Calmann-Lévy

  • Le dernier secret d´un maître faïencier.En 1960, Gaston Maréchal, patron autoritaire d´une fabrique de faïence à Martres-Tolosane non loin de Toulouse, est retrouvé noyé après une partie de pêche... Quatre ans plus tard, sa fille Monique revient au pays et s´installe dans la belle demeure familiale bâtie sur les contreforts des Pyrénées. Elle espère se consoler d´un récent veuvage en renouant avec les racines d´une enfance tourmentée. Mais le bourg bruit de rumeurs et son retour n´est pas du goût de tout le monde. Sa volonté de reprendre la petite entreprise se heurte à la méfi ance des employés et à l´hostilité du contremaître qui se conduit comme s´il était maître chez lui.  Monique a-t-elle sa place dans le monde légué par son père, un homme taciturne et cassant, aux nombreuses inimitiés ? Dans quelles circonstances exactes est-il mort ? Menant l´enquête, elle prend peu à peu conscience du secret qui entoure sa propre naissance...

  • Autour d´une femme passionnée et fidèle, entre ombre et lumière, secrets et traditions, la saga familiale d´une lignée de papetiers provençaux.

    Fontaine-de-Vaucluse, en 1840. Dès leur première rencontre, Timothée Viguier décrète que Noëlie sera son épouse et elle-même sait qu´il n´y aura pas d´autre homme que lui. Son père accorde sa main sans hésiter car les Viguier possèdent depuis plusieurs générations un moulin à papier prospère sur les bords de la Sorgue.  Ainsi commence pour Noëlie une vie tissée de drames et de bonheurs, de joies et de chagrins, qui la mènera jusque dans les années 1920 quand, vieille dame quasi centenaire elle saura, par la seule force de sa fidélité, sauver le moulin ancestral en révélant ce qui devait être tu.



    Sur les pas de Pétrarque, Françoise Bourdon nous entraîne à Fontaine de Vaucluse pour un voyage empli d´émotions et de mystères dans une Provence authentique, rayonnante mais meurtrie par le tremblement de terre de 1909. .

  • De 1917 à aujourd´hui, le combat d´une lignée de Provençaux amoureux de la lavande pour gagner leur bonheur menacé par de lourds secrets.En 1918, Pierre Ferri revient à la Grange de Rochebrune, la ferme familiale située aux confins des Baronnies. « Gueule cassée », il se referme sur ses blessures, visibles et invisibles. Pourtant, l´amour inconditionnel de sa femme Antonia et la naissance d´une petite Valentine lui redonnent le goût de vivre. Il décide de développer la culture de la lavande pour laquelle Antonia éprouve une vraie passion.  Partageant son amour de « l´or bleu », Valentine croit être à l´abri des tumultes du monde dans la haute vallée. Mais la montée des périls, le chaos de la guerre, les déchirures de l´Occupation, ses engagements bouleversent son destin tout tracé. En Allemagne, une autre femme, Else, poursuit elle aussi son rêve de bonheur piétiné par le IIIe Reich.
    Longtemps après, les enfants perdus cherchent leur vérité...Provençale de coeur, Françoise Bourdon nous offre une magnifique saga familiale, pleine de mille et un parfums, tissée d´amours blessées, de drames et d´émotion, portée par la force des liens unissant quatre générations

  • La grande fresque de la soie lyonnaise1894. Quand Silvius épouse la fi lle d´un riche soyeux lyonnais, il pense se faire une place au soleil dans le milieu des négociants. En butte aux railleries des patrons comme des ouvriers, il comprend bien vite qu´on ne lui pardonnera pas ses origines de petit paysan ardéchois.
    Avec l´arrivée de l´électricité et de la soie artifi cielle, se dessine le déclin de sa belle-famille. Seul Silvius prend la mesure des bouleversements qui vont affecter l´industrie lyonnaise, des canuts jusqu´aux éleveurs de cocons de mûrier.  Mais le passé n´abdique jamais. Sa mère, abandonnée de tous dans la magnanerie familiale, sa cadette, mariée à un vigneron qui la maltraite, son orgueilleuse soeur aînée, institutrice en Ardèche, sauront le lui rappeler. Silvius devra payer le prix de ses ambitions.

