Langue française

  • « Au début, vous vous figuriez que cet enfant, votre enfant, serait le plus beau du monde, le plus intelligent, le plus doué, le plus aimant, le plus tout ce que vous pouviez imaginer. Mais vous allez devoir déchanter parce qu'aucun enfant ne vient au monde pour satisfaire les rêves de ses parents, parce qu'aucune puériculture n'est simple, aucune éducation aisée, parce qu'être parent, parfois c'est galère, parfois c'est super, parce qu'accompagner un enfant sur les chemins de la vie, c'est un vrai engagement, quotidien, lourd, riche. Vous serez ravis, émerveillés par la petite, le petit, qui vous donnera du peps, du bonheur, qui vous fera sourire, pleurer, penser. Et à d'autres moments, vous serez éreintés, démoralisés, perdus, contrariés, déprimés, enfin bref si c'était à refaire, le referiez-vous ? Ben oui, vous le referiez. Parce que vous allez survivre à ces moments, trop bons ou trop pénibles. Vous allez trouver par vous-même les moyens de tenir, de durer, de bien vivre, de bien faire.

    Immanquablement sur votre route, vous allez croiser ces nouveaux papes de la parentalité, bienveillante la parentalité, non-violente, compréhensive. Ils vous ont dit de ne pas vous inquiéter, qu'ils allaient vous donner les moyens de bien faire, qu'on a enfin trouvé la méthode miracle pour élever les enfants dans la paix et l'harmonie. Imaginez, finis les conflits, les prises de tête, les pétages de plomb, le burn-out et la déprime ! Contre quelques euros, vous avez acquis la notice, et vous vous êtes persuadés qu'à la course à l'enfant parfait, vous alliez finir prem's. Alors, vous l'avez gagnée votre médaille de parents zéro déchet ? Vous avez pu vous connecter au flux de la bienveillance et de l'empathie et vibrer à hauteur de l'illumination parentale ? Vous l'avez retrouvée cette positive attitude qui, immanquablement, a fait de vous des parents merveilleux, de vos enfants des enfants merveilleux, de votre famille une famille merveilleuse ? Comment ? Non ! Ce n'est pas possible, je ne vous crois pas, vous avez vraiment bien appliqué les techniques, les recettes, les 10 commandements et les 14 outils de la parentalité positive ? Vous vous êtes bien servi des 5 clés pour tout comprendre de votre enfant ? Vous avez soigneusement lu et administré ces petits guides à l'usage des parents positifs, ces kits de démarrage, ces fiches outils du « Parent bienveillant » ? Vous êtes bien allés aux ateliers ? Quoi ? Vous avez fait tout cela ? Et vous n'avez pas su trouver votre bonheur et celui de votre enfant ? Malgré tout l'outillage contemporain du parent moderne qu'on vous a distribué ? Oh ! Là, il y a un `blème... Vous avez un problème. Bien sûr, à cet instant précis, vous lisez « vous êtes un problème » parce que si les promesses de la parentalité positive ne se sont pas réalisées, c'est de votre faute n'est-ce pas ? C'est vous qui ne savez pas faire. Ouh, les parents qui se ratent ! La honte ! Pas fichu de bien faire avec leur gosse, bouh ! Et voilà qu'au lieu de contribuer à révéler vos « compétences » parentales, la super méthode clés en main ne fait que vous culpabiliser davantage.

    Allez, ne vous inquiétez pas, prenez ses conseils comme ils sont, lénifiants parfois, de bon sens d'autres fois, cucul-la-praline aussi et carrément insupportables encore. Et continuez, tranquilles, votre petite traversée de la vie avec enfant, par grand beau temps et mer calme mais aussi tempête et houle. Cultiver le bonheur en famille, développer l'équilibre des enfants et rendre leur vie future harmonieuse et sereine n'est pas une mince affaire. Parfois vous serez des parents 100% positifs, parfois juste 100% nuls. Et ce n'est pas grave. Pis, c'est normal. Parce que vivre, du mieux que l'on peut, cette incroyable et folle aventure de la parentalité, c'est pas évident. Mais vous y arriverez. »

  • Lire l'entretien avec Patrick Ben Soussan (propos recueillis par Audrey Minart)

    Tous les enfants sont des promesses. Ils nous prédisent des jours meilleurs et nous apporteront la félicité... Vraiment ? Les enfants d'aujourd'hui sont désirés comme le salaire mirobolant des footballeurs professionnels, la beauté précieuse des mannequins sur papier glacé, des vacances de rêve aux iles du Levant.

