FeniXX réédition numérique (Balland)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les écrivains cohérents ont la réputation de ne produire jamais qu'un même livre auquel ils donnent des déguisements variés pour tromper, à la fois, leur ennui et leur lecteur. Si tel est le cas de Patrick Thevenon, voici trois récits qui s'apparentent en dépit du fait que sept années les séparent au cours desquelles le talent de l'auteur a, comme on dit, mûri. A l'exemple de leur aîné, Le fils puni - qui a fait l'objet d'un film, en 1979, réalisé par Philippe Collin - L'Hypocondriaque et La Gérontophile sont de grands obsessionnels qui ont sacrifié les préoccupations du commun des mortels à la poursuite d'une idée fixe. Pour L'Hypocondriaque, il s'agit de vivre le plus longtemps possible, de "les enterrer tous". Son escalade dans la précaution le conduira jusqu'à se priver, lui-même, de liberté. La Gérontophile, elle, s'emploie à réparer une injustice sociale et, dans son cas, à la prévenir : celle qui condamne les personnes âgées à la chasteté. La tolérance, disait Claudel, il y a des maisons pour cela. Quant au fils puni, il remâche, par le biais d'expériences mêlant l'esthétique à la criminologie, le curieux parricide qu'il n'a pas osé commettre. Et qu'il finira, néanmoins, par payer. De telles existences, assujetties à une hantise, s'élèvent à la dimension de l'oeuvre d'art, ainsi que Freud l'a souligné dans On bat un enfant. C'est tout ce que l'auteur, par ces textes qui évoluent aux confins de la création et de la médecine, a voulu illustrer.

  • Je suis parti dans l'histoire de Lucien sans savoir où j'allais. D'habitude je suis plus armé, plus prévoyant. J'aime assez les plans, les cartes, les constructions mûries, les stylos de couleur, les provisions de mots riches et chauds. La surprise fut de voir le récit s'enfuir d'un coup, comme porté par l'urgence et le dénuement. Lucien, un beau jour, quitte son amante Mona, sa maison, la lumière et la douceur. Il se dépouille pour suivre des empreintes mystérieuses inscrites dans son jardin. Ombre de bête ? Sabot, griffe ou corne ? Lucien est littéralement happé, sans doute par la meute intime de ses loups. Il rencontre des jouets d'enfants qui l'effraient, traverse un marais fourmillant, une forêt, un fleuve, une église... un désert... Or le voilà vêtu d'un pagne, pourvu d'une épée rouillée comme quelque chevalier déchu, errant. Une horreur diffuse et fascinée imprègne chaque étape du voyage. Tour à tour voyeur ou acteur frénétique, Lucien noue avec les êtres et les choses des relations impulsives et boulimiques. Il s'abîme au fond d'une solitude sans nom. On ne sait quelle fatalité, quel envoûtement le pressent ainsi tout au bout de l'exil et de la douleur. Et c'est comme si Lucien gémissait d'avoir perdu le monde et l'amour pour l'ombre d'une bête, pour une déchéance fantastique, une révélation au plus noir de lui-même. J'ai toujours été subjugué par les métamorphoses, les avatars sauvages du désir et de la peur. Emane de la Bête une ombre rayonnante qui peut anéantir ou sauver. Patrick Grainville

  • La farce des choses de Simone de Beauvoir / Aer voulez de Per Jakez Hélias / Mirot chinois mon amour de Marguerite Duras / Comme un vol de pavés de Louis Aragon / Les culottes courtes d'Henry de Montherlant / Deux roues et cycloversalité de G. Deleuze et F. Guattari / Le chien des limbes d'André Malraux / Le retour de Godot de Samuel Beckett / Emmanuelle dans l'autorail d'Emmanuelle Arsan / Madame Bovary de B. Vian, F. Mallet-Joris, Ph. Sollers / Le tronc et l'écorce de François Mitterrand / Le niveau zéro de Roland Barthes / Retour à l'envoyeur d'André Breton / Un navire dans tes yeux de Françoise Sagan / Satan est satan, par satan ! de Maurice Clavel / SAS, la tigresse de Pékin de Gérard de Villiers / Vers la cime de Charles de Gaulle

  • Amoureux de Venise, l'un des fondateurs du journal Actuel, reconstitue l'aventure de la cité des doges qui a concurrencé l'influence de Rome et fondé une république de mille ans.

empty