Sciences humaines & sociales

  • En tant que discipline scientifique, la sociologie s'appuie autant sur les thèses de ses auteurs de référence et sur la spécialisation des savoirs que sur le corpus empirique qu'elle s'est constitué depuis ses premiers déploiements. C'est ce questionnement renouvelé et saisi par l'enquêteur au plus près du réel qui permet l'évolution du savoir sociologique. Cette anthologie des principales enquêtes menées en France depuis 1945 est ici présentée dans une édition revue et augmentée.
    La sociologie n'est pas qu'une suite de théories d'auteurs plus ou moins consacrés. Elle ne se réduit pas, non plus, à des savoirs parcellaires sur des objets particuliers de domaines de plus en plus spécialisés. Elle repose avant tout sur un ensemble de recherches empiriques réalisées à partir de méthodes variées. Ce sont ces enquêtes qui contribuent à l'évolution de cette discipline.
    Elles élaborent progressivement le savoir sociologique par les questions qu'elles posent sur la société dans laquelle nous vivons. Nous ne disposions pas, jusqu'à présent, d'une historiographie de la recherche sociologique. Cet ouvrage vient combler cette lacune.
    Construit autour de neuf enquêtes empiriques publiées depuis 1945, devenues des classiques, l'ouvrage retrace l'histoire de la sociologie française en évoquant aussi de nombreuses autres enquêtes. Écrit dans un langage clair et accessible, l'ouvrage invite à entrer dans l'atelier du sociologue. Il s'inscrit ainsi à la suite du livre de Peter L. Berger,
    Invitation à la sociologie, dont il pourrait être le " pendant " empirique.

  • La première histoire globale de l'armée allemande de 1939 à 1945. Instrument des crimes commis pendant la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande a incarné un modèle de puissance, analogue à ce que fut l'armée napoléonienne au XIXe siècle. De 1939 à 1942, elle remporte des victoires spectaculaires qui assoient la domination du Reich - pour le malheur de l'Europe - avant d'opposer une résistance acharnée à une coalition qui dispose d'une écrasante supériorité en effectifs et en matériel. Philippe Masson expose magistra- lement ce qui s'est passé sur tous les fronts : stratégie, tactique, évolution des moyens, renseignement... Il évoque naturellement le rôle central du Führer, qui suit les mouvements de chaque division et marginalise ses généraux jusqu'à précipiter la chute du " Reich de mille ans ". Agrégé d'histoire, docteur ès lettres, Philippe Masson fut chef de la section historique du Service historique de la marine française. Professeur d'histoire et de stratégie à l'Ecole supérieure de guerre navale, il a notamment publié chez Perrin : Histoire de l'armée française (1999), La Puissance maritime et navale (2002) et Hitler, chef de guerre (2005).

  • Comment Hitler, stratège autodidacte, a-t-il pu tenir cinq longues années face à la plus grande coalition militaire jamais assemblée dans l'histoire du monde ?
    Issu de la société civile puis simple consultant durant la Première Guerre mondiale, Hitler a appris sur le tas l'art miliaire. Intuitif, apôtre de la guerre éclair, sa rapidité d'action lui donne la possibilité de se défaire de l'armée française en seulement six semaines, durant le printemps 1940. L'Allemagne du Führer va ensuite déployer ses troupes partout en Europe. Rien ne lui résiste, jusqu'au revers décisif de Stalingrad en février 1943. Les échecs, dramatiques et meurtriers, vont alors se multiplier : c'est que aveuglé par son fanatisme, déconnecté des réalités opérationnelles, Hitler est alors seul à la tête des armées du Reich, entraînant l'Allemagne vers l'abîme.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un coup de projecteur sur les relations entre les différentes catégories de personnel des établissements ainsi que leurs relations avec les élèves et les parents, dans l'institution scolaire des années 1990.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le 7 mai 1915, le Lusitania, un des plus beaux paquebots de l'époque, est torpillé par un sous-marin allemand au large de l'Irlande. Près de 1200 personnes disparaissent dans le naufrage, dont 124 citoyens américains; l'émotion est considérable dans le monde entier. Depuis, le naufrage du Lusitania n'a cessé de susciter les plus vives passions et la curiosité des historiens et des chercheurs ; deux commissions d'enquête n'ont pu dissiper un authentique parfum de mystère. Le Lusitania a-t-il été victime, sinon d'une machination, tout au moins d'une négligence calculée de l'Amirauté britannique, désireuse de créer un fossé infranchissable entre l'Allemagne et les Etats-Unis ? La présence, soigneusement dissimulée, de munitions et d'explosifs à bord n'explique-t-elle pas que le navire ait coulé aussi rapidement, en moins de vingt minutes ?

    Cet ouvrage répond à ces questions. Il replace aussi l'événement dans le cadre de la Première Guerre mondiale. Certes, le torpillage du Lusitania n'a pas été la cause immédiate de l'intervention des Etats-Unis. Mais, dans un conflit passionnel, où la propagande jouait le rôle d'une véritable arme de guerre, il en a jeté les bases psychologiques. Au lendemain du drame du 7 mai 1915, l'opinion américaine avait acquis la conviction que l'Allemagne était porteuse des forces du mal.

    Philippe Masson, agrégé d'histoire, est professeur d'histoire maritime à l'Ecole de guerre navale et chargé de la section historique du Service historique de la marine. Il a dirigé le Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale et publié, entre autres travaux, l'Histoire de la Marine française.

  • Une ville se réduit-elle à l'image que ses élites politiques ou médiatiques souhaitent promouvoir ? Pour comprendre et connaître une ville, il faut recenser ce dont on est sûr, inventorier ce que l'on voit assurément, partir des faits. Après Paris, Bordeaux et Lyon, trois remarquables succès, " Repères " propose un regard singulier sur la ville de Nantes. Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 2013. " Éden de l'Ouest ", " l'une des villes les plus agréables d'Europe " et " capitale verte de l'Europe en 2013 ". Les qualificatifs pour donner de la ville de Nantes une image positive, qui fait ainsi disparaître son passé de ville ouvrière et industrielle, ne manquent pas. Certes, cette image, entretenue par la politique de communication de la municipalité, correspond bien à la résonance médiatique de quelques événements culturels (Les Folles journées, les spectacles de la compagnie Royal de Luxe). Mais une ville se réduit-elle à l'image que ses élites politiques ou médiatiques souhaitent promouvoir ? Pour comprendre et connaître une ville, il faut recenser ce dont on est sûr, inventorier ce que l'on voit assurément, partir des faits. Regarder une ville avec un oeil sociologique, c'est souligner le legs du passé, s'interroger sur les manières dont se construisent les mémoires de Nantes, montrer la permanence des inégalités et de la fracture civique et sociale, tout en examinant les conséquences de la croissance du poids des classes moyennes et supérieures dans la ville. Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 2013.

  • Paul Masson-Oursel (1882-1956), était un orientaliste et philosophe français, professeur à l´École pratique des hautes études. Élève de Lucien Levy-Bruhl, sa thèse La Philosophie comparé portait sur l'identification des analogies entre les philosophies europoéennes, indiennes et chinoises.

empty