Albin Michel (réédition numérique FeniXX)

  • Violence, drogue, alcoolisme, prostitution : quatre mots qui dans la langue malgache commencent par « mi » et valent aux déshérités de Tananarive le nom de « 4 Mi ». Depuis des années, Pedro Opeka, prêtre lazariste, a engagé avec ce peuple de la rue et des décharges publiques une guerre acharnée contre la misère et l'avilissement. Accueillir ces hommes et ces femmes qui ont tout perdu, dialoguer sans cesse dans la tendresse et la fermeté, leur redonner dignité et travail, construire avec eux de vraies maisons sur les collines - les « collines du courage » - et surtout scolariser des milliers d'enfants et leur rendre le sourire, telle est l'immense tâche dans laquelle le Père Pedro s'est plongé corps et âme. Chaque jour, avec l'aide de plusieurs associations humanitaires, il réalise l'impossible, en digne disciple de saint Vincent de Paul. D'origine slovène, après une enfance en Argentine marquée par la passion du football et des études de théologie en France, le Père Pedro n'a rien perdu de la liberté d'esprit qui anima sa jeunesse de globe-trotter, et reste au fond un aventurier : aventurier de la justice et de la défense des pauvres.

  • Qui aurait pu croire, au début des années 1970, quand des milliers de prêtres décidaient de quitter l'Église, que Jean Cardonnel lui demeurerait fidèle ? Le plus rebelle des dominicains de l'époque avait derrière lui un passé de provocateur et de protestataire (contre la condamnation des prêtres ouvriers, contre la torture en Algérie et la colonisation, puis à la pointe des mouvements des années 68...), il s'affirmait alors admirateur de la révolution culturelle chinoise, et n'avait pas l'intention de baisser la garde face à la censure et aux tracasseries ecclésiales. Qui aurait pu parier qu'un quart de siècle plus tard, cet empêcheur de s'ennuyer en rond, qui disait avoir « épousé la Parole du tribun Jésus », ne s'en serait pas éloigné d'un pouce ?

empty