Éditions Pow Pow

  • Le temps des fêtes approche, mais les mystères ne prennent pas de vacances dans la petite ville de Hobtown en Nouvelle-Écosse. Quelques mois après avoir résolu l'affaire des hommes disparus, le club de détectives amateurs dirigé par Dana doit à nouveau mener l'enquête. Cette fois, Pauline et Brennan sont envoyés à l'académie de Knotty Pines - qui forme l'élite de Hobtown depuis plusieurs générations. Mais les sombres corridors de ce prestigieux établissement abritent de nombreux secrets, dont une terrible malédiction.

  • Quelque chose ne tourne pas rond dans la petite ville de Hobtown, en Nouvelle-Écosse. Des hommes disparaissent sans laisser de traces et la police ne fait rien. Max Finch, le père de Sam, fait partie du lot. Avec l'aide du club de détectives de l'école secondaire locale, dirigé par la brillante Dana Nance, Sam va tenter de le retrouver. L'affaire des hommes disparus est un récit policier teinté de fantastique, quelque part entre Twin Peaks et les aventures des Frères Hardy.

  • Journal

    Julie Delporte

    « Depuis que tu es parti, je dessine tous les jours. » Témoignage à la première personne d'une rupture amoureuse et des mois qui suivent, Journal est le premier livre de Julie Delporte - qui a notamment signé Je vois des antennes partout et Moi aussi je voulais l'emporter aux Éditions Pow Pow. D'abord publié à L'Agrume en 2014, ce livre fondateur dans son oeuvre est désormais disponible chez Pow Pow, accompagnée d'une nouvelle note de l'autrice.

    « Presque dix ans sont passés depuis l'écriture de mon Journal. Je le relis
    comme s'il appartenait à une autre femme, à une jeune artiste que j'admire d'avoir le courage d'être si sincère. C'est l'année de sa première séparation d'adulte, et, surtout, de sa rencontre avec les crayons de couleur. Ce livre
    témoigne de la naissance de l'artiste que je suis aujourd'hui. Je souhaite qu'il vous donne à vous aussi l'envie d'écrire et de dessiner. »

  • Avec Les enquêtes de Sgoubidou, Cathon rend une fois de plus hommage aux récits policiers et aux films de série B qui lui avaient inspiré Les ananas de la colère - son populaire meurtre et mystère tiki se déroulant dans le quartier hawaïen de Trois-Rivières. Elle emprunte également aux vieux fascicules gondolés d'Archie qui traînent dans votre sous-sol.

  • Casa rodeo

    Thom

    Chaos, paresse et dangereuses expériences scientifiques : c'est une journée comme les autres chez Caropin et ses amis, jusqu'à ce que leur propre maison en ait assez de leurs frasques et décide de les abandonner. Arriveront-ils à la retrouver ? Acceptera-t-elle de les héberger à nouveau ? Dans Casa Rodeo, même les maisons ont des sentiments...

  • Vous souvenez de la fois où Jos Montferrand a payé pour son boire en étampant son pied au plafond? Ou de la fois où il a varlopé une centaine d'Anglais dans une rivière en swinguant un Irlandais par le pied? Notre histoire se passe ben après ça.

    Jos est rendu vieux, pis les lendemains de brosse passent moins bien qu'avant. Mais ça a l'air que quelque part à l'est, ils ont inventé un remède miracle pour te requinquer le gaillard.

    Ils appellent ça la poutine.

  • Mouchequetaire. C'est comme un jeu de mots avec mouche et mousquetaire. Mais c'est surtout le seul héros qui puisse sauver Mourrial d'une menace terrible : une mouche. Une mouche qui sème la pagaille un peu partout à travers la ville, faisant dérailler un évènement incontournable de la saison estivale : le Festival de Zazz.

    Les gens ont peur : que feront-ils pour s'amuser? Le divertissement est en danger. La police ne sait plus quoi faire. Le maire, pris au dépourvu, décide de faire appel au Mouchequetaire pour régler le problème. Mais l'opinion publique est divisée : notre protagoniste est-il vraiment l'homme de la situation?

  • Après un an sans donner de nouvelles, Nana déboule dans l'appartement de ses deux anciennes colocataires et amies. Ses motivations semblent simples : elle veut réparer les pots cassés et regagner leur confiance. Ce sera un peu plus compliqué que prévu.

    Les petits garçons est un récit sur les aléas du début de l'âge adulte et sur les amitiés qui nous brisent le coeur.

