction d'Emmanuel, comme de la réalité des faits qui ont émaillé les trois premières années du quinquennat. Tous les événements décrits ici sont vrais. Précis, jusqu'au moindre détail. Brigitte n'hésite pas à corriger les fake news rapportées par les médias ou les conseillers mal intentionnés. Elle dévoile les motivations secrètes de son mari.
    Brigitte n'oublie rien.

    " Ca se mangera froid ", lance-t-elle à l'adresse des propagateurs de rumeurs infondées. Ce Journal intime, reconstitué par Patrick Girard, offre un témoignage éclairé sur le règne du 8e président de la Ve République.

  • Les secrets d'enfance émouvants de plus de 40 personnalités, de Ségolène Royal à Yann Queffélec, en passant par Emma de Caunes, Marie-Claude Pietragalla ou Manuel Valls.
    Les confidences de 40 personnalités " L'enfance est la terre de l'art et des plus belles aventures humaines. C'est au cours des jeunes années que naissent les vocations, qu'elles soient encore a l'état de rêve ou déjà profondément ancrées. Durant plusieurs années, sur le plateau de "La Traversée du miroir', j'ai reçu plus de trois cents invités. Ces hommes et ces femmes se racontaient sans artifice. Ils revenaient sur un épisode délicat de leur vie, une anecdote, une photo. Julie Gayet, Robert Badinter, Jean-Louis Murat, Yann Queffe lec, Christine Angot, Michel Onfray, Se gole ne Royal, Karl Lagerfeld, Franc ois Hollande, Laetitia Casta, Simone Veil, Anouk Aime e, Nicolas Hulot, Juliette Gre co... Ensemble, nous allons contempler le précieux pays de l'enfance. Je les raconterai, ils me raconteront. Nous ferons de ce livre l'herbier intime de ces secrets qui sont le sel de nos vies. "*Quelque soixante personnalités se sont confiées a Patrick Poivre d'Arvor, éveillant en lui des échos inattendus. Dans ce livre, il poursuit la conversation.

  • Le nouveau roman historique de Patrick Pesnot, créateur de l'émission Rendez-vous avec X", revisite la révolution de février 1848 sur le pas de son héros, jeune provincial révolté."
    Les illusions perdues de 18481847. Petitjean, un jeune provincial, débarque à Paris après avoir fui la révolte de Buzançais, près de Châteauroux, où les paysans, en proie à la famine, ont été violemment réprimé.Arrivé dans la capitale, Petitjean se lie avec de jeunes gens, ardents militants républicains. Auprès d'eux, il devient l'un des acteurs du soulèvement de février 1848, qui s'achèvera par la déposition du roi Louis-Philippe et la proclamation de la IIe République. Mais la désillusion ne tarde guère : la fraternité entre bourgeois et prolétaires vole en éclat dès les premières semaines du gouvernement républicain. Même le petit groupe d'amis de Petitjean n'y résistera pas.Au fil des semaines, les affrontements politiques sont de plus en plus intenses. Si l'amour s'en mêle, Petitjean ne perd pas de vue ses convictions révolutionnaires... Au détour de quelques grandes figures, tels que Lamartine, Blanqui, Blanc, Cavaignac ou Louis-Napoléon Bonaparte, Petitjean nous convoque dans un Paris plongé dans l'effervescence d'une révolution qui s'achèvera dans le sang et la forfaiture.

  • Une ville en mai

    Patrick Raynal

    Nice, mai 1968. Frédéric Corniglion revient après dix ans d'Afrique. Chez les ouvriers et les étudiants, la révolte n'épargne pas Nice et ses facs. Dominique, son ex-femme, lui apprend que Sophie, leur fille, ne donne plus de nouvelles depuis des mois. Elle fréquentait un étudiant, un certain Thomas. Inquiet, Frédéric contacte le commissaire Pancrazi, ancien RG. Le policier lui révèle les activités militantes de Sophie (distribution de tracts...), son appartenance à l'Union de la Jeunesse Marxiste Communiste et Léniniste. En même temps, le cadavre d'un prof de la fac de lettres, Blanc-Dumont, est découvert sur une plage. Frédéric poursuit ses recherches. Il va voir les membres de l'Union, et rend visite à Corinne Duval, la colocataire de sa fille. Là, la jeune femme lui dit avoir reçu un homme à l'air méchant, et insistant pour avoir des nouvelles de Sophie... Avec son équipier Casanova, Pancrazi investit la fac. Quelques étudiants en colère, un directeur rétif, et une info : Blanc-Dumont fréquentait des cercles néo-nazis...

