Peggy Larrieu

  • À l'heure actuelle, les données des neurosciences bénéficient d'un intérêt grandissant en matière pénale, à travers ce qu'il est convenu d'appeler le "neurodroit". De manière générale, le système judiciaire peut faire appel aux sciences du cerveau à des fins préventives, répressives ou thérapeutiques. Cependant, si les applications des neurosciences peuvent contribuer à la prévention et à la répression du phénomène criminel, ne risquent-elles pas, à plus ou moins long terme, de bouleverser les principes fondamentaux de la justice et du droit ?

  • La notion de mythe, dont la fortune a été brillante en sociologie, en anthropologie et en psychanalyse, ne peut laisser le juriste indifférent. Assurément, l'idée de rapprocher ces deux domaines peut paraître singulière, tant ils paraissent éloignés. Cependant, cette apparente altérité mérite d'être revisitée. Le retour au mythe, à travers une grille de lecture juridique, autorise une mise en perspective de la rationalité juridique contemporaine.
    Chaque mythe antique est en rapport avec la fondation du droit. Mais, le droit positif a lui-même une dimension mythologique importante. En raison de sa fonction normative, il est pétri d'imaginaire et de fictions. Or, à une époque comme la nôtre, où les mythes et autres métarécits sont déconsidérés, assimilés à une pensée préscientifique, il faut peut-être reconnaître que ce sont ces métarécits qui donnent du sens et qui peuvent renforcer la légitimité du droit dans sa dimension instituante. Le droit ne peut conserver sa fonction anthropologique sans renouer avec ce qui le sous-tend, à savoir le mythe.

  • La crise sanitaire révèle les failles béantes de nos sociétés : elle agit comme un révélateur au sens de précipité chimique. Nous nous retrouvons tous démunis. À l'évidence, le coronavirus est un accélérateur d'entropie. Cette entropie que nous refusions d'accepter, que nous avons cherché à éradiquer par tous les moyens, cette entropie qui est la cible des utopies transhumanistes, la voilà qui ressurgit de façon violente.

     

  • Dirigé conjointement par une juriste et un psychosociologue, voici un état des lieux rigoureux, actualisé et très accessible sur les plus récentes dispositions juridiques se rapportant à la médiation. L'ouvrage traite sans aucun tabou de la notion d'influence, pertinente en psychologie sociale, ainsi que de quelques techniques surprenantes mais efficaces, utilisées par des médiateurs professionnels.

empty