Rodrigo Rey Rosa

  • Un garonnet est renvers par une voiture. Par crainte des reprsailles, l'automobiliste s'enfuit. C'est le dbut d'un rcit fascinant sur le surgissement du mal. Rodrigo Rey Rosa le dbusque dans les paroles de l'ami qui trahit l'ami, dans les mensonges de la mre qui n'aime pas son enfant, dans le machisme de l'homme d'affaires sans scrupules, dans les combats quotidiens des dmunis pour tromper leur faim. Faisant alterner les points de vue sur un rythme haletant, dans une langue tantt sche, tantt d'une grande sensibilit, il se rvle l'un des plus solides romanciers de la littrature latino-amricaine actuelle.

  • Voici un ouvrage captivant tant par son projet que par sa forme. Les carnets noircis par le narrateur au fil de ses visites aux archives secrètes de la police du Guatemala nous révèlent des découpages bruts du réel qui interrogent constamment les limites entre crime politique et banditisme, entre idéologie et corruption, entre justice et terrorisme d'État. Au récit des difficultés rencontrées pendant ses recherches vont progressivement se surimposer les souvenirs, les réflexions personnelles, les lectures (Fouché, Voltaire, Borges et son ami Bioy Casares), mais aussi des bribes du quotidien et des questions éthiques. Le résultat est un fin et savant tissage qui nous renvoie à la fois à une certaine idée du journal d'écrivain et aux enquêtes les plus contemporaines sur la mémoire historique.

  • Lors de la fête pour les 88 ans de don Guido Carrion, un supposé incendie tue Douro II, un étalon cher à Guido. Un avocat et un écrivain qui ont assisté à la découverte du cadavre carbonisé du cheval mènent l'enquête. Celle-ci révèle la face cachée d'une famille et d'un pays rongé par la violence et le mal.

empty