Roselyne Madelénat

  • Les vieillards d'hier sont aujourd'hui des "seniors", bien dans leur peau et dans leur corps, surtout bien décidés à jouir le plus longtemps des plaisirs et de la liberté. Car ce sont les enfants de la génération de l'amour libre qui entrent aujourd'hui dans le grand âge.
    Ils ont tout connu, joui de tout. Ne comptez pas sur eux pour s'assagir ! Encore faut-il que le corps et l'esprit soient au rendez-vous. Ce guide vous dit tout, comment bien vieillir, comment séduire encore et toujours, comment lutter contre tous les désagréments du vieillissement, et comment bien faire l'amour, différemment sans doute mais avec toujours autant de plaisir.

  • Florence a 52 ans, est journaliste dans la presse féminine
    et mène une vie sentimentale décousue. Elle a peu de
    relations avec sa famille, mais elle va devoir s'occuper de
    sa mère, atteinte de la maladie de Parkinson. Hospitalisée,
    il y a longtemps qu'elle ne sait plus où elle est ni qui elle
    est. Mais, régulièrement, elle hurle, terrorisée : " La
    gestapo ! Ils vont me prendre ma petite fille ! "...
    Elle mourra bientôt dans cet hôpital. Lors son enterrement,
    Florence revoit son père avec qui elle n'avait plus aucun
    contact depuis des années. Alchimie des circonstances ?
    Ces deux-là se reconnaissent pour la première fois. Fille
    /> et père vont enfin s'aimer, se le dire et ce sentiment
    bouleverse la narratrice : ne détestait-elle pas ce père
    absent jusqu'à présent ?
    Mais la mort de la mère ouvre la boîte de Pandore sur
    un secret de famille enfoui depuis 1943. Un secret aussi
    incroyable qu'effroyable et que son père semble avoir
    organisé. Elle tente de l'interroger, mais l'exercice
    s'avère psychologiquement épuisant : trop de souvenirs de
    l'enfance... trop d'angoisse remontent à la surface.
    Et ce lien qui se noue. Que reste-t-il aujourd'hui de cet
    homme tyrannique, violent, antisémite dans ce vieillard "amoureux" d'elle, dont la mémoire dérape et qui pleure
    à chaque fois qu'elle s'en va ? Que devient ce secret de
    famille insupportable ? Devient-il plus important que l
    'amour naissant entre son père et elle ?
    La rencontre avec Bob incitera Florence à jouer les
    enquêtrices auprès de son père : a-t-il dénoncé et fait
    déporter Hadigel, sa belle-mère, qui poussait la mère de
    Florence à le quitter ? La narratrice va de découverte en
    découverte. Comment arrivera-t-elle à se sortir de cet aveu
    ? De cette confusion des sentiments ? Sera-t-elle encore
    capable d'aimer son père ?
    Florence n'obtiendra pas de réponse, son père meurt de
    façon inattendue...
    Dans son chagrin, Florence se demande quel vêtement
    porter lors des obsèques ? Une petite robe noire
    conviendrait. Oui, mais Florence n'a jamais eu de petite
    robe noire.
    C'est que les petites robes noires ont elles aussi leur
    secret...

  • Le témoignage de Fadila, dont le fils Yanis a été frappé par un cancer à seulement 5 ans. Les allers-retours à l'hôpital, l'angoissante attente, les résultats médicaux... puis enfin la lumière au bout du tunnel, et la guérison de Yanis. Mais comment reprendre une vie normale après toutes ces années ? Un récit choc et émouvant.
    À 5 ans, Yanis se voit diagnostiquer un neuroblastome : l'un des cancers les plus dangereux chez l'enfant. L'annonce de cette maladie frappe cette famille comme un tsunami. Un matin d'avril, le combat commence.
    Pour la première fois, un livre expose les témoignages croisés d'une mère, d'un père et de leur fils. Comment chacun a-t-il vécu ces années ? De quelle facon le jeune malade, le couple des parents et la fratrie ont-ils résisté et fait mentir les pires pronostics ? De quelle manière s'en sont-ils sortis et où en sont-ils aujourd'hui ?
    Au-delà des émotions et de la pudeur, ce récit nous plonge dans l'univers hospitalier : celui des enfants malades, de leurs parents, mais aussi de leurs soignants (chirurgiens, oncologues, infirmières, psychologues...) dont l'humanité et le dévouement forcent le respect.
    Voici le récit d'une enfance cabossée et du combat de toute une famille. Un immense message d'espoir pour tous ceux qui sont confrontés à la maladie.

  • Au risque de choquer, il faut bien admettre que toutes les vieilles sont des emmerdeuses ! Leur point commun ? Emmerder les autres, leur pourrir la vie et régler leurs comptes. Faire payer à leur mari, enfants, petits-enfants, copines, voisines... leurs angoisses, frustrations, humiliations, regrets, remords, colères, chagrins... Elles sont devenues vieilles, mais découvrent un plaisir tout neuf et inattendu : celui d'être des emmerdeuses !En un mot, un livre pour celles qui " en ont " ! et surtout pour rire !

empty