Bandes dessinées / Comics / Mangas

  • Non-retour : Algérie, juillet 1962 Nouv.

    Juillet 1962. L'Algérie est indépendante. Pour les pieds-noirs c'est « la valise ou le cercueil ». Dans un Constellation s'entassent rapatriés, espion, flic de la DST, colonel de l'OAS, et équipage. Au-dessus d'Oran en flammes, les autorités donnent l'ordre d'atterrir, et la tension monte de plusieurs crans... S'inspirant d'un souvenir d'enfance, Jean-Laurent Truc signe pour Patrick Jusseaume son premier scénario. Le dessinateur de "Tramp" storyboarde quelques pages avant de disparaître. Olivier Mangin lui succède au dessin, avec talent.

  • Rouen 1949. L'armateur Julien de Trichère achète un vieux cargo américain, l'Olav II, qu'il rebaptise la Belle Hélène - sa fille s'appelle Hélène et il l'adore. Yann Calec, jeune commandant sans bateau ni équipage, fait des pieds et des mains auprès d'Ester, la secrétaire de l'armateur, pour se faire engager. Non seulement il y arrive un peu trop facilement, mais on lui donne pour second un certain René Floss, qui traîne derrière lui un passé extrêmement louche. Décidément, Calec se méfie : quelque chose se trame sur ce rafiot pourri dont on refait à neuf les cabines et sanitaires, sans s'intéresser le moins du monde à l'état calamiteux de ses chaudières.

    Amour dévorant d'un père condamné pour sa fille infirme, escroquerie à l'assurance, complicité d'un nazi parti cultiver sa nostalgie au Vénézuéla - Calec est effectivement tombé dans un piège, dont la première victime est Ester, qu'il aimait et qu'il a, sans le vouloir, envoyée à l'abattoir. Et c'est l'âme en peine qu'un jour de brouillard, il quitte Rouen sur la Belle Hélène. Sortira-t-il vivant du piège ? Vous le saurez dans le prochain épisode, le Bateau assassiné.

    Poésie des ports, grisaille des docks et froideur des âmes, personnages attachants ou inquiétants - Kraehn et Jussaume font passer, à travers l'élégance du dessin et la solidité discrète du scénario, un parfum de roman noir grand cru.

  • À bord de son cargo, Yann Calec longe les côtes de l'Afrique orientale. Mais le liberty-ship, pris dans une tempête, est malmené. Yann descend vérifier l'état des soutes et découvre alors que son propre navire transporte des caisses d'armes. Il comprend qu'un trafic de contrebande s'est organisé à son insu, mais avec la complicité d'un membre de son équipage et d'un inquiétant passager. Pris au piège, il décide de dissimuler les caisses sur une île avant d'accoster à Djibouti. Mais les trafiquants enlèvent sa fille et le font chanter ; Yann se résout à demander de l'aide, mais il ne se doute pas du prix qu'il aura à payer en retour...
    Un épisode de Tramp après 5 ans d'absence, cap sur l'aventure !

  • Le "Belle-Hélène" taille sa route le long de la côte africaine, et chaque jour qui passe le rapproche de sa fin. En effet, l'armateur Julien de Trichère n'a acheté ce vieux cargo pourri que pour le faire naufrager et toucher l'assurance. Le futur naufrageur est un ancien nazi parti cultiver sa nostalgie au Vénézuela. Le jeune commandant, Yann Calec, se doute de quelque chose, mais n'arrive pas encore à rassembler toutes les pièces du puzzle. Le second, René Floss, est dans la combine.

    Calec a déjà perdu sa petite amie dans l'aventure, mais il ne sait pas encore que c'est Floss qui l'a assassinée, ni que son cargo va être torpillé. Jusqu'au moment où une jeune passagère clandestine, qui a écouté aux portes, le lui apprend. C'est alors que commence, entre Yann Calec, Floss et un courtier vénézuelien pour le moins douteux, un bras de fer qui va très mal tourner pour le jeune commandant : à la fin de l'épisode, il est mis hors-course pour dix-neuf ans, et le titre du troisième volet, le Bateau assassiné n'incite guère à l'optimisme.

