Albin Michel

  • La « biodiversité », qui recouvre la variété des formes de vie sur terre, est aujourd'hui menacée de toutes parts. Quels sont les enjeux de la protection des espèces et des milieux naturels pour l'avenir de la biosphère et des hommes ? Comment inventorier la richesse en espèces de la planète ? Comment retracer l'histoire biologique mouvementée d'une terre en évolution permanente, dans laquelle l'espèce humaine est devenue un acteur prépondérant ? Comment expliquer les points de vue différents sur ce que devraient être les relations des humains avec la nature ?  Répondant à ces questions cruciales pour l'avenir de notre planète, Patrick Blandin nous livre ses propositions en vue d'élaborer une éthique évolutionniste dans un remarquable et indispensable plaidoyer pour la conservation de la biodiversité.Spécialiste d'entomologie, professeur émérite du Muséum national d'histoire naturelle de Paris, où il a dirigé le laboratoire d'écologie générale et la Grande Galerie de l'Évolution, Patrick Blandin est un expert internationalement reconnu des questions liées à la défense de la nature. Il est membre de l'Ethics Specialist Group de l'Union internationale pour la conservation de la nature.

  • « Dans un monde où l'on meurt encore si mal, la pensée d'Elisabeth Kübler-Ross est un puissant viatique. »Marie de HennezelC'est en observant les symboles gravés par les enfants dans le camp d'extermination de Maidanek des papillons par dizaines que l'éminente psychiatre Elisabeth Kübler-Ross s'est pour la première fois interrogée sur l'état de conscience des mourants. Cet ouvrage, consacré aux réactions d'enfants face à la maladie et à la mort, est un témoignage bouleversant et un document exceptionnel. Il présente les différentes orientations possibles pour l'accompagnement des enfants sur ce chemin difficile qu'est l'imminence de la mort. Le Dr Elisabeth Kübler-Ross (1926-2004), psychiatre américaine d'origine suisse, a été la grande pionnière de l'accompagnement des mourants, ainsi que de l'étude des NDE (expériences de mort imminente).

  • « M'étant séparé de mon moi illusoire, j'ai cherché désespérément un sentier et un sens pour la vie. » Cette phrase définit parfaitement le projet biographique d'Alexandro Jodorowsky : restituer l'incroyable aventure et quête que fut sa vie. Né au Chili en 1929, c'est en effet un homme et un artiste aux mille facettes. Chantre de l'expansion de conscience, poète, romancier, comédien, fondateur du « théâtre panique » avec Arrabal, réalisateur notamment de films cultes tels que El Topo et La Montagne sacrée, scénariste de célèbres bandes dessinées comme L'Incal, Jodorowsky a aussi élaboré deux techniques thérapeutiques : la psychomagie, qui renvoie les faits quotidiens à des modèles mythiques, et la psychogénéalogie, qui agit sur les héritages psychologiques familiaux.
    Il brosse ici la fresque d'une existence qui exalte, au-delà de toute mesure, les potentialités de l'être dans le but de repousser les limites de l'imaginaire et de la raison, et d'éveiller le capital de transformation et de vie qui se trouve en chacun de nous.

  • L'amour. C'est un rêve, un souci, un désir, un compagnon sur le chemin de nos vies. Nous ne pouvons pas nous empêcher de l'interroger, de le bénir, de le maudire. Paradoxalement, même quand nous le fuyons, nous ne cessons de l'espérer. Pourrions-nous vivre sans lui, sans ses tempêtes, ses refuges, ses cavalcades ? 
    À explorer sans repos les mille chemins de l'espérance humaine, les contes, au fil des âges, ont appris la musique du coeur du monde. Ils ont appris, ces vieillards immémoriaux, à parler d'amour comme personne d'autre ne le sait. 
    Henri Gougaud, l'un de nos plus grands conteurs,   vous en propose soixante-quinze, accompagnés d'aphorismes et de proverbes, pour vous éclairer, vous amuser, et jouer avec vous le jeu le plus mystérieux du monde : celui du hasard qui n'existe pas.

