Romain Rolland

  • Au-dessus de la mêlée est le plus célèbre manifeste pacifiste de la Grande Guerre. Comparable au J'accuse de Zola, il fut publié par Romain Rolland le 24 septembre 1914 dans Le Journal de Genève. Ce texte exceptionnel, qui exhorte les belligérants à prendre de la hauteur pour saisir l'ampleur du désastre, provoqua aussitôt de nombreuses réactions violentes et haineuses envers son auteur, dont la lucidité, l'idéal de non-violence et de communion entre les peuples furent néanmoins récompensés, dès l'année suivante, par le prix Nobel de littérature.

  • Vie de Beethoven

    Romain Rolland

    Roman Rolland, prix Nobel de littérature, retrace ici la vie du célèbre compositeur Beethoven.

  • Jean-Christophe

    Romain Rolland

    Écrivain engagé, pacifiste, poète et humaniste, figure majeure de la littérature française du XXe siècle, Romain Rolland (1866-1944) a laissé une oeuvre exigeante et ambitieuse, distinguée par le prix Nobel en 1915, et dont la pièce maîtresse demeure Jean-Christophe, roman auquel il consacra dix ans de sa vie. Passionné de musique, il y retrace le destin et la formation d´un compositeur de génie, héros romantique et « âme libre» à l´image du Werther de Goethe.


    De l´enfance à la maturité, Jean-Christophe Krafft découvre la douleur, l´injustice, affronte les épreuves de la vie pour enfin s´accomplir, trouver l´équilibre et la paix. Roman d´apprentissage, tableau du monde intellectuel européen de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, cette vaste fresque qui mêle pensée et poésie, réalisme et symbolisme, est autant une réflexion sur la création artistique que l´exploration sensible et profonde de l´âme humaine. Un chef-d´oeuvre et un classique.





    « Avant Jules Romains, Martin du Gard, Hermann Hesse et bien d´autres, Jean-Christophe fixa un genre qui s´imposa dans la littérature européenne des années 1930 et dont certains "grands romans" anglo-saxons sont encore tributaires. » Jean-Maurice de Montrému, Livres Hebdo.

  • Liluli

    Romain Rolland

    C´est en pleine Première Guerre mondiale, pendant l´année 1917 que Romain Rolland écrit Liluli - Liluli c´est l´illusion, « Liluli, reine du monde » - une farce satirique qui met en scène des guignols grimaçants englués dans la guerre, deux princes de contes qui s´entretuent pour les beaux yeux d´une déesse, métaphore de la France et de l´Allemagne qui s´étripent pour la conquête de l´Alsace-Lorraine. C´est une oeuvre d´amertume aux accents douloureux dont Stefan Zweig dit qu´elle « dégage une ironie tragique dont Rolland se sert comme d´une arme défensive contre sa propre émotion. » Cette oeuvre, illustrée avec les bois originaux de Frans Masereel, a été publié pour la première fois en juin 1919 par les éditions du Sablier à Genève.

  • "Jamais voix pareille à celle de Tolstoï n'avait encore retenti en Europe. Comment expliquer autrement le frémissement d'émotion que nous éprouvions alors à entendre cette musique de l'âme, que nous attendions depuis si longtemps et dont nous avions besoin ? Mais c'était trop peu pour nous d'admirer l'oeuvre : nous la vivions, elle était nôtre."La découverte des grandes oeuvres de Tolstoï en France entre 1885 et 1887 a été une révélation pour la jeune génération des intellectuels français. Parmi eux, Romain Rolland, futur prix Nobel de littérature, qui fut, avec Gandhi, un des disciples de l';écrivain russe. D'un même mouvement, Romain Rolland raconte, dans ce portrait publié en 1928, la vie mouvementée et les grandes fresques de celui qui fut pour lui autant un "Titan des lettres" qu'un messager spirituel. Il montre en quoi sa vie fut une épopée : enfance aristocratique, guerre de Crimée, fuite dans l'inconnu et mort dans la petite gare d'Astopovo ; ou encore comment Tolstoï fut un mystique et un prédicateur, un prophète de génie et, dès lors, l'ennemi de l'Eglise orthodoxe et des religieux.Cette biographie est à la fois le récit d'une oeuvre et le roman d'un homme en quête d'absolu. À l'occasion du centenaire de la mort du grand écrivain russe, un classique à découvrir pour comprendre un mouvement de pensée qui allait révolutionner la littérature.

