FeniXX réédition numérique (L'Ancre de marine)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • D'embruns et de sel, de vents glacés et de lames traîtresses, s'écrivent les pages de ce livre. D'héroïsme aussi, avec des hommes extraordinaires, qui arrachent à la mer insatiable son lot de naufragés. Ni les mugissements furieux de la tempête, ni les vagues monstrueuses, ne les empêchent de répondre à l'appel de détresse. Ils sont de Bretagne ou du Nord, d'Atlantique ou de Manche, et leur histoire est fabuleuse. Voici ceux de l'île d'Yeu, flagellés par la mer, les jambes pétrifiées, mais dont les mains aux doigts ensanglantés se crispent sur les avirons. Voici les Delannoy, de Calais. Jean, le père François, le frère dont le tricot de laine est constellé de trente médailles ; Maurice, le fils et, pour ces trois-là, des centaines de vies humaines arrachées à la mort. D'autres encore. Ils sont tant et tant, dont la modestie est à la mesure du courage. Le sémaphore a hissé le pavillon noir, alors les canotiers de Molène - méprisant les lames furieuses, les courants sournois, les grains cinglants - tournent à la recherche des naufragés. À la barre, le patron Delarue, aux cinquante ans de services, qui a dirigé ou pris part à 92 sorties de sauvetage et sauvé quelques 335 personnes. Hymne au courage tranquille et à l'héroïsme quotidien, voici la grande histoire des sauveteurs de la mer. Tout est ici authentique, et jamais on n'avait conté aussi superbement leurs fascinantes aventures.

  • D'embruns et de sel, de vents glacés et de lames traîtresses, s'écrivent les pages de ce livre. D'héroïsme aussi, avec des hommes extraordinaires, qui arrachent à la mer insatiable son lot de naufragés. Ni les mugissements furieux de la tempête, ni les vagues monstrueuses, ne les empêchent de répondre à l'appel de détresse. Ils sont de Bretagne ou du Nord, d'Atlantique ou de Manche, et leur histoire est fabuleuse. Voici ceux de l'île d'Yeu, flagellés par la mer, les jambes pétrifiées, mais dont les mains aux doigts ensanglantés se crispent sur les avirons. Voici les Delannoy, de Calais. Jean, le père François, le frère dont le tricot de laine est constellé de trente médailles ; Maurice, le fils et, pour ces trois-là, des centaines de vies humaines arrachées à la mort. D'autres encore. Ils sont tant et tant, dont la modestie est à la mesure du courage. Le sémaphore a hissé le pavillon noir, alors les canotiers de Molène - méprisant les lames furieuses, les courants sournois, les grains cinglants - tournent à la recherche des naufragés. À la barre, le patron Delarue, aux cinquante ans de services, qui a dirigé ou pris part à 92 sorties de sauvetage et sauvé quelques 335 personnes. Hymne au courage tranquille et à l'héroïsme quotidien, voici la grande histoire des sauveteurs de la mer. Tout est ici authentique, et jamais on n'avait conté aussi superbement leurs fascinantes aventures.

  • Le vent et la mer, cette nuit là, ne forment plus qu'une seule force... Le trois-mâts barque La Vendée taille sa route, derrière l'inquiétante beauté de sa figure de proue, au ventre humide, aux seins nus, au regard étrangement vide... Cette nuit là, la figure de proue emporte vers leur destin trois matelots, trois frères, trois copains... Ainsi s'ouvre le beau, le puissant, le sombre chef-d'oeuvre de Gilbert Dupé. La mer, l'amour, la mort dansent leur ballet autour de la figure de proue, symbole de cette femme idéale qui, pour les marins, pour les hommes, peut s'incarner dans plusieurs corps, briller dans plusieurs âmes, prendre le visage du vice ou de la vertu. Dans une langue très pure, classique, somptueuse, Gilbert Dupé nous emmène dans le sillage de François Martineau, simple matelot vendéen, aux prises avec les éternels mystères de la vie que sont l'amour, la passion, l'amitié et le courage. Un livre dur, poignant, superbe.

  • Le vent et la mer, cette nuit là, ne forment plus qu'une seule force... Le trois-mâts barque La Vendée taille sa route, derrière l'inquiétante beauté de sa figure de proue, au ventre humide, aux seins nus, au regard étrangement vide... Cette nuit là, la figure de proue emporte vers leur destin trois matelots, trois frères, trois copains... Ainsi s'ouvre le beau, le puissant, le sombre chef-d'oeuvre de Gilbert Dupé. La mer, l'amour, la mort dansent leur ballet autour de la figure de proue, symbole de cette femme idéale qui, pour les marins, pour les hommes, peut s'incarner dans plusieurs corps, briller dans plusieurs âmes, prendre le visage du vice ou de la vertu. Dans une langue très pure, classique, somptueuse, Gilbert Dupé nous emmène dans le sillage de François Martineau, simple matelot vendéen, aux prises avec les éternels mystères de la vie que sont l'amour, la passion, l'amitié et le courage. Un livre dur, poignant, superbe.

