La Découverte (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Bientôt dix ans d'existence. D'où vient, où va le mouvement communautaire ? Patrick Démerin répond par cette autocritique solidaire du mouvement communautaire : il vit une de ces expériences berlinoises. C'était il y a près de dix ans. Des milliers de jeunes manifestent contre la guerre au Vietnam ; pour la première fois en Europe, aussi massivement. Et à Berlin la bourgeoisie découvre l'opposition extra-parlementaire ; elle nomme les démons : la S.D.S. (fédération des étudiants socialistes) ; désigne des "chefs Rudi Dutschke ; des inspirateurs, le philosophe américain Herbert Marcuse. La S.D.S. se scindera. S'en séparent ceux qui veulent tout de suite "changer la vie". Ils créent les "Kommune" 1 et 2. Dix ans après, que reste-t-il des "scissionnistes" ? Fritz Teufel attend son procès. Rainer Langhans, flippé, puis récupéré, a disparu. Dieter Kunzelman milite au parti communiste allemand (K P.D.). Jan Raspe est l'un des accusés du procès de Stuttgart. Les groupes pullulent, mais la réaction s'est durcie. Que reste-t-il du "Mai 68" allemand ? Ceci : de nombreuses communes, sur les bords de la Spree ; un collectif de chauffeurs de taxi ; une école autogérée ; un responsable de cellule qui joue les baby-sitters ; des "familles" de huit personnes ; des militants comparant le prix des poireaux dans les supermarchés ; l'apprentissage de la solidarité... Dérision ou utopie nécessaire ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Au Chili, le mouvement paysan n'a pas permis de bouleverser les rapports d'exploitation capitalistes. Or, il n'y a pas « une » paysannerie, mais « des » couches sociales exploitées et exploiteuses. Les paysans ne sont pas « la force révolutionnaire par excellence », pas plus qu'ils ne sont « réactionnaires par nature ». Car le chemin est tortueux, de la séparation des travailleurs et des moyens de production à leur réappropriation. C'est l'histoire de ce « chemin tortueux » que relate Patrick Castex, l'histoire du secteur agricole chilien, l'histoire d'une transition capitaliste non révolutionnaire. L'auteur, qui a pu suivre pendant deux ans la réalité chilienne sur place en travaillant à l'Instituto de Capacitación y de Investigación en Reforma Agraria, tente de répondre à plusieurs questions :  - que signifie l'existence d'éléments du mode de production féodal tout au long de l'histoire du secteur agricole chilien ?  - qu'est-ce qu'une transition capitaliste non-révolutionnaire ?  - en quoi cette transition capitaliste « non révolutionnaire » entraîne-t-elle, dans le secteur agricole, des contradictions relativement bloquantes dans les luttes de classes des masses paysannes ?  - quel est le rôle des « réformes agraires » en tant qu'intervention exogène de l'Etat capitaliste, sur l'alliance classe ouvrière-paysannerie et sur les contradictions exploités-exploiteurs. Quelles sont, en un mot, les stratégies des alliances de classes dans la lutte « pour » ou « contre » le socialisme ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Un bébé, ça n'existe pas ». A sa façon, péremptoire et imagée, D.W. Winnicot, pédiatre et psychanalyste anglais, affirmait, dans les années soixante, la primauté des soins maternels et leur caractère d'absolu nécessité dans les premiers mois de la vie d'un enfant. Les notions d'attachement, d'interaction précoce et les multiples potentialités découvertes chez le nouveau-né ne font que souligner l'importance de ce lien premier, de cette rencontre fondatrice entre un bébé et son environnement maternant. Qu'advienne une séparation et que sera donc la vie de ce bébé, ses réactions, ses aménagements face à cette nouvelle et si particulière expérience ? Comment réagiront aussi les parents à cette séparation ? Et quelles représentations, quelles élaborations sous-tendront les pratiques des équipes, institutions ou familles à qui ces tout-petits sont parfois confiés ? Cet ouvrage - né de la collaboration de pédiatres, puéricultrices, psychologues, psychiatres, psychanalystes, juges, mais aussi de parents et de professionnels qui apportent leurs témoignages - souhaite éclairer cet espace et ce temps des séparations précoces. Comment les recenser, les dire et les penser ? Comment les éviter, les prendre en compte, y remédier ? L'inventaire requis ici convoque des séparations multiples, susceptibles d'être vécues par le bébé et sa famille, accueil en crèche ou halte-garderie, prise en charge en consultation de PMI, hospitalisation précoce, placement en pouponnière ou en institution, par mesure de justice ou en cas de détresse psychosociale. A l'adresse de tous les professionnels de la petite enfance, de la santé et de la justice, pour que, confrontés à ces situations, ils puissent résoudre pour eux-mêmes les multiples questions qui surgissent autour de ce thème et qui nous concernent tous intimement. A l'adresse des parents, pour qu'ils ne vivent pas ces séparations comme des arrachements, des ruptures désorganisantes sur le moment et, parfois, des années après. Pour que tous les bébés séparés ne deviennent pas des enfants en souffrance.

empty