Dupuis

  • Hervé, célibataire, la trentaine maniaque, mène la vie un peu mesquine mais sans histoires d'un employé de bureau lambda. Un matin, il se rend compte que son voisin entend ce qu'il pense, puis un quidam dans le bus, puis sa mère, à des kilomètres de là... Hervé est devenu une sorte d'open-source à sens unique, un télépathe inversé dans lequel six milliards d'êtres humains lisent à livre ouvert... Le cauchemar peut commencer.Lewis Trondheim, grand prix d'Angoulême 2006, réinventeur de la bande dessinée autobiographique et sous contraintes ("Lapinot et les carottes de Patagonie", "Approximativement", "Les Trois chemins", "BludZee"...) lance un défi à Matthieu Bonhomme, dessinateur salué pour ses grandes fresques historiques ("Le Marquis d'Anaon", "Esteban", "Messire Guillaume"...). Le résultat est une étonnante comédie burlesque contemporaine.

  • Architecte majeur du XXe siècle, Le Corbusier a imprimé durablement sa marque sur le design, l'architecture et l'urbanisme modernes, à travers de nombreuses réalisations internationalement reconnues, comme la Villa Savoye à côté de Paris ou encore la Cité radieuse à Marseille. Chantre de l'habitat rationnel, il a conçu également une ligne de meubles au design fonctionnel avec Charlotte Perriand, qui fait aujourd'hui référence.
    Les Éditions Dupuis, en partenariat avec la Cité de l'Architecture et la Fondation Le Corbusier, lui rendent hommage à travers cet album de bande dessinée documentaire et pédagogique. Un dossier illustré de nombreux documents photographiques accompagne le récit dessiné, qui revient sur les quinze dernières années de sa vie. Un récit scénarisé par Jean-Marc Thévenet, connu des bédéphiles pour son implication, des années durant, au sein du Festival International de la Bande dessinée d'Angoulême, lui-même commissaire de l'exposition « Architecture et Bande dessinée » programmée à la Cité de l'Architecture de juin à octobre 2010.

  • Contes de magie et de sorcellerieÀ la campagne, dans une région retirée telle que l'Ardenne, le décor est propice aux phénomènes paranormaux que d'aucuns appellent "sorcellerie". Avec La Tchalette, Servais nous propose neuf récits courts où, toujours, la magie vient poindre le bout de son museau (de loup, de chat...) pour jouer des tours aux humains, des tours tantôt bienveillants, tantôt malveillants. Neuf récits fantastiques où fées, lutins, sorciers et démons hantent le quotidien des hommes.

  • Amour médiévalIsabelle de Linnières n'aime rien tant que vagabonder dans la nature en rêvant du grand amour. Celui-ci lui apparaît un jour sous les traits de Quentin, troubadour sans attaches et braconnier. Mais leur amour est impossible : Isabelle, fille de seigneur, est promise au seigneur Ansiau de Montjoie. C'est sans compter avec la fée du lac, qui décide de s'en mêler, pour leur bonheur... ou leur malheur.

  • Amour sans retourSous l'Occupation, des enfants juifs sont recueillis par des scouts au château de Jamoigne. Là, sous des noms d'emprunt, ils coulent des jours paisibles, loin de la fureur allemande. L'un de ces enfants, Sylvain, tombe amoureux fou de Pauline, la lavandière du château. Mais belle, insouciante, enjouée comme peuvent l'être les filles de vingt ans, Pauline n'a d'yeux que pour Alexandre, son amant. Dès lors, la vie de Pauline, comme celle de Sylvain, va basculer...

  • La Maraudeuse des coeursMarilou est venue d'où vient la route. Elle est entrée dans la vie de Godefroid, un jour d'orage, en frappant à sa porte. L'aubergiste l'a accueillie comme serveuse, la jeune fille l'a pris pour mari. Marilou vivait d'expédients, promise à toutes les aventures. De son passé de maraudeuse, elle a gardé l'esprit libre et le coeur vagabond. Quand elle s'offre à Petrus, le pompiste, c'est parce qu'elle a trop d'amour à donner et que son mari ne lui suffit plus. Mais quand le corps de l'amant est découvert sans vie, le crâne fracassé, c'est tout naturellement Godefroid que l'on accuse et que la justice emmène loin de Marilou. Pourtant, nombreux sont les clients de l'auberge qui auraient été prêts à tout pour avoir la femme du patron pour eux seuls. À travers le personnage de Marilou, Jean-Claude Servais dresse le portrait d'une jeune fille libre, sans contraintes, d'une enfant vagabonde devenue femme, et qui préfère toujours donner que recevoir. Une femme à l'écoute de ses sentiments, guidés par eux, dont la pureté de l'âme est loin, très loin de l'étroitesse d'esprit de certaines personnes qu'elle côtoie. Une histoire où amour et jalousie se livrent un combat à couteaux tirés. Une histoire humaine, tout simplement.