    C'est donc avec impatience que nous attendons la suite de cette aventure qui, à la clarté expressive du dessin et à l'efficacité discrète du scénario, ajoute les charmes du roman noir, les beautés de la mer, des bourlingueurs, de l'Afrique et, entre

  • Yann Calec est un officier de la marine, considéré comme forte tête, à qui un armateur véreux offre le commandement du Belle-Hélène. Mais ce cadeau se révélera vite empoisonné, le paquebot étant condamné par avance pour une sombre histoire d'assurance. la secrétaire de l'armateur, devenue la petite amie de Calec, n'aura guère le temps de le prévenir du danger qu'il encourt. Le second du Belle-Hélène, un certain René Floss, est à l'affût, prêt à éliminer les témoins gênants...

  • Résumé du dernier épisode : sorti du piège de la Belle-Hélène (et du premier cycle de ses aventures), Yann Calec se retrouve second sur le Ouessant, dont le commandant, Avron, est assassiné.

    La police arrête rapidement le coupable idéal, un docker noir, mais Calec juge cette conclusion un peu hâtive. Tout le monde pouvait tuer Avron, car tout le monde à bord le détestait, et deux détails restent obscurs. Le bref passage à bord de soeur Marie-Madeleine de la Rédemption, et la disparition du chat du mousse la nuit du meurtre !

    Promu commandant intérimaire du Ouessant, Calec reprend la mer. A la première escale, une Africaine lui apporte un paquet contenant des diamants. Le paquet étant destiné à Avron, Calec fouille sa cabine pour en savoir plus, et y trouve une photo de mariage représentant Avron et soeur Marie-Madeleine. Décidément, ça sent l'embrouille !

    Calec aimerait bien dire deux mots à cette fausse bonne soeur qui, le jour du meurtre, a quitté le cargo pour soi-disant se rendre dans une mission catholique, la mission de Kibangou. Peu après, Calec reçoit un autre paquet, plus macabre ? il contient un doigt de son lieutenant subitement disparu, et une lettre menaçant de lui expédier le reste par petits bouts s'il ne rend pas les diamants. Calec ne peut plus rendre les diamants qu'il avait cachés et qui lui ont été volés.

    Il se résout donc à aller voir la police locale, qui, une fois de plus, boucle l'affaire un peu vite en concluant à un règlement de comptes entre trafiquants. Calec n'y croit pas. Quelques diamants dans un paquet de clopes vide ne constituent pas à ses yeux un vrai trafic, il continue l'enquête.

    Il découvrira la vérité à Kibangou, vérité dans laquelle... le chat avait un rôle. Dans la nuit des ports, sous le soleil du Congo, une aventure torride ? avec ce qu'il faut de danger, de suspense, d'humour et de sales types ? servie par un dessin lumineux et expressif.

    Calec, réembarqué sur le Ouessant et très désireux de revoir Rosana et Iñès, leur petite fille, vient de tracer sur la carte "la route de Rouen".

    Une suite aura donc bien lieu, en l'occurrence avec un cycle qui se déroulera en Asie.

  • Cargo maudit (le)Ce tome 10 de Tramp est un épisode complet qui se lit comme un polar...
    Rentré d'Indochine, Yann Calec profite de l'argent de son héritage pour acheter un vieux cargo et se mettre à son compte. Mais ce retour en Normandie ne se fait pas sans heurts : entre la méfiance des armateurs qui voient arriver un concurrent et les manoeuvres des syndicats, Yann découvre les « joies » de son indépendance... Tout bascule avec la découverte d'un cadavre dans les soutes de son navire : et si le cargo était maudit ?
    Tramp, la série de Kraehn et Jusseaume, est un thriller maritime où scénario, dessin et mise en couleurs sont parfaitement maîtrisés.

  • Années 50. Yann Calec et Rosanna sont installés à Rouen en compagnie de leur fille, Inès. Pour Yann, l'urgence est de dénicher le commandement d'un "tramp". A force d'obstination, il trouvera finalement un poste en... Indochine. Problème: c'est la guerre en Indochine.

    Une sale guerre, même, mais la compagnie est prête à confier à Yann le commandement d'un navire basée à Saïgon. Le salaire confortable fait réfléchir Yann, conscient des dangers encourus. Seulement Rosanna ne semble pas convaincue et se méfie de cette destination "exotique". La guerre coloniale qui fait rage là-bas ne l'incite guère à faire ce voyage mais Yann finit par accepter.
    Arrivé sur place, il découvre Saïgon et un environnement pour le moins agité où les combines sont monnaie courante, y compris à bord de son propre navire. Yann s'adapte peu à peu et découvrira surtout que son propre père a laissé là-bas des traces de son passage. Un retour vers le passé débute alors.