  • "Trois types de souffles, émanant du souffle primordial, agissent de façon concomitante : le souffle Yin, le souffle Yang et le souffle du Vide médian. Ce dernier, tirant son pouvoir du Vide originel, intervient chaque fois que le Yin et le Yang sont en présence. Drainant la meilleure part des deux, il les élève vers la transformation bienfaisante." Cette idée d´un entre-deux évanescent qui insuffle sa vie à la réalité duelle, secret de la rencontre féconde des opposés, est présente en filigrane dans toute l´oeuvre de François Cheng. Lui-même, en tant que poète chinois et français, incarne cet échange incessant. En plus de cent poèmes nourris de sa vision du monde et de son expérience humaine, il nous offre son testament littéraire : il a en effet décidé que c´était là son ultime oeuvre poétique.
    Cette édition augmentée d´une nouvelle préface et de poèmes inédits en constitue la version définitive.

  • L'Occident s'étonne aujourd'hui de voir le sous-continent indien faire son entrée sur la scène internationale. Mais en réalité, l'Inde « éternelle » et isolée du monde n'a jamais existé, elle fut une invention de l'Europe, confortée parfois par certains discours religieux des Indiens eux-mêmes. Un cinquième de l'humanité est l'héritier d'une histoire complexe, riche en ruptures et en épopées, qui couvre plus de 4000 ans, des premières cités de l'Indus à l'empire d'Ashoka, à celui des Grands Moghols, au Raj britannique, à l'Indépendance et à la Partition. Éric Paul Meyer dresse ici une fresque vivante de ce monde en mouvement. On y voit naître le bouddhisme, se transformer l'hindouisme, s'implanter l'islam, arriver d'Occident les marchands et les missionnaires. Au-delà des indispensables repères chronologiques, l'auteur nous convie à une réflexion plus thématique, centrée sur les liens entre économie, politique et religion, et sur le rapport au passé entretenu par les Indiens. En montrant les enjeux politiques considérables mobilisés par les différentes interprétations qu'ils produisent de leur histoire, il nous aide à comprendre l'un des acteurs majeurs de la mondialisation.

  • Si l'on peut dire avec John Cage qu'il n'existe pas de silence total, on peut affirmer que le silence ne cesse jamais d'impliquer son contraire et que seul le fond sonore de notre environnement nous permet de le reconnaître. Le silence, c'est du temps perforé par des bruits.Le silence est la couleur des événements: il peut être léger, épais, gris, joyeux, vieux, aérien, triste, désespéré, heureux... Il se teinte de toutes les infinies nuances de nos vies. Sans cesse, si on l'écoute, il nous parle et nous renseigne sur l'état des lieux et des êtres, sur la texture et la qualité des situations rencontrées. Lieu de la conscience profonde, il fonde notre regard et notre écoute.Le silence intérieur: comment, dans le tumulte des pensées, fantasmes, images qui nous habite, peut-on arriver à retrouver le silence en soi ? Artistes, poètes, philosophes, mystiques savent depuis toujours que dans l'attention au silence de la pensée s'enracine toute créativité. Que de lui, ainsi que l'exprime un Koan zen, s'élève l'esprit immortel.Dans un monde de plus en plus bruyant, la valeur du silence est à redécouvrir.Nous l'avons peut-être oublié, nous sommes des êtres porteurs de toute la sagesse immémoriale du silence.Marc de Smedt

  • « Notre devoir le plus impérieux est peut-être de ne jamais lâcher le fil de la Merveille. Grâce à lui, je sortirai vivante du plus sombre des labyrinthes. » À partir de cette magnifique formule de Christiane Singer, qui fut son amie, Bertrand Vergely aborde un sujet non seulement essentiel, mais indispensable à l'équilibre de chaque être humain : la faculté de s'émerveiller, encore et toujours, envers et contre tout. Car celui qui s'émerveille n'est pas indifférent, mais ouvert au monde, à l'humanité, à l'existence. Bertrand Vergely enracine sa grande culture et son savoir dans une véritable philosophie du vécu. Un ouvrage plein d'énergie, profond et libérateur.

  • Le plus souvent, nous ne pensons pas, nous sommes "pensés" : c'est à peine si nous nous rendons compte de ce qui nous occupe, et les projets, les souvenirs, les mots et les images se succèdent dans notre esprit, se chevauchent, s'entrecroisent comme s'ils vivaient d'une vie autonome. Dans ces conditions, si l'on se sent attiré par la vie spirituelle, comment espérer atteindre un quelconque état d'éveil et goûter à la contemplation sans s'être préalablement exercé à l'art de la concentration, qui vise à la maîtrise du mental ? Lieu et instrument de notre activité psychique consciente et inconsciente, le mental est l'outil incontournable de toute approche de la concentration, condition de l'expérience spirituelle.