  • La rose et le bourreau

    Patrick Pesnot

    • Archipel
    • 5 Septembre 2018

    Milieu du XVIIIe siècle. La jeune Julienne ne supporte plus sa vie à Cancale, et décide de s'enfuir... déguisée en garçon. De Paris à Prague, en passant par Lyon et Marseille, Julienne, travestie, aura fort à faire pour conserver son secret... et prouver à tous qu'elle peut se conduire comme un homme"."
    Les tribulations d'une femme travestie sous Louis XV Cancale, milieu du xviiie siècle. Orpheline de mère et fille de capitaine, Julienne ne supporte plus sa marâtre. Résolue à changer de vie, elle décide un jour de couper ses cheveux, en le les vêtements de son frère et se fait appeler... Henri.En route vers Paris, la garçonne vit d'expédients, dort à la belle étoile et se fait connaître de la maréchaussée en laissant pour mort un aubergiste émoustillé par son androgynie... Elle est recueillie par un jeune abbé aussi bon qu'avenant. Arrivée à Paris, à court de ressources, elle cède aux avances d'un sergent recruteur qui l'engage dans l'armée du roi sous le sobriquet de " Sans-Souci ". La voilà engagée dans la campagne de Bohème, à travers Vosges et Forêt-Noire.Bientôt, quarante mille soldats franchissent le Danube et marchent sur Prague. Si Julienne se conduit avec bravoure, pourquoi chacun des hommes dont elle s'éprend - son capitaine, son compagnon de chambrée... - connaît-il un sort funeste ? De retour en France après avoir déserté, elle n'aura d'autre choix que d'assister dans sa tâche " Monsieur de Marseille " - le bourreau. Jusqu'à quand parviendra-t-elle à dissimuler son identité ?Un roman picaresque dont l'héroïne, mutine aventurière, ne cesse de se perdre pour se retrouver. D'une plume alerte et truculente, Patrick Pesnot y fait revivre l'Europe galante et dangereuse du temps de Louis XV.

  • Le boa et le naja

    Patrick Girard

    La Ve République refuse l´idée d´une dyarchie au sommet de l´État. Depuis 1958, une sourde rivalité n´a cessé d´opposer l´Élysée et Matignon, les deux principaux pôles du pouvoir. Une rivalité exacerbée par les questions d´ego, les querelles entre conseillers et les inimitiés personnelles.
    Une lutte semblable oppose aujourd´hui François Hollande (« le boa »), qui peine à convaincre l´opinion publique, à un Manuel Valls (« le naja ») bénéficiant d´une popularité acquise au ministère de l´Intérieur. Une « forme singulière de cohabitation », estime l´auteur, que l´« esprit du 11 janvier » ne masquera pas longtemps, à deux ans de la présidentielle...
    Cette empoignade intestine n´est pas inédite dans notre histoire politique : Mitterrand-Mauroy en 1981, Chirac-Juppé en 1995... Le livre raconte ainsi les différents épisodes de ces conflits larvés et les replace dans la perspective des scrutins de 2017 et 2022.

  • Du jamais vu sous la Ve République : un ancien chef de l´État, redevenu un justiciable comme un autre, appelé au banc des prévenus pour répondre de détournement de fonds publics, abus de confiance et prise illégale d´intérêts ! Il avait pourtant réussi le prodige d´être devenu un personnage consensuel, béatifié par l´opinion...


    Mais un autre tribunal attend Jacques Chirac : celui de l´Histoire. Sa sentence devrait être légère : que pourrait-on lui reprocher ? Il n´était pas le porteur d´une doctrine, n´avait pas de convictions ni de projet de société. Sa cote de popularité fut toujours inversement proportionnelle à son degré d´implication dans les affaires publiques. Il n´incarnait pas non plus le pays réel, attaché qu´il était à une France rurale en voie de disparition. De tous ses combats, le plus obstiné fut celui qu´il n´a jamais cessé de livrer pour sa survie politique, triomphant de tous les obstacles jusqu´à l´apothéose. Le chantre de la diversité culturelle aura passé tous ses adversaires par le fil de l´épée. À son tableau de chasse, Jacques Chaban-Delmas, Michel d´Ornano, Raymond Barre, Valéry Giscard d´Estaing, Laurent Fabius, Édouard Balladur, Philippe Séguin et même Nicolas Sarkozy !


    C´est ce parcours hors norme, celui du plus grand « tonton flingueur » de la République, que retrace Patrick Girard d´une plume mordante.