  • Colas Breugnon

    Romain Rolland

    « Colas Breugnon est une réaction contre la contrainte de dix ans dans l'armure de Jean-Christophe, qui, d'abord faite de mesure, avait fini par me devenir trop étroite. J'ai senti un besoin invincible de libre gaieté gauloise, oui, jusqu'à l'irrévérence. En même temps, un retour au sol natal, que je n'avais pas revu depuis ma jeunesse, m'a fait reprendre contact avec ma terre de Bourgogne nivernaise, a réveillé en moi un passé que je croyais endormi pour toujours, tous les Colas Breugnon que je porte en ma peau. Il m'a fallu parler pour eux ».
    « Que les facteurs prennent ce livre comme il est, tout franc, tout rond, sans prétention de transformer le monde, ni de l'expliquer, sans politique, sans métaphysique, un livre à la « bonne françoise », qui rit de la vie, parce qu'il la trouve bonne, et qu'il se porte bien. Bref, comme dit La Pucelle (il était inévitable que son nom fût invoqué, en tête d'un récit gaulois), amis, prenez en gré...

  • Romain Rolland (1866-1944) a été un des plus proches compagnons de combat de Péguy (1873-1914). Son roman Jean-Christophe, a d'abord été publié par Péguy dans les Cahiers de la quinzaine. Ils se sont battus côte à côte pour Dreyfus et ont vibré pour les mêmes idéaux socialistes.
    À la fin de sa vie, en pleine désillusion sur l'URSS, Romain Rolland nous livre une biographie de Péguy qui reste inégalée. Il reconstitue le parcours du poète philosophe, raconte la genèse et le contenu de ses oeuvres tout en dressant un portrait saisissant des fabuleuses années 1900 où Einstein formule sa première théorie, où le pape condamne le relativisme et met Bergson à l'index. Mais il ne cache pas non plus l'exaltation nationaliste de Péguy avant la guerre de 1914 et sa haine de Jaurès. On est frappé par la profondeur du travail et le style de Romain Rolland. Il sait nous entraîner dans ce fleuve qui le (et nous) déborde de toute part.
    Le sens des engagements de Péguy - que l'ami Rolland n'a, loin de là, pas toujours partagés - fait l'objet d'un décryptage minutieux. Son dreyfusisme " mystique ", son socialisme irréductible, sa détestation de la Sorbonne et du " parti intellectuel ", son bergsonisme jamais pris en défaut et son appel à la révolution dans l'Église deviennent enfin compréhensibles dans leur complémentarité.
    À qui appartient Péguy ? Romain Rolland montre comment cette oeuvre immense est irrécupérable par l'extrême droite et en quoi elle réjouira tous ceux qui ne se résignent pas au pouvoir de l'argent.

  • En 1935, au moment où, signant un pacte d'alliance, la France et l'U.R.S.S. se rapprochent, Romain Rolland se rend à Moscou, invité par Gorki. Il y séjourne un mois, rencontre les dignitaires du régime : Iagoda, Boukharine..., et passe plusieurs heures avec Staline. Il note ses impressions, ses rencontres, il résume ses conversations. Rentré à Villeneuve, il fait le point, dresse les portraits des uns et des autres, s'interroge sur les contradictions qu'il a perçues. Malgré tout il reste fidèle à son engagement et défend l'U.R.S.S. Mais la mort de Gorki en 1936, puis les procès de Moscou commencent à ébranler sa foi. En 1938 il ajoute des « Notes complémentaires » au récit de son voyage. En 1939, après la signature du pacte germano-soviétique, il rompt nettement avec Moscou : « Cette magistrale scélératesse me dégoûte à jamais du Kremlin. »Bernard Duchatelet, professeur à l'université de Brest, spécialiste de l'oeuvre de Romain Rolland, retrace dans une présentation nourrie l'évolution politique du partisan de l'Indépendance de l'Esprit, depuis son enthousiasme, en 1895, pour le socialisme, jusqu'à l'aveu, en 1940, de ses erreurs rappelant quels furent entre ces deux dates ses refus, ses hésitations, ses doutes et son engagement.Voyage à Moscou contribue à éclairer les ambiguïtés et les difficultés de l'engagement des intellectuels de l'entre-deux-guerres pris entre la nécessité de la lutte contre le fascisme et l'inévitable reconnaissance des dérives du régime stalinien.