    Pierre Feuga, professeur de yoga, nous livre ici les principes fondamentaux d'une concentration calme et active, et les conseils pratiques pour y accéder progressivement.

  • Il a connu tout ce qu'un fils d'immigrés, noir, pauvre, élevé par une mère seule avec six frères et soeurs, peut connaître de la délinquance des cités : vols et trafics en tous genres, argent facile, frime et rapports de force, sans oublier les proches tués par balles, morts d'overdose, ou qui ont sombré dans le fanatisme. Converti à l'islam - ou plutôt à cet islam obscurantiste qui sévit dans certaines banlieues -, il a parcouru les routes de France pour prêcher dans des mosquées de fortune. Abd al Malik avait tout pour entrer dans l'univers de « la haine ».
    Pourtant, la bénédiction qu'il appelle aujourd'hui sur son pays d'accueil embrasse dans une même sincérité juifs, chrétiens ou laïcs, sans oublier toutes les femmes. Car Abd al Malik a trouvé sa voie dans le soufisme, islam lumineux centré sur l'amour universel, qui l'a réconcilié avec l'esprit de la citoyenneté. Le succès de son nouvel album, Gibraltar, a fait découvrir à un large public son verbe, son coeur et son intelligence profonde de l'humain.

  • Personnalité inclassable, chilien d'origine russe, Alexandro jodorowsky est cinéaste (La Montagne sacrée, El Topo, Le Voleur d'arc-en-ciel...), dramaturge, tarologue et fondateur, avec Arrabal et Topor, du concept de "théâtre panique".
    À la manière d'un Carlos Castaneda, Alexandro Jodorowsky nous entraîne, tout au long de ce dialogue avec Gilles Farcet, dans un périple magique, qui est celui même de sa vie.À partir de ses multiples expériences, Alexandro Jodorowsky a développé une véritable psychothérapie de groupe où jeu et je se répondent pour délier les noeuds enfouis dans l'inconscient. En soulignant le pouvoir de guérison propre à l'imagination, il nous révèle ici les secrets d'un parcours entièrement tourné vers la recherche d'une authenticité intérieure enfin vécue.

  • Le silence et l'intériorité ne sont pas l'apanage de l'Orient ; il existe une manière chrétienne très simple de prier en silence, en tentant de se recentrer inlassablement sur la présence de Dieu par la répétition intérieure de son Nom.
    Cette façon de prier a une longue histoire : on en trouve des témoignages depuis les débuts du christianisme ;on l'a parfois appelée prière monologiste (prière sur un mot) ou, plus récemment, prière du silence intérieur ou oraison de simple regard. A certaines époques, comme dans le courant de la mystique rhénane ou au XVIIe siècle en France, elle a constitué une façon de prier très répandue. Aujourd'hui, une grande part de cette tradition chrétienne est tout à fait ignorée.
    /> L'enseignement proposé ici l'a d'abord été pendant plusieurs années dans des sessions où il a fait l'objet d'une mise au point progressive, ce qui lui permet aujourd'hui d'être accessible au plus grand nombre.

  • Qui était Marie Madeleine, la Myriam de Magdala des Évangiles ? Une provocante et innocente beauté ? Une femme paradoxale, initiée et prostituée sacrée ? Une amoureuse et une mystique ?
    Rien de tout cela et tout à la fois. Myriam de Magdala est la femme archétype, dans toutes ses dimensions, des plus charnelles aux plus spirituelles : elle est la femme éternelle. Jean-Yves Leloup mêle histoire et fiction, poésie et théologie, pour embrasser les infinies facettes de Myriam, dans un livre foisonnant et lumineux. Une femme innombrable rappelle une très ancienne mémoire ou une urgente prophétie, esquisse d'un autre christianisme ou d'une autre humanité...

  • Voici des textes inédits d'Alexandra David Neel, retrouvés par Marie-Madeleine Peyronnet et Marc de Smedt dans sa maison de Digne où elle termina ses jours en 1969. Ce recueil est d'autant plus intéressant qu'il couvre tout le champ de son existence aventureuse, de la Belgique à la Tunisie, de la Corée au Japon, du Sikkim à l'Indochine, de l'Inde au Tibet. Toute sa philosophie se trouve exposée ici, ainsi que sa réflexion spirituelle alimentée par la rencontre de grands maîtres et ermites en Orient et par les textes sacrés qu'elle traduisait ellemême.A la suite de ces vingt-deux écrits essentiels, on lira le vibrant hommage posthume qu'adressa l'actuel Dalaï-Lama en 1982 à cette grande dame de l'esprit.

