Langue française

  • Sur le sol de l´antique civilisation de Sumer, des archéologues sont en charge de fouilles sur le site d´Uruad pour le compte de la Communauté européenne. Leurs résultats sont édifiants. Ils demandent l´appui d´experts basés à Paris. Mais la guerre éclate...
    Dès l´arrivée des troupes américaines à Bagdad, le Musée national est saccagé. Des milliers de pièces antiques disparaissent. Ailleurs en Irak, des sites plusieurs fois millénaires sont détruits.
    Hasards d´une guerre ? Ou volonté délibérée d´ensevelir la plus ancienne civilisation à nous avoir livré une histoire, grâce à la première écriture connue ? Dommages collatéraux ? Ou effacement méthodique des preuves les plus incroyables de la survivance de Sumer au coeur des mythes fondateurs de l´Occident ? Singulière croisade contre cette région que la Genèse désigne comme le jardin d´Eden, aux confluents du Tigre et de l´Euphrate, et où vécurent les Patriarches, d´Adam et Eve à Abraham...
    Les Américains ont-ils envahi l´Irak pour protéger un secret qui peut changer la face du monde?
    « Un thriller érudit et bien ficelé... La magie opère. » Le Point « Un grand livre de SF ! Bravo à lui !» Science Fiction Magazine « Uruad est l´objet d´une lecture passionnante et le talent de l´auteur est à la hauteur de son érudition. » Jury du Prix du roman Jeunesse

  • Ce livre est l´empreinte d´un long séjour dans le sud tunisien.
    Nourri de lumière, d´aridité et de silence, il se réclame indirectement des mystiques du désert et du soufisme.

    Les paroles qui s´y dressent, volontairement rares, ont la densité des c

  • Aribo est né de la rencontre entre Loÿs-François Marie et Mathieu Insa. Loÿs écrit des textes, crée des mélodies, Mathieu participe à la mise en forme finale et parfait la musique.
    Aribo fait partie de ces groupes de musique française de haut niveau, dont les créations surpassent la plupart des productions médiatisées, mais qui ne font pas assez de concessions, ne jouent pas assez le jeu, ne sont pas assez assoiffés de succès, disparaissent parfois pendant des mois, et que, de ce fait, le petit monde de ceux qui font leur beurre avec les musiciens ne voit pas d´un bon oeil.
    Il est possible aussi que le fait que les Aribo soient si talentueux sans qu´on sache pourquoi, sans qu´ils appartiennent à aucun courant, à aucune école, sans qu´ils aient de mentor, etc., inspire incompréhension, crainte et jalousie : pour nous qui sommes sans talents, se disent peut-être certains plus ou moins consciemment, mieux vaut une médiocrité ambitieuse et proche de nous, qui nous rassure, plutôt que cette connexion directe avec quelque chose de profond et d´ancien, avec le flot divin où ils puisent incantations et mélodies chamaniques (de la même manière, Louise Attaque n´était pas toujours très apprécié du milieu). Et puis, leur assurance mêlée de candeur, parfois prise pour de l´arrogance, leurs réponses plus ou moins sérieuses aux interviews, les ont fait détester de plus d´un journaliste, ce qui donne parfois l´impression qu´ils se sabordent.
    Vous nous direz, qu´est-ce qui vous rend si sûrs de vous sur la qualité de la création proposée ? Qu´est-ce que Aribo a de plus que les autres ?
    Ces questions trouvent leurs réponses de deux manières.
    D´abord par l´impact à l´écoute : nous avons tous eu, à un moment ou à un autre, un ami musicien que nous sommes allés écouter poliment. On trouve ça « pas mal » sans aller jusqu´à écouter les titres chez soi. Avec Aribo, ce n´est pas cela. Après qu´Arbèles les eut découverts, leurs titres sont devenus dans nos locaux ceux qu´on écoute en boucle, devant n´importe quel classique. Et les enfants dansent et répètent les rifs entêtants, eux qui savent instinctivement reconnaître le talent.
    Ensuite, par le biais d´une enquête involontaire s´affranchissant de toute notion préalable de célébrité : après une série de passages sur Radio Nova, Rock de Bois fut diffusé sur les radios françaises du monde entier. Et dans ces pays où Français et Francophiles sont entièrement détachés de toute propagande médiatique de l´Hexagone, où leur envie d´entendre la voix du pays libère leur jugement, dans ces pays donc (Japon, Etats-Unis, Chili, Argentine, etc.), Aribo arrivait en tête des classements...
    Le recueil présenté ici regroupe les textes du second album d´Aribo : Flamant rouge.
    Manque Le Petit cheval puisqu´il s´agit du seul texte non écrit par Loÿs-François Marie. En effet, c´est une reprise de la chanson de Paul Fort, pour lequel ils ont commis le sacrilège de créer une mélodie qui fait oublier celle de Brassens.
    L´aspect sibyllin de quelques uns des textes participe de la scansion particulière avec laquelle ils sont dits lorsqu´Aribo les délivre dans un maelstrom de notes envoûtantes. Et la rareté des mots, leur répétition, démultiplient la puissance évocatrice, ouvrent à l´esprit des paysages chargés d´histoires.
    Ces titres sont destinés à donner leur pleine mesure avec la musique qui les porte. Ils n´ont pas été écrits à l´origine pour être lus en silence mais pour être chantés. La présentation des textes ne prend pas entièrement en compte le rythme particulier avec lequel ils sont dits en concert, afin de faciliter la lecture. La ponctuation est volontairement rare, voire inexistante, parce qu´éloignée de l´impression d´ouverture ressentie à l´écoute à chaque fin de phrase.
    Par ailleurs, les lignes qui suivent ne constituent que des guides tant Aribo improvise sur scène et fait sans cesse évoluer ses morceaux. Bien qu´il ne s´agisse pas strictement de poésie, bien qu´on trouve à redire - très rarement - sur la rime ou le son, privilégiés sur le sens, la force évocatrice des textes d´Aribo justi