  • Pierre et Luce

    Romain Rolland

    « Quant à Madame Aubier, elle était aussi bonne chrétienne que son mari était bon républicain. Aussi sincèrement, honnêtement, qu´il se faisait l´instrument docile du pouvoir contre toute liberté qui ne fût officielle, elle mêlait ses prières, en toute pureté de coeur, aux voeux homicides que formaient pour la guerre, en chaque pays d´Europe, les prêtres catholiques, les pasteurs, les rabbins et les popes, les feuilles et les gens bien pensants de ce temps. Et tous deux, père et mère, adoraient leurs enfants, n´avaient, en vrais Français, que pour eux d´affection profonde, essentielle, leur eussent tout sacrifié, et, pour faire comme les autres, les sacrifiaient sans hésiter. A qui ? Au dieu inconnu. En tous temps, Abraham a mené Isaac au bûcher. Et sa glorieuse folie reste encore un exemple pour la pauvre humanité. » Écrivain, musicologue, biographe, essayiste, romancier et dramaturge, Roman Rolland (1866-1944) est l'auteur d'une oeuvre considérable. Si de nombreux textes inédits - notamment son Journal - éclairent le parcours de cet homme, sa véritable personnalité demeure méconnue.
    Victime de partis pris et de préjugés, Romain Rolland vécut une Histoire qui a bouleversé l'Europe, avec deux guerres mondiales et l'avènement des totalitarismes. Il fut aussi un Européen convaincu qui a lutté contre le fascisme et le nazisme, un internationaliste qui a jeté une arche entre l'Occident et l'Orient.

  • Écrivain, musicologue, biographe, essayiste, romancier et dramaturge, Roman Rolland (1866-1944) est l'auteur d'une oeuvre considérable. Si de nombreux textes inédits - notamment son Journal - éclairent le parcours de cet homme, sa véritable personnalité demeure méconnue.Victime de partis pris et de préjugés, Romain Rolland vécut une Histoire qui a bouleversé l'Europe, avec deux guerres mondiales et l'avènement des totalitarismes. Il fut aussi un Européen convaincu qui a lutté contre le fascisme et le nazisme, un internationaliste qui a jeté une arche entre l'Occident et l'Orient.

  • ANNETTE ET SYLVIE

    Romain Rolland

    |Extrait| Elle était assise près de la fenêtre, tournant le dos au jour, recevant sur son cou et sur sa forte nuque les rayons du soleil couchant. Elle venait de rentrer. Pour la première fois depuis des mois, Annette avait passé la journée dehors, dans la campagne, marchant et s'enivrant de ce soleil de printemps. Soleil grisant, comme un vin pur, que ne trempe aucune ombre des arbres dépouillés, et qu'avive l'air frais de l'hiver qui s'en va.

  • PIERRE ET LUCE

    Romain Rolland

    • Bookelis
    • 18 Février 2017

    | Pierre s'engouffra dans le Métro. Foule brutale et fiévreuse. Debout, près de l'entrée, serré dans un banc de corps humains et partageant l'air lourd qui passait par leurs bouches, il regardait sans les voir les voûtes noires et grondantes sur lesquelles glissaient les prunelles luisantes du train. En son esprit étaient les mêmes ombres, les mêmes lueurs, dures et trépidantes. Étouffant dans le collet de son pardessus relevé, les bras collés au corps et les lèvres serrées, le front moite de sueur et, par moments, glacé par une bouffée du dehors quand la portière s'ouvrait, il tâchait de ne pas voir, il tâchait de ne pas respirer, il tâchait de ne pas penser, il tâchait de ne pas vivre. Le coeur de ce jeune garçon de dix-huit ans, presque un enfant encore, était plein d'un obscur désespoir. Au-dessus de lui, au-dessus des ténèbres de ces voûtes, de ce trou de rat où filait le monstre métallique, grouillant de larves humaines, -- était Paris, la neige, la nuit froide de janvier, le cauchemar de la vie et de la mort, -- la guerre...|

  • Jean-Christophe est un roman de Romain Rolland publié en dix volumes de 1904 à 1912 et ayant reçu en 1905 le prix Femina. Le roman contribua à l'attribution à Romain Rolland du prix Nobel de littérature en 1915.

