Patrick A

  • "Vous en avez de la mémoire..."
    "Oui, beaucoup... Mais j'ai aussi la mémoire de détails de ma vie, de personnes que je me suis efforcé d'oublier. Je croyais y être parvenu et sans que je m'y attende, après des dizaines d'années, ils remontent à la surface, comme des noyés, au détour d'une rue, à certaines heures de la journée."
    Christian Gonon restitue la poésie, le trouble et le mystère de ces souvenirs de femmes.

  • Peste & choléra

    Patrick Deville

    Le 30 mai 1940, Alexandre Yersin quitte Paris à bord du dernier avion pour Saigon. Il a 77 ans, ce sera son ultime voyage. Avec ce roman, Patrick Deville retrace le destin de ce scientifique atypique, aventurier et voyageur. Le jeune Yersin s'ennuie à l'Institut Pasteur. Très vite, il part en Asie, s'embarque comme médecin sur un navire, puis devient explorateur. Découvreur en 1894 du bacille de la peste, il s'installe en Indochine, multiplie les observations scientifiques. Il aura l'intuition des usages possibles de l'hévéa et de la coca... Loin de l'hagiographie, le roman d'un écrivain et voyageur digne des plus grands, de Cendrars à Kessel, Soupault ou Simenon.
    En interprétant lui même l'épopée scientifique qui mène son héros au coeur de l'Asie, Patrick Deville donne à la conquête du savoir tout son poids d'humanité.
    Un livre paru en grand format aux Editions du seuil et à retrouver sur http://www.seuil.com/livre-9782021077209.htm
    Durée : 7 h 35 min

  • «Et parmi toutes ces pages blanches et vides, je ne pouvais détacher les yeux de la phrase qui chaque fois me surprenait quand je feuilletais l'agenda : "Si j'avais su..." On aurait dit une voix qui rompait le silence, quelqu'un qui aurait voulu vous faire une confidence, mais y avait renoncé ou n'en avait pas eu le temps.»

  • Un jour, deux inconnus qui prétendent avoir retrouvé le carnet d'adresse de l'écrivain Jean Daragane insistent lourdement pour le rencontrer. Daragane leur accorde un rendez-vous et le voilà embarqué malgré lui dans l'enquête que ces deux jeunes gens mènent sur un certain Guy Torstel. Si Daragane a tout oublié de Torstel, ce nom en fait ressurgir d'autres. Ceux de Jacques Perrin de Lara, de Roger Vincent, de Colette Laurent, d'Annie Astrand. Une maison aussi, habitée par de drôles de gens, à Saint-Leu-la-Forêt. Et enfin l'affaire du Combinatie, une sombre histoire de contrebande de cigarettes et de règlements de comptes remontant aux années 50. Autant de souvenirs qui appartiennent tous à un moment très précis de l'enfance de Daragane pendant lequel, quasiment abandonné par ses parents, il fut laissé entre des mains peu recommandables. Cette période longtemps occultée se reconstitue peu à peu et finit par livrer sa clé : la figure aimante et troublante d'Annie Astrand, et cet inexplicable projet d'enlèvement du jeune Daragane, par elle échafaudé, et qui tourna court.

  • "J'écris ces pages comme on rédige un constat ou un curriculum vitae, à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n'était pas la mienne. Les événements que j'évoquerai jusqu'à ma vingt et unième année, je les ai vécus en transparence - ce procédé qui consiste à faire défiler en arrière-plan des paysages, alors que les acteurs restent immobiles sur un plateau de studio. Je voudrais traduire cette impression que beaucoup d'autres ont ressentie avant moi : tout défilait en transparence et je ne pouvais pas encore vivre ma vie." À travers ce monologue, Jean-Louis Trintignant fait résonner les douleurs tues de l'enfance. Avec pudeur, émotion et sobriété, il nous introduit au coeur même de l'intime. Une lecture délicate et bouleversante.

  • "Encore aujourd'hui, il m'arrive d'entendre, le soir, une voix qui m'appelle par mon prénom, dans la rue. Une voix rauque. Elle traîne un peu sur les syllabes et je la reconnais tout de suite : la voix de Louki. Je me retourne, mais il n'y a personne. Pas seulement le soir, mais au creux de ces après-midi d'été où vous ne savez plus très bien en quelle année vous êtes. Tout va recommencer comme avant. Les mêmes jours, les mêmes nuits, les mêmes lieux, les mêmes rencontres. L'Éternel Retour."
    Patrick Modiano.