  • À l´intérieur du Masnavi, l´oeuvre maîtresse du grand mystique Rûmi, Nahal Tajadod a choisi trente-sept récits, qu´elle a adaptés et revisités. Ils sont allégoriques, surprenants, assez souvent énigmatiques. Ils mettent dans le même sac les pets d´un âne et la plus haute spéculation mystique, la résolution des contraires, la nécessité de l´absurde.
    Pour nous présenter ces histoires, Nahal Tajadod a inventé un personnage vraisemblable, un relieur de Neyshabour, ville importante du Khorassan, province du nord-est de l´Iran. Comme Rûmi, le relieur vagabond doit s´enfuir. Au dernier moment, il doit abandonner sa maison, son travail, ses ouvriers. Amateur d´histoires, il va devenir histoire lui-même, dans ses rencontres et dans ses aventures, avant de rejoindre Rûmi en Anatolie, d´entrer dans son intimité, d´assister à son enterrement.
    Cet ouvrage reprend le texte, sans les illustrations, d´un livre paru chez Albin Michel en 2006

  • La vie spirituelle des enfants est-elle nécessairement infantile et appelée à être remplacée par une spiritualité adulte et responsable ? L’adulte ne doit-il pas, au contraire, se mettre à l’école de l’enfance pour réapprendre une foi innocente, exempte des ruses et des justifications dont nous encombrons notre expérience religieuse ?



    Sans tomber dans l’idéalisation de l’enfance, les auteurs réunis par Lytta Basset nous éclairent sur la singularité et la valeur de ces regards différents sur Dieu, la vie et la mort, ouvrant la possibilité d’un dialogue où chacun s’enrichit.

  • Valeur cardinale de bien des religions, la compassion est aujourd´hui mal comprise. En quoi se différencie-t-elle de l´amour et de la charité ? Comment ne pas la confondre avec l´empathie passive envers ceux qui sont touchés par le malheur du monde qui s´étale sur nos écrans ? La compassion avec les plus fragiles n´est-elle pas un obstacle à la justice sociale ?
    Réunissant théologiens et penseurs chrétiens, mais aussi juifs et bouddhistes, Lytta Basset nous invite à découvrir une compassion non pas innée, mais acquise de haute lutte ; non pas passive, mais active et, pour tout dire, militante.

  • À la lumière des enseignements spirituels puisés dans la sagesse universelle du soufisme, le Cheikh Khaled Bentounes, guide spirituel de la confrérie Alawyyia, nous invite à redécouvrir la dimension essentielle de notre nature originelle que notre conditionnement culturel a fini par occulter.

    La vision soufie de la thérapie de l'âme consiste à cheminer vers le centre de l'être par une éducation d'éveil des sens. Elle permet d’affranchir l'âme humaine de ses instincts, de ses peurs et de ses désirs illusoires. L'homme pourra alors prendre conscience du trésor précieux que recèle son être depuis le jour où Dieu a décidé, selon la tradition coranique, de faire de lui son Représentant (Khalîfa) sur terre. Assumant cette responsabilité, il coopère en toute confiance au dessein divin et à sa propre destinée. Thérapie de l’âme bouscule nombre d'idées reçues et nous interroge sur le fond de la nature humaine.

  • Qui est cette mystérieuse Marie de Magdala, Marie-Madeleine, qui apparaît peu dans les Evangiles mais dont la tradition chrétienne a fait l'une des figures majeures parmi les proches de Jésus ? Une prostituée, une pécheresse repentie, ainsi a-t-on voulu lire officiellement les Ecritures, tandis que les Gnostiques ont célébré en elle le modèle même de l'Initiée, interprétant son périple comme celui de l âme prisonnière, éparpillée en ce monde de reflets et d'ombres.Ici Marie-Madeleine parle et se souvient : de sa vie en Palestine, de son exil en Provence, et surtout de sa rencontre éblouissante avec Jésus dont elle partagea l'enseignement, la Passion et la Résurrection.