    Tout enfant ne serait-il en fait qu'une imposture ? Et toute enfance, une fable ? Quand donc finirons-nous d'attendre de nos enfants... le bonheur ? Quand donc cesserons-nous de les habiller de rêves et de les vouloir parfaits ? Quand et comment vivre la vie présente, l'instant présent, tel qu'il est, avec son tout-petit ?

    Cet antimanuel de parentalité appliquée se demande s'il est vraiment raisonnable aujourd'hui de fabriquer du bébé pour le bonheur de ses parents. A l'intention de ceux-ci, il énonce quelques simples conseils pour rater leur job de super parents pour le plus grand profit de leur super bébé.

  • Labellisé par l'initiative présidentielle « La France s'engage » en juin 2015, le programme de renforcement langagier « Parler bambin » pour des enfants de 18 à 36 mois en crèche, a débuté à Grenoble en 2005. Il ambitionne d'essaimer dans de nouveaux et nombreux territoires. Mais quels sont donc les bénéfices réels de « Parler bambin » ? Sur quelles évaluations scientifiques rigoureuses se fonde ce projet ? D'où tire-t-il la légitimité des pratiques professionnelles qu'il met en avant ? Justifie-t-il la diffusion à laquelle il prétend, dans le champ de la lutte contre les exclusions, la pauvreté et l'illettrisme ?

    Des professionnels de la petite enfance, orthophonistes, médecins, psychanalystes, psychologues, linguistes, sociologues, chercheurs et spécialistes de la littérature jeunesse proposent une analyse précise, détaillée et engagée des enjeux et controverses autourde ce programme. Ce livre ouvre aussi sur d'autres horizons, pratiques et projets significatifs pour la petite enfance.

  • Naître different

    Patrick Ben Soussan

    Comment dire l'indicible de cette rencontre fondatrice entre un enfant porteur d'un handicap et ses parents ? Comment partager cette expérience impensable, comment l'élaborer, lui donner du sens ? Quelles peurs, quelles résistances suscite le handicap ? Comment dès lors l'accueillir ? Comment aider les parents, les fratries, les familles mais aussi les équipes à faire en sorte que le handicap nommé n'assigne pas le nouveau-né à la différence, ne le condamne pas à être autre, irréductiblement, aux yeux de tous ? Pédiatres, psychiatre et psychanalyste proposent ici des élaborations croisées à des situations surchargées d'affects. Mise en vente le 24 mai 2007

  • Chaque année, des milliers d'enfants de moins de 18 ans subissent la mort d'un être cher. Ils font alors face à une myriade de sentiments, de croyances et de questionnements. À l'intention des adultes sensibilisés et des professionnels de l'enfance, les auteurs fournissent des outils pour penser ces circonstances si difficiles, accompagner un enfant en deuil et l'aider à affronter ses sentiments. Cet ouvrage collectif décrit le processus du deuil chez l'enfant, du tout-petit à l'adolescent et ce à quoi il faut s'attendre tout au long de son évolution et à la suite de cette épreuve. 10 à 15 % des enfants endeuillés éprouveront des problèmes psychologiques (dépression, anxiété, culpabilité, troubles de l'estime de soi, du sommeil, de l'humeur, problèmes de comportement...) ou auront des difficultés scolaires : il convient donc d'aider les profes-sionnels à élaborer ces situations de deuils et à aborder plus sereinement les questions que se posent les enfants sur la mort d'autrui mais aussi sur la leur.

  • Le baby blues est un article très en vogue au rayon des petites contrariétés de la grossesse et des premiers jours. Toutes vous l'attendez, vous vous inquiétez si au deuxième, troisième ou quatrième jour après la naissance de votre bébé, il n'est pas au rendez-vous : vous pouvez le faire, plus, vous devez le faire ! On vous a tellement parlé de cet état si particulier qui vient assombrir de ses gros nuages d'incompréhension et de doutes vos premiers jours avec bébé. Vous faites un blues classique, banal, circulez, il n'y a rien à voir ! Ni à dire.

