Audiolib

  • Peste & choléra

    Patrick Deville

    Le 30 mai 1940, Alexandre Yersin quitte Paris à bord du dernier avion pour Saigon. Il a 77 ans, ce sera son ultime voyage. Avec ce roman, Patrick Deville retrace le destin de ce scientifique atypique, aventurier et voyageur. Le jeune Yersin s'ennuie à l'Institut Pasteur. Très vite, il part en Asie, s'embarque comme médecin sur un navire, puis devient explorateur. Découvreur en 1894 du bacille de la peste, il s'installe en Indochine, multiplie les observations scientifiques. Il aura l'intuition des usages possibles de l'hévéa et de la coca... Loin de l'hagiographie, le roman d'un écrivain et voyageur digne des plus grands, de Cendrars à Kessel, Soupault ou Simenon.
    En interprétant lui même l'épopée scientifique qui mène son héros au coeur de l'Asie, Patrick Deville donne à la conquête du savoir tout son poids d'humanité.
    Un livre paru en grand format aux Editions du seuil et à retrouver sur http://www.seuil.com/livre-9782021077209.htm
    Durée : 7 h 35 min

  • Remise de peine

    Patrick Modiano

    Une maison d'un étage, à la façade de lierre, dans un village des environs de Paris
    où le narrateur, que l'on appelait plus facilement « Patoche » à l'époque, a grandi
    avec son petit frère car leur mère était partie jouer une pièce en tournée.
    Une maison où ne vivaient que des femmes, une époque où tant de questions se
    bousculaient : qu'est-ce qu'une tête brûlée ? et une « série noire » ? Eliot Salter,
    marquis de Caussade, reviendrait-il dans son château comme l'avait promis le
    père des enfants lors d'un déjeuner ?
    Tant d'étonnements aussi : « Pourquoi les policiers ne nous ont pas interrogés ? »
    se demande encore Patoche, qui ajoute : « Pourtant les enfants regardent. Ils
    écoutent aussi. »
    Sans doute ne reste-t-il rien de tout ça que l'étui à cigarettes d'Annie, le sourire
    de Jean D., la grosse voiture de Roger Vincent dans le souvenir du narrateur
    qui n'a pu oublier. Ni la maison, ni ces femmes, ni leurs invités. Patoche regarde,
    écoute, il sait parfaitement que quelque chose de grave leur est arrivé.
    © Éditions du Seuil, janvier 1988
    © et (P) Audiolib, 2016
    Durée : 2h10min

  • Fleurs de ruine

    Patrick Modiano

    • Audiolib
    • 30 Novembre 2016

    Je m'étais assis à la terrasse de l'un des cafés, vis-à-vis du stade Charlety. J'échafaudais toutes les hypothèses concernant Philippe de Pacheco dont je ne connaissais même pas le visage. Je prenais des notes. Sans en avoir clairement conscience, je commençais mon premier livre. Ce n'était pas une vocation ni un don particuliers qui me poussaient à écrire, mais tout simplement l'énigme que me posait un homme que je n'avais aucune chance de retrouver, et toutes ces questions qui n'auraient jamais de réponse. Derrière moi, le juke-box diffusait une chanson italienne. Une odeur de pneus brûlés flottait dans l'air. Une fille s'avançait sous les feuillages des arbres du boulevard Jourdan. Sa frange blonde, ses pommettes et sa robe verte étaient la seule note de fraîcheur dans ce début d'après-midi d'août. À quoi bon tâcher de résoudre des mystères insolubles et poursuivre des fantômes, quand la vie était là, toute simple, sous le soleil ?
    © et (P) Audiolib, 2016
    © Éditions du Seuil
    Durée : 2h35

  • En 1964, dans un café parisien, un client braque l'objectif de son Rolleiflex sur un jeune couple assis à une table proche. C'est ainsi que le narrateur fait la connaissance du photographe Francis Jansen, avec qui il se lie un temps. Puis un jour Jansen disparaît sans laisser d'adresse. Le souvenir de cet homme étrange et de leurs rencontres vient hanter, trente ans plus tard, celui que Jansen appelait «le scribe », et qui va tenter de reconstituer sa silhouette évanouie... Mais est-ce un hasard si au dos de la première photo retrouvée, qui va déclencher cette quête hasardeuse de souvenirs, est inscrit « Reproduction interdite » ? Et des images ou des phrases, lesquelles sont les plus aptes à fixer le réel ? Aucune peut-être... «De tous les caractères d'imprimerie, avait dit Jansen, il préférait les points de suspension.» Du pur Patrick Modiano, en somme.
    Pour interpréter « Chien de printemps », ce n'est pas seulement le grand talent d'Édouard Baer, c'est aussi sa remarquable connaissance de Modiano qui lui permet d'en saisir toutes les nuances, des clartés illusoires aux brumes de l'incertitude.
    © Éditions du Seuil, janvier 1988
    © et (P) Audiolib, 2015
    Durée : 1 h 42 min

  • « Ce ne serait pas trop de l'histoire du monde pour expliquer la France. » Jules Michelet, Introduction à l'histoire universelle (1831)
    Voici une histoire de France, de toute la France, en très longue durée qui mène de la grotte Chauvet aux événements de 2015, sans s'embarrasser de la question des origines. Une histoire qui prend au large le destin d'un pays qui n'existe pas séparément du monde, même si parfois il prétend l'incarner tout entier. Une histoire qui n'abandonne pas pour autant la chronologie ni le plaisir du récit, puisque c'est par dates qu'elle s'organise et que chaque date est traitée comme une petite intrigue.
    Réconciliant démarche critique et narration entraînante, l'ouvrage réunit un collectif d'historiennes et d'historiens, tous attachés à rendre accessible un discours engagé et savant.
    Son enjeu est clair : tout en revisitant les lieux de mémoire du récit national, il s'agit de déplacer, de dépayser et d'élargir notre histoire. Prendre la mesure d'une histoire mondiale de la France, c'est la rendre simplement plus intéressante !
    Une histoire de la France en 146 dates, tout à la fois fascinante, entraînante et exigeante.
    Cet enregistrement est accompagné d'un PDF de 14 pages (table des matières, index et présentation des auteurs) que vous pouvez...
    Consulter ici
    Télécharger ici
    © Éditions du Seuil
    (C) et (P) Audiolib, 2018
    Durée : 32h54

  • « Il s'appelle Tristan. Elle s'appelle Camille. Ils ont trente ans... à eux deux. Ils vont s'aimer follement, puis mourir trop tôt, sans doute d'avoir trop aimé.
    Ces deux héros et leur petit garçon, Alexis, m'accompagnent depuis mes 17 ans. `On n'est pas sérieux quand on a 17 ans', disait Rimbaud.
    C'est à cet âge-là que j'ai écrit Moia Bieda, devenu les Enfants de l'aube. Et un premier livre dans la vie d'un écrivain, ça compte !
    Je suis fier de vous le proposer aujourd'hui dans sa version parlée, chez Audiolib. »


    Patrick Poivre d'Arvor

    L'émotion que Patrick Poivre d'Arvor communique dans sa lecture de ce très beau roman d'amour ne vous quittera plus.
    Durée : 3h40
    />

empty