Éditions Prise de parole

  • Cet écrivain fin et subtil et nos tranquilles villages dont il parle sont loin - très loin! - des excès orgiaques. Tout de même, l´attrait des corps est au coeur de presque toutes ces nouvelles qui vous font sourire avant de vous couper le souffle. Dans «la Savoyane», Maurice Henrie tourne le dos résolument aux grands événements et aux grands personnages qui font la une des journaux. Avec humour, amour et passion, il nous entraîne au coeur même de l´ordinaire pour nous en faire découvrir l´authenticité et la poésie.

  • Pourquoi s´attarder à suivre, en menu détail, le mouvement de la fumée crachée par une haute cheminée ? Le trajet d´un chant de tourterelle qui s´insinue jusqu´à la conscience du dormeur ? La montée irrépressible d´un éternuement ? Pourquoi décortiquer le désir et la timidité enchevêtrés lors d'un tête-à-tête qui prépare, peut-être, un corps-à-corps ? Pourquoi débusquer la joie dans une petite envie à peine consciente de chantonner ? Henrie est le maître des détails de la vie quotidienne. Un recueil d´une beauté et d´une simplicité brillantes qui a remporté le prix littéraire de la municipalité d´Ottawa-Carleton en 1993.

  • Essai, nouvelle, fragment, journal intime ou carnet d'écrivain ? « Fleurs d´hiver », c'est un peu de tout ça. Mais surtout, c´est un livre qui défie les genres, abolit les frontières et se moque allègrement des catégories que les esprits chagrins voudraient imposer à l'artiste. Au fil de textes colorés, audacieux, Maurice Henrie s´interroge, avec humour et humeur, sur le silence, l´hiver, la liberté, l´enfance, l´immortalité, l´amour et quoi encore ! Un festin inoubliable !

  • Dans ces 24 nouvelles, l´auteure tourne des courts métrages de la vie secrète du coeur et prend des instantanés de la vie quotidienne sur un fond urbain. / « Courts Métrages et instantanés » est une collection de portraits de destinées humaines, un album de regards posés sur ces visages anonymes que l´on croise dans la rue. On y saisit au passage le sublime ridicule d´une tuque fleurie, l´affection d´une veuve pour son cerisier, la détresse d´un homme d´affaires, l´angoisse d´une itinérante, l´éclat d´un paysage tout frais enneigé.

  • Il y a des coutumes qu'on s'explique mal. Par exemple, cette tradition de maintenir nos ancêtres vivants dans des cuves de conservation. Ou bien cette obsession avec l'ef?cience postale, jusque dans l'au-delà. Et que dire des nouvelles tendances?: des poissons rouges à l'apéro?? des pesticides numériques?? des voyages à l'étranger par le truchement des rêves?? Vues à hauteur d'humains, d'animaux ou d'insectes, ces situations révèlent un monde sens dessus dessous, délicieusement décalé et rigoureusement curieux.

    «?Central taco, ici la Lune?!?» L'appel est lancé?: de la Nouvelle Europe à la Saskatchewan en passant par la basse-ville d'Ottawa et les fonds marins, les quatorze nouvelles d'«Une dent contre l'ordinaire» promettent une plongée dans l'univers abracadabrant d'un auteur qui n'a pas ?ni de nous étonner.

  • Au fil des quatre nouvelles qui composent « les Friperies » simposent quatre visions du monde. Être témoin du rêve démesuré dune conscience qui va naître ; vibrer aux émotions profondes qui unissent père et fils au-delà des mers ; se faire innocemment piéger par une robe de soirée ensorcelante ; voir sa vie bouleversée par le simple bonjour dun enfant. Le fantastique, intrus, apparaît sans invitation dans les décors les plus familiers.

  • Pendant plus de deux ans, les membres de lAtelier de création littéraire de lOutaouais explorent un univers soumis à la fatalité du sablier. Ils nous invitent à pénétrer dans ce monde où les destinées sont scellées par le coup dune heure fatidique.

    Unité et cohérence sont des qualités qui étonnent, particulièrement pour un ouvrage collectif qui réunit 13 auteurs. « Rendez-vous place de lhorloge » fait preuve de grande complicité créatrice entre écrivains.

    « Rendez-vous » pour un tête-à-tête exceptionnel et inoubliable avec lenfance, le rêve, lamour, la mort, la création... Au fil du temps qui les emporte tous.

  • Un garçon grandit. Son univers na rien de compliqué. Sy mélangent - en proportions variables selon les jours - bravade regrettée, ignorance inavouée, courses folles à bicyclette, projets mégalomanes, rencontres insolites, terreurs imaginées, vague à lâme passager, hâte dêtre enfin adulte. Un petit garçon sait bien quà tout moment, sans crier gare, le monde peut basculer et se révéler tout autre quil ne létait linstant davant. Parfois, cest sous leffet du jeu. Parfois, cest sous le choc de la découverte de réalités inquiétantes, incompréhensibles, que même les adultes semblent vouloir ignorer.

