Philippe Verdin

  • Qui sait que Tolkien a bâti son oeuvre de bout en bout sur le christianisme ? Voici les clés qui permettent de comprendre l'ambition et le succès d'une saga mystique à l'écho planétaire. Passionné et passionnant.
    Tolkien l'enchanteur écrivait : " Mon livre, Le Seigneur des anneaux est une oeuvre fondamentalement religieuse et catholique. " Or l'arrière-fond chrétien de ce roman mythique est souvent ignoré. Il est vrai que son auteur a infusé le mystère chrétien avec tact et astuce dans les aventures de ses inoubliables personnages : Frodon le hobbit, Gandalf le magicien, Aragorn le roi errant, l'elf Legolas et le nain Gimli, le bon géant Tom Bombadil et le répugnant Gollum à la recherche de son Précieux !
    /> Le destin des héros du Seigneur des anneaux, leurs défis et leur victoire en Terre du Milieu éclairent notre propre quête spirituelle, nos tentations, notre espérance. Les personnages de Tolkien ressemblent à chacun de nous, dans nos pires trahisons comme dans nos plus beaux rêves.

  • Pie V (1504-1572) jouit d'une réputation mitigée : messe tradi, inquisition, croisade... Si sa vie nous intéresse, c'est parce qu'elle n'est pas coulée dans le moule des convenances. S'il nous fascine, c'est parce qu'il est intempestif. Refusant d'épouser la bien-pensance uniforme, il se dresse comme un défi. En son temps d'humanisme sceptique, il paraissait déjà incongru, encombrant. Mais Pie V n'a que faire du qu'en-dira-t-on pour les siècles des siècles. Puisqu'il est saint, il nous oblige à chercher ce qui rayonne en lui, malgré son côté décalé. À l'heure où l'Église prenait l'eau de toute part, les cardinaux ont cherché un dominicain pour remettre à flot la barque de Pierre. Mission accomplie en six années (1566-1572) : liturgie, réforme des moeurs ecclésiales, invention d'une nouvelle figure du prêtre, doctrine, mise en oeuvre des décisions du concile de Trente, influence protestante jugulée et victoire à Lépante sur les Ottomans qui ravageaient la Méditerranée depuis des siècles. Le portrait d'un géant qui a changé le cours de l'Église. Une hagiographie allègre et pleine d'humour. Une fresque baroque. Une révolution dans le genre des vies de saints.

  • Pendant dix ans, le père Ange Rodriguez, dominicain, fut l'exorciste du diocèse de Lyon. Il raconte les circonstances curieuses de sa nomination, l'affrontement avec le diable, les rencontres avec les personnes blessées par le mal et aliénées par les démons. Il éclaire la recrudescence des manifestations diaboliques et la fascination pour de nouvelles formes du mensonge. Il explique pourquoi l'Église catholique ne sous-estime pas l'influence des anges déchus et comment on peut comprendre aujourd'hui l'existence de ces forces obscures. Avec humour et confiance, il affirme la puissance salvatrice du Christ. Spiritisme, Rose-Croix, sortilèges, pentacles, possession, magie, envoûtement, fétiches, maléfices, infestation, rien ne résiste à son bon sens, son humilité et à sa prière.

empty