  • Sentiments controversésRobert et Marie-Astrid. Lui, bûcheron illettré, solitaire et taiseux, a poussé en liberté comme une herbe folle. Elle, citadine frivole, arriviste et délurée, fut la maîtresse d'un notaire qui lui abandonna une partie de sa fortune. Lui, jeune encore, elle, déjà vieillissante, vingt-cinq ans d'écart. Tout les séparait. Ils s'épousèrent pourtant, s'aimèrent peut-être... Lorsque Marie-Astrid disparut, sans laisser de traces, on accusa naturellement Robert de l'avoir tuée et d'avoir escamoté le corps. Coupable? Innocent?...Avec l'édition intégrale de "La Hache et le fusil" est entrepris un programme de réédition en six volumes des douze tomes déjà parus de "La Mémoire des arbres". Les récits déclinés initialement sous forme de diptyques seront réédités dans une nouvelle présentation grand format proposant un récit complet par volume.

  • Qu'un petit garçon essaie d'embrasser une petite fille, cela n'a normalement rien de dramatique. Et que la petite fille se dérobe et envoie balader son petit camarade, c'est suffisamment banal pour rester un épisode parmi tant d'autres dans les chroniques d'une enfance ordinaire. Mais si la scène se passe pendant la projection d'un film de propagande, à l'école, dans une République socialiste, bien des années avant que le Mur ne fasse mine de se fissurer, tous les ingrédients sont réunis pour que cela vire au drame... C'est ce que racontent Marzena Sowa et Sandrine Revel au fil de ce roman graphique humain et sensible.

    À travers l'histoire de ces deux enfants, c'est le mode de fonctionnement d'une société rongée par la paranoïa et l'obsession du contrôle qui est passé au crible. Une société où tous les gestes, même les plus infimes et les plus innocents de la vie quotidienne, peuvent vous plonger dans les pires ennuis, dès lors que la chaîne fatale de la surveillance, de la dénonciation et du chantage se met en marche.Le récit est complété de pages documentaires sur les repérages de Sandrine Revel et Marzena Sowa en Pologne.

    Après Marzi, Marzena Sowa signe son premier récit non autobiographique, auquel Sandrine Revel apporte une extraordinaire sensibilité graphique, puisant aux sources de Winsor Mc Cay, comme chez Sylvain Savoia. On retrouve dans N'embrassez pas qui vous voulez cette acuité du regard et cette justesse d'observation qui ont valu à Marzi le succès que l'on sait.

  • Sur les chemins du malGilles et Angèle.?Pour gagner son amour, elle est prête à tout, même au pire.?Pour accomplir son destin de brigand, il est prêt au pire, mais sans elle. Dès lors, l'Égorgeur blond, comme on le surnommera bientôt, va écumer la campagne, volant, pillant, massacrant dans un rire effrayant. Dès lors, la Belle Coquetière, comme on l'appellera plus tard, offrira son corps aux fermiers isolés pour mieux les dépouiller. D'errances en violences, leurs chemins vont se croiser, pour le malheur de tous. Se rejoindront-ils enfin ?...

  • Amour et contrebandeVictor et Hélène. La forêt ardennaise retentit de leurs soupirs et de leurs rires complices, tandis que dans une maison frontalière des femmes dégrafent leur corsage pour y dissimuler du café de contrebande. Hélène et Victor. Amants liés par un brûlant amour et figures de proue de ce petit monde de trafiquants. Tenaces et sans scrupules, les douaniers, les "noirs" comme ils sont appelés, s'excitent et cherchent inlassablement le moyen de poser leurs grosses pattes policières sur ces "seins de café" interlopes...Ce récit décliné initialement sous forme de diptyques est réédité dans une nouvelle présentation grand format proposant le récit complet en un seul volume.

  • Deux auteurs de bande dessinée peuvent-ils survivre dans la jungle ? Partis quelques jours en pleine forêt guyanaise avec deux copains baroudeurs, Joub et Nicoby font leur retour aux sources. Chasse, bivouac, cueillette, excursions et trouille bleue s'inscrivent au programme de ce reportage qui conduit nos deux auteurs au coeur d'une nature certes exubérante (et non sans danger pour le distrait), mais aussi de plus en plus menacée par l'homme et son exploitation déraisonnée des ressources.

    Au cours de leurs pérégrinations, racontées avec humour, Joub et Nicoby apprennent à connaître les bruits de la nuit dans la jungle, mais se trouvent aussi confrontés à des réalités dérangeantes, telles que l'extraction clandestine d'or dans une zone censément protégée, mais qui est en fait gangrénée par un trafic dont les hommes sont les premières victimes. Un récit complexe, traversé de problématiques très actuelles sur le statut de la vie sauvage dans un monde moderne qui lui laisse de moins en moins de place, et magnifié par la beauté de paysages saisis sur le vif.

