Albin Michel

  • Chef-d'oeuvre absolu, Le Prophète est un des rares livres d'éternité qui serve notre méditation et donne un sens à notre vie. Cette nouvelle traduction restitue la vraie saveur du texte original.

  • Dans notre monde soumis à des bouleversements intenses, les prédictions « apocalyptiques » sont à la mode. Pourtant la plus célèbre des apocalypses, celle de Jean, que les prophètes de malheur aiment à solliciter, a-t-elle pour visée de nourrir nos angoisses et nos phobies ? Pour Jean-Yves Leloup, la révélation de ce qui arrive, de ce qui vient, peut être vue dans différentes lumières, et c'est à un regard ni résigné ni effrayé devant les événements que nous invite l'Apocalypse de Jean. Elle situe la réalité actuelle et future du monde dans la lumière de Dieu et dans la lumière de l'Agneau, vision à la fois de justice et de miséricorde. Plutôt que de faire de l'Apocalypse l'annonce d'une destruction nihiliste, il est possible de lire à travers sa symbolique si riche la « révélation » de l'ultime Réalité : tout s'effondre, sauf la Vie. À travers une traduction inédite et un commentaire abondant de ce texte fondamental de la spiritualité universelle, Jean-Yves Leloup, à qui l'on doit déjà une remarquable traduction de l'Evangile de Jean et des Evangiles apocryphes de Thomas, Philippe et Marie, nous fait porter un autre regard sur le monde présent et à venir.

  • « Simplifiez, simplifiez ! » : telle est l'invitation de Thoreau dans ce chef-d'oeuvre de la littérature américaine qu'est Walden. Au printemps 1845, l'écrivain a décidé de vivre cette expérience d'un quotidien fait de peu de choses et qui s'abandonne à la présence de la nature. « Ne devant rien à personne, travaillant juste assez pour pouvoir se nourrir, se vêtir et se chauffer, et surtout, surtout jouissant à profusion des dons du monde. Les bruits et les couleurs, les dessins des paysages, les rencontres animales, les brises du matin ou les caresses du soleil : ce seront ses uniques richesses pendant près de mille jours », résume le philosophe Fréderic Gros dans sa préface. Ce dernier souligne combien cette « vie dans les bois » allait bientôt résonner comme un appel au renouveau et à l'insoumission : « Tout est là : il ne s'agit pas d'accumuler, d'avancer, ni même de croire, mais de revivre à soi-même, de se surprendre, de se recommencer. » Un renouveau auquel la nature toujours nous éveille dans ces pages visionnaires.

  • Dans ce volume, le plus grand texte sacré de l'hindouisme, La Bhagavad-Gîtâ, nous est présenté par le grand Shrî Aurobindo.
    La Gîtâ est considérée par les hindous de toutes sectes et de toutes castes comme enfermant en ses sept cents versets la totalité

  • Depuis la maison au bord de la mer où elle a trouvé refuge, une femme entretient une correspondance avec les personnes qui lui sont chères. Ses lettres sont autant de méditations sur les mystères de la vie, avec sa part de lumière comme sa part de ténèbres. Écrites dans la solitude, elles s’adressent à ceux qui, par delà la distance, sont pour elle des compagnons de route : son époux disparu en montagne et dont le corps n’a jamais été retrouvé ; l’amie fidèle qui a été à ses côtés au coeur de l’épreuve et du deuil ; son frère qui lui a confié ses trois filles pour l’été ; et d’autres encore… Six lettres où s’exprime une extrême attention à ce qui fait la beauté et la singularité de chacun, et d’où jaillit une confiance sereine en la vocation divine de tout être.



    Charlotte Jousseaume nous offre, à travers ce premier livre qui s’inscrit dans la lignée d’une Christiane Singer, le fruit d’une sensibilité contemplative enracinée dans la simplicité du quotidien. Sa foi se fonde avant tout sur un amour de la vie, de la nature et des hommes. Par la grâce de son écriture, elle communique sa faculté de s’émerveiller et illumine le lecteur.

