Policier & Thriller

  • L'âge de la guerre

    Patrick Raynal

    Philippe Clerc, septuagénaire niçois, se réveille auprès d'une jeune femme, dans un lit qui n'est pas le sien. La belle, trop belle pour être sa conquête, est morte. Clerc ne se souvient de rien. Emprisonné, il entend ce nom : Masséna, et comprend qu'il a été piégé. Massena... son vieux pote de l'université, son frère d'armes, devenu chef d'une des mafias locales, et six pieds sous terre depuis deux ans. Nous sommes à Nice à l'approche des élections. Mafieux et politiques se confondent dans la guerre sans merci qui oppose les prétendants à la mairie... Mais pourquoi, l'entrainer, lui, Philippe Clerc, dans cette histoire ? Pris dans les rouages d'une machination infernale, au risque de se renier, il enquête pour sauver sa peau. Dans ce polar social au rythme trépidant, truffé d'un cynisme savoureux, Patrick Raynal décortique avec brio la ville de Nice et ses milieux affairistes. Trente ans après Fenêtre sur femmes auquel L'Âge de la guerre emprunte les personnages, la plume de l'auteur n'a rien perdu de son talent poétique et brutal.

  • L'heure du diable

    Patrick Bauwen

    Chris Kovak est médecin, agoraphobe, incapable de sortir de chez lui. Quand un mystérieux patient le contacte, un compte à rebours meurtrier commence.Audrey Valenti est lieutenant de la brigade Évangile, spécialiste des crimes du métro. Lorsque le corps d'une inconnue habillée en sorcière est retrouvé sur les voies ferrées, débute la plus incroyable des enquêtes.Tous deux traquent le diable, un psychopathe monstrueux et insoupçonnable. Mais c'est le diable qui va les trouver.Après Le jour du Chien et La Nuit de l'ogre, Patrick Bauwen achève sa trilogie et révèle l'identité de son tueur hors normes.

  • La mort est un art.Vous en êtes le spectateur.Et vous pourriez être sa prochaine victime.Des sous-sols de Paris aux recoins obscurs des facultés de médecine, Chris Kovac, médecin urgentiste, se lance à corps perdu dans une enquête qui ressemble à une nuit sans fin.Après Le Jour du chien, Prix polar 2017, Patrick Bauwen signe un thriller aussi effroyable que maitrisé.

  • Janvier 1958. À bord d'un camion fatigué, Gus et André parcourent le Jura à la recherche de frets hypothétiques. Alors que la guerre d'Algérie fait rage, les incidents se multiplient sur leur parcours. Tensions intercommunautaires, omniprésence policière exacerbent haines et rancoeurs dans un climat que la présence d'un étrange routard rend encore plus inquiétant...
    2018. Gus se confie à un écrivain venu l'interroger sur un meurtre oublié depuis soixante ans. Il se complaît à brouiller les cartes et à se jouer de son interlocuteur. Quelles vérités se cachent derrière les apparences ?

  • Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l'avoir tuée. C'était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu'elle me menace... Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l'apogée du mal. Sur les traces d'un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l'Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L'oeil de Caine.

  • Ils ont toujours été marins. Mais depuis que dans la famille, il n'y a plus que le père et le fils, peu à peu s'est installé le silence. Et ce père, devenu muet, entraîne le fils sur une mer toujours plus déchaînée, comme s'il avait besoin de frôler la mort pour se sentir encore vivre. En dehors de la pêche, il y a un autre commerce auquel le père a décidé de se livrer. Il vend des traversées aux passeurs qui conduisent les migrants des côtes françaises à l'Angleterre. L'équilibre de leur vie est fragile et il ne faudra qu'un incident pour que de manière incontrôlable tout bascule et que la mer devienne le théâtre d'un étrange huis-clos. Patrick K. Dewdney, avec ce roman poétique et puissant, s'impose comme une jeune voix marquante de la littérature française contemporaine.

  • 1870, la défaite de Sedan scelle la guerre franco-prussienne. Dans Paris assiégé, l'heure de la Commune va sonner. Une bande d'amis vit la fièvre de l'insurrection. Ils se nomment Vallès, Verlaine, Courbet, Gill, Marceau, Manon, Dana... Mais le temps des cerises s'achève dans le sang. Les amis sont dispersés, arrêtés ou recherchés.
    Dana, en fuite, est condamné à mort, accusé d'avoir participé au massacre des otages de la rue Haxo. Qui était-il ? Communard authentique ? Personnage trouble? L'homme aux gestes de fumée a laissé derrière lui un halo de mystère. Son souvenir hante Marceau jusqu'à l'obsession. Trente ans plus tard, il croit le reconnaître parmi les figurants du premier western de l'histoire du cinématographe, et n'aura de cesse de retrouver sa trace. Elle croise celles des chercheurs d'absolu, exilés de la vieille Europe, qui parcourent les États-Unis...