  • Lorsqu'elle se découvre enceinte, Magda décide de traverser le Maroc pour rejoindre l'homme qu'elle aime, et choisir avec lui quelle sera leur vie future. À ses pas s'attachent ceux d'une inconnue, une toute jeune fille apparemment perdue, qu'elle a recueillie une première fois, et qu'elle retrouve, contre toute attente, sur la route. De l'énigmatique présence de cette jeune fille sourd une angoisse de plus en plus palpable, et de plus en plus étouffante pour Magda. Elle-même aux prises avec les fantômes d'une existence dont elle ne parvient plus à saisir les rênes, elle ne comprend pas ce que lui veut cette fille, qui la suit comme une ombre. De leur confrontation naîtront les réponses aux questions que se pose Magda.
    Avec ce magnifique "road-BD", Daphné Collignon signe une oeuvre singulière, introspective et envoûtante, qui offre une variation très personnelle autour du thème de "La Petite Sirène" d'Andersen, quelque part entre "Paris, Texas" (de W. Wenders, Palme d'or en 1984) et "Portugal" de Cyril Pedrosa.

  • Jean-Pierre rêve de rencontrer des femmes. Malheureusement, Jean-Pierre est aussi d'une timidité maladive. Incapable d'en aborder une, il perd tous ses moyens quand l'une d'elles s'approche. Et il doit en plus subir les commentaires de ses amis et les conseils de sa mère. Pour sortir de cette situation, il élabore une technique de rencontre compatible avec sa timidité : il glisse dans les poches des femmes qui lui plaisent des petits mots leur proposant de le rencontrer. Et ça marche. Mais maintenant qu'il fait des rencontres, il va lui falloir choisir. Et être choisi ! Grégory Mardon nous offre ici un album sensible et drôle qui, après Les Poils et C'est comment qu'on freine ?, vient compléter et conclure avec brio sa trilogie de "l'extravagante comédie du quotidien".

  • Gladys aime Fabrice, qui aime Gladys, laquelle jamais ne le trompera. Elle en est sûre, et d'ailleurs Fabrice aussi, elle le lui répète suffisamment pour qu'il n'ait aucun doute là-dessus. Tout est parfait : une vie de couple harmonieuse, une fidélité en béton armé, un enfant charmant, un boulot pour chacun. Pourtant, Fabrice se dit parfois qu'un peu d'inattendu ne leur ferait pas de mal. Alors, pour pimenter leur vie de couple, il a une idée : lui qui est si velu, il va se raser la barbe, la tête, le torse, bref faire quelque chose d'un peu radical, pour surprendre Gladys. Et ça marche. Passé le premier mouvement de stupéfaction, elle est ravie. Un peu troublée, sans doute... Très troublée, en fait. Comme si cela avait réveillé en elle quelque chose d'enfoui qui, petit à petit, viendrait perturber sa ritournelle de l'amour conjugal... Une comédie de moeurs de Grégory Mardon qui interroge, avec une légèreté teintée de gravité, la résistance du couple aux assauts répétés du quotidien.

  • Cyril, la trentaine séduisante et fêtarde prend la vie comme elle vient, sans penser au lendemain. Jusqu'au jour où il apprend coup sur coup que sa petite amie est enceinte et que son père est hospitalisé suite à un infarctus. L'atterrissage forcé, plutôt brutal, oblige Cyril à voir les choses sous un angle nouveau. Plus moyen de se dérober face aux questions que pose, chaque jour, l'existence, et auxquelles on peut faire semblant de n'avoir pas le temps de répondre tant que l'urgence n'est pas là. Un récit touchant et drôle de Grégory Mardon, qui continue d'explorer, avec ce deuxième tableau de son "extravagante comédie du quotidien", la manière dont prennent sens les mille et un petits riens de l'existence lorsque la fragilité de la vie se rappelle à notre bon souvenir.

  • Belles, tristes, drôles, essentielles, fantasmées, achevées, violentes, inattendues, romantiques, physiques, acharnées, idiotes, ratées, magnifiques, répétées, terminées, douces, oubliées, rabâchées, superficielles ou réussies...
    Les histoires d'amour finissent mal en général. En général.


    15 nouvelles en bande dessinées pour se souvenir, frémir, sourire et rire.

  • Hubert Mounier, connu sous le pseudo Cleet Boris, ex-chanteur de l'emblématique groupe de rock français "L'affaire Louis' Trio", a tenu le journal dessiné de la gestation de son disque solo "La Maison de pain d'épice". Souvent drôle, parfois grave et toujours sincère, Hubert Mounier livre, dans ce Journal empreint d'une grande humanité, le témoignage intime des doutes et des joies qui ont accompagné la naissance de son nouveau disque.

empty