  • Quelles sont les valeurs éthiques et spirituelles des Chinois et que peuvent- elles nous apprendre ? Les mots "dieu", "esprit", "immortalité" ont-ils pour eux le même sens qu´en Occident ? Le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme sont-ils des croyances, des philosophies, des sagesses ?
    À partir de sa connaissance intime de la Chine, Cyrille Javary, auteur d´une monumentale traduction du Yi Jing, nous introduit à la perception qu´ont les Chinois eux-mêmes de leur univers spirituel et nous donne les clefs pour l´aborder, non pas à partir de catégories occidentales inadéquates, mais à partir des mots chinois eux-mêmes. Du chamanisme archaïque et toujours vivace aux cultes contemporains, tel celui de Mao, en passant par les enseignements de Laozi et de Confucius, il retrace avec clarté une histoire plurimillénaire de rivalités autant que de dialogues et d´influences. Surtout, il nous montre ce que ces sagesses ont d´universel, et en quoi elles nous permettent de mieux comprendre le monde moderne et la Chine actuelle.

  • L'Evangile selon Thomas fut découvert en 1945 aux environs de Nag Hammadi.
    C'est une collection de 114 logia ou "paroles nues" attribuées à Jésus le Vivant.
    Cet Evangile fut diversement reçu parla critique, si bien qu'à peine sorti de terre, il fut de nouveau recouvert par le sable mouvant des gloses et des polémiques...

    Mais la parole respirait sous la cendre...
    II importait d'y retrouver l'étincelle cachée afin d'y réveiller - comme au jour de Pentecôte - le feu de son âme.

    Cette nouvelle traduction, suivie de son commentaire, n'a pas d'autre but. Elle est dédiée à tous ceux pour qui Evangile signifie Amour et Connaissance, invitation à la Liberté.

  • Outre les Evangiles de Matthieu, Marc, Luc, Jean, on peut aujourd'hui méditer ceux de Philippe, Pierre, Barthélemy et, plus particulièrement, celui de Thomas. Mais il en est un, l'Evangile de Marie, qui demeure pratiquement ignoré du grand public. La

  • Ce livre est une méditation, non sur la mort, mais sur la vie. Ce n´est pas un témoignage sur l´expérience de la Shoah comme expérience de la mort, mais un appel à la vie.  Un matin, à Auschwitz, une femme mourante demande à Magda Hollander-Lafon d´approcher et lui dit de prendre dans sa main les quatre petits bouts de pain qu´elle a gardés mais qu´elle ne peut plus manger : « tu es jeune, tu dois vivre », lui dit-elle.  Cette phrase a fait renaître Magda, jeune adolescente, plongée dans un enfer qui la happait. D´autres moments de grâce se produiront, symboliquement, avec l´eau, les nuages et un sourire. Ce furent chaque fois des renaissances physiques et spirituelles.  De ces instants, qui sont autant de dons, elle livre aujourd´hui un témoignage spirituel d´une magnifique intensité. Il s´adresse à chacun : c´est une invitation à emprunter un chemin de pacification intérieure, de responsabilisation, un chemin vers sa vie. Un chemin qui, n´ignorant rien des ténèbres et de la peur, guide vers la lumière et vers la joie, cette « joie de vivre, qui est le ciel sur la terre. »  Magda Hollander-Lafon est née en Hongrie en 1928, dans une famille juive. En 1944, à l´âge de seize ans, elle est déportée à Auschwitz-Birkenau - elle dira en avoir dix-huit, échappant sans le savoir à la sélection fatale de Mengele. Rescapée de la Shoah, elle est recueillie en Belgique à son retour des camps. Elle devient psychologue pour enfants. Elle rencontre à cette époque la foi chrétienne et se définit aujourd´hui comme juive baptisée. À Rennes, où elle vit depuis trente ans avec sa famille, elle intervient auprès des jeunes pour témoigner, mais aussi parfois pour les accompagner intérieurement.

  • Bien que le bouddhisme ne soit pas une religion du Livre, les écritures bouddhiques qui servent de référence aux différentes écoles forment un ensemble monumental. Ces textes de longueurs variées, et issus de traditions différentes, regroupent des sermons attribués au Bouddha, des commentaires sur la Doctrine, des traités de méditation, des poèmes, des échanges philosophiques, des aphorismes... Dans cette anthologie raisonnée, précédemment parue sous le titre Les Fleurs de Bouddha, Pierre Crépon nous propose un parcours passionnant, avec un choix de textes, situés dans leur contexte historique et doctrinal, qui donne à ressentir la saveur de la religion de l'éveil. L'ensemble forme une synthèse inégalée et très accessible de la littérature fondatrice du bouddhisme, véritable joyau du patrimoine spirituel et culturel de l'humanité.

