Entreprise, économie & droit

  • Nous comptons, actuellement, en agriculture, environ 140 à 150 000 sociétés, toutes formes juridiques confondues ! Le monde agricole a appris à les maîtriser pour se regrouper, s'adapter et développer d'autres activités.
    L'auteur décrit et compare les différentes organisations sociétaires de d'exploitation agricole en prenant en compte les réformes juridiques le plus récentes :
    les sociétés foncières (GFA, GFR et groupements forestiers) permettant d'assurer la propriété et la gestion partagée du capital, la pérennité de sa possession facilitant, également, sa transmission ;
    les sociétés de gestion de l'entreprise agricole (SCEA, EARL, GAEC, société d'assolement en commun) permettant d'organiser sa viabilité, son fonctionnement et son adaptation avec la recherche d'une certaine efficacité par le regroupement du travail ou bien l'association travail-capital ;
    les sociétés commerciales (GIE, SNC, SARL, SAS) assurant l'organisation de la vente des produits fermiers, la mise en place de circuits courts, la réalisation de services ou de prestations débordant le cadre de l'activité agricole pour rejoindre celui de la ruralité.
    De plus, l'ouvrage aborde également, dans un chapitre, le phénomène récent des groupes de sociétés réunissant les trois éléments clés de l'entreprise agricole : le foncier, support de l'activité, la production agricole et sa commercialisation, à travers la présentation et l'étude des sociétés holdings. Enfin, l'auteur propose : d'une part, une méthode d'aide à la décision quant au choix de la forme sociétaire la plus appropriée en fonction des réalités et des contraintes rencontrées ; d'autre part, des formules types facilitant la mise en place de ces schémas sociétaires tout en attirant l'attention du lecteur sur les points essentiels à ne pas omettre.

  • Les prix des matières premières agricoles fluctuent et cela génère des risques importants pour les entreprises. Les marchés à terme offrent de solides outils pour gérer ces risques et garantir la pérennité des entreprises.
    Comment apprendre à maîtriser l'ensemble des données et des critères pour prendre de bonnes décisions ? Des producteurs aux consommateurs de matière première en passant par les organismes stockeurs, les industriels et la grande distribution : tous sont concernés. Ce guide est destiné à l'ensemble des acteurs des filières pour leur permettre d'établir la meilleure stratégie commerciale possible en fonction de leurs objectifs.
    Ils y trouveront :
    la formation d'un prix sur un marché à un instant donné et ses fluctuations selon l'offre et la demande ;
    le mode d'emploi pour utiliser les contrats à terme afin de gérer son risque de volatilité des prix, l'utilisation des options d'achat et les options de vente ;
    le fonctionnement d'un marché à terme, le rôle de ses différentes institutions, les types d'opérateurs et les types d'ordre, l'organisation de la garantie de bonne fin de transactions et la comptabilisation des positions à terme ;
    les différentes stratégies de couverture du risque de prix ;
    les facteurs clés de succès d'un contrat à terme.
    La grande force de cet ouvrage est d'être illustré par des études de cas, des tableaux chiffrés et des illustrations graphiques qui permettent de comprendre plus facilement des concepts pointus. Cela rend ce guide de référence très pratique.

  • Avec plus de 900 000 équidés (chevaux mais également les ânes), la France dispose de l´un des plus importants cheptels d´Europe. La filière équine (élevage, courses, équitation...) représente un secteur dynamique de l´économie, avec près de 50 000 emplois directs. Les sports équestres connaissent un développement spectaculaire. La Fédération française d´équitation regroupe, en 2012, 700 000 licenciés pratiquant dans plus de 8 000 clubs affiliés, ce qui en fait la 3e fédération sportive française.
    Le cheval et ses usages occupent aujourd´hui une place importante dans notre société. Les activités hippiques se « judiciarisent » beaucoup et rapidement. Cet encadrement juridique intéresse non seulement les professionnels qui y travaillent mais également les propriétaires de chevaux et les cavaliers.
    Cet ouvrage, complet et accessible, permet aux acteurs de la filière de gérer leur activité en connaissance des nombreux textes français, communautaires et internationaux, mais également de la jurisprudence qui s´y rapporte. Il présente les activités hippiques, qu´il s´agisse d´équitation, d´élevage, de courses, de randonnées, de commerce, etc., dans leurs divers aspects juridiques (droit civil, fiscal, social, administratif et pénal) et comporte des modèles de contrats.