    Seize récits campés dans le décor enchanteur de lEst ontarien de laprès-guerre ressuscitent les beaux jours dété de linnocente jeunesse.

  • Dix nouvelles où les personnages échappent à lauteur, deviennent plus vrais que prévus. Michel Dallaire y courtise la folie et la séduit dans le rythme et les yeux dune horde de personnages qui braillent dexister, à leur guise, dans des lieux et des décors qui leur conviennent, et avec des protagonistes qui leur plaisent. Avec tendresse et simplicité, il nous entrouvre les portes de leur univers où se bousculent beauté et atrocité. Tour à tour prenant, surréaliste, déroutante, le recueil « Dans ma grande maison folle » met bien en évidence le talent de cet auteur sudburois.

  • Trente nouvelles qui sont autant d'histoires d'amour, de trahison, d'orgueil, de vengeance ou de complicité. Histoires tantôt cruelles, tantôt douces, empreintes de nostalgie ou de révolte. Une frontière subtile divise les textes entre le réalisme et l'imaginaire. Il s'en dégage une vérité qui naît de la fiction et une histoire imaginaire qui émerge de la réalité : elles se nourrissent l'un l'autre et ne font qu'un. Le style minimaliste que pratique l'auteure consiste à rendre avec un sens de la retenue et de l'économie, la plus grande émotion possible.

  • Les tendres moments de la jeunesse vécue en Europe alternent avec la modernité adulte dune Amérique urbaine. Hier, la vie était douce, partagée entre le jardin des délices, la métamorphose animale des nuages, la féerie des « Illiminimi ». Aujourdhui, le temps et la distance ont eu raison de la magie de lenfance. À la perte des illusions, voire des êtres chers, sajoutent les heurts quotidiens et les dangers de la grande ville, mais aussi de rares états de grâce. Chaque nouvelle, à sa manière, lève le voile sur les moments privés des femmes et des hommes. Les personnages se racontent avec candeur et simplicité.

  • Une momie en mal de pays, un robot qui n'en est pas un, une déesse courroucée... autant de personnages insolites qui évoluent dans l'univers comicophilosophique de Dominique Millette.

    Un pharaon errant
    Un pharaon momifié ressuscite au XXIe siècle. Vulnérable sous la burqa qui dissimule un corps dont il peine à conserver les morceaux en place, désemparé face à la vie urbaine, il tentera d'échapper à ses poursuivants et de retrouver la sécheresse du désert.

    Quitte ou double
    Pour fuir une bande mafieuse, un acteur sur le déclin prend la place d'un robot humanoïde créé à son effigie. Il trouvera refuge dans la sphère intime de Lili, une jeune héritière sur le point de fêter ses vingt et un ans.

    Le pied à terre
    Les dieux de l'Olympe, exaspérés par la bêtise des humains qui saccagent l'environnement, envoient Athéna sur Terre en mission d'observation. L'impitoyable et ombrageuse déesse parviendra-t-elle à mener son enquête sans se faire démasquer? Les mortels trouveront-ils grâce à ses yeux?

  • Rêve, tentation, espoir, cauchemar, la révolution est une présence constante dans l'histoire humaine ; notre époque le redécouvre à ses frais. Les nouvelles de ce livre en explorent la fascination, les implications, les conséquences, les grandeurs occasionnelles et les misères fréquentes, en suivant les traces de révolutionnaires plus ou moins authentiques, d'insurgés potentiels, de révoltés velléitaires, de rebelles avec ou sans cause, de militants confus et de dynamiteurs idéalistes à travers les époques et les pays.

    L'humour fin et débonnaire de «Révolution!» se double d'une sympathie pour une humanité aux prises avec des aspirations contradictoires.

  • Ce n'est pas comme ça que ça aurait dû se passer. D'habitude, les choses sont différentes. Mais voilà, il y a les bouchons de circulation, la pression familiale, la curiosité ou la guerre, et soudain les événements prennent un tournant inattendu. Et cette chaleur qui pèse et exacerbe toutes les tensions...

    En dix-huit nouvelles, Aurélie Resch explore les désordres possibles lorsque le soleil, la fièvre ou le feu font sentir leurs effets et obligent les personnages à composer avec des circonstances extrêmes.

  • Prix du livre d´Ottawa 2005 (ex aequo) / « Les roses et le verglas » compte 44 nouvelles brèves et denses où il est question du passage du temps, de l´amour, du quotidien. Les sujets sont exécutés avec une justesse de style et de ton propre à l´auteur. Un regard pénétrant qui arrête le temps, isole le moment précis et le porte à l´universel. / « Surtout ne pas bouger, afin de maximiser les chances de percevoir non pas un, non pas mille, mais tous les mouvements du monde. » / « Cet ouvrage, tout en finesse et en profondeur, se distingue par la clarté de l´expression et reflète une richesse humaine qui est le propre des grands auteurs. » (Jury du Prix du livre d´Ottawa.)

empty