FeniXX réédition numérique (Éditions La Farandole)

  • La cité d'Aubusson est tout agitée. On attend dans peu de semaines la visite d'Henri IV. Les magistrats de la ville ont désigné deux jeunes artisans pour offrir au roi des tapisseries sorties de leurs mains, cadeau qui traduira l'activité et le goût d'Aubusson. Or, voici que l'un des deux jeunes tapissiers, Jean Parizet, artiste de grand talent, rêveur, imaginatif, épris de son métier, disparaît un beau soir sans laisser de trace. Son concurrent, garçon plus renfermé, sait-il quelque chose ? Se réjouit-il de voir son rival écarté ? C'est un compagnon plus âgé, dont Parizet est l'élève, qui finit par relever des indices indiquant la piste à suivre. Il se met en campagne avec quelques autres amis du disparu, qui ne craignent pas le risque et osent défier un certain baron, lequel ne paraît pas étranger à cette affaire... Retrouveront-ils Jean Parizet à temps ?

  • De Nicolette Montfort sa mère disait : « Elle est assommante. Dire que quand nous avions la grippe, c'était un ange ! Il lui faut de gros embêtements pour se montrer à la hauteur... » Son père, lui, écrivait : « Elle est en or, la fille, malgré quelques idées saugrenues. » Son frère, Bernard, la traitait de courge, mais lorsque Nicolette souffrit vraiment, il sut comment lui parler. Pour ce qui est de ses vieux copains de l'immeuble, ils éprouvaient pour Nicolette une solide affection cachée sous des allures négligentes. Pierrot avait eu l'idée du paravent, Guitou, avec ses inventions mirobolantes, la faisait rire et l'irritait en même temps. Quant aux filles Siroux, ce qu'elles pensaient de Nicolette - rien de bon sans doute - n'avait guère d'importance : on les tenait pour quantité négligeable. C'est le séduisant et déconcertant Daniel-Paul, avec sa grosse voiture et ses entrées dans les studios de télévision, qui décréta que Nicolette, tout simplement, avait du génie... C'était trop beau pour durer...

  • Par un beau jour de mai 1358, alors qu'il admirait Paris du haut de la tour de Saint-Séverin, Colin, fils de Maître François Lantier, l'enlumineur, a fait connaissance de façon imprévue d'un homme au visage rude et franc, vêtu d'un hoqueton de daim. Audry, le bûcheron, est envoyé par une troupe de proscrits, pour solliciter l'aide d'Étienne Marcel, prévôt des marchands, lequel soutient les bourgeois de Paris contre le dauphin Charles. Alors que le capitaine des archers du guet, Gaultier Malleraie, attaque Audry en traître, une flèche tirée par Colin Lantier renverse le soudard. Audry est sauvé. Étienne Marcel lui promet son aide, mais Colin doit s'enfuir avec le hors-la-loi. Ce passionnant récit retrace les aventures d'un garçon à l'âme ardente, d'abord au travers des rues enchevêtrées du Paris du XIVe siècle, puis dans les campagnes ravagées par les armées anglaises, écrasées de tailles et d'impôts. Colin devient le frère d'armes des « Jacques », conduits par le bon Guillaume Carle. Messire Gaultier le poursuit de sa vengeance et ce sont alors des péripéties dramatiques qui nous mènent du Petit-Châtelet à la cour du dauphin, du château de Cires aux grandes forêts touffues du Beauvaisis. Colin connaîtra de grands périls et il n'en réchappera que grâce à l'habilité et au dévouement de ses compagnons. Mais toujours le jeune garçon gardera son enthousiasme, sa générosité et sa gaieté. (10 à 14 ans)

empty