  • Un flic. Un tueur. Un face à face.

    Un commandant de police enfermé seul avec un tueur.
    La scène pourrait paraître banale.
    Elle l'est déjà un peu moins lorsqu'on sait que c'est la dernière nuit de service actif du policier et que, pour la première fois de sa longue et monotone carrière, il se retrouve enfin face à ce dont il a toujours rêvé : un tueur en série inconnu des forces de l'ordre.
    Sauf que, dans cette maison isolée, c'est le tueur qui pointe son arme depuis des heures sur le policier.
    Depuis des heures l'officier écoute et essaye de graver dans sa mémoire l'incroyable confession de celui qui se surnomme " l'archange de la mort " et qui lui raconte dans le détail son " oeuvre " : dix années de crimes impunis.
    Comment le flic en est-il arrivé là ? Comment une simple altercation au début de la soirée l'a-t-il mis sur la piste du tueur ? Et quelles sont ses chances de s'en sortir ?
    Patrick Chamoiseau nous livre ici un formidable roman noir, en même temps qu'il dresse un portrait déchirant d'une Martinique livrée à tous les débordements, en passe de perdre sa culture, sa magie et son humanité.

  • Violence, cruauté, trahison : rien ne leur sera épargné.
    Céline est une jeune femme en fuite. Léopold, un vieux monsieur qui ne tient plus à la vie que par habitude. Quant à Josselin, il ne s'agit en fin de compte que d'un idiot qui se croit très malin.
    Le destin de ces trois personnages va se trouver lié de manière inattendue et impitoyable.
    Un dieu malfaisant aurait-il décidé de s'amuser avec leur existence, comme un fou qui jouerait aux dés?
    Malgré leurs défauts, malgré leurs maladresses, Céline, Léopold et Josselin nous touchent comme nous toucheraient des amis, des semblables, des frères. Ce qui leur arrive pourrait tout aussi bien nous arriver.
    Si tous les dieux nous abandonnent, il nous faudra continuer à vivre seuls, pauvres humains.

  • Chemin des Dames, 1917, l'offensive du général Nivelle tourne à l'hécatombe. Dans l'enfer des combats, un conseil de guerre s'apprête à juger le soldat Jonas, accusé d'avoir assassiné son lieutenant. Devant l'officier chargé de le défendre défilent, comme des fantômes, les témoins harassés d'un drame qui les dépasse. Coupable? Innocent? Jonas est-il un simulateur ou un esprit simple? Le capitaine Duparc n'a que quelques jours pour établir la vérité. Et découvrir qui est réellement celui que ses camarades ont surnommé Tranchecaille.

  • Dans le Paris de 1926, il est difficile de survivre sans un sou en poche. L'armistice de 1918 n'est pas loin, et les traces de la guerre sont encore présentes. Venu de Montpellier tenter sa chance à la capitale, Pipette en fait l'amère expérience. Laveur de bouteilles, collaborateur d'un journal à scandales, il multiplie les petits boulots. Le soir, il déclame des poèmes à Montmartre, il y croise la Goulue, André Breton et les surréalistes, les défenseurs de Sacco et Vanzetti La nuit venue, en compagnie d'une bande d'illégalistes, il cambriole les riches pour arrondir les fins de mois. Un coup, c'est un peu d'argent, un autre quelques lingots. Mais quand un coffre-fort s'ouvre sur une macabre découverte c'est une bien sombre histoire qui commence.
    Les brouillards de la Butte, avec son évocation du Paris populaire de l'entre-deux-guerres, a reçu le Grand Prix de littérature policière 2002.

  • Dans une ville à l'abandon, quatre hommes, éternels perdants, préparent l'attaque d'un fourgon blindé. Il y a Félix, éreinté par la vie, Simon, le truand sur le retour, Brandon, le rappeur autiste, et Zamponi, l'artisan lessivé. Ils jouent leur dernière carte. Leur plan? Se fondre dans le décor. Ravaler au grand jour la maison d'un oncle défunt. Mais la poisse les poursuit. La grève des convoyeurs les prend de vitesse. La presse s'en mêle, les curieux rappliquent, un restaurant déserté retrouve une jeunesse... Tandis que les braqueurs rongent leur frein, la ville renaît. Les fantômes du passé entrent dans la danse, apportant avec eux une mémoire oubliée : un amour fou, une mystérieuse disparition et le sort tragique des émigrants polonais, expulsés de France dans les années trente. Quand les fils du destin s'enchevêtrent, le bal des 'pas-de-chance' est ouvert...