  • Texte fondateur du taoïsme, le Lao-tseu, connu également sous le titre de Tao-tö-king (Livre de la Voie et de la Vertu), demeure l'une des plus précieuses clefs pour pénétrer la pensée chinoise.
    Ce grand classique se présente sous un nouveau visage. La présente édition est en effet fondée sur les versions les plus anciennes de ce texte qui offrent la particularité remarquable d'inverser l'ordre des parties (Le Livre de la Vertu y précède Le Livre de la Voie).
    Accompagnée de commentaires éclairants, cette nouvelle traduction permet de saisir l'ampleur de la pensée taoïste jusque dans ses versants politiques et stratégiques : la Voie se fait Loi.

  • L’assise et la marche sont deux postures complémentaires face à la vie. Méditer, pour ne pas se laisser disperser, mais rester au contraire en connexion avec soi-même. Marcher, pour ne pas rester prisonniers des liens qui nous entravent, mais être toujours relié au mouvement de la vie.

    Jean-Yves Leloup n’a jamais interrompu cette recherche intérieure, faite de méditations inspirées des traditions chrétiennes et orientales, et de marches, des sommets du mont Kailach aux dunes du désert. Puisant à la source de la mystique et des grands textes sacrés, il nous livre ici un véritable éloge du voyage intérieur, rythmé par de longues quêtes et de riches haltes méditatives.

    « Assieds-toi et marche !», deux paroles à tenir ensemble pour se rapprocher de soi-même, s’ouvrir et atteindre la présence, au cœur de l’Être.

  • L´anesthésie affective et l´enfermement en soi-même sont des expériences beaucoup plus communes qu’on ne veut bien l´avouer. Car, pour la plupart, nous ne croyons pas - ou plus - à la possibilité d´un amour véritable, vivant, puissant sans être dévorant. Et ce n´est pas l´idéologie de l’amour tel que l´a enseigné un certain christianisme qui peut nous être d´un quelconque secours : il nous emprisonne au contraire dans une relation mortifère.

    Lytta Basset nous montre pourtant qu´existe en chaque personne une étonnante réceptivité à l´amour, prête à s'épanouir dès lors que l´on consent à accueillir le manque comme une bénédiction. L´amour qui se sait indigent laisse la place à un « souffle de vérité » qui déstabilise, mais pour venir à bout des confusions, blocages et ressentiments. Il mène alors à la découverte d’une « part de feu » en soi dont on ne savait rien. Ce feu, ce souffle qui traversent tout être humain, sont ceux dont parle l´Évangile. Nous sommes invités à nous y exposer, hors de toute contrainte sociale, morale ou religieuse, pour accéder à des relations affectives fécondes.

  • Oeuvre majeure du bouddhisme tibétain le Bardo-Thödol a ouvert à la psychologie occidentale des perspectives insoupçonnées. Qualifié par Carl Gustav Jung de « quintessence de la psychologie critique bouddhiste », ce classique vise à libérer celui qui l'étudie des illusions de la conscience égocentrique et de son instabilité perpétuelle.« Livre tibétain des morts » lu aux mourants pour les guider sur le chemin ardu qui doit les mener à un autre mode d'existence, il est avant tout un manuel d'exploration des états intermédiaires de conscience, dont la mort est un aspect. Joyau de la sagesse orientale à la portée universelle, le Bardo-Thödol est un outil précieux pour tous ceux qui s'interrogent sur la nature de l'esprit.

  • Le sheikh Muslihuddin Saadi Shirazi fut, dans le florissant XIIe siècle de Bagdad, l'un des maîtres soufis les plus célèbres et les plus respectés. Son enseignement, né de la plus pure tradition et enrichi par l'expérience de multiples voyages (de la Chine au Maroc, de la Turquie à l'Abyssinie), demeure l'un des joyaux de la mystique persane médiévale. Le Gulistan, ou Jardin de roses, est son oeuvre majeure. Cette somme philosophique en vers et en prose poétique, écrite dans un style tour à tour naïf, lyrique, tendre et parfois même humoristique, initie le lecteur à une perception plus fine de la réalité.
    Derrière la sensualité apparente de la forme et au-delà de l'allégorie, se dévoile peu à peu la nature profonde, le « zat » de tout être et de toute chose, dont la connaissance est l'essence même de l'éveil spirituel.

