Denoël

  • Jean Diwo est né faubourg Saint-Antoine. Le chuintement de la scie à refendre, le doux sifflement de la varlope et l'âcre parfum de la colle bouillonnante, il connaît. Depuis longtemps, il rêvait d'écrire le fabuleux roman de cette grande artère parisienne où les chariots de l'Histoire n'ont cessé de rouler. Dans ce cadre sculpté au ciseau et à la gouge, il a tissé au petit point le récit de la vie pleine, généreuse, souvent aventureuse des abbesses de Saint-Antoine-des-Champs et de leurs amis et protégés, les compagnons du bois, descendants des bâtisseurs de cathédrales. Il y a peint les artisans, les nobles, les bourgeois et surtout les femmes de tout rang qui ont su engendrer, dans l'amour, la prière, l'intelligence et le sacrifice, de ces familles qui, par le jeu des alliances, des héritages et du talent, forment depuis Louis XI une chaîne ininterrompue, soudée par l'amour du bois, matériau noble et magique. Jean Diwo a brassé cette pâte humaine, gonflée au levain de l'Histoire, pour en faire un roman captivant chargé d'amour, de drames et de joies, dont la tonalité est gaie parce que les hommes et surtout les dames du Faubourg ne sont pas moroses.

  • Vous retrouverez, dès les premières pages du Génie de la Bastille, les héros des derniers chapitres du Lit d'acajou : Ethis, l'enfant trouvé devenu prince du vieux faubourg Saint-Antoine, Bertrand, le poète compagnon du tour de France, et la douce Marie. Vous découvrirez les charmes de l'imprévisible et superbe Louise, de sa fille Élisabeth née le jour où était posée la première pierre de la colonne de Juillet. Ce monument symbolique, la petite fille le verra grandir en même temps qu'elle, jusqu'à ce que, sept ans plus tard, le génie ailé de la Bastille, équilibriste de l'Histoire, vienne veiller dans le ciel sur la patrie des ébénistes. L'aventure séculaire des artistes du bois et de leurs familles se poursuit. À travers leur existence quotidienne, vous vivrez, dans l'amour, les larmes et la gaieté, les secousses du XIXe siècle... Vous partagerez avec les descendants de Boulle, de Riesener et de Jacob, les enthousiasmes et les craintes suscités par la IIIe République naissante et les douleurs de la Grande Guerre. Le royaume du meuble perdra sans doute un peu de son âme au cours de ces événements prodigieux, mais le savoir-faire incomparable des «fines lames», artistes des cours et des passages, perpétuera une suprématie vieille de trois siècles en épousant le lyrisme floral du style de la Belle Époque, l'Art nouveau, puis l'ornementation moderne de l'Art déco.

  • Pour un extraterrestre débarquant sur les bords de Seine, l'Académie française resterait sans doute longtemps une énigme. «Sanctuaire» contesté de la vie culturelle française, taxée d'inutilité et de désuétude, cette vieille dame a pourtant conservé une notoriété incomparable.
    Journaliste et écrivain québécois, Louis-Bernard Robitaille explore l'univers du quai Conti, qui lui paraît aussi exotique qu'une tribu amazonienne. Avec la distance et la méthode de l'ethnologue, il démonte ses mécanismes, plonge dans son histoire, enquête sur les secrets de l'élection et sur les intrigues souterraines, au XVIIe comme au XXIe siècle. Car l'Académie est aussi une incroyable machine à cabales et à scandales. De Pierre Corneille à Paul Morand - interdit d'habit vert par de Gaulle -, d'Émile Zola à Félicien Marceau, en passant par Marguerite Yourcenar, première femme élue sous la Coupole, tous peuvent en témoigner. Miroir déformant de la vie politique et culturelle française, y compris sous l'Occupation, le microcosme académique est agité de soubresauts qu'il faut savoir décrypter.
    Jusqu'à présent, la plupart des ouvrages sur l'Académie ont été écrits par des académiciens. Le Salon des Immortels est la première enquête digne de ce nom sur les petits et grands secrets de cette étonnante assemblée.

  • Amoureux de la langue et fin connaisseur de l'histoire des mots, Claude Duneton leur consacre, depuis quelque trente ans, une recherche aussi attentive qu'ininterrompue. Tour à tour piquant, grinçant, savant, drôle, mais toujours bien vu et parfaitement documenté, cet ouvrage est un heureux florilège de son travail.
    Pour connaître l'origine de tel ou tel mot, l'évolution de telle ou telle expression, savoir le pourquoi et le comment de la dérive langagière, de l'irruption ? et parfois de la disparition ? d'un anglicisme, il faut lire cette formidable « histoire » des mots par l'un des vrais amoureux de la langue française.

empty