  • C'est une histoire de la colonisation de l'Abitibi. Un portrait d'hommes et de femmes qui ont tout quitté pour aller s'installer dans le Nord. Le récit d'un petit village qui s'appelle Guyenne. Sauf que Guyenne n'est pas une paroisse comme les autres. C'est une coopérative. Le bois que tu coupes là ne t'appartient pas et la coop garde 50 % de ton salaire pour financer le développement de la colonie. Dans le coin, il y en a qui appellent cet endroit, « la petite Russie ». C'est là que Marcel et Antoinette vont vivre durant vingt ans.

  • « La première chose qui frappe l'esprit en arrivant à Whitehorse, ce sont les pélicans. Parce qu'ils sont partout et parce qu'ils ne sont pas comme nos dociles et minables petits pélicans de ville, non : ils sont au moins dix fois plus gros et ils visent invariablement les yeux lorsqu'ils vous fondent dessus en piqué. Il n'est pas rare de croiser en ville de vieux prospecteurs n'ayant en guise d'yeux que deux trous béants, deux abîmes sans fond couleur d'encre. L'horreur. La deuxième chose, c'est le volcan immense qui gronde sans cesse et qui domine la ville par son ombre lourde et ses éruptions spontanées. Et il faut faire attention à toute cette lave partout. »

    - Extrait du journal d'Henri Castagnette

  • Titan

    François Vigneault

    Pour l'ADMN João da Silva, il ne s'agit pas d'une simple inspection de routine : la colonie minière de Homestead n'est plus rentable et les ouvriers, des géants que l'on nomme Titans, sont à couteaux tirés avec l'administration. Avec l'aide de Phoebe Mackintosh, représentante syndicale aux allégeances incertaines, João doit découvrir ce qui se trame réellement... avant que la situation dégénère et se transforme en conflit interplanétaire.

  • Le journal intime de Marcus Pigeon est-il le plus grand témoignage de notre siècle sur cette pathologie, cette étrange dynamique qui s'installe inévitablement chez des humains forcés de vivre ensemble dans une boîte métallique dérivant dans le vide interstellaire, loin de tous leurs semblables, seuls face à leurs âmes noires et à leurs angoisses existentielles?

    Non.

    Mais quand même.

  • Le couple formé de Henri, misanthrope, et Laura, comédienne à l'aube du succès, commence à se désintégrer lorsque cette dernière a l'opportunité d'aller tourner un film sur les caribous à Whitehorse avec le détestable réalisateur prodige Sylvain Pastrami... L'amour saura-t-il survivre au cruel milieu du cinéma québécois?

  • Apnée

    Zviane

    C'est le récit du vide. C'est le récit de l'absence du regard des autres. Ce n'est pas vraiment une histoire, c'est plutôt une sensation, cette sensation d'apnée qui envahit l'individu, lorsque prisonnier de lui-même, l'eau est trop trouble autour de lui pour qu'il s'aperçoive que l'oxygène est tout juste au-dessus de sa tête.

  • À l'invitation de sa cousine Frédérique, Camille retourne dans le vieux manoir où elle a passé le plus bel été de son enfance. Mais plus rien, dans le sinistre paysage qu'elle découvre, ne correspond aux tendres souvenirs qu'elle chérissait... et les gens méfiants qu'elle rencontre à la taverne du village semblent craindre ce lieu qu'ils nomment « la maison du diable ». Quant à la mystérieuse Frédérique, elle n'aime décidément ni le potage à l'ail, ni la quiche à l'ail, ni la salade de gousses d'ail. Les cousines vampires se lit comme l'on regarde une vieille série B oubliée...

  • Installé depuis une vingtaine d'années dans le mythique Centre-Sud de Montréal, Richard Suicide signe enfin la toute première étude anthropologique sérieuse - sous forme de bande dessinée - sur la faune (houblonnée) et la flore (gastrique) du vénérable quartier.

    Fiches pratiques et graphiques explicatifs à l'appui, l'auteur livre entre deux brosses un portrait touchant de ces éclopés qui se sont enfargés dans la rue Sherbrooke pour ensuite débouler la côte jusqu'à Ontario.

  • Mile end

    Michel Hellman

    Sur un ton fantaisiste et humoristique, Michel Hellman met en scène des anecdotes et tranches de vie inspirées par ce quartier montréalais haut en couleur et riche en histoire. Il raconte la métamorphose du quartier durant la dernière décennie en faisant un parallèle avec sa vie.

empty