    En fait, le baby blues n'existe pas. Il n'existe que des mots savants ou qui se veulent tels et qui sont là pour vous faire taire. Ne les écoutez pas, vivez vos bouleversements psychiques et corporels à votre aise. La grossesse n'est pas une maladie, vous n'êtes pas une patiente , dites-leur. Et vivez votre vie avec votre bébé - et son père - sans modération ! Allegro.

    Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre, praticien hospitalier à Marseille, dirige la collection Mille et Un Bébés et la revue Spirale aux Editions éres.

  • Le mythe est vieux comme le monde et il a survécu à toutes les révolutions éducatives, de Rousseau au bon docteur Spock : toute enfance est à façonner. Plus encore, à contraindre. De plus en plus nombreux seraient les sauvageons, recensés dès la crèche, caïds de cour de récré des écoles maternelles, violents, enfants rois sans bornes et sans limites, ne respectant rien ni personne, voire maltraitants à l'égard de ceux qui les élèvent ou les éduquent. Ces nouveaux enfants terribles qui semblent émerger dans l'espace social troublent, fascinent et sidèrent les adultes. Mais existent-ils vraiment ? Le danger qu'ils représentent pour notre chère société libérale avancée requiert-il autant de décrets, d'arrêtés, de rapports, de mesures de prévention « musclée » qui sont autant de vélléités de façonnage, de formatage des poupards du XXIe siècle ? Ce manifeste dit haut et fort qu'il faut cesser d'embarquer l'enfance dans ces politiques de la peur et de la culpabilité aujourd'hui si largement conduites. Qu'il faut laisser aux enfants leur temps d'enfance, un temps hasardeux, riche d'improbables fortunes et d'ahurissantes métamorphoses.

  • À partir de 200 cas concrets, cet ouvrage aide les parents à résoudre les problèmes qu´ils rencontrent au quotidien avec leur enfant.
    Pour chaque cas présenté, le problème, introduit par un témoignage personnalisé, est d´abord analysé et expliqué aux parents, puis une réponse concrète et adaptée à la situation décrite est apportée par un pédopsychiatre, un pédiatre, un psychologue.

  • Depuis 1997, la collection 1001 BB est allée à la rencontre de tous ces bébés, de leurs parents, des professionnels qui s'enoccupent, des discours qu'ils suscitent, des connaissances nouvelles qui se découvrent à leur propos, du monde dans lequel ils vivent. En 2009, paraît le 100e ouvrage decette collection. Numéro particulier s'il en est, il réunit 100 grandes signatures de la périnatalité, qui ont déjà participé à l'aventure de la collection ou qui la découvrent. A chacun d'entre eux, il a été demandé deconjuguer, à sa façon, un mot choisi, haï, élu ou ignoré, autour du bébé, de sa famille, de ses soignants, de ses accueillants... 100 auteurs pour 100 mots, ou le nouveau dictionnaire, irraisonné et irraisonnable de la périnatalité. 100 auteurs, pédiatres, musiciens, psys,écrivains, lecteurs, philosophes, anthropologues, puéricultrices, assistantes maternelles, chercheurs, obstétriciens, pédagogues,sages-femmes...qui viennent ici témoigner de ce que le bébé agite, éveille et affecte en eux. En espérant qu'à leur lecture, vous aurez toujours aussi vif le désir de continuer à nous accompagner - qui sait ? -jusqu'au numéro... 1 000 !

  • Qu'est-ce qui se passe vraiment dans ton cabinet avec tes patients ? A cette question, il est ici répondu, à ceci près que le cabinet en question trouve une place singulière à l'hôpital et que les patients désignés sont tous des malades, atteints dans leur corps, gravement, parfois même tragiquement. Des psys témoignent, au plus près de leurs pratiques, de ce qui fait la vérité et l'intensité de leur rencontre avec ces malades, leurs familles et les équipes qui les prennent en charge. Ils exposent leur façon de faire, de penser, de vivre ces rencontres et ce faisant, s'exposent au plus vrai de leur être. Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre, dirige l'unité de psycho-oncologie de l'Institut Paoli-Calmettes, à Marseille.