  • Tu iras loin

    Simon

    Au début, il y a la banlieue. Une petite fille qui s´appelle Machine, née d´un père français et d´une mère chinoise. Au début, il y a un déménagement. Un jardin. Dans le jardin, une amie, Chloé. Et puis l´école, et puis la maitresse, et puis la tante, et

  • Aribo est né de la rencontre entre Loÿs-François Marie et Mathieu Insa. Loÿs écrit des textes, crée des mélodies, Mathieu participe à la mise en forme finale et parfait la musique.
    Aribo fait partie de ces groupes de musique française de haut niveau, dont les créations surpassent la plupart des productions médiatisées, mais qui ne font pas assez de concessions, ne jouent pas assez le jeu, ne sont pas assez assoiffés de succès, disparaissent parfois pendant des mois, et que, de ce fait, le petit monde de ceux qui font leur beurre avec les musiciens ne voit pas d´un bon oeil.
    Il est possible aussi que le fait que les Aribo soient si talentueux sans qu´on sache pourquoi, sans qu´ils appartiennent à aucun courant, à aucune école, sans qu´ils aient de mentor, etc., inspire incompréhension, crainte et jalousie : pour nous qui sommes sans talents, se disent peut-être certains plus ou moins consciemment, mieux vaut une médiocrité ambitieuse et proche de nous, qui nous rassure, plutôt que cette connexion directe avec quelque chose de profond et d´ancien, avec le flot divin où ils puisent incantations et mélodies chamaniques (de la même manière, Louise Attaque n´était pas toujours très apprécié du milieu). Et puis, leur assurance mêlée de candeur, parfois prise pour de l´arrogance, leurs réponses plus ou moins sérieuses aux interviews, les ont fait détester de plus d´un journaliste, ce qui donne parfois l´impression qu´ils se sabordent.
    Vous nous direz, qu´est-ce qui vous rend si sûrs de vous sur la qualité de la création proposée ? Qu´est-ce que Aribo a de plus que les autres ?
    Ces questions trouvent leurs réponses de deux manières.
    D´abord par l´impact à l´écoute : nous avons tous eu, à un moment ou à un autre, un ami musicien que nous sommes allés écouter poliment. On trouve ça « pas mal » sans aller jusqu´à écouter les titres chez soi. Avec Aribo, ce n´est pas cela. Après qu´Arbèles les eut découverts, leurs titres sont devenus dans nos locaux ceux qu´on écoute en boucle, devant n´importe quel classique. Et les enfants dansent et répètent les rifs entêtants, eux qui savent instinctivement reconnaître le talent.
    Ensuite, par le biais d´une enquête involontaire s´affranchissant de toute notion préalable de célébrité : après une série de passages sur Radio Nova, Rock de Bois fut diffusé sur les radios françaises du monde entier. Et dans ces pays où Français et Francophiles sont entièrement détachés de toute propagande médiatique de l´Hexagone, où leur envie d´entendre la voix du pays libère leur jugement, dans ces pays donc (Japon, Etats-Unis, Chili, Argentine, etc.), Aribo arrivait en tête des classements...
    Le recueil présenté ici regroupe les textes du premier album d´Aribo : Rock de bois.
    Manque Le Petit cheval puisqu´il s´agit du seul texte non écrit par Loÿs-François Marie. En effet, c´est une reprise de la chanson de Paul Fort, pour lequel ils ont commis le sacrilège de créer une mélodie qui fait oublier celle de Brassens.
    L´aspect sibyllin de quelques uns des textes participe de la scansion particulière avec laquelle ils sont dits lorsqu´Aribo les délivre dans un maelstrom de notes envoûtantes. Et la rareté des mots, leur répétition, démultiplient la puissance évocatrice, ouvrent à l´esprit des paysages chargés d´histoires.
    Ces titres sont destinés à donner leur pleine mesure avec la musique qui les porte. Ils n´ont pas été écrits à l´origine pour être lus en silence mais pour être chantés. La présentation des textes ne prend pas entièrement en compte le rythme particulier avec lequel ils sont dits en concert, afin de faciliter la lecture. La ponctuation est volontairement rare, voire inexistante, parce qu´éloignée de l´impression d´ouverture ressentie à l´écoute à chaque fin de phrase.
    Par ailleurs, les lignes qui suivent ne constituent que des guides tant Aribo improvise sur scène et fait sans cesse évoluer ses morceaux. Bien qu´il ne s´agisse pas strictement de poésie, bien qu´on trouve à redire - très rarement - sur la rime ou le son, privilégiés sur le sens, la force évocatrice des textes d´Aribo justi