  • En quittant son Ardèche natale, Silvius Andromas, fils de petit paysan, a fait le bon choix. Et si son amour avec Roxane, fille d´un riche soyeux lyonnais, est porteur de déception, du moins a-t-il appris au contact de sa bellefamille à voler de ses propres ailes. Aisément, Silvius conquiert une position fort enviable dans le cercle des négociants. Mais on lui reproche d´avoir eu raison trop tôt. Silvius et son ami Soarès, dandy énigmatique, ont compris que le monde avait changé. Du déclin de la soie naturelle, il fallait tirer une ambition nouvelle. Tandis que les affaires du clan familial de Roxane périclitent, celle de son mari connaît des succès dans la production de la soie artificielle. Les mutations du nouveau siècle forment une ligne de partage impitoyable entre les illusions d´hier et les espérances de demain.
    Si longtemps négligé, floué, trompé, humilié, Silvius est-il encore disponible pour Roxane ? Peut-on concilier passion et raison ?
    La Grande Guerre approche. Il est trop tard pour faire des rêves et si Silvius retourne à Fontbelair, à la veille de 1914, c´est pour clore à jamais les portes sur son passé.Jean-Paul Malaval est l´auteur d´une ample oeuvre romanesque qui excelle à saisir les mouvements intimes d´une France partagée entre tradition et modernité. Né à Brive, il est aujourd´hui maire d´un village en Corrèze.

  • Jean Anglade a découvert l´identité du Soldat inconnu !Deux ans jour pour jour après l´armistice, un poilu nommé Auguste Thin choisit au hasard, parmi huit soldats non identifi és, le Soldat inconnu destiné à être inhumé sous l´Arc de triomphe. Inconnu ? Sauf de Jean Anglade qui, informé par l´intervention d´une bague magique, nous apprend qu´il s´agissait d´un certain Jean-Marie Coustille, instituteur idéaliste et pacifi ste né à Orcet dans le Puy-de-Dôme, apiculteur à ses heures, artilleur par obligation, qui fi nit « écrabouillé » à Péronne à l´âge de trente-six ans, restant, pour ce qui est des femmes, sur sa faim et sur ses envies... Jean Anglade,

  • Régis Féraz (on dit Féra, non point Féraz car Régis est d´origine savoyarde et le z ne se prononce pas), est le dernier de nos poilus, le der des ders. Ancien éclusier à Clos du May sur le Canal latéral à la Loire, il n´est Bourbonnais, certains disent Bourbonnichon, que d´adoption. Qu´il le veuille ou non Régis Féraz est devenu un héros. On voudrait d´ailleurs l´honorer, recueillir de sa bouche un ultime témoignage.  Mais le centenaire passe pour un peu « bredin », pour un peu fou du cerveau, car depuis des années il ne veut plus entendre parler de la Grande Guerre.  Seule Léone sait de quel souvenir indicible son grand-père veut se garder. Au journaliste venu pour le rencontrer elle est prête à le révéler. Mais pour ce faire, il faut commencer par le commencement... Sans jamais se départir de cette ironie tendre qui fait notre délice, Jean Anglade nous entraîne alors sur les pas d´un enfant de la Patrie, ballotté par l´histoire et emporté dans les cruautés d´un siècle meurtri par la folie des hommes.  - Vous avez raison. Tout le monde a un grain de folie. Parfois deux. Parfois trois.