  • « Je viens de terminer un ouvrage plus court que Le Phénomène humain(interdit par la Compagnie de Jésus) et mieux au point sur le même sujet, où je ne puis voir où la censure trouvera à mettre les dents, sinon dans le fait que cette perspective est tout illuminée de cette foi en l'homme dont on se méfie tant. » C'est ainsi que, en 1949, le père Teilhard de Chardin définissait ce livre, La place de l'homme dans la Nature, qui se heurta malgré tout à la censure ecclésiastique et ne parut qu'après sa mort.Pour présenter cette oeuvre de synthèse et de rigueur, Jean Onimus - auteur dans la même collection de Teilhard de Chardin et le mystère de la Terre - retrace l'histoire mouvementée du grand penseur jésuite, rappelle le long et pénible contentieux qui l'opposa à Rome et brosse un tableau magistral de la vision teilhardienne. Tous les éléments fondamentaux de cette pensée prophétique (Anthropogenèse, Noogenèse, personnalisation et totalisation, point Oméga...) sont ainsi définis clairement et mis en perspective.

  • Le mot « création » est en général appliqué à une oeuvre que l'homme a sorti de lui-même. Ici, Marie-Madeleine Davy parle de la création de l'homme par lui-même, non pas pour faire de lui un chef-d'oeuvre qu'il contemplerait dans le miroir de Narcisse, mais pour conquérir sa condition d'homme total. Spécialiste de la pensée cistercienne et proche de la spiritualité orientale, l'auteur nous invite à découvrir l'histoire de toute personne qui, refusant d être le jouet des événements dans un monde où les valeurs s'effondrent, tente de découvrir le fond de son être. Cette nouvelle édition est complétée par Un itinéraire, biographie spirituelle entreprise après avoir frôlé la mort, et qui illustre de façon éclatante comment Marie-Madeleine Davy a mis en oeuvre concrètement le programme de L Homme intérieur et ses métamorphoses.

  • Khalil Gibran porta très longtemps en lui cet ouvrage qui est le prolongement direct du Prophète, et son couronnement.
    Grâce à la mise en scène de soixante-dix-huit personnages censés avoir croisé Jésus de son vivant, et qui le décrivent chacun avec leur

  • Par son expérience comme par son témoignage, Yvan Amar se situe au confluent de trois héritages culturels : judaïsme, christianisme et hindouisme. Au fil de ces entretiens, le philosophe retrace les lignes d'un parcours intérieur à la fois humble et érudit, qui témoigne d'un amour de la sagesse et d'une honnêteté démystificatrice. Véritable méditation sur l'incarnation de « l'éveil » dans la vie quotidienne, ce livre éclaire des notions chères aux chercheurs spirituels : les concepts de réalisation, de libération, de processus de croissance, de relation maître-disciple, et bien d'autres qui prêtent souvent à confusion, retrouvent ici une rationalité et une profondeur qui les purifient de tout « spiritualisme ». Évoquant aussi les rapports entre la spiritualité et le politique, le couple et l'éducation, la question des drogues et de la jeunesse, L'Effort et la Grâce s'impose comme un message essentiel pour notre époque.

  • A la lumière de la psychologie contemporaine, Jean-Yves Leloup relit ici ce qu'écrivait à l'aube de notre ère le philosophe juif Philon d'Alexandrie au sujet d'une étonnante communauté spirituelle, celle des « thérapeutes ». Ceux-ci entendaient prendre soin de l'homme dans sa globalité - corps, âme, esprit -, et Jean-Yves Leloup réactualise ce grand projet en s'inspirant des recherches de Karlfried Graf Dürckheim, mais aussi d'autres écoles contemporaines d'investigation de l'inconscient (Freud, Jung, Reich, Lacan). Il nous invite à pratiquer « l'anamnèse essentielle », que l'on peut définir comme une remémoration, par les moments privilégiés ou « numineux » qui nous ont touchés, de l'Origine qui sans cesse nous fonde. Une telle expérience n'est pas ressassement du passé : elle est ouverture de l'intelligence du coeur et du corps, par un véritable travail de recentrage sur le Soi.Ponctuant sa réflexion de nombreux exemples empruntés aux traditions orientales ou monothéistes, Jean-Yves Leloup cerne les éléments constitutifs d'une « mémoire de l'essentiel » capable de nous conduire sur la voie d'une guérison spirituelle.

empty