  • Au XVIIIe siècle, au sud de la Bretagne, les salines couvrent presque en totalité la presqu'île guérandaise. Les paludiers, qui produisent le sel, sont soumis à la convoitise des autorités et subissent l'impôt exécré, la Gabelle. Ils doivent tout livrer aux magasins des Fermiers généraux, qui achètent le sel après en avoir eux-mêmes fixé le prix. Ces derniers le revendent au nom du Roi, en y ajoutant des taxes qui en quadruplent le coût. C'est pourquoi certains Guérandais - les faux sauniers - choisissent d'aller vendre une partie de leur sel en contrebande, jusqu'en Anjou. Au pas tranquille de leur mule, voyageant de nuit par des chemins secrets, cachés pendant le jour chez des paysans complices, ils défient les Gabelous. Il y faut du courage, car ceux que l'on prend sont condamnés aux galères. Il en va ainsi de Pierre Lehuédé, dont la peine de dix ans de galères équivaut à un arrêt de mort. À Marseille, enchaîné au banc de nage, il lui faut ramer avec les forçats sous le fouet du chef de chiourme. La promiscuité, la vermine, la nourriture infecte que l'on dispute aux rats, les bastonnades à mort pour la moindre faute, vont devenir son lot quotidien. Dans l'horreur des galères, Lehuédé donne la mesure de son extraordinaire courage. Sous les coups et la mitraille, il va jusqu'au bout de ses forces dans les combats contre les pirates barbaresques, qui mènent des raids sauvages et meurtriers sur nos côtes. Guidé par un fol espoir, celui de s'évader, de quitter à jamais cette horde de damnés que sont les galériens du Roi. C'est alors que la mort hideuse s'abat sur Marseille, avec l'effroyable épidémie de peste venue du Levant. Terrifiante et sublime aventure, hymne à la liberté et au courage, le superbe ouvrage de Jean Laîné fascinera ses lecteurs.

  • Au XVIIIe siècle, au sud de la Bretagne, les salines couvrent presque en totalité la presqu'île guérandaise. Les paludiers, qui produisent le sel, sont soumis à la convoitise des autorités et subissent l'impôt exécré, la Gabelle. Ils doivent tout livrer aux magasins des Fermiers généraux, qui achètent le sel après en avoir eux-mêmes fixé le prix. Ces derniers le revendent au nom du Roi, en y ajoutant des taxes qui en quadruplent le coût. C'est pourquoi certains Guérandais - les faux sauniers - choisissent d'aller vendre une partie de leur sel en contrebande, jusqu'en Anjou. Au pas tranquille de leur mule, voyageant de nuit par des chemins secrets, cachés pendant le jour chez des paysans complices, ils défient les Gabelous. Il y faut du courage, car ceux que l'on prend sont condamnés aux galères. Il en va ainsi de Pierre Lehuédé, dont la peine de dix ans de galères équivaut à un arrêt de mort. À Marseille, enchaîné au banc de nage, il lui faut ramer avec les forçats sous le fouet du chef de chiourme. La promiscuité, la vermine, la nourriture infecte que l'on dispute aux rats, les bastonnades à mort pour la moindre faute, vont devenir son lot quotidien. Dans l'horreur des galères, Lehuédé donne la mesure de son extraordinaire courage. Sous les coups et la mitraille, il va jusqu'au bout de ses forces dans les combats contre les pirates barbaresques, qui mènent des raids sauvages et meurtriers sur nos côtes. Guidé par un fol espoir, celui de s'évader, de quitter à jamais cette horde de damnés que sont les galériens du Roi. C'est alors que la mort hideuse s'abat sur Marseille, avec l'effroyable épidémie de peste venue du Levant. Terrifiante et sublime aventure, hymne à la liberté et au courage, le superbe ouvrage de Jean Laîné fascinera ses lecteurs.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Une documentation illustrée sur des métiers ou activités insolites ou disparus.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Des personnages extraordinaires traversent cette histoire fantastique, dans une Bretagne envoûtante et mystérieuse.

  • La caresse des alizés ou la fortune de mer avivent encore la passion charnelle du marin pour son navire. Rien ne semble les séparer. Pourtant Maria, la Métisse, sera l'envoyée du destin jusqu'à la tragédie.