    « Jean Anglade, conteur de toutes formes d´humanité et d´inhumanité, de toutes formes d´héroïsme et de folie, a un sens de l´épisode, du rythme, de la psychologie des relations proprement éblouissant. » Bruno Frappat - La Croix

  • L´itinéraire tourmenté d´un enfant caché pendant l´Occupation. Parigné-l´Evêque dans la Sarthe. En 1943, les persécutions nazies se déchaînent. Louise Leblanc a accepté d´héberger un orphelin d´environ six ans que lui a confié un réseau de sauvetage d´enfants. En état de choc, amnésique, le garçon ne se souvient pas même de son nom. Louise lui donne un prénom, Jean, et l´inscrit sous son propre patronyme à l´école.  Les habitants du bourg l´acceptent comme l´un des leurs. Jean retrouve par bribes la mémoire à mesure qu´il s´acclimate à son nouvel environnement.  Mais un jour, le facteur avise Louise qu´une dénonciation anonyme a été envoyée à la gendarmerie l´accusant de cacher un enfant juif. Entre les villageois solidaires et les complices de la barbarie, s´engage alors une course de vitesse à l´issue jusqu´au bout incertaine...

  • En 1953, dans un village du Cantal, François, fils d´un riche négociant en bestiaux commet l´irréparable avec la fille d´une famille voisine de petits paysans. Une mésalliance est hors de question et le père éloigne son fils chez des paysans pratiquant l´estive de mai à octobre dans les hauts pâturages.
     François connaît la vie rude des vachers dans les « burons », ces abris de pierre isolés sur les plateaux, parmi les troupeaux de salers. Il s´initie à la fabrication du fromage de cantal et devient buronnier. Il apprend aussi la fraternité auprès de ses deux vieux tuteurs, puise dans leur sagesse ancestrale. C´est en homme maître de son destin qu´il revient parmi les siens...  Ici comme ailleurs les lilas refleurissent toujours au printemps.

  • L´amour et l´amitié aux temps héroïques du rugby.Gabrielle aime le rugby. En 1914, ce n´est pas banal pour une fille de notaire encore adolescente, même à Perpignan. Tous les prétextes lui sont bons pour fuir l'atmosphère étouffante du logis familial et accompagner en cachette son oncle au stade afin d'encourager quinze gaillards au maillot blanc frappé du losange sang et or catalan à la conquête de leur premier titre de champion de France.Quand la mobilisation générale est déclarée, le monde de Gabrielle s´écroule. Fini les empoignades épiques, l´enthousiasme des tribunes, la convivialité de la troisième mi-temps entre jeunes gens de tous milieux sociaux. Qu´adviendra-t-il d´Aimé Giral, le demi de mêlée, surdoué et beau comme un dieu ?Très vite, Gabrielle prend conscience avec horreur que beaucoup de ses amis ne reviendront pas.Malgré sa solitude et son désespoir, elle saura redonner un sens à sa vie en se lançant, à sa manière, dans la bataille...

  • Années trente, dans la Dombes.Du jour au lendemain, Isabelle a quitté son mari, Maxence, propriétaire de fermes et d´étangs. Nul ne sait ce qui s´est passé, leur fille Jeanne pas plus que les autres, à qui l´on répète que sa mère est partie pour l´Australie. Maxence s´enferme dans la solitude de la maison familiale prisonnière de son damier de terre et d´eau, et envoie l´enfant en pension.  Jeanne grandira, livrée à elle-même. Elle traversera la nuit de l´Occupation puis se laissera emporter par le tourbillon de la Libération qui la conduira à Nice. Au gré d´amitiés indéfectibles et de ses rêves d´amour déçus, elle reviendra sans cesse à ce père muré dans son secret. Il appartiendra à son fils Jacques de remonter le fil d´Ariane de cet amour fou qui unissait son grand-père Maxence à Isabelle...Auteur de chansons, réalisateur de films documentaires, Philippe Lemaire explore dans ce roman sensible et syncopé, illuminé par les vastes espaces aquatiques d´une région envoûtante, les ombres et les miracles de la relation père-fille.