  • Cochinchine, années 50. Après avoir retrouvé la tombe de son père, Yann Calec découvre que celui-ci a décidément laissé derrière lui un passé agité. Militaire aventurier plutôt en marge des autorités, il a été impliqué dans une sombre histoire d'or détourné. Calec, déterminé à découvrir la vérité, découvre alors l'ancienne maîtresse, une congaï, de son père ainsi que son... demi-frère ! Les révélations abondent pour ce troisième album qui conclut le cycle asiatique de cette formidable série d'aventure signée Kraehn et Jusseaume.

  • Résumé des épisodes précédents :

    L'armateur Julien de Trichère a racheté la Belle-Hélène, un vieux cargo pourri, pour le naufrager et toucher l'assurance. Yann Calec, le jeune capitaine du cargo, est prévenu de la magouille par Rasanna, une passagère clandestine. Mais arrivé en Colombie, piégé par Escalona, complice de l'armateur, il est accusé de trafic de drogue et condamné à 19 ans de bagne - d'où il s'évade avec l'aide du Pr Condé, père de Rosanna.

    Alors qu'ils s'embarquent tous les trois sur la Belle-Hélène, que Calec espère encore pouvoir sauver du naufrage, l'Allemand Kortmann, payé par de Trichère, a justement prévu de couler le bateau pendant la traversée.

    La Belle-Hélène, torpillée en pleine mer, coule à pic, tandis que les rescapés sont impitoyablement mitraillés. Calec, qui flotte au milieu des morceaux d'épave, se croit le seul survivant jusqu'au moment où il découvre Rosanna en train de dériver sur le radeau. Les retrouvailles sont très chaudes, mais pendant ce temps, Kortmann, qui ne peut pas se permettre de laisser vivant un seul témoin du faux naufrage, commence à organiser les recherches et à tendre son piège aux rescapés.

    Calec et Rosanna ne sont pas au bout de leurs peines - ni de leurs joies puisqu'ils vont passer cinq mois sur une île déserte, ce qui aura pour effet d'arrondir considérablement le ventre de Rosanna...

    Finalement, après bien des rebondissements et quelques actions sanglantes, justice sera faite et le lecteur arrivera à la fin du premier cycle de ce thriller haletant - mi-polar, mi aventure maritime - servi par un dessin aussi solide qu'expressif. Mais pour que les fans ne sombrent pas dans la déprime, une bonne nouvelle : Yann Calec reviendra !

  • Yann Calec a repris du galon dans la marine marchande : le voilà second d'un commandant despotique. Ce dernier meurt dans des circonstances mystérieuses au large des côtes africaines. Qui est l'assassin...? Ce titre entame le second cycle du fantastique thriller maritime qui comprendra deux albums.

  • Ce second volume du troisième cycle nous permet de retrouver Yann Calec en Indochine. C'est dans cette région d'Asie que Yann découvre que son père a décidément laissé un souvenir encore vivace de son passage. C'est en s'entretenant avec le célèbre journaliste et correspondant de guerre Lucien Bodard que Yann remonte peu à peu la trace de son paternel. Mais la « sale guerre » qui touche l'Indochine rend cette quête pour le moins périlleuse... Un nouvel épisode toujours aussi captivant de ce thriller aux ambiances maritimes.

  • Prêcher dans le désert, ça n'avance pas à grand-chose. Mais si dans ce désert se dresse un pénitencier et que dans ce pénitencier se trouvent les Dalton, ça change tout ! Dunkle le prophète irascible, qui sous l'oeil goguenard de Lucky Luke ne cesse de prédire aux autres bagnards l'imminence du châtiment et la nécessité du repentir va trouver, dans les quatre frères, un auditoire très intéressé dès qu'il parle de montrer la voie du salut ou d'en fournir les clés. Ne parlons pas de Rantanplan, littéralement subjugué par le beau parleur. Le problème c'est que les Dalton ne font pas bien la différence entre l'allégorie et la parabole, surtout Averell. Devenu le disciple préféré du prophète (et le seul si on excepte Rantanplan) il va trouver l'audace de se révolter contre Joe en qui il découvre tout à coup l'incarnation de Satan. Et quand les Dalton parviennent à s'évader c'est pour tomber de Charybde en Scylla car la charmante ville de Paradise Gulch où ils échouent est tenue par une communauté qui prône la non-violence, condamne l'alcool et même l'argent. Une ville sans banque et sans saloon ! Les Dalton auront fort à faire pour y remédier et prêcher à leur tour le retour aux bonnes vieilles valeurs de l'Ouest. Heureusement, Lucky Luke est là pour remettre les pendules à l'heure.