    Résumé de la série romanesque
    | Jean-Christophe Krafft est un musicien allemand. Ce héros qui incarne un espoir d'une humanité réconciliée, notamment en montrant la complémentarité de la France et de l'Allemagne, est aussi un héros romantique comme le Werther de Goethe et l'image de Beethoven y apparaît en filigrane.
    La vie du héros se transforme ainsi en quête d'une sagesse : il doit passer par une série d'épreuves, les « cercles de l'Enfer », maîtriser ses passions, avant de dominer sa vie et d'atteindre à l'Harmonie, qui est coïncidence avec le rythme de la Vie universelle...|
    |Wikipédia|

  • Jean-Christophe est un roman de Romain Rolland publié en dix volumes de 1904 à 1912 et ayant reçu en 1905 le prix Femina. Le roman contribua à l'attribution à Romain Rolland du prix Nobel de littérature en 1915.

    Résumé de la série romanesque
    | Jean-Christophe Krafft est un musicien allemand. Ce héros qui incarne un espoir d'une humanité réconciliée, notamment en montrant la complémentarité de la France et de l'Allemagne, est aussi un héros romantique comme le Werther de Goethe et l'image de Beethoven y apparaît en filigrane.
    La vie du héros se transforme ainsi en quête d'une sagesse : il doit passer par une série d'épreuves, les « cercles de l'Enfer », maîtriser ses passions, avant de dominer sa vie et d'atteindre à l'Harmonie, qui est coïncidence avec le rythme de la Vie universelle...|
    |Wikipédia|

  • Jean-Christophe est un roman de Romain Rolland publié en dix volumes de 1904 à 1912 et ayant reçu en 1905 le prix Femina. Le roman contribua à l'attribution à Romain Rolland du prix Nobel de littérature en 1915.

    Résumé de la série romanesque
    | Jean-Christophe Krafft est un musicien allemand. Ce héros qui incarne un espoir d'une humanité réconciliée, notamment en montrant la complémentarité de la France et de l'Allemagne, est aussi un héros romantique comme le Werther de Goethe et l'image de Beethoven y apparaît en filigrane.
    La vie du héros se transforme ainsi en quête d'une sagesse : il doit passer par une série d'épreuves, les « cercles de l'Enfer », maîtriser ses passions, avant de dominer sa vie et d'atteindre à l'Harmonie, qui est coïncidence avec le rythme de la Vie universelle...|
    |Wikipédia|

  • Jean-Christophe est un roman de Romain Rolland publié en dix volumes de 1904 à 1912 et ayant reçu en 1905 le prix Femina. Le roman contribua à l'attribution à Romain Rolland du prix Nobel de littérature en 1915.

    Résumé de la série romanesque
    | Jean-Christophe Krafft est un musicien allemand. Ce héros qui incarne un espoir d'une humanité réconciliée, notamment en montrant la complémentarité de la France et de l'Allemagne, est aussi un héros romantique comme le Werther de Goethe et l'image de Beethoven y apparaît en filigrane.
    La vie du héros se transforme ainsi en quête d'une sagesse : il doit passer par une série d'épreuves, les « cercles de l'Enfer », maîtriser ses passions, avant de dominer sa vie et d'atteindre à l'Harmonie, qui est coïncidence avec le rythme de la Vie universelle...|
    |Wikipédia|