  • Le bouleversant destin d´une couturière lorraine au pied de la Colline de Sion au lendemain de la guerre de 1870. « Ne crois-tu pas que Marie-Victoire a assez souffert du qu´en dira-t-on ? Une fille mère montrée du doigt qui a accouché dans la solitude et a dû fermer son atelier... » 1919, en Lorraine. Quand Henri, électricien à la brasserie de Vézelise, annonce son désir d´épouser Marguerite, la réaction hostile de son oncle Charles surprend tout le monde. Que Marguerite soit un peu plus âgée que lui ne saurait constituer un obstacle sérieux à la réussite de leur couple. Sa mère, Marie-Victoire, soeur de Charles, est morte alors qu´il avait quatre ans. Il est né de père inconnu. Plus encore que sa grand-mère, c´est Charles qui l´a élevé avec un amour paternel. Pourquoi s´oppose-t-il soudain à son bonheur ?  Cette question lancinante ne trouvera de réponse que bien des années après, lorsqu´Henri découvrira les circonstances de sa naissance dans le journal intime de sa mère, petite couturière entreprenante et courageuse, prise au piège de sa sincérité et victime de l´opprobre dont les filles mères en ces temps-là étaient accablées.

  • En 1900, le village de Sorède dans les Pyrénées, capitale du fouet français, entre en ébullition avec l'arrivée d'un curieux personnage venu installer une mystérieuse machine : un énorme four solaire.  Alors que la sécheresse sévit, les paysans ne tardent pas à incriminer "l'entonnoir à soleil" et à accuser l'étranger de sorcellerie. Seul Miquel prend sa défense. bien que né dans une famille de petits vignerons, il a fait de brillantes études à Perpignon et l'invention le passionne. Au point de remettre en cause le destin tout tracé qu'on a préparé pour lui : il doit succéder au patron de la plus grande fabrique de fouet du pays dont il épousera la fille, Eugénie.  En butte à la réprobation de sa mère, aux reproches de son frère, aux manoeuvres de l'héritière pour le garder auprès d'elle, Miquel fait bientôt face à un terrible dilemme...

  • Un village bourguignon s´unit pour sauver un chef-d´oeuvre du Louvre. Dès les premiers temps de l´Occupation, les Allemands entreprennent de purger les musées parisiens des oeuvres jugées « décadentes ». Quand Antoine Cornand, gardien au musée du Louvre apprend qu´ils s´apprêtent à venir faire une inspection, il sait que le tableau d´un peintre qu´il apprécie particulièrement, Le Mariage juif, a toutes les chances d´être saisi et brûlé. Avec enthousiasme, il accepte la mission que lui confie le conservateur-en-chef de le dérober pour aller le mettre à l´abri dans un château en Bourgogne appartenant à un ami. Après avoir pris ses quartiers au château, Antoine fait la connaissance dans une ferme voisine d´une jeune femme qui élève seule sa fille, Michette, depuis la disparition de son mari. Il a d´excellentes relations avec les villageois, sauf avec le garde chasse, un homme bourru qui pourchasse en vain depuis des mois un mystérieux braconnier. Quand Michette se révèle être la coupable, Antoine prend fait et cause pour elle, au risque de voir s´intéresser à lui les autorités... Jérôme Deliry a 38 ans. Il est né à Chalon-sur-Saône. Avocat, il est l´auteur chez CALMANN-LEVY de Sept Enfants autour du Monde et d´Une Rivière si tranquille dans la collection France de toujours et d´aujourd´hui. Il réside à Dijon.