    Ce nouvel album est surtout l'occasion d'une cascade de gags hilarants imaginés par un nouveau scénariste, Patrick Nordmann, journaliste et auteur satirique, producteur à la Radio suisse romande. Dunkle, l'oiseau de malheur, figurera désormais en bonne place dans la pittoresque galerie de portraits des affreux de l'Ouest, croque-morts, escrocs et vautours en tout genre.

    Lucky Luke est, avec Astérix et Tintin, le plus célèbre personnage de l'histoire de la BD : cette série, accessible à tous, est devenu un mythe grâce à Morris et Goscinny. Ce personnage a fait l'essentiel de sa formidable carrière dans les pages de SPIROU, PILOTE et LE JOURNAL DE LUCKY LUKE. Une exploitation merchandising et audiovisuelle (dont aux États-Unis) a permis d'introduire Lucky Luke auprès d'une très large couche de la population et auprès de plusieurs générations de lecteurs. A noter qu'après la disparition de Goscinny, plusieurs scénaristes ont travaillé sur la série : Vicq, De Groot, Fauche et Léturgie, Lodewijk, Lo Hartog Van Banda et Vidal. L'essentiel des albums se trouvent chez Dupuis et Dargaud., la nouveauté chez Lucky Productions.

  • La légende de L'Ouest, titre prémonitoire, c'est bien évidemment Morris, l'auteur génial de l'une des plus grandes sagas dessinées de ce siècle. Mais cette légende, c'est aussi Buffalo Bill, le premier qui a su mettre l'Ouest en scène et qui va bien sûr, croiser la route de l'homme qui tire plus vite que son ombre.

    Cet album est le dernier Lucky Luke dessiné par Morris, il est, à ce titre, un événement majeur de la Bande Dessinée au même titre que Tintin et les Picaros ou que le dernier Gaston.

    L'histoire : Le célèbre Buffalo Bill cherche à convaincre Lucky Luke, l'homme qui tire plus vite que son ombre, de rejoindre son célèbre spectacle. Devant le refus de notre héros, Buffalo Bill va faire des Dalton le clou de son spectacle. Il embauche un quatuor de bellâtres pour jouer leur rôle et invente la légende des 4 bandits au grand coeur. Les vrais Dalton voyant à leur grand étonnement qu'ils sont devenus des stars vont donc s'échapper et lancer leur spectacle à leur propre gloire car on est jamais mieux servi que par soi-même. Mais les Dalton vont-ils supporter le harcèlement des fans et des journalistes, vont-ils résister à la pression médiatique ?

  • Quinze ans aprèsQuinze ans après, le tome 1 de la troisième époque des Sept vies de l'Épervier, marque le retour de la saga imaginée par Patrick Cothias et André Juillard autour de l'histoire tragique d'Ariane.

    La nouvelle époque, la troisième, des Sept

  • 11495 : petit format 11490 : grand formatGaston d'Orléans, frère de Louis XIII, vient avec ses amis se fournir en filles dans un sinistre asile de folles. La mère supérieure les leur prête à condition qu'ils ne les abîment pas, car elles resserviront. . .

    C'est là qu'on retrouve Ariane, l'âme dévastée, mutique, enceinte de Germain depuis bientôt neuf mois. Personne ne sait qui elle est, mais Gaston d'Orléans la reconnaît et l'emmène : il tient à savoir ce qu'est devenu Masquerouge, bizarrement disparu en même temps qu'elle.

    Entre deux interrogatoires, Ariane accouche d'une petite fille qu'on lui enlève aussitôt pour l'abandonner dans la forêt. Mais un certain Lenclos passe par là, qui, justement, n'a jamais déclaré la mort de sa petite Ninon. . .