    La rencontre entre Denis Podalydès de la Comédie-Française et le texte de Patrick Modiano s'écoute comme une évidence. Fluide, hypnotique, sensible, la voix du comédien nous happe dans les volutes du souvenir, le clair-obscur des confidences, la ligne de fuite du temps.

  • Mêlé de près à une affaire criminelle dans l'atmosphère trouble du Paris de la guerre d'Algérie, Jean rouvre une enquête classée sans suite et tente de mettre au clair les circonstances qui l'ont conduit à fréquenter la bande de l'Unic Hôtel et une certaine Dannie dont il était amoureux. En recoupant ses souvenirs avec les pièces d'un dossier de la brigade des moeurs, Jean, vraisemblablement le dernier témoin de cette affaire, explore au fil de ses déambulations nocturnes cet espace entrouvert où la mémoire rejoint l'oubli. La rencontre entre Denis Podalydès et le texte de Patrick Modiano s'écoute comme une évidence. Fluide, hypnotique, sensible, la voix du comédien nous happe dans les volutes du souvenir, le clair-obscur des confidences, la ligne de fuite du temps.

  • Thérèse, une jeune fille solitaire de dix-neuf ans, croise dans le métro une femme qui ressemble étrangement à sa mère, disparue depuis des années. Tourmentée par son passé, elle décide de la suivre, partant ainsi à la recherche de ses origines. La voix de Valérie Karsenty épouse la fragilité de Thérèse. Elle nous fait vivre avec intensité et émotion ses tourments et sa solitude. On retrouve toute l'atmosphère mystérieuse du roman de Modiano et son héroïne, hantée par les fantômes du passé, nous apparaît dans toute sa sensibilité.

  • Remise de peine

    Patrick Modiano

    Une maison d'un étage, à la façade de lierre, dans un village des environs de Paris
    où le narrateur, que l'on appelait plus facilement « Patoche » à l'époque, a grandi
    avec son petit frère car leur mère était partie jouer une pièce en tournée.
    Une maison où ne vivaient que des femmes, une époque où tant de questions se
    bousculaient : qu'est-ce qu'une tête brûlée ? et une « série noire » ? Eliot Salter,
    marquis de Caussade, reviendrait-il dans son château comme l'avait promis le
    père des enfants lors d'un déjeuner ?
    Tant d'étonnements aussi : « Pourquoi les policiers ne nous ont pas interrogés ? »
    se demande encore Patoche, qui ajoute : « Pourtant les enfants regardent. Ils
    écoutent aussi. »
    Sans doute ne reste-t-il rien de tout ça que l'étui à cigarettes d'Annie, le sourire
    de Jean D., la grosse voiture de Roger Vincent dans le souvenir du narrateur
    qui n'a pu oublier. Ni la maison, ni ces femmes, ni leurs invités. Patoche regarde,
    écoute, il sait parfaitement que quelque chose de grave leur est arrivé.
    © Éditions du Seuil, janvier 1988
    © et (P) Audiolib, 2016
    Durée : 2h10min

  • Fleurs de ruine

    Patrick Modiano

    • Audiolib
    • 30 Novembre 2016

    Je m'étais assis à la terrasse de l'un des cafés, vis-à-vis du stade Charlety. J'échafaudais toutes les hypothèses concernant Philippe de Pacheco dont je ne connaissais même pas le visage. Je prenais des notes. Sans en avoir clairement conscience, je commençais mon premier livre. Ce n'était pas une vocation ni un don particuliers qui me poussaient à écrire, mais tout simplement l'énigme que me posait un homme que je n'avais aucune chance de retrouver, et toutes ces questions qui n'auraient jamais de réponse. Derrière moi, le juke-box diffusait une chanson italienne. Une odeur de pneus brûlés flottait dans l'air. Une fille s'avançait sous les feuillages des arbres du boulevard Jourdan. Sa frange blonde, ses pommettes et sa robe verte étaient la seule note de fraîcheur dans ce début d'après-midi d'août. À quoi bon tâcher de résoudre des mystères insolubles et poursuivre des fantômes, quand la vie était là, toute simple, sous le soleil ?
    © et (P) Audiolib, 2016
    © Éditions du Seuil
    Durée : 2h35