  • Paris, 1938. Dans les locaux de l'agence Bohman, un détective s'ennuie. Il ne sait pas encore que le monde bascule, mais les événements vont faire de lui un gibier de premier choix. Le Front populaire vit ses derniers jours. En Europe le péril monte. L'embrasement général s'annonce. On chante Tout va très bien, Madame la Marquise tandis que la Cagoule multiplie les attentats. La République chancelle. Une fille de bonne famille a disparu avec son soupirant. Ils ont fait leur nid sur une poudrière. Leur chemin sera celui de la guerre. Il mène vers l'Espagne

  • Le vide

    Patrick Senécal

    Plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute... dans le vide. Drummondville, Québec. Diane Nadeau tue son ex, sa nouvelle femme et leurs jumeaux au fusil de chasse. Elle essaie de se donner la mort ensuite, mais un policier l'arrête. Interrogée, elle refuse de parler et réclame qu'on la laisse se suicider. Frédéric Ferland est psy. Blasé, rongé par l'ennui, il recherche l'excitation par tous les moyens mis à sa disposition, légaux puis beaucoup moins... Mais invariablement, la lassitude le rattrape. Max Lavoie était PDG d'une très grande entreprise, héritée de son père. Milliardaire humaniste, il se destinait à l'enseignement, mais a dû prendre la succession contre son gré et s'est efforcé de " moraliser " son entreprise sans grand succès. Suite à une visite d'usine en Gaspésie, deux ans plus tôt, il est revenu accompagné d'un garçon mutique de 11 ans qui désormais le suit partout. Depuis, il a vendu presque toute ses actions, a quitté le comité d'entreprise et s'est jeté corps et âme dans une émission racoleuse et dégradante au succès fulgurant : "Vivre au max ". Le show de télé-réalité débute sa saison 2 malgré les débats, scandales et plaintes. Max Lavoie, qui la finance, la produit et la présente propose aux participants de réaliser leur rêve ultime : expériences sexuelles hors-normes, défi physique insensé, revanche personnelle ou, beaucoup plus rarement, geste philanthropique. Tous sont liés, consciemment ou inconsciemment, par le même lien tragique et implacable : le vide qui peu à peu s'ouvre sous leurs pieds...

  • Juin 1940, en plein chaos, dans un Paris vidé par lexode, Nestor, détective de lagence Bohman, est chargé de veiller sur un psychiatre dépressif. Le métier dange gardien nest pas une sinécure. Surtout en pleine débâcle, quand les asiles déversent leurs fous sur les routes, et qu'une faune sinistre de truands, de nazis et de collabos s'apprête à envahir la capitale. La folie brouille tous les repères, et l'étrange suicide du psychiatre n'arrange rien. Existe-t-il un lien entre sa mort et lappel au secours dun mystérieux inconnu? Pourquoi de faux policiers sattachent-ils aux pas de Nestor? Que cachent vraiment les hauts murs des asiles daliénés?

  • Non, l'homme qu'elle a épousé n'est pas celui qui l'a frappée ! Ça ne se reproduira plus jamais, c'était juste un moment de folie. Et puis cela recommence. Camille ne reconnaît plus celui avec qui elle vit. Certains secrets restés trop longtemps enfouis sont plus dangereux qu'un poison mortel. Camille va l'apprendre à ses dépens.
    Ce thriller domestique plonge le lecteur dans un monde trouble, où il est impossible de démêler le vrai du faux, jusqu'à la résolution finale. Auteur reconnu de romans noirs, Patrick Delperdange se réinvente en virtuose avec ce livre intimiste et dérangeant qui emporte le lecteur.

  • Au gré mouvementé de l'entre-deux-guerres, dans un Paris en pleine effervescence, un privé en dehors des clous explore les coulisses de l'Histoire. Il y croisera des illégalistes, des surréalistes, des marchands de mort, des républicains espagnols, des cagoulards, des collabos... De drôles d'enquêtes dans une drôle d'époque.