  • L´épopée d´une famille de chocolatiersEn cette fin du XIXe siècle, Victor Chevallier a compris qu´avec la prospérité économique les petits plaisirs allaient se démocratiser. Alliant l´esprit d´invention et le sens du commerce, de simple apprenti, il est devenu un entrepreneur célèbre dans toute la France, à la tête d´une des premières fabriques de chocolat. À la pointe du progrès technique, gustatif mais aussi social, il fait construire, jouxtant la chocolaterie, sur les bords de la Marne, une des premières cités ouvrières.  L´humanisme qui l´inspire s´est néanmoins atténué à la deuxième génération. Son fils Louis s´est embourgeoisé et son petit-fils, Jackie, dix ans, n´a pas la permission de fréquenter son copain Julien, dont le père est ouvrier à la chocolaterie. Mais les deux garçons n´hésiteront pas à braver les interdits. Il se pourrait même que Julien finisse par épouser la fille des châtelains ! Rythmée par les innovations des pionniers du chocolat, de la Commune au krach boursier de 1929, une saga familiale gourmande, trépidante, pleine de passions et de déchirements, portée par le souffle de la grande Histoire.Emmanuelle Friedmann est journaliste. Elle est l´auteur du Rêveur des Halles paru dans la même collection.

  • La guerre fratricide de deux paysans pyrénéens.Dans les années vingt en Capcir, l´un des hauts plateaux des Pyrénées-Orientales. Depuis qu´il a découvert l´existence de son cousin homonyme, Gilles Buscail n´a qu´une idée en tête : empoisonner l´existence du Gilles Buscail du village voisin. Car si la branche aînée des Buscail a la jouissance d´une ferme opulente et d´un immense troupeau, lui, le descendant de la branche cadette, doit se contenter d´une masure et de quelques bovins.  Médisances, traquenards, complots, depuis des années les deux Gilles se rendent coup pour coup. Mais les hostilités entre les deux compères s´enveniment quand ils comprennent que, faute d´héritier en ligne directe, leur succession ira au cousin survivant. Tandis que l´appât du gain décuple la malveillance de l´un, l´autre cherche par tous les moyens à se donner un autre successeur...Tout en restituant avec verve l´irruption du progrès et du tourisme moderne dans une région pyrénéenne peuplée de paysans aux moeurs pittoresques, Hélène Legrais nous enchante avec cette comédie divertissante pleine de surprises et de rebondissements.

  • Décembre 1999. Marc, médecin humanitaire, apprend entre deux missions lointaines le décès de son père frappé par un arbre déraciné lors la « tempête du siècle » qui vient de saccager les Landes. Il n´a pas l´intention de s´attarder après les funérailles mais une question se pose : que faire de la maison familiale et des quelques hectares de pins magnifiques que son père a laissés ? Tout incite Marc à s´en débarrasser : il se veut sans attaches ; la succession est grevée de lourdes dettes et ses oncles, sylviculteurs, lui en proposent un prix alléchant.



    Pourtant Marc hésite. La mémoire dont le lieu est empreint le retient. Surtout, il trouve en Solange, une cousine fragile et sauvage, exempte de l´insouciance de la jeunesse, une initiatrice troublante aux secrets de la pinède. Cette forêt blessée, née de la main des hommes mais accrochée à la terre de toute la force de sa sève...



    D´une tempête à l´autre, de 1999 à 2009, la quête de renaissance d´un French doctor, loin des mascarades de l´humanitaire et des pusillanimités de notre modernité. S´enracinant dans la réalité actuelle des Landes dont il est un observateur passionné, Alain Dubos signe ici, dans un style sensible et nerveux, son roman le plus personnel et le plus accompli.

  • Le surprenant destin d´une peintresse médiévale au temps de la peste noire.
    1348, en Auvergne. Rien n´est trop beau aux yeux du pape Clément VI quand il s´agit de la nouvelle abbatiale de La Chaise-Dieu.