  • En 1964, dans un café parisien, un client braque l'objectif de son Rolleiflex sur un jeune couple assis à une table proche. C'est ainsi que le narrateur fait la connaissance du photographe Francis Jansen, avec qui il se lie un temps. Puis un jour Jansen disparaît sans laisser d'adresse. Le souvenir de cet homme étrange et de leurs rencontres vient hanter, trente ans plus tard, celui que Jansen appelait «le scribe », et qui va tenter de reconstituer sa silhouette évanouie... Mais est-ce un hasard si au dos de la première photo retrouvée, qui va déclencher cette quête hasardeuse de souvenirs, est inscrit « Reproduction interdite » ? Et des images ou des phrases, lesquelles sont les plus aptes à fixer le réel ? Aucune peut-être... «De tous les caractères d'imprimerie, avait dit Jansen, il préférait les points de suspension.» Du pur Patrick Modiano, en somme.
    Pour interpréter « Chien de printemps », ce n'est pas seulement le grand talent d'Édouard Baer, c'est aussi sa remarquable connaissance de Modiano qui lui permet d'en saisir toutes les nuances, des clartés illusoires aux brumes de l'incertitude.
    © Éditions du Seuil, janvier 1988
    © et (P) Audiolib, 2015
    Durée : 1 h 42 min

  • 6 séances conçues par le sophrologue Patrick Roger, pour apprendre aux enfants à se relaxer grâce à l’action combinée de la sophrologie et de l’écoute de chefs-d’œuvre de la musique classique. Des musiques à la beauté intemporelle, accompagnée de la voix douce et lumineuse d'Elsa Lepoivre. Chefs-d’œuvre de la musique classique  : Bach, Mozart, Vivaldi, Satie, Chopin, etc.
    Durée : 68 minutes

  • « Ce ne serait pas trop de l'histoire du monde pour expliquer la France. » Jules Michelet, Introduction à l'histoire universelle (1831)
    Voici une histoire de France, de toute la France, en très longue durée qui mène de la grotte Chauvet aux événements de 2015, sans s'embarrasser de la question des origines. Une histoire qui prend au large le destin d'un pays qui n'existe pas séparément du monde, même si parfois il prétend l'incarner tout entier. Une histoire qui n'abandonne pas pour autant la chronologie ni le plaisir du récit, puisque c'est par dates qu'elle s'organise et que chaque date est traitée comme une petite intrigue.
    Réconciliant démarche critique et narration entraînante, l'ouvrage réunit un collectif d'historiennes et d'historiens, tous attachés à rendre accessible un discours engagé et savant.
    Son enjeu est clair : tout en revisitant les lieux de mémoire du récit national, il s'agit de déplacer, de dépayser et d'élargir notre histoire. Prendre la mesure d'une histoire mondiale de la France, c'est la rendre simplement plus intéressante !
    Une histoire de la France en 146 dates, tout à la fois fascinante, entraînante et exigeante.
    Cet enregistrement est accompagné d'un PDF de 14 pages (table des matières, index et présentation des auteurs) que vous pouvez...
    Consulter ici
    Télécharger ici
    © Éditions du Seuil
    (C) et (P) Audiolib, 2018
    Durée : 32h54

  • « Il s'appelle Tristan. Elle s'appelle Camille. Ils ont trente ans... à eux deux. Ils vont s'aimer follement, puis mourir trop tôt, sans doute d'avoir trop aimé.
    Ces deux héros et leur petit garçon, Alexis, m'accompagnent depuis mes 17 ans. `On n'est pas sérieux quand on a 17 ans', disait Rimbaud.
    C'est à cet âge-là que j'ai écrit Moia Bieda, devenu les Enfants de l'aube. Et un premier livre dans la vie d'un écrivain, ça compte !
    Je suis fier de vous le proposer aujourd'hui dans sa version parlée, chez Audiolib. »


    Patrick Poivre d'Arvor

    L'émotion que Patrick Poivre d'Arvor communique dans sa lecture de ce très beau roman d'amour ne vous quittera plus.
    Durée : 3h40
    />

  • Fermez les yeux et rêvez... Un concept étonnant, mêlant visualisation et sons. Cette expérience originale vous permettra de réveiller vos sens, sans vous déplacer, et de bénéficier d'une détente bien réelle... Puisque la clé de votre bien-être se trouve aussi dans votre imaginaire, suivez le guide...