  • Zarathoustra (ou Zoroastre) est le grand oublié de l’histoire des religions. Inventeur du monothéisme il y a 3700 ans, il a donné naissance à la religion des empires perses jusqu’à l’avènement de l’islam. Il a fallu attendre le XIXe siècle pour que soit enfin déchiffrée la langue des écrits originels de Zarathoustra, les Gathas, langue oubliée depuis des millénaires par les zoroastriens eux-mêmes. Le message de ces hymnes d’une grande poésie se révèle étonnamment moderne. Apôtre de la Justesse et de la Pensée Juste, les deux premiers attributs de ce Dieu unique qu’il appelle Ahura Mazda, Zarathoustra veut mener hommes et femmes vers une vie heureuse et dénonce la corruption des élites politiques et religieuses, les faux dieux et les sacrifices sanglants.

    Les plus grands philosophes grecs se réclamaient de lui, tandis que le judaïsme et le christianisme ont puisé à sa source les notions fondamentales de paradis, d’enfer, de royaume de Dieu.

    Khosro Khazai Pardis, l’un des grands spécialistes de ces textes et zoroastrien lui-même, nous livre ici une superbe traduction de ces hymnes qui ont fondé le monothéisme. Il nous explique également leur histoire, la philosophie qui s’en dégage et leur influence à travers les siècles.

  • Depuis sa diffusion dans les années soixante, la pratique du yoga fait partie intégrante du paysage spirituel de l'Occident. Ce livre n'est ni un manuel, ni une apologie du yoga, mais un panorama rigoureux et très accessible du yoga en Occident et de ses racines indiennes, de ses rapports avec la tradition et la modernité.
    Ysé Tardan- Masquelier analyse ici la pratique du yoga en Europe, ses déviations et ses apports authentiques. Elle développe les concepts-clés du yoga en déroulant le fil de son histoire, des Yoga-sûtras de Patanjali à aujourd'hui en passant par les groupes tantriques. Elle explique également quelle progression spirituelle le yoga entend proposer tout au long de la vie, et pose une question fondamentale : peut-on pleinement pratiquer le yoga en étant chrétien, juif, musulman ou athée ?
    Le regard objectif de l'universitaire, l'expérience de la pratiquante et la pédagogie de l'enseignante font de ce livre un outil précieux pour tous ceux, pratiquants ou sceptiques, qui s'interrogent sur la place du yoga dans la société ou dans leur parcours personnel.

  • Entre source et nuage n'est pas une simple anthologie, mais la transcription d'un héritage poétique et spirituel auquel François Cheng donne ici une vie renouvelée, avec toute la ferveur née de son expérience intérieure de poète naviguant entre deux langues et deux cultures.Ce recueil se compose principalement de poèmes de la dynastie des Tang (618-907) et de celle des Sung (960-1279), qui font partie de l âge d'or dela poésie classique chinoise. Li Po, taoïste, chante la communion totale avec la nature et les êtres ; Tu Fu, confucéen, exprime le destin douloureux de l'homme, mais aussi sa grandeur ; Wang Wei, l'adepte du bouddhisme Ch an, fixe ses méditations dans des vers d'une parfaite simplicité. À côté de ces géants, d'autres voix dans la Chine contemporaine participent de la même aventure. Malgré une histoire souvent tragique, les poètes de la Chine d'hier et d'aujourd'hui ont su porter témoignage d'une spiritualité toujours vivante.

  • - 23%

    Depuis sa diffusion dans les années soixante, la pratique du yoga fait partie intégrante du paysage spirituel de l'Occident. Ce livre n'est ni un manuel, ni une apologie du yoga, mais un panorama rigoureux et très accessible du yoga en Occident et de ses racines indiennes. Ysé Tardan-Masquelier, spécialiste de l'hindouisme, a présidé la Fédération nationale des enseignants de yoga pendant dix ans et dirige l'Ecole française de yoga depuis 1984. Elle développe les concepts-clés du yoga en déroulant le fil de son histoire, des Yoga-sûtras de Patanjali à aujourd'hui en passant par les groupes tantriques. Elle explique également quelle progression spirituelle le yoga entend proposer tout au long de la vie, et pose une question fondamentale : peut-on pleinement pratiquer le yoga en étant chrétien, juif, musulman ou athée ? Un outil précieux pour tous ceux, pratiquants ou sceptiques, qui s'interrogent sur la place du yoga dans la société ou dans leur parcours personnel.