    L´un des plus grands chantiers de la Chrétienté est une ruche où s´affairent, parmi les moines en effervescence, des centaines d´artisans et d´ouvriers. Fille d´un hobereau des environs, amoureuse de Gilles, le fils du pire ennemi de son père, la jeune Isabeau travaille avec des peintres venus d´Italie. Passionnée par son art, elle voudrait s´y consacrer corps et âme et n´est pas insensible au charme de l´un des artistes, Paolo. Mais que sont les hésitations de son coeur face aux vicissitudes du chantier, incendies, accidents, sans oublier l´inquiétant Barthélémy, moine ouvrier ? Surtout quand, contrariant la folie des grandeurs du pape, un vrai péril s´invite à La Chaise-Dieu : la peste noire qui a déjà ravagé Avignon. L´angoisse grandit et chacun cherche par tous les moyens à se prémunir de la maladie. La mixture à base de gentiane du moine apothicaire Guilhem est-elle le remède miracle espéré ?  Alors que l´affolement gagne, la liberté, l´intrépidité, la beauté d´Isabeau l´exposent à tous les périls...

  • Les combats d'une dynastie de tanneurs auvergnats.Comme beaucoup d'autres artisans de Maringues, bourg renommé dans toute l'Auvergne pour ses cuirs et ses peaux, on est tanneur de père en fils chez les Renardias. Grâce à leur acharnement, ils possèdent en ce milieu du XIXe siècle la tannerie la plus prospère avec ses dix ouvriers.
    Autant Gracieuse Renardias, l'aînée, est une fille modèle, autant son cadet Antoine est un petit diable. Pour le dresser, on l'envoie en pension chez les frères maristes à Clermont. Néanmoins, la fibre paternelle est la plus forte et, dès qu'il le peut, Antoine revient apprendre sur le tas tous les secrets du métier.
    Grâce à ses études et à son amitié avec un condisciple ingénieur, Antoine s'intéresse au progrès technique. La modernisation est vitale alors qu'ailleurs se développent les procédés industriels de tannage. Mais les petits artisans de Maringues, menacés dans leur existence, voient d'un mauvais oeil l'arrivée chezl ui de la première machine. La corporation des tanneurs se déchire, alros que sa survie même est en jeu...

  • Le sacrifice des combattants de l´ombre.1942. La population de Chalon-sur-Saône vit au rythme de l´Occupation lorsque les Allemands entreprennent de mystérieux travaux dans le port.  Grâce à ses entrées à la Kommandantur, Pierre Allerey, un industriel de la région, découvre le but de ce chantier : permettre l´acheminement de vedettes de guerre vers la Méditerranée où les combats contre les Alliés font rage. Allerey en informe l´Intelligence Service qui décide de bombarder la ville au risque de causer un massacre de civils.  Consterné, il cherche une alternative et entre en contact avec la résistance intérieure. Le temps est compté. Mais la liaison qui se noue entre une jeune secrétaire allemande et le chef du maquis brouille les cartes. L´étau se resserre sur les combattants clandestins quand un nazi fanatique prend en main la répression et fait régner la terreur parmi la population... Autour d´un épisode réel mais méconnu de la Seconde Guerre mondiale, Jérôme Deliry nous entraîne sur un rythme haletant dans une fresque romanesque où se mêlent insouciance, drame et passion face à l´insoutenable violence de la guerre.  Un hommage tout en nuances aux héros ordinaires de la Résistance.

  • Une Bretonne au grand coeur dans la tourmente de l´histoire.1865, dans le Finistère. À vingt-quatre ans, Marie Kerléo ne semble vivre que pour dispenser autour d´elle le bonheur. Celui de son époux, de quinze ans son aîné, boulanger, marchand de vin et aubergiste à Penzé dans le Haut-Léon lui importe plus que tout. Après la perte de deux enfants, elle espère lui donner un fils. Elle s´occupe aussi de faire fructifier ses affaires car lui n´a qu´une passion, la République, pour laquelle il lutte en secret dans la France très surveillée du Second Empire.  La guerre de 1870 fait voler en éclat le petit monde de Marie. Son frère soldat ne donne plus de nouvelles. Les autres hommes de son entourage partent rejoindre l´armée de volontaires bretons rassemblés à Conlie près du Mans. Quant à son mari, il disparaît pour participer à l´insurrection parisienne.  La paix revenue, il faudra toute l´énergie et la générosité de Marie pour faire renaître le bonheur, sur les bords de la Penzé, dans la maison de Ker-Huella...