  • "Conférence de Patrick Frémeaux, galeriste, marchand d'art, éditeur de philosophie et d'archives sonores, en présence d'Olivier Le Bihan, directeur du Musée d'Art moderne de Troyes, et de Jean Luc Rio, directeur de la librairie Les Passeurs de textes. A l'occasion de l'exposition « Collections croisées » (Collections nationales Pierre et Denise Levy et Collection Sargos) (...) C'est un regard sensiblement différent qu'offrira Patrick Frémeaux. Grand voyageur, collectionneur et marchand d'art, l'homme est également éditeur sonore et, depuis près de vingt ans, éditeur d'archives ethnographiques, musiques et cérémonies rituelles. (...) Dans un propos liminaire, l'homme « posera les choses » et s'attachera plus particulièrement aux préjugés qui collent aux arts tribaux au XXe siècle. Abandonner les critères qui sont nos repères... Sans doute est il difficile d'abandonner les critères à l'aune desquels nous jugeons l'art occidental. L'ancienneté de l'oeuvre. Le (re)nom de l'artiste. La notion d'oeuvre même. Le distinguo entre l'oeuvre et l'objet... (...) Une acculturation qui joue dans les deux sens car le grand public ne soupçonne souvent pas à quel point les révolutions artistiques du XXe siècle puisent dans ces arts tribaux. C'est bien le sens qu'ont donné Pierre et Denise Lévy à la confrontation, au sein de leur collection, d'oeuvres africaines avec celles des plus grands artistes du début du XXe siècle. Que seraient, finalement, l'Art nouveau sans le Japon et l'art moderne sans l'Afrique ?" J-M. VAN-HOUTTE © L'EST RÉPUBLICAIN

  • Pour rendre la raison populaire et en finir avec une culture utilisée comme marqueur social de discrimination, Michel Onfray et Patrick Frémeaux présentent ce plaidoyer pour l'oralité. La réflexion porte sur l'évolution historique des méthodes de transmission des savoirs, depuis l'enseignement antique de la philosophie jusqu'aux multimédias contemporains. Cette conférence interroge le rôle de la culture et la place de l'écrit dans une société trop souvent en perte de sens. En réhabilitant l'oralité, Michel Onfray propose de bouleverser notre rapport à la culture pour mieux voir et comprendre le monde, pour apprendre à vivre pleinement. Lola CAUL-FUTY
    La qualité sonore de cet enregistrement est très inférieure à la qualité normale des disques Frémeaux & Associés. Cet ouvrage est un document sonore et non un enregistrement de la qualité d'un livre audio.

  • Jamais Darwin, penseur de la survie par la transformation, comme l'explique volontiers Patrick Tort, n'a été autant sollicité que depuis que les nations les plus arrogantes ressentent sourdement qu'elles vont périr si elles ne transforment pas leur rapport aux autres ainsi qu'à la nature. Car Darwin n'est pas seulement le génial concepteur de l'explication des transformations du monde vivant par la sélection naturelle. Il est aussi l'homme qui a congédié le dogme de la Providence, établi la morale sur des bases strictement immanentes, posé les fondements d'une écologie scientifique, combattu l'esclavage, démontré la capacité fondatrice des migrations, et identifié la civilisation aux devoirs de reconnaissance de l'autre et de protection des plus faibles. À la fois philosophe, historien érudit et théoricien de la connaissance, Patrick Tort, à travers les travaux encyclopédiques qu'il a consacrés au père de la théorie moderne de l'évolution, a ouvert la voie à une puissante refondation des études darwiniennes sur la base d'une analyse minutieuse de l'oeuvre et de la pensée intime de Darwin. Claude COLOMBINI FRÉMEAUX

  • Je suis prof de philosophie, et je suis convaincu qu'il faut d'abord être enseignant avant d'être spécialiste dans sa matière. Ce livre n'est pas un recueil de conseils ou de recettes pédagogiques. Je témoigne ici de mon propre parcours vers la philosophie, et de son enseignement au quotidien, au travers d'épisodes amusants, émouvants, instructifs...

  • Antoni Ja´skiewicz, zdradzony przez narzeczona, spedza czas w lokalu, gdzie poznaje mezczyzne, który przedstawia sie jako Adam Michniewicz. Mezczy´zni rozmawiaja o swoich bylych partnerkach. Wychodzi na jaw, ze kazda z nich miala romans z Lejbem Abramowiczem, szefem Ja´skiewicza i przyjacielem Michniewicza. Mezczy´zni postanawiaja sie zem´sci´c.

  • Le soir du 24 décembre, Rom et Nat guettent le père Noël avec impatience. Le vieil homme surgit dans la cheminée, comme prévu. Mais il n'est plus le même... D'ailleurs, il n'est pas le seul : le lapin de Pâques et la fée des dents sont aussi devenus bien inquiétants. Que se passe-t-il donc ? Rom et Nat résoudront ce mystère en plongeant dans une aventure pleine de surprises...et de frissons.

empty