Sciences humaines & sociales

  • « C'est vraiment trop injuste ! » Qui n'a jamais exprimé la plainte de Calimero ? Qui n'a jamais, aussi, pesté contre les bougons, grincheux et grognons qui passent leur temps à formuler leurs griefs ? Saverio Tomasella, psychanalyste, s'adresse ici aux Calimero qui voudraient devenir moins râleurs, ainsi qu'aux proches de ces individus difficiles à vivre. Nous faisons tous partie, plus ou moins consciemment, de cette cohorte d'éternels mécontents. Alors, comment sortir de la plainte ? L'auteur montre qu'en identifiant les maux véritables qu'elle recouvre, en reconnaissant, chacun dans son parcours de vie, les souffrances qui n'ont pas été entendues, il est possible de retrouver le gout de vivre sans se plaindre - et même dans la joie !

  • La catastrophe correspond à une rupture de la continuité existentielle de personnes, de familles et de communautés. Plus qu'une somme de deuils et de traumatismes, elle engendre un véritable bouleversement des subjectivités, pouvant entraîner la désubjectivation de celles et de ceux qui y sont confrontés ou qui en sont témoins. Après une telle expérience du chaos, quelles sont les possibilités de resubjectivation ?

  • Très souvent, nous pensons savoir mieux que l'autre qui il est. Nous lui prêtons des intentions qui dépendent de nos interprétations. Ainsi, nous l'idéalisons ou le stigmatisons, nous lui adressons des demandes qui ne le concernent pas, nous confondons ce qu'il est en train de vivre avec ce que nous vivons.

    Saverio Tomasella analyse les multiples interférences qui perturbent toute relation humaine et sur lesquelles la psychanalyse a posé le nom de transfert. Il explore l'émergence de cette notion chez Freud et Ferenczi, puis son approfondissement par Mélanie Klein, Lacan et Green. Enfin, il lève le voile sur la relation psychanalytique en exposant quatre récits de transferts, autant d'invitations à nous interroger sur nous-mêmes et sur notre désir, à ne plus fuir la réalité, pour nous y inscrire vraiment, à chaque instant.

  • " C'est le monde à l'envers " est une expression, parmi d'autres, qui peut désigner une parole malintentionnée ou une action malveillante. Fascination, mystification et séduction font partie de la panoplie du personnage retors, habile à jongler avec les mensonges. Parfois, l'influence va jusqu'à mettre l'autre sous emprise... Qu'est-ce que la perversion ? La question intrigue. Elle provoque violences et rejets... Partant d'exemples de la vie courante, de films ou de romans, l'auteur explicite ce que recouvre cette notion très vaste, appréhendée de façon variée et complémentaire par de nombreux psychanalystes depuis Freud. La perversion se révèle être une configuration très particulière, un faisceau trouble, un ensemble d'interactions - parfois invisibles - qui fait système. Pour autant, la perversion n'est pas une fatalité ! Il est possible de choisir de s'en libérer.

  • Des horreurs de la guerre et des attentats, du viol, de la mort tragique d'un proche, de la catastrophe naturelle à celle de l'abandon, de l'agression physique ou de la maltraitance affective, il n'y a ni petit ni grand traumatisme lorsqu'il est considéré du point de vue du sujet. Il s'agit de la même traversée : survivre au désastre, se reconstruire sur les ruines laissées par la tempête, renaître de ses cendres.

    Constitué de nombreux exemples, ce livre explore les vécus traumatiques, les vies entravées dans leur élan des êtres qui s'acharnent à trouver une issue. L'enjeu est de reconquérir ses capacités créatives et amoureuses, vivre le présent sans craindre le retour d'une catastrophe. L'auteur accompagne les survivants de tragédies intimes sur le chemin des retrouvailles avec soi.

empty