  • Préface à Amok

    Romain Rolland

    • Myriel
    • 12 Janvier 2018

    L'amitié entre Romain Rolland et Stefan Zweig fut comme un coup de foudre. D'un côté, il y eut le Français, grand germanophone et très fin connaisseur des littératures germaniques. De l'autre, on trouve l'un des écrivains phares de son époque, un auteur lu par tout le monde. S'ajoute à cela la curiosité des langues et des cultures, concernant Zweig, et l'évident souci d'universalité en ce qui concerne ces deux hommes. La différence d'âge et les péripéties de la vie n'y firent rien : entre Rolland et Zweig s'installera une relation faite de conseils et d'éloges. Rolland avait quinze ans de plus que Zweig, les deux hommes appartenaient presque à deux générations différentes. C'est certainement ce qui expliquera que l'Autrichien voyait en Rolland un maître, comme un sage chez qui trouver écoute et recommandations.
    Ne restait dès lors, pour chacun d'eux, que l'évident travail de défense de l'autre, afin que chacun puisse mutuellement présenter l'oeuvre de son interlocuteur.

  • DANS LA MAISON | 7 |

    Romain Rolland

    • Bookelis
    • 28 Juillet 2018

    Jean-Christophe est un roman de Romain Rolland publié en dix volumes de 1904 à 1912 et ayant reçu en 1905 le prix Femina. Le roman contribua sans doute grandement à l'attribution à Romain Rolland du prix Nobel de littérature en 1915.
    (Source Wikipédia)
    Jean-Christophe à Paris - Tome 7 - Dans la maison
    Présentation
    | Christophe s'installe dans un appartement avec Olivier. Petit à petit ils apprennent à connaître leurs voisins, l'occasion pour Christophe de se livrer à une petite étude de caractère des français. La guerre menace entre la France et l'Allemagne, et tous ces personnages changent de comportement les uns par rapport aux autres et par rapport à Christophe...|
    (Source Édition Ebooks libres et gratuits)

  • ANTOINETTE | 6 |

    Romain Rolland

    • Bookelis
    • 28 Juillet 2018

    Jean-Christophe est un roman de Romain Rolland publié en dix volumes de 1904 à 1912 et ayant reçu en 1905 le prix Femina. Le roman contribua sans doute grandement à l'attribution à Romain Rolland du prix Nobel de littérature en 1915.
    (Source Wikipédia)
    Jean-Christophe à Paris - Tome 6 - Antoinette
    Présentation
    | Antoinette et Olivier Jeanin sont les enfants d'un riche banquier d'une petite ville de province. Celui-ci, abusé, se ruine dans une affaire douteuse. Devant le déshonneur et la banqueroute, il se suicide. Mme Jeanin emmène alors ses enfants à Paris dans l'espoir d'être aidée par sa soeur. Mais celle-ci la reçoit avec mépris. Lorsque Mme Jeanin meurt à son tour, Antoinette se charge courageusement de subvenir aux besoins et à l'avenir de son frère......|
    (Source Édition Ebooks libres et gratuits)

  • Jean-Christophe est un roman de Romain Rolland publié en dix volumes de 1904 à 1912 et ayant reçu en 1905 le prix Femina. Le roman contribua sans doute grandement à l'attribution à Romain Rolland du prix Nobel de littérature en 1915.
    (Source Wikipédia)
    Jean-Christophe à Paris - Tome 5 - La Foire sur la place
    Présentation
    | À Paris, dans la misère la plus noire, Christophe commence par demander à deux compatriotes de lui trouver des leçons de piano. Parallèlement, il est introduit dans les milieux intellectuels, mélange de bourgeoisie et d'artistes. Il ne tarde pas à s'apercevoir que rien n'est bien différent en France, de l'Allemagne, que le conformisme règne également en maître...|
    (Source Édition Ebooks libres et gratuits)

  • Pierre et Luce

    Romain Rolland

    Pierre le sait: «Dans six mois la patrie aura besoin de sa chair. La guerre la réclame.» Mais Paris est déjà sous les bombes. Pierre ferme les yeux et plonge dans les ténèbres du métro pour fuir les détonations sourdes. Quand il rouvre les yeux, il la voit, en bas-Luce. «Le silence. La paix. Elle est là.» Et bientôt il la perd du regard. Et bientôt il la revoit, enfin. Mais c'est toujours la guerre - cette guerre qui «ne mène à rien» - qui de nouveau les sépare...



