Presses Universitaires de Vincennes

  • En relisant des textes topiques écrits au tournant des Lumières par Diderot, Rétif de la Bretonne et Fourier, Patrick Samzun propose de régénérer notre imaginaire sexuel à l'ère de la merchandisation des fantasmes en réseau. Il explore les ressources cosmiques, éthiques et politiques d'une pensée utopique originale qui se refuse à régenter autoritairement la sexualité. Il suggère ainsi par un geste de lecture coopératif des dispositifs pratiques et ludiques d'harmonisation de nos variétés amoureuses.
    Un socialisme sexuel libertaire s'en dégage, qui accompagne les mouvements de la matière et de l'énergie sexuelle dapuis les atomes jusqu'aux astres et ouvre à de nouveaux mondes amoureux sans frontières de sexe, de classe, de race ou de nation.

  • Qu'est-ce que l'image dans l'art contemporain ? Réponses à partir de 18 petites études consacrées à des artistes contemporains de toute pratique : photographie, vidéo, films, peinture, installation, etc.
    Les images sont trop souvent exclusivement traitées comme le mauvais génie de nos sociétés au service du règne consumériste de la marchandise, du culte des émotions immédiates et de l'addiction aux flux médiatiques. À partir d'analyses précises d'oeuvres contemporaines, diverses autant par leur médium (photographie, installation, film, peinture) que par leur style, il s'agit de montrer comment des artistes créent des images qui loin d'anesthésier la pensée la réveillent et la mettent au travail.

  • Le mouvement des Enfants de Don Quichotte a eu un retentissement national. Qui a oublié les tentes de SDF le long du canal Saint Martin ?
    À ce jour, aucune enquête sociologique n'avait encore rendu compte de cet événement majeur de la lutte des sans-abri. C'est maintenant chose faite avec le recueil à chaud des témoignages des campeurs et des militants, et de portraits des principaux leaders, à commencer par la famille Legrand dont le fils Augustin a été comparé à l'abbé Pierre. L'ensemble des phases de cette action collective est disséquée en fonction d'une multiplicité de points de vue qui surprendra le lecteur tant les images véhiculées par les médias ou les riverains enthousiastes se trouvent en décalage avec les jeux de pouvoir, logiques d'associations dont les accents rebelles scéniques auront pourtant si bien cadré avec une mémoire collective projetée sur les acteurs du canal.

  • On doit à Rohmer d'avoir scandé notre époque par des séries bien connues : Contes moraux, Comédies et proberbes, Contes des quatre saisons. Dans les films qui les composent, il se plut à capter l'air du temps, en fin observateur des comportements sociaux. S'attachant à la jeunesse, il parcourut aussi toute la gamme du sentiment amoureux.
    Rohmer réalisateur eut, parallèlement, une activité d'écrivain et de critique, et il nous a laissé nombre d'écrits sur l'art du cinéma, parfois contradictoires en apparence.
    Revenant sur le sens de son oeuvre-ses textes donc, mais aussi ses films-, les auteurs ont fait un pari: qu'à l'intérieur même des créations rhomériennes il existe des variations sérielles aux significations multiples. Ce sont elles que le lecteur est invité à découvrir.

  • Ce livre collectif fait le point sur la place et le rôle de l'école dans la société française d'aujourd'hui. En raison de la massification et de l'allongement des études, les cultures de la jeunesse ont pénétré le monde scolaire et la diffusion des savoirs passe aujourd'hui par bien des canaux extérieurs de l'institution. L'école reste-t-elle aussi centrale qu'à l'époque où la IIIe République l'installait au coeur des villages ou montrait sa puissance dans l'architecture monumentale des lycées ?

  • Ce recueil rassemble des essais, des analyses et des propositions visuelles qui montrent l'actualité et l'hétéro-généité des débats qui se cristallisent autour des pratiques contemporaines de l'archive. Les pratiques d'archives relèvent aujourd'hui d'une inquiétude face à l'enregistrement historicisant des objets artistiques, et de la volonté des artistes de s'affirmer comme tels face à l'archivage de leurs oeuvres par les institutions académiques et muséographiques. Il s'agit pour eux d'anticiper sur l'archivage à venir de leurs travaux et de proposer d'autres manières d'écrire l'histoire non seulement de leurs oeuvres, mais plus généralement de l'art. Dans cette perspective, les artistes interposent entre l'enregistrement matériel des choses et l'institution symbolique des oeuvres des dispositifs d'inscription qui excluent que l'un vaille pour l'autre, qu'enregistrement vaille institution. Ils restituent à ce qu'ils font le statut d'archives au sens historien du terme : d'archives non encore validées.

  • Comment penser le Moi dans l'oeuvre d'Artaud, lorsque l'on connaît l'allure disparate de ses textes ? Un essai construit autour de l'évocation des énoncés d'Artaud et de leur prolongement.
    De ses premiers textes des années vingt aux Cahiers de l'après-guerre, on trouve sans cesse chez Antonin Artaud la manifestation d'un sujet d'écriture. Explorer les figures du Moi, parcourir ses frontières, sous les formes les plus variées, constituent l'un des aspects majeurs de ses écrits.
    Rendant compte de cette puissance d'affirmation, le livre de Patrick Wateau montre aussi les difficultés que rencontre toute lecture d'une des oeuvres les plus énigmatiques du vingtième siècle.

empty