  • L'evangile de saint jean est "le maître livre" qu'on ne peut éviter et auquel il faut sans cesse revenir.
    Il donne à vivre autant qu'à penser.
    Il fallait le traduire de nouveau, dans le respect de son contexte - à la fois grec et sémite - pour que se révèle sa brûlante actualité.
    Texte de haute poésie, mais aussi de dialogue ou se rencontrent les cultures d'orient et d'occident, les voix de l'homme et la voix de dieu.
    Jean-yves leloup, psychologue et philosophe, prêtre et théologien orthodoxe, connu pour son attachement à la tradition et son esprit de liberté, le traduit et le commente, renouant avec la "méthode" des pères de l'église qui ne sépare pas science exégétique, connaissance philosophique et expérience spirituelle.

  • Également appelée Les chatons des sagesses (car les " formes " spirituelles des différents prophètes sertissent la sagesse divine, comme le chaton sertit la pierre précieuse), cette oeuvre a marqué l´histoire du soufisme et de l´islam profond. Chaque chapitre est dédié à un des prophètes mentionnés dans le Coran, en commençant par Adam - considéré en islam comme prophète - jusqu´à Mahomet qui " scelle " la prophétie universelle. La chaîne coranique des prophètes comprend aussi le Christ et certains prophètes des anciens peuples d´Arabie, comme Salîh et Hûd, que les écritures judéo-chrétiennes ne connaissent pas. La base et le point de départ de chaque chapitre est un passage de l´écriture, le plus souvent une parole que le Coran prête à l´un des prophètes. La sagesse des prophètes constitue le testament spirituel de celui que tous les soufis nomment le " vivificateur de la religion ".

  • Désirant échapper, même pour un moment, au bruit du monde, de nombreux Occidentaux cherchent dans les sagesses orientales une pratique du silence qui leur permettra de se recentrer sur la vie de l'esprit. Beaucoup ignorent cependant que le christianisme, lui aussi, propose une telle discipline du silence et de la méditation ; plus encore, qu'elle est présente dès ses premiers temps, ceux des Pères du désert, et qu'elle est à la racine de toute sa théologie mystique.

    MonseigneurMichel Laroche nous invite à découvrir cette voie du silence et les moyens de la suivre aujourd'hui. Du "Connais-toi toi-même" au "Oublie-toi toi-même", il nous montre comment les pratiques antiques de la méditation chrétienne peuvent être adoptées par tout un chacun.

  • Héritière de la philosophie grecque qui place la philia au sommet des vertus, l´amitié spirituelle qui se développe dès les premiers temps du christianisme est à l´origine de fondations d´ordres, de missions, d´une riche correspondance et de textes magnifiques. C´est une émulation sur le chemin du ciel en même temps qu´une tendresse partagée et une indéfectible fidélité.

    Jacqueline Kelen nous convie ici à un voyage à travers l´Europe chrétienne, depuis les ermites du IVe siècle jusqu´à nos jours, en racontant de belles amitiés, qu´elles soient passionnées ou plus sages, paisibles ou contrariées (Maître Eckhart et Soeur Catherine, Pierre de Bérulle et Madame Acarie).
    Certains amis sont célèbres et auréolés de sainteté (François et Claire d´Assise) ; d´autres (Hildegarde de Bingen ou Teilhard de Chardin) vivent les ambiguïtés et les risques d´un lien qui cherche à se hisser au-dessus du simple attachement sentimental.

    Les Amitiés célestes sont aussi une invitation à s´interroger sur ce qui nourrit et illumine toute relation terrestre.

  • Le désert a toujours fasciné les hommes épris d'absolu. Les sables d'Egypte ont eu leurs ermites et le peuple juif est passé par l'épreuve du désert.
    Le désert géographique symbolise celui du dedans, qui n'est pas un lieu mais un état d'écoute, de vision, de rencontre. Après avoir été le creuset de décantation où l'or a pu se dégager de sa gangue de plomb, le désert appelle l'alliance, l'unité. Mais les revêtements arrachés entraînent parfois avec eux des lambeaux de chair vive, des options, voire des certitudes. Tout est remis en question.
    Abandonner le monde, c'est se quitter soi-même. S'éloigner de la foule, c'est rompre avec la conscience grégaire où l'on menace de s'endormir.
    Par la nudité qu'il exige, le désert provoque un éveil qu'il convient de couver dans la solitude. L'habitant du désert se doit d'y consentir. Si, conduit par l'Esprit, il pénètre silencieusement dans son fond, il fait sien le conseil donné par Hésyclius de Jérusalem : "Emerveille-toi, alors tu comprendras !" Devant la crise qui ébranle métaphysiques, religions et valeurs, le désert intérieur n'est pas un refuge et n'offre aucun abri : il invite aux métamorphoses.

empty