  • Qu'est-ce que jouer ? Qu'est-ce qu'un jeu ? A-t-on besoin de jouets pour jouer ? Et au total, le jeu ne donne-t-il pas accès au « je » ? Les bébés jouent. Avec leur corps d'abord, leurs mains, leurs pieds. Ils jouent avec leur voix, les sons qu'ils émettent, transforment. Ils jouent avec le hochet, le mobile, le doudou... D'abord autocentrés, ces jeux sont en lien direct avec leur sensorialité, leur psychomotricité qu'ils découvrent. Jouer, alors, c'est faire l'expérience de Soi, explorer ses contours, ses limites, ses possibilités, de mouvements en émotions. Jouer, c'est agir. C'est être. Pour l'enfant, c'est vivre. Et grandir. Pour l'enfant qui grandit, le jeu agrandit son univers.

  • « Un bébé, ça n'existe pas ». A sa façon, péremptoire et imagée, D.W. Winnicot, pédiatre et psychanalyste anglais, affirmait, dans les années soixante, la primauté des soins maternels et leur caractère d'absolu nécessité dans les premiers mois de la vie d'un enfant. Les notions d'attachement, d'interaction précoce et les multiples potentialités découvertes chez le nouveau-né ne font que souligner l'importance de ce lien premier, de cette rencontre fondatrice entre un bébé et son environnement maternant. Qu'advienne une séparation et que sera donc la vie de ce bébé, ses réactions, ses aménagements face à cette nouvelle et si particulière expérience ? Comment réagiront aussi les parents à cette séparation ? Et quelles représentations, quelles élaborations sous-tendront les pratiques des équipes, institutions ou familles à qui ces tout-petits sont parfois confiés ? Cet ouvrage - né de la collaboration de pédiatres, puéricultrices, psychologues, psychiatres, psychanalystes, juges, mais aussi de parents et de professionnels qui apportent leurs témoignages - souhaite éclairer cet espace et ce temps des séparations précoces. Comment les recenser, les dire et les penser ? Comment les éviter, les prendre en compte, y remédier ? L'inventaire requis ici convoque des séparations multiples, susceptibles d'être vécues par le bébé et sa famille, accueil en crèche ou halte-garderie, prise en charge en consultation de PMI, hospitalisation précoce, placement en pouponnière ou en institution, par mesure de justice ou en cas de détresse psychosociale. A l'adresse de tous les professionnels de la petite enfance, de la santé et de la justice, pour que, confrontés à ces situations, ils puissent résoudre pour eux-mêmes les multiples questions qui surgissent autour de ce thème et qui nous concernent tous intimement. A l'adresse des parents, pour qu'ils ne vivent pas ces séparations comme des arrachements, des ruptures désorganisantes sur le moment et, parfois, des années après. Pour que tous les bébés séparés ne deviennent pas des enfants en souffrance.

  • Le bébé imaginaire est une des terres promises de la grossesse, et ses charmes (est-ce une fée ou une sorcière?) sont absolus. Mais qu'est-il donc cet enfant tout droit issu des imaginaires parentaux? Quelle énigme soutient-il et quel manque vient-il combler? Quelles peurs est-il censé exorciser et pour combien de temps.

  • Il m'est venu cette « facétieuse » idée, comme le dit Charles Juliet, de proposer à de grandes toques de se pencher sur les berceaux des bébés de l'an 2000 et de nous concocter quelques recettes originales pour gourmets en très courtes culottes, osons en couches. Les bébés d'aujourd'hui, qui possèdent le gai savoir et la raison gourmande sauront apprécier ! Et comme à la table des bébés on ne plaisante pas avec la chère, peut-être pourrez vous partager un peu de cette excellence gastronomique, accordée, dit-on, par les dieux et les fées à quelques élus. A vous tous, parents et bébés, l'honneur de « magnifier l'éphémère en créant des instants magiques » autour de ces quelques recettes, déclinées par nos chefs étoilés, comme autant de beaux arts.