  • Extrait
    Il est important de bien comprendre les chiffres de mon exploitation (résultats comptables) afin d’être mieux outillé pour prendre mes décisions. C’est à la base de la réussite de la gestion de mon exploitation. Il faut d’abord bien connaître son exploitation pour être capable de bien la gérer.
    Gérer une exploitation est comme conduire une auto, pour arriver où je le désire sans encombre il faut que je détermine où je veux aller (voir Chapitre 11), que je dispose de toutes les informations (tableau de bord) et que je comprenne ces informations pour prendre les bonnes décisions au bon moment.
    Conduire sans regarder de temps en temps mon tableau de bord est vraiment dangereux, ne serait-ce que pour savoir à quelle vitesse je roule et pour être alerté au plus vite que mon moteur surchauffe (voyant rouge). Mais il faut aussi que je sois capable de comprendre les informations fournies par mon tableau de bord. Si je ne sais ce que veut dire le voyant rouge qui s’allume, cette information ne sert à rien.
    Pour mon exploitation, la base de mon tableau de bord est la comptabilité (qui peut, très avantageusement, être complétée par des données techniques).
    Comprendre les résultats de la comptabilité de mon exploitation va m’aider à maîtriser le fonctionnement de mon exploitation afin de l’orienter vers les résultats que j’espère. Cela évite de subir les conséquences de la vie de mon exploitation que je ne maîtrise pas et d’essayer de m’ajuster comme je peux. On peut résumer cette vision par « l’exploitation au service de l’agriculteur plutôt que l’agriculteur au service de l’exploitation ».
    Heureusement, le nombre de données vraiment utiles est assez limité. On peut avoir un tableau de bord assez simple qui va permettre de bien comprendre ce qui se passe dans une exploitation. Nous allons d’abord mettre en évidence la logique des différents chiffres d’une comptabilité et des différents documents comptables pour ensuite retenir les principaux résultats qui peuvent constituer un tableau de bord simple et efficace.



  • La PAC est née dans les années d´après-guerre, comme une réponse stratégique pour assurer la sécurité alimentaire dans un espace commun. Cette politique supranationale a fait preuve d´une remarquable longévité. Les enjeux ainsi que le contexte politique et institutionnel ont considérablement évolué depuis les origines. Le traité de Rome en 1957 fixe les objectifs de cette politique et met en place la première OCM, instrument phare de la PAC, en 1962. Puis d´importantes réformes vont se succéder afin de répondre à de nouveaux enjeux :
    La première répond aux besoins de connaissances essentielles en agronomie et instaure des quotas laitiers en 1984 ;
    Réformes de 1992, 1999 et 2003 pour s´adapter aux contraintes des négociations commerciales internationales tout en promouvant le développement rural ;
    Bilan de santé de la PAC en 2008 pour mieux prendre en compte la diversité des agricultures européennes et rééquilibrer les soutiens, notamment vers les productions animales.
    En 2011, une nouvelle réforme est envisagée pour relever de nouveaux défis : adaptation au changement climatique, protection de l´environnement, sécurité alimentaire et compétitivité du secteur agricole. Les discussions devraient conduire à un accord entre les États membres de l´UE en 2013 pour une nouvelle PAC en 2014.

  • Le tourisme rural, outre le plaisir de se ressourcer à la campagne qu´il offre aux citadins, répond à deux nécessités et à deux enjeux :
    Entretenir le patrimoine collectif qu´est le milieu rural, permettre une reconversion ou une diversification de certains ruraux vers des activités nouvelles.
    Mais se lancer dans le développement d´une activité de tourisme rural n´est pas simple. La concurrence est rude et le porteur de projet doit se poser les bonnes questions :
    Comment valoriser et utiliser la structure de départ ?
    Comment étudier le désir des clients potentiels de façon objective et rigoureuse ?
    Comment adapter son offre en fonction des différents modes de séjours ?
    Ce guide pratique dresse le panorama de l´offre existante :
    Hébergements, restauration, loisirs... et des richesses du tourisme rural ;
    Vous présente les caractéristiques du marché et vous aide à connaître vos clientèles ;
    Vous propose, si vous avez un projet, d´évaluer sa faisabilité et sa rentabilité.
    Si vous possédez déjà votre structure, il vous donne des conseils de gestion ;
    Vous conseille sur la communication, la promotion et la commercialisation. Internet y tient une grande place ;
    Vous informe sur tous les dispositions réglementaires du tourisme : assurances, urbanisme, sécurité, diplômes, règles commerciales et associatives ;
    Vous aide à comprendre les statuts juridiques et fiscaux qui conditionnent vos prestations sociales et vos différentes impositions ;
    Vous présente une centaine de structures institutionnelles et associatives qui seront vos partenaires dans la création et la gestion de votre structure touristique.

empty