  • Règlements de comptes au sommet.Hautes-Alpes, 2012. Stéphane Angevin et sa fille Agathe, tous deux guides de haute montagne, partent faire l´ascension de la Meije, l´un des sommets les plus ardus des Alpes. Leur client, Alain Fabre, est un industriel parisien en vue. Il est accompagné d´un garde du corps et de son fils, un adolescent à la dérive.
    Trois jeunes casse-cou de Briançon partent eux aussi à la conquête de cette cime de légende. Ils ont fait un pari fou : gagner le sommet dans l'accoutrement et avec l'équipement rudimentaire des pionniers de l'alpinisme.
    Une jeune femme, grimpeuse solitaire d'exception, est sur leurs talons, restant dans l'ombre.
    Mais pourquoi Alain Fabre, qui n'a jamais manifesté aucun intérêt particulier pour la montagne, semble-t-il si pressé d'arriver au sommet ? Et cette femme, qui prend tous les risques pour rattraper les jeunes Briançonnais, quelle st sa quête ?Entre la Grande Crevasse et Cliffhanger, l'auteur de l'Homme de la clarée nous offre un thriller alpin à l'humour corrosif, débordant d'action et de péripéties. 

  • Jeu de l´oie fatal sur le parcours d´un pèlerinage breton.Juillet 1911. Des milliers de pèlerins se pressent à Locronan en Bretagne, dans le Finistère, pour participer à la Grande Troménie, le pardon en l´honneur de saint Ronan qui a lieu tous les six ans. La jeune Linette a quitté son atelier de tissage pour prêter mainforte à son père qui tient la plus grande auberge de la ville.
    Elle est courtisée par Yves, un artiste peintre qui se fournit chez elle en toile de lin pour ses tableaux, et par Auffroi, le fils du plus gros marchand de textiles de la région. Mais elle est fascinée par Tanguy, un nouveau venu qui ne cache pas son mépris pour la ferveur religieuse des fidèles. Pour lui, le circuit de la Troménie viole le territoire sacré des anciens druides.  Quand, au lendemain de la procession, le puits de la place de l´Église est empoisonné, terrassant plusieurs pèlerins, Tanguy attire tous les soupçons. Seule Linette ne croit pas à sa culpabilité. Pourtant les événements inquiétants et les crimes s´enchaînent au fil de la semaine, et la vie de la jeune fille ellemême est menacée. Qui poursuit la petite ville de sa haine ?Après le succès des Lavandières de Brocéliande, Édouard Brasey s´impose, par son sens consommé du suspense et du drame, comme le nouveau grand romancier de la Bretagne dont il sait mieux que personne rendre tangible l´héritage celtique immémorial.

  • Quand le vent de la trahison souffle sur un village alsacienOctobre 1945. L´Alsace est, une fois encore, redevenue française. Dans un village au pied du mont Sainte-Odile, Céline Baumgartner, fille de viticulteur, accueille son fi ancé, Julien, de retour de captivité ; il a été arrêté en 1942 alors qu´il tentait d´échapper à l´incorporation de force dans la Wehrmacht. En représailles, son père, patron d´une petite fabrique de pains d´épices, a été déporté au camp de concentration du Struthof où il est mort.  Julien, qui veut ressusciter la maison Vogel et refaire de son village la capitale du pain d´épices, se sent coupable de la mort de son père. Mais que s´est-il réellement passé pendant son absence ? Céline n´est plus la même et semble lui cacher quelque chose. Quand il apprend qu´il doit son arrestation par les Allemands à une trahison, il comprend que sa vie n´aura de sens que si le village de son enfance livre son terrible secret...

empty