    Ayant échappé à ses bourreaux, Ariane retourne à Paris, où elle apprend que le Condor qui l'a "tuée" sans le savoir était l'Epervier de son enfance - et son père. Elle retrouve aussi Taillefer, devenu tueur à gages pour le compte de Gaston d'Orléans. Au lieu de la tuer, il la prend sous son aile.

    Liés par une même obsession, "la folle" et "l'assassin" partent ensemble vers les Amériques retrouver l'Epervier : Ariane pour lui pardonner et Taillefer pour se mesurer à lui, enfin.

    Voilà comment débute cette nouvelle série, où l'on retrouve tout ce qui fit le succès des Sept Vies de l'Epervier.. Cothias, scénariste aussi fou que prolifique, maîtrise parfaitement l'entrelacs hasardeux de l'Histoire et de l'imaginaire, avec une drôlerie bien charnelle et une fibre tragique à vous coller le frisson. Juillard met toute sa sensibilité à restituer, dans une ambiance fascinante de vérité, la palette infinie des vertiges humains : désespoirs, solitudes, sauvageries barbares, sensualités, humour, amour.

  • 11497 : petit format 11492 : grand formatAriane, baronne de Troïl, pour les français et "plume aux vents" ou "Lionne des montagnes" pour les indiens, est au Québec à la recherche de son pèreque l'on appelle, en iroquoisie, "L'Oiseau Tonerre". Capturée par les indiens, elle suscite l'amour de deux hommes. Des tribus se la disputent. Ballotée, déterminée, forte et fragile, Ariane ne sait plus, paraît attendre, à certains moments même presque souhaiter la mort, car celui qu'elle appelle son père a refusé de la reconnaître. l'indien Beau, qui deviendra "Beau Ténébreux", semble l'émouvoir (et cela donne une scène amoureuse qui ravira les amateurs amis du pudique André Juillard) et puis, à nouveau, le sang va couler...

  • 11498 : petit format 11493 : grand formatAriane de Troïl, partie sur le continent nord-américain à la recherche de son père, arrive au bout de sa quête.

    L'évocation du nouveau monde par Cothias et Juillard prend à la fois une tournure pleine de sentiments humains et une certaine gravité que la baronne Ariane de Troïl incarne magnifiquement. Celle-ci reviendra, à la fin de l'album, en Europe sur ses propres terres.

  • 11496 : petit format 11491 : grand formatSous le titre générique des 7 Vies de l'épervier, Juillard et Cothias ont animé l'une des plus fabuleuses épopées racontées en bande dessinée. Une fresque historique (nous sommes au XVIII e siècle) qui évoque l'histoire de personnages hors du commun. Plume aux vents constitue la suite directe de cette série avec, pour personnage central, Ariane de Troïl à la recherche de son père et de son passé.

  • Porte de Brazenac (la)La Porte de Brazenac est un one shot signé Leo, Rodolphe et Patrick Pion qui nous entraînent dans un récit proche de certains contes fantastiques de Lovecraft...

    L'histoire de La Porte de Brazenac se déroule pendant l'hiver 1771. André de Beltoise, précepteur du jeune prince de Condé, est pris dans une violente tempête. Il trouve refuge dans un château habité par un homme malade, un certain baron de Brazenac, qui se révèle très cultivé. Beltoise repart le lendemain avant que son hôte ne puisse lui faire part d'un phénomène bien étrange... Son cheval a disparu sous ses yeux, comme s'il avait peu à peu franchi une frontière invisible. Intrigué et curieux, le baron a alors lui-même tenté cette expérience fantastique pour découvrir, de l'autre côté de cette « porte », un monde inconnu... Cette porte serait-elle l'entrée vers l'Enfer ou, tout simplement, une porte temporelle ?

    La Porte de Brazenac est une histoire complète ; une BD historique dans laquelle le fantastique s'invite de façon inattendue.

  • Deux enfants, Kay et Gerda, sont amis depuis toujours. Leur vie va pourtant basculer le jour où la reine de glace apparaît dans leur ville, enlevant Kay avec elle ! Gerda décide de partir à sa recherche : un long et étrange périple débute... Elle rencontre des ogres qui menacent de la manger, se retrouve emprisonnée en compagnie d'animaux, trouve abri chez une vieille dame qui cultive de curieux légumes, pénètre dans un château où elle aura une révélation avant de retrouver enfin son ami Kay... Jusqu'à l'ultime rebondissement !

empty