  • Cet ouvrage n'est pas un vade-mecum de l'annonce du handicap à la naissance ni même un guideline pour professionnels en quête de réassurance. Les questions qu'il soulève appellent encore et encore des élaborations et des engagements. Il porte témoignage, sous la plume de professionnels reconnus ? tous praticiens investis dans cette clinique depuis des dizaines d'années ? des pratiques et des nécessaires révolutions culturelles que ce temps si particulier de l'annonce appelle. L'annonce ne devrait plus être pensée comme un instantané, avec arrêt sur image et traumatisme indicible à la clé. Elle n'a de sens que si elle s'intègre dans un véritable dispositif d'accompagnement qui atteste du souci constant de tout être à l'égard de l'humain et de l'humanité. Ce livre voudrait changer notre représentation commune de cette annonce et favoriser d'autres pratiques. Pour que ces mots de l'annonce soient reconnaissance d'humanité mais aussi d'altérité. Pour que ces mots laissent de la place à d'autres, pour que l'enfant handicapé ne soit pas qu'un handicap. Pour que être handicapé s'assure d'abord de l'être, avant que du handicap. Pour que parents et professionnels ne soient plus aliénés à ce seul effet de discours et que dans cette « situation extrême », les paroles ne s'écrivent pas comme un destin. Patrick Ben Soussan est pédopsychiatre (Marseille).

  • Ce livre interroge par le détail cette politique de l'accueil de la petite enfance actuellement promue qui inquiète tous les professionnels de l'enfance et les parents les plus avertis. Mais il ne souhaite pas uniquement alimenter la seule polémique autour de ces questions ou dénoncer quelque mystification.
    Il propose de nouvelles pistes de réflexion et surtout des propositions et des expériences originales qui engagent à une profonde refonte des esprits et des pratiques en ce domaine si précieux pour le développement de l'enfant et son entrée en citoyenneté...

  • Comment devient-on parent ? Qu'est-ce qu'être père, être mère ? Mais surtout, comme il n'est pas de naissance à la parentalité sans douleurs, quelle place pleine et entière accorder à ces nouvelles familles qui accueillent la vie dans la misère sociale, la précarité professionnelle, l'acculturation ou au décours d'une existence, déjà si lourdement chargée de douleurs, de souffrances, souvent marquée par les mauvais traitements, l'inceste, les carences ?

  • À l'heure où l'idéologie de la transparence et son injonction normative du « tout dire » semble régir notre société, cet ouvrage vient rappeler les vertus du secret. Petits et grands secrets, singulier ou pluriel, vrai et faux secret, Secret story ou Secret service ? Secret de polichinelle ? Qu'est-ce donc que ce secret qui se conjugue à toutes les modes, à toutes les sauces ? Dit-il le silence, l'intime, la réserve, la discrétion et sous l'apparat du rassurant manteau de la vertu, tranquillise-t-il ? Ou tout au contraire, inquiète-t-il en désignant ce qui est opaque, caché, clandestin, ténébreux, le mensonge sous toutes ses formes, l'usurpation, la dissimulation, le complot ? Ne serait-ce pas un mot très équivoque, désignant en réalité

  • Ce guide est destiné à devenir un document de référence pour la profession d'assistante maternelle : il constitue la base d'un échange entre les assistantes maternelles et les parents qui leur confient leurs enfants. En quoi le rôle de l'assistante maternelle auprès des enfants et de leur famille est important ? L'auteur souhaite montrer aux jeunes parents, mais aussi aux assistantes maternelles elles-mêmes, la complexité et la qualité de cette profession, pas toujours reconnue à sa juste valeur. Patricia Denat est assistante maternelle dans la banlieue toulousaine depuis quinze ans. Elle est impliquée dans la lutte contre la maltraitance des enfants (recherches, contacts avec des associations...).

  • Que font, vivent et pensent des psys à l'hôpital et en cabinet privé, quand ils sont confrontés à des patients atteints de maladie à pronostic vital, en particulier de cancers ? Quelle place pour le psychisme lorsque le corps est malade ? Quelle place pour le corps quand le psychisme est débordé par les angoisses ? Comment aménager un cadre assurant la continuité de la relation psychothérapeutique et la prise en compte des réalités de la maladie ?

    Des psychologues, psychiatres et psychanalystes ? qui reçoivent à l'hôpital et/ou en cabinet privé des patients atteints de maladies graves, témoignent de leur pratique. La confrontation à la finitude bouscule leurs référents théoriques et leurs repères cliniques. En partageant leurs expériences, au-delà des connaissances et des savoirs, ils montrent que, malgré l'ombre de la mort, leur engagement humain auprès de leurs patients reste une clinique de vie et de liens.

empty