  • San Francisco. Cinquante tonnes de MDMA sont sur le point d'être réceptionnées. Raymond Gaspar, discret délinquant tout juste sorti de prison, est chargé par son nouveau patron de contrôler l'acheminement de la cargaison. Il doit surveiller le responsable de la distribution, ainsi que l'intermédiaire nécessaire au bon déroulement de l'opération : une femme qui a ses propres projets concernant la drogue.
    Miami. Un gérant de discothèque, par ailleurs garant du transport maritime de la marchandise, s'apprête à commettre une grossière erreur pour les beaux yeux d'une femme qu'il vient de rencontrer.
    Bangkok. En amont de la chaîne d'approvisionnement, un homme, Moisey Segal, se prépare à passer le coup de fil qui mettra toute la filière en danger.
    /> Si bien organisé soit-il, le trafic de drogue est une machine aussi terrible que fragile dont les défaillances sont, bien souvent, humaines.

  • Les fantômes d'Eden

    Patrick Bauwen

    Il était une fois en Floride, cinq ados partis à l'aventure.
    Ils vous feront rire. Pleurer. Frissonner.
    Mais ce qu'ils affronteront les changera à jamais.
    Et l'un d'eux sera assassiné.C'est sur ce crime que j'enquête.
    ... parce que le mort, c'est moi.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Qui rêverait de naître à Joliet, dans l'Illinois ? Pas Suzy Kosasovich en tous cas. Elle a grandi là, parmi les ouvriers et les églises, entre les barges des canaux et les trains de marchandises, élevée dans la crainte de Dieu et l'effacement de soi.
    Mais Suzy a un rêve : être acceptée par les ados du quartier. Ceux qui fréquentent le bar de Fat Kuputzniak, où ils viennent étancher leurs frustrations et leur haine. L'occasion lui est offerte le jour du Vendredi saint.
    Une nuit de cruauté et de violence, sans rédemption.

  • Assise sur une chaise en plastique, au bord de la chaussée, Lila attend le client. Quand Julien, le fils de bonne famille, débarque avec ses amis, elle comprend que les choses vont mal tourner. Sam et Danny traversent la campagne à la recherche d'un refuge. Ils ont quitté le foyer qui hébergeait Danny, après ce que ce dernier a fait au gars qui l'importunait. Sans doute ce pays est-il maudit. Une odeur âcre monte des champs abandonnés. Des bêtes sortent des bois, guettant leurs proies. Les enfants renient leurs parents. Ces pauvres âmes, c'est nous.
    Des chiens errants en quête d'éternité, pleins de lâcheté et de courage.

  • La vierge de Bruges

    Patrick Weber

    Bruges, 1475. Les bons bourgeois de la ville n'en finissent pas de pleurer leur cher duc de Bourgogne, Jean Le Bon. Car son fils Charles, dit le Téméraire, accable d'impôts cette région aisée pour poursuivre ses ruineuses campagnes militaires contre le roi de France, Louis XI.  Mais Pieter Linden est bien loin d'envisager une carrière dans l'armée. C'est la peinture qui le passionne, et, par-dessus tout, il souhaite entrer comme apprenti chez le plus grand maître de la ville, Hans Memling. Dans l'atelier du peintre se côtoient les riches banquiers et négociants en tous genres, et Memling s'évertue à peindre cette belle société à son avantage. Il ne serait en effet guère dans son intérêt de rendre sur la toile l'âme noire de certains...

  • A Ciudad Juárez, les grandes firmes mondiales profitent d'une main-d'oeuvre docile et bon marché pour faire pousser leurs filiales comme des champignons et avec elles la misère, la prostitution, la violence et même la mort.Des cadavres de jeunes ouvrières ont été trouvés aux abords de la ville, épouvantablement mutilés, éviscérés, décapités. Est-ce l'oeuvre d'un psychopathe ? La machination d'une secte satanique ? Ou un règlement de comptes entre narcotrafiquants ?Malgré l'arrestation de plusieurs suspects, ni la police, ni la justice, ni les associations de familles des victimes ne réussissent à endiguer cette vague d'assassinats toujours plus cruels, toujours plus spectaculaires.Envoyé par son journal pour une enquête de quelques jours, Toni Zambudio, en débarquant dans la ville où même le diable aurait peur de vivre, ignore qu'il vient de tirer le fil d'un écheveau sanglant qui le conduira sur la piste d'un ennemi plus terrifiant encore et dont le pouvoir est à la mesure de ce qui se joue du côté mexicain de la frontera.

empty