    Romain Rolland (1866-1944) est un écrivain français, et une figure de la non-violence, à l'image de Tolstoï et Gandhi qu'il admire. Il commence une carrière de professeur. Mais lors de la Première Guerre mondiale, il est bouleversé. Pour lui c'est certain: l'Europe va au suicide. Il est et demeure en Suisse, pour témoigner de sa neutralité. Il y publie un appel pacifiste, «Au-dessus de la mêlée». Il reçoit le Prix Nobel de littérature de 1915 par l'Académie suédoise. Depuis 1906 il entretient des relations épistolaires avec Alphonse de Châteaubriant, ainsi qu'avec Louis Aragon et Stefan Zweig. Il correspond aussi avec Sigmund Freud, sur le sentiment océanique. Malgré une période où il soutient l'URSS face à un Hitler qui s'impose, il se détourne de la politique, et en 1939 préside le Comité mondial contre la guerre et le fascisme. La correspondance avec Stefan Zweig est d'une importance capitale pour sa philosophie et la littérature. Zweig qualifiera Rolland de «Conscience de l'Europe».

  • Le temps viendra

    Romain Rolland

    Écrivain, musicologue, biographe, essayiste, romancier et dramaturge, Roman Rolland (1866-1944) est l'auteur d'une oeuvre considérable. Si de nombreux textes inédits - notamment son Journal - éclairent le parcours de cet homme, sa véritable personnalité demeure méconnue.
    Victime de partis pris et de préjugés, Romain Rolland vécut une Histoire qui a bouleversé l'Europe, avec deux guerres mondiales et l'avènement des totalitarismes. Il fut aussi un Européen convaincu qui a lutté contre le fascisme et le nazisme, un internationaliste qui a jeté une arche entre l'Occident et l'Orient.

  • Clérambault

    Romain Rolland

    Écrivain, musicologue, biographe, essayiste, romancier et dramaturge, Roman Rolland (1866-1944) est l'auteur d'une oeuvre considérable. Si de nombreux textes inédits - notamment son Journal - éclairent le parcours de cet homme, sa véritable personnalité demeure méconnue.
    Victime de partis pris et de préjugés, Romain Rolland vécut une Histoire qui a bouleversé l'Europe, avec deux guerres mondiales et l'avènement des totalitarismes. Il fut aussi un Européen convaincu qui a lutté contre le fascisme et le nazisme, un internationaliste qui a jeté une arche entre l'Occident et l'Orient.

  • Robespierre

    Romain Rolland

    J'avais trente ans, lorsque j'entrepris d'écrire une vaste épopée dramatique de la Révolution française, en une douzaine de drames. J'ai soixante-douze ans, lorsque j'achève le drame, qui, dans ma pensée, devait constituer le sommet de la courbe : « Robespierre », Je n'avais jamais cessé d'y songer ; mais j'attendais de me sentir en pleine possession du sujet. Cette année, il m'a paru que le temps était venu.
    La tragédie se résume en peu de mots :
    Trois mois et demi s'écoulent entre le début et la fin de la pièce, entre l'exécution de Danton et celle de Robespierre.
    Tous les hommes que je mets en scène sont de sincères et passionnés Républicains. Leurs convictions s'allient à leur intérêt pour les obliger tous à sauver la République : car leur sort est lié au sien ; ils se sont tous compromis irrévocablement, en votant la mort du Roi. Et cependant, ils vont s'acharner à détruire leur oeuvre : la République. Ils seront pris par leurs passions, par leurs fureurs, par leurs soupçons, dans une véritable frénésie qui ne leur permettra plus de voir où ils vont, qui les jettera même dans les bras des pires ennemis de la République. Par moments, ces hommes auront des lueurs de l'abîme où ils courent, et ils seront épouvantés, - mais incapables de revenir en arrière.
    Je n'ai pas cherché à les idéaliser. Je n'ai ménagé ni aux uns ni aux autres les erreurs et les fautes. J'ai été pris moi-même par la grande vague qui les emporte. J'ai vu la sincérité de tous ces hommes, qui s'exterminent, et la fatalité terrible des Révolutions. - Elle n'est pas d'un temps. Elle est de tous les temps. J'ai tâché de l'exprimer.
    Romain Rolland

empty