JePublie

  • MARATHON DES SABLES 2002 CAP 273 Le dix-septième Marathon des Sables restera à jamais gravé dans la mémoire des 592 concurrents présents le 7 avril 2002 sur la ligne de départ. En plus des deux cent quarante kilomètres à courir en autosuffisance à travers les dunes, oueds, plateaux rocailleux du désert sud marocain, ils devront affronter, pendant plusieurs jours, une tempête de sable qui fera de cette édition la plus dure de toutes.

    Patrick Cordier participait là à son deuxième Marathon des Sables. À travers son récit, il nous fait vivre, de l´intérieur, la course et la vie sur le bivouac. Cette année, il a eu la chance de partager sa tente avec sept coureurs, deux femmes et cinq hommes, qui deviendront, au fil des jours et des étapes, de véritables amis.

    En parallèle, il nous raconte comment il a découvert la course à pied à l´âge de 15 ans, et nous relate les bons souvenirs qui ont émaillé ses nombreuses années de compétitions, comme le Marathon de Paris qu´il a couru à 16 ans, ceux de New York et de Londres, la Desert Cup qu´il a terminée à une inespérée douzième place...

  • Les prisonniers eurent la possibilité d'envoyer, le 9 février, une carte supplémentaire spéciale de trois lignes pour donner de leurs nouvelles à leurs familles, avec interdiction de donner des indications sur le nombre de prisonniers tués ou disparus ou de citer leurs noms. L'information officielle des familles devait en effet être faite par les autorités françaises.
    Certaines familles savaient déjà qu'une catastrophe s'était produite dans un Oflag mais sans en connaître les détails : radio Sottens (Suisse) avait annoncé, le 7 février, le bombardement d'un camp d'officiers situé près de Hanovre. Cela ne pouvait être que l'Oflag XB. Moins réactif, le Ministère des Prisonniers, Déportés et Réfugiés ne publia un communiqué officiel confirmant le bombardement et le nombre de tués que le 25 mars 1945.

  • Les Passerelles

    Patrick Hollender

    Les Passerelles tissent le fil d´une histoire familiale qui s´inscrit sur plusieurs générations, où chacun des personnages a un jour été heurté par la honte. « Frappée au vif-argent, la honte touche à l´être avec son cortège d´étrangetés, ses périls désargentés, voici qu´elle s´expose au regard de l´autre, en devient ses yeux, frémit à ses jugements où le sujet court le risque de s´y abolir dans l´éclair de l´impulsion ou de l´état d´urgence. » Mais chacun trouve aussi à répondre de ses heurts depuis sa position singulière : coup de folie ou de raison, esprit de sacrifice ou de révolte, excès de présence ou d´absence... Ou bien « depuis la psychanalyse, aux confins des choses secrètes pour trouver en ses débris, l´invention d´une écriture comme solution et style de vie ». Psychomotricien et psychothérapeute, diplômé de sexologie clinique, Patrick HOLLENDER est psychanalyste, membre de l´Association de la cause freudienne (ACF) et membre du Centre d´études et de recherches sur la clinique lacanienne (CERCLE). Il est aussi l´auteur de nombreux articles publiés dans différentes revues de psychanalyse.

  • Les prisonniers eurent la possibilité d'envoyer, le 9 février, une carte supplémentaire spéciale de trois lignes pour donner de leurs nouvelles à leurs familles, avec interdiction de donner des indications sur le nombre de prisonniers tués ou disparus ou de citer leurs noms. L'information officielle des familles devait en effet être faite par les autorités françaises.
    Certaines familles savaient déjà qu'une catastrophe s'était produite dans un Oflag mais sans en connaître les détails : radio Sottens (Suisse) avait annoncé, le 7 février, le bombardement d'un camp d'officiers situé près de Hanovre. Cela ne pouvait être que l'Oflag XB. Moins réactif, le Ministère des Prisonniers, Déportés et Réfugiés ne publia un communiqué officiel confirmant le bombardement et le nombre de tués que le 25 mars 1945.

empty