De Boeck Supérieur

  • En tant que variable sociodémographique, système sociétal hiérarchisé et grille de lecture analytique de la réalité économique, le genre est de plus en plus mobilisé dans les recherches, comme dans les enseignements.La publication d'un ouvrage sur l'Économie politique du genre vise à contribuer à cette tendance de façon novatrice. En s'appuyant sur une démarche d'économie politique, il cherche à mettre en avant l'intérêt d'une telle approche pour la discipline.Dans cette perspective, il s'appuie sur 3 grands axes :1. Un axe théorique et épistémologique permet de préciser les originalités du champ et de proposer l'orientation globale de l'ouvrage. Ce premier axe vise aussi à affirmer les différences avec la sociologie du genre.2. Un axe inégalités dresse un panorama des champs économiques dans lesquels la présence des inégalités de genre constitue une forte incitation à s'appuyer sur l'Économie politique du genre (école et marché du travail essentiellement). Celle-ci permet à la fois de repenser l'analyse de la réalité économique, comme la mise en oeuvre des politiques publiques traitant ces inégalités.3. Un axe international mobilise l'Économie politique du genre pour traiter des questions relatives au développement et au cas des institutions internationales, en particulier les banques centrales.Ce livre s'adresse essentiellement aux étudiants de master et de doctorat en sciences économiques, mais son contenu est susceptible d'intéresser un public plus large : étudiants en licence de sciences économiques, étudiants d'autres sciences sociales, et toute personne intéressée par les questions relatives au genre.

  • Cet ouvrage permet de questionner les capacités de développement, d'actions et de projets des associations dans un environnement de plus en plus concurrentiel, ainsi que les modes de régulation de l'ESS, pour comprendre si celles-ci parviennent à développer d'autres formes de régulations que les entreprises à but lucratif.À partir de l'analyse des associations, c'est une analyse des transformations profondes de l'économie que les auteurs proposent autour de la question suivante : sous la pression des rigueurs budgétaires publiques à tous les niveaux (État et collectivités territoriales), de la généralisation de la régulation marchande et de l'ouverture à la concurrence comme mode de régulation de secteurs d'activité relevant historiquement de l'intérêt général et de missions de service public, les associations parviennent-elles encore à faire la preuve qu'il est possible d'entreprendre et de produire autrement?Parallèlement à l'analyse des pressions et des dérives fortes dans les associations et les secteurs d'activité dans lesquels les associations étaient historiquement prépondérantes, cet ouvrage s'attache également à mettre en exergue les marges de manoeuvre possibles, notamment en termes de reconnaissance du travail des femmes ou encore en termes de méthodologie d'évaluation d'activités non marchandes.

  • Cet ouvrage propose une lecture originale du développement durable. En effet, la plupart des enseignements et des manuels se réfèrent aux grilles d'analyse de l'économie standard néo-classique. Pourtant, de nombreux travaux s'émancipent de cette tradition pour proposer des lectures alternatives du développement durable.Ainsi, l'écodéveloppement est le plus souvent passé sous silence, alors que pour certains auteurs contemporains il constitue le projet pionnier en matière de durabilité du développement. De même, si l'écologie industrielle est souvent abordée, il est rarement fait mention des différentes façons de l'appréhender. On peut encore citer la RSE, considérée comme la déclinaison entrepreneuriale du développement durable, sans que soit mobilisée la notion de contestabilité sociale pourtant pertinente pour comprendre pourquoi les entreprises « font du développement durable », même quand elles n'y sont pas obligées.Cette 2e édition augmentée s'enrichit d'une actualisation des grandes dates du développement durable au cours d'une période où les ODD succèdent aux OMD et où est signé l'Accord de Paris. L'économie circulaire fait son apparition pour être confrontée à l'écologie industrielle dont elle semble souvent être la soeur jumelle. Les services éco-systémiques sont convoqués dans le cadre du chapitre sur la biodiversité. Le projet d'économie politique lui-même est encore précisé dans son aptitude à interpréter le réel.Cette Économie politique du développement durable permet à chacun de s'approprier autrement l'histoire, la théorie et la pratique d'une notion devenue incontournable. Que l'on soit étudiant en Master ou de Doctorat, professionnel désireux de compléter ses connaissances, ou citoyen soucieux de ne pas se contenter « d'un seul son de cloche », cet ouvrage renouvelle l'approche du développement durable.

empty