  • Non, les droits de l'homme ne se négocient pas ! Ils se défendent ou ils dépérissent, partout dans le monde où un chef d'État, où un gouvernement, où une société prétend s'y soustraire.
    Il est des combats qui ne connaissent pas de frontières. La lutte contre le racisme est de ceux-là, et la France y a participé activement, par le biais d'organisations indépendantes de défense des droits de l'homme. Ainsi la Lica, née en 1926 pour lutter contre le regain de l'antisémitisme, devenue Liera en 1979 pour signifier son refus de toutes les formes de racisme.
    À l'heure où l'Amérique d'Obama donne à la France une leçon de diversité et d'indifférence aux critères ethniques, Patrick Gaubert propose un état des lieux des discriminations en France ainsi que de la défense des droits de l'homme.
    À travers le récit de son itinéraire de militant antiraciste, il évoque les succès de la Liera, les combats qui lui restent à mener, et dit sans ambages son humeur et sa déception face aux manquements actuels dans la promotion des droits de l'homme. Il appelle enfin à la vigilance des démocraties et des associations face aux dérives intégristes qui menacent nos droits, la laïcité et notre liberté d'expression.

  • Grâce à son penalty d'une audace incroyable, réussi dès le début de la finale de la Coupe du monde, le 9 juillet 2006, la France entière s'est mise à rêver... Un peu moins de deux heures plus tard, la carrière de footballeur de Zinedine Zidane s'achevait

  • Chaban, Giscard, d'Ornano, Balladur, Pasqua, Jospin? : tous ont tenté, à un moment ou à un autre, de se mettre en travers de son chemin, de contrecarrer ses ambitions. Mais le ?bulldozer' Chirac ne s'arrête jamais. Par le sourire, par la ruse, par le jeu des alliances ou des réseaux, par la force s'il le faut, mais toujours avec détermination, Jacques Chirac a grimpé marche à marche l'escalier menant au plus prestigieux et difficile d'accès des palais : celui du 133, rue du faubourg Saint-Honoré.
    Ce livre n'est pas un ouvrage acrimonieux, ni l'occasion de règlements de comptes. C'est la biographie d'un homme politique d'une carrure exceptionnelle, constituée d'étapes : la lutte contre Giscard, le règne à la mairie de Paris, la création du RPR, l'éviction du soldat Jospin et, enfin, le sacre du second tour des présidentielles de 2002.
    Autant d'obstacles à franchir, autant d'" amis " à trahir ou à rallier à sa cause, d'adversaires à éliminer, de mouvements politiques à rayer de la carte (l'UDR, puis le RPR) pour en créer un autre, à sa mesure.
    L'itinéraire, de 1974 à 2003 30 ans d'un Français jovial et sympathique.

  • Les hommes roulaient en DS ; les femmes portaient des mini-jupes dessinées par Mary Quant. Dans les transports, on donnait son ticket à un poinçonneur. La musique s'écoutait sur 45 ou 33 tours. Plus tard, le walkman fera l'effet d'une révolution. Dans les salles de cinéma, des ouvreuses nous menaient à notre fauteuil. Les films, eux, étaient vus d'abord sur grand écran, puis en VHS.
    Dans Nostalgie des choses perdues, Patrick Poivre d'Arvor se rappelle un temps où la crise était loin, une époque heureuse qui mérite d'être célébrée.
    En se livrant, de façon intime, il la fait revivre les apéritifs d'antan, l'âge d'or des paquebots, les biscuits que son grand-père lui ramenait de ses voyages ou les Dinky Toys qu'il collectionnait enfant...Par petites touches personnelles, il brosse le roman des Trente Glorieuses.

  • Ne pas louer un logement à un couple homosexuel, ne pas recruter un cadre parce qu'il est trop âgé, ne pas laisser un étranger entrer en discothèque parce qu'il n'a pas « la tenue adéquate », ou persuader une écolière qu'elle n'est pas douée pour les mathématiques parce qu'elle est une fille sont autant d'exemples qui montrent que la discrimination est à la fois intolérable et universelle. Là est le paradoxe. Car discriminer est aussi une démarche « utile » pour exister avec autrui, se rassurer sur ses propres aptitudes, affirmer son identité et rendre le monde social moins menaçant. Comment alors sortir de cette contradiction et trouver des solutions durables aux niveaux politique et social ? Tel est l'enjeu de la très moderne question de la discrimination.
    S'appuyant sur des exemples issus de la vie quotidienne et des études ou travaux en psychologie sociale pour comprendre la dynamique de la discrimination. Il démonte les idées reçues et affirme que celle-ci est un mal condamnable mais nécessaire.

empty