  • Un astronome et un historien sont retrouvés atrocement mutilés dans l'observatoire de l'Institut Biblique Kaplan. Ils étaient sur le point d'informer leur commanditaire, le télévangéliste Jim Eugene Kaplan, d'une découverte céleste capitale. Ce dernier convie alors le Géologue Daniel Wise-Becker et la belle Historienne Alicia Décosse en Turquie pour étudier ce qui pourrait bien ressembler aux restes pétrifiés d'un navire antique gigantesque et pour rechercher dans les mythes les traces réelles de cataclysmes passés. Mais ce qui s'apparente à de simples recherches se transforme bientôt en aventure parsemée de cadavres. Ceux qui veulent cacher les messages du passé sont-ils les mêmes qui envoient un vaisseau privé dans l'espace au delà de Mars ? Au bout d'une quête exaltante où l'amour les mettra à l'épreuve, Daniel et Alicia, découvriront que le Jugement Dernier n'est pas qu'une affaire de religion. Et qu'il n'a rien d'inéluctable.

  • Au Ier siècle à Ephèse, Timée, fils du gouverneur d´Asie Celsus et héros des légions de Dacie, est en secret un disciple de saint Jean.
    Démasqué, il fuit la ville avec Sémilna, sa jeune promise, et rejoint Jean, qui prépare à Patmos la diffusion de son Apocalypse.
    Vingt siècles plus tard, la découverte de ces textes dans la tombe de Celsus déclenche une guerre entre des terroristes anti-progrès et les gouvernements du monde entier. Le linguiste William Fisher - héros de Uruad - sauve d´une saisie policière une étrange page de manuscrit. Sous le texte apparent, un texte à peine plus ancien présente une autre manière d´écrire le nom de la Bête...
    En compagnie de la belle Liv, reporter aventureuse, William découvrira que c´est le dévoilement de ce secret qui intéresse le Repenti, leader des terroristes et ancien membre de la Confrérie de Jean. Celle-ci guette depuis deux mille ans les signes de survenue de la Bête. Signes qui pourraient annoncer une transition évolutionnaire majeure, dans quelques décennies, au cours de laquelle surgira une forme de vie supérieure, déjà parmi nous...
    Thriller érudit qui puise dans l´exégèse biblique comme dans l´Histoire et la haute technologie, Web Spiritus développe une théorie fascinante sur l´Évolution. Les changements observés aujourd'hui dans tous les domaines de la vie humaine, de la sexualité à la géopolitique, prennent ici un sens nouveau.
    Ce livre bouleversera votre vision de l´avenir. Lisez-le : le temps presse...
    Les éditions Confluences publient la version papier du livre.

empty