Paul-François Desquines

  • Les fauteuils de velours ou de bois, le grand rectangle blanc, et nous sommes dans le cercle des cinémas disparus (1930-1950) à Toulouse. C'est tout un parcours dans les rues de la ville rose que nous propose P.-F. Desquines ; avec ses anciennes salles obscures, son public, ses anecdotes, les équipements de projection. Grâce à cet ouvrage, on ne les oubliera pas tout à fait. Il fait traîner son pas dans cette ville où surgissent les façades d'un passé... et si les lettres se sont un peu effacées, comme l'ont été "sur le sable, les pas des amants désunis...", il reste ce souvenir, pour que vive encore le cinéma !

  • Les fauteuils de velours ou de bois, le grand rectangle blanc, et nous sommes dans le cercle des cinémas disparus (1930-1950) à Toulouse. C'est tout un parcours dans les rues de la ville rose que nous propose P.-F. Desquines ; avec ses anciennes salles obscures, son public, ses anecdotes, les équipements de projection. Grâce à cet ouvrage, on ne les oubliera pas tout à fait. Il fait traîner son pas dans cette ville où surgissent les façades d'un passé... et si les lettres se sont un peu effacées, comme l'ont été "sur le sable, les pas des amants désunis...", il reste ce souvenir, pour que vive encore le cinéma !

empty