Les Presses de l'Université Laval (PUL)

  • Le vieillissement de la population est souvent traité, dans les discours politiques et médiatiques, comme une catastrophe démographique, un lourd fardeau social ou financier pour la société. La vieillesse dérange, étant perçue la plupart du temps comme l'opposé de la jeunesse, de la modernité, de la beauté, de l'efficacité, de la productivité, de la rapidité, de l'utilité sociale, de l'autonomie, entre autres. Les représentations négatives et les mythes sur le vieillissement influencent les rapports intergénérationnels et les perceptions sociétales des enjeux politiques. Les mythes et représentations négatives ont aussi des impacts directs sur les orientations et politiques publiques, les services offerts et la qualité des soins et plus généralement sur les conditions de vie des aînés.

    L'ouvrage collectif est soutenu par deux regroupements scientifiques québécois s'intéressant aux enjeux sociaux du vieillissement : l'équipe de recherche en partenariat VIES (Vieillissements, exclusions sociales et solidarités) et le CREGES (Centre de recherche et d'expertise en gérontologie sociale). L'ouvrage regroupe 28 courts chapitres qui font la lumière sur différents mythes persistants sur des thèmes variés liés au vieillissement, par exemple : sexualité, travailleurs âgés, deuil, violence, hébergement, mobilité, technologie, itinérance, autonomie, proches aidants, bénévolat, retraite, pouvoir politique, participation sociale, vieillir en prison, vieillir avec un handicap, etc.

    L'ouvrage cible le grand public, les étudiants des niveaux collégial et universitaire.

  • Ce livre porte un regard critique sur le discours de la santé publique américaine à propos de la différence raciale. Ce manuscrit s'est appuyé sur l'analyse de documentsparus dans ce domaine entre 2001 et 2013. La race a été vue dans ce contexte comme le produit du racisme et comme un objet pris en charge par le discours pour marquer la différence. Suivant la perspective de Michel Foucault, le racisme s'est développé parallèlement à l'affirmation d'un pouvoir sur la vie. S'inspirant également des études postcoloniales et des cultural studies, ce livre suggère la relative permanence en santé publique d'un régime racialisé de représentations. De plus, la racialisation a tendance avec la sanitarisation et l'idée de culture à naturaliser la différence et à lui donner un sens, reproduire l'ordre symbolique et constituer des identités. Par ailleurs, la racialisation apparaît tiraillée entre des pouvoirs antagonistes. Enfin, ce livre dessine les contours de qui pourrait donner lieu à une santé publique postraciale.

  • Le vieillissement de la population et les politiques publiques visent à éclairer les débats concernant les enjeux liés aux importants changements démographiques. En présentant un ouvrage diversifié, tant par son approche multidisciplinaire que par ses méthodes, ce volume s'illustre par ses contributions dans plusieurs champs des politiques publiques, dont la santé, les retraites, les soins de longue durée, le marché du travail et les transports. Le vieillissement de la population et les politiques publiques incluent aussi une section sur les leçons d'ailleurs pour améliorer nos politiques et une autre qui traite des grands débats entourant la question des changements démographiques et l'action publique. Ce livre s'avérera un outil indispensable pour les étudiants, universitaires, analystes et décideurs publics qui désirent approfondir leurs connaissances sur les conséquences du vieillissement de la population.

  • Les Nations-Unies ont récemment promulgué la mise en vigueur de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Ce traité international, contraignant pour les États qui le ratifient, est un évènement charnière. Il marque, dans l´histoire, le résultat des luttes du mouvement de défense des droits humains des personnes différentes dans leurs corps et fonctionnalités, et vivant des situation d´exclusion et d´oppression sociale systémiques. Il ouvre sur des enjeux sociétaux contemporains ancrés dans une transformation radicale du sens du handicap. Il invite à la prise de conscience de la responsabilité de chaque société de procéder à une métamorphose inclusive fondée sur l´égalité des possibilités de contrôler sa vie pour chaque citoyen, quelles que soient ses différences.

    Une fois engagée sur son fil, la funambule doit maintenir son équilibre dans l´instant qui passe et aller jusqu´au bout. Pour chaque être humain, ce bout de la vie est ancré dans l´inconnu du futur et interdépendant de l´ensemble des fils qui tissent la toile, plus ou moins efficace, de la solidarité sociale de sa collectivité.

  • Le présent ouvrage collectif rassemble des géographes et des juristes autour d'un dessein commun : l'intensification des échanges entre les deux disciplines et des liens les unissant. Ces auteurs contribuent ainsi au renforcement d'un dialogue interdisciplinaire qui fait déjà l'objet d'importants développements théoriques au sein des pays anglo-saxons. Cette legal geography (que nous avons traduit en français par géographie du droit) a impulsé la production de nombreux articles scientifiques et monographies au cours des dernières années.

    Ce livre se veut à la fois rassembleur (regroupant des chercheurs francophones et anglophones, géographes et juristes) et diversifié dans son contenu et ce, afin de témoigner du potentiel qu'offre la poursuite d'investigations scientifiques combinant un apport géographique et juridique conjoint. Il s'agit donc d'une fenêtre sur l'interface géo-légale, lieu de rencontre de ces deux disciplines où espaces et normes se conjuguent dans le développement de concepts et de dispositifs méthodologiques communs.

  • Par l'analyse de livres, de films, de revues savantes et de parcours touristiques et patrimoniaux au Québec, au Canada et au Brésil, on compare dans cet ouvrage des régions des Amériques selon des perspectives culturelles plus qu'historiques; on y découvre des analogies et des tendances, plus que des différences. Les comparaisons reposent sur des discours et des thématiques fondées sur des paradigmes tels que barbarie/civilisation, intérieur/extérieur, frontière/frontier. L'intérêt de ces comparaisons qui évitent de passer par la référence européenne est que, dans les rencontres entre immigrants et gens établis, ou entre autochtones et non-autochtones, une nouvelle identité équilibrée par le mouvement peut advenir. Cette identité tend vers le fluide du réseautage et échappe aux dualismes de souche/venu d'ailleurs, local/étranger, longue durée/courte durée.

empty