  • La mer n'est pas un désert aride, elle est source de vie et de jouissance, et le bateau est ce potentiel de liberté, de conquête ou de fuite qui fait rêver. Sur le pont d'un voilier, l'homme peut être écrasé de soleil, lavé d'embruns ou brûlé de sel, mais la griserie est sans égale du yacht glissant dans l'alizé. Voici l'extraordinaire aventure d'un bateau, de l'océan aux multiples visages. Petit voilier gréé en ketch, Betelgeuse met le cap sur les côtes d'Afrique avec, à son bord, un équipage insolite que des motifs différents - sinon contradictoires - ont conduit à embarquer et à vivre en commun dans cet espace réduit. Ils sont trois qui s'en vont vers leur destin. Norbert le skipper, véritable navigateur au visage marqué par les bourrasques de la vie. Sa jeune femme, la belle et troublante Enola, dont les yeux en amande ont la couleur gris perle de la mer sous le soleil. Et puis il y a Guy-Louis, l'adolescent breton épris d'absolu, qui rêve d'échapper à la grisaille des villes et à la perspective d'une existence sans passé. Que cherche Norbert ? Il laisse derrière lui la route des alizés et prend le risque d'affronter les calmes plats du Pot au noir. Vers quel mirage ? Sur l'immensité de l'océan, le frêle esquif se traîne et la soif implacable assaille ses passagers. Est-ce le glas de la mer qui tinte dans la nuit ? Vers l'Afrique du Sud, l'hiver austral et les quarantièmes rugissants, le voilier taille sa route. Le temps est venu de la peur, maintenant que dans sa coque rouillée Bételgeuse recèle son secret. Celui pour lequel Norbert poursuit son défi insensé et met le cap sur l'Argentine. Viendra le temps de l'épouvante. Chant d'amour, hymne à la liberté, cette histoire fantastique est à la mesure de cet élément fabuleux qui l'a inspirée, la mer. À son visage, elle est aussi cruelle et tendre.

  • Le plus terrifiant des écueils entre les îles d'Ouessant et de Sein, les Bretons l'ont surnommé la Roche au Diable. Ils disent que Satan lui a donné le pouvoir d'attirer les bateaux. Malgré les avertissements, un phare sera pourtant érigé sur cet îlot maudit. Les drames vont s'y succéder.

  • La fascination de l'or, enfoui dans les profondeurs sous-marines, les rêves fous qu'il engendre et les convoitises qu'il suscite vont tisser la trame d'une aventure où l'amour et le drame vont s'enchaîner.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En ce mois d'août 1944, les bombes et les obus s'abattent sur Saint-Malo... Témoin de la tragédie, le docteur Paul Aubry décrit au jour le jour la marche des événements à la manière d'un reporter.

  • Le combat sans merci entre le capitaine d'un cargo et l'océan déchaîné.

  • Des océans de verdure, des déserts caillouteux, des lacs noyés de brume, c'est l'Irlande sauvage du XIXe siècle. Ici vit un peuple fier et mystique de paysans accablés de misère sous le joug impitoyable des grands propriétaires terriens. Chassées par la pauvreté, des familles entières émigrent pour le Nouveau Monde dans l'espoir d'une vie meilleure, et l'effroyable famine de 1847 pousse des milliers d'Irlandais vers une nouvelle terre promise. Jeune et jolie fille de Galway, Eileen O'Donogan a convaincu son père. Tous deux vont s'exiler et fuir une existence misérable, accompagnés de leurs cousins, mais les événements s'enchaînent et bouleversent le cours du destin. Ils sont deux cents émigrants à embarquer sur la Marie Sarah, véritable bateau cercueil qui lève l'ancre pour une traversée de 3 000 milles. Les larmes aux yeux mais le coeur gonflé d'espoir, ils regardent s'éloigner la terre d'Irlande. Entassés dans des entreponts puants sous la chaleur torride, ballottés par la tempête, les passagers voient avec terreur la maladie gagner peu à peu. L'épidémie s'étend et les rats affamés dévorent les moribonds, alors que le voilier maudit erre dans la brume des bancs de Terre-Neuve. Inspiré de faits réels, c'est un beau et grand livre que celui-là, et une passionnante histoire en hommage au courage de ces Irlandais qui bâtirent l'Amérique. C'est aussi un hymne à la liberté...

  • Au large de Saint-Nazaire par une nuit de décembre 1791, une effroyable tempête jette à la côte le Cousin Paul, trois-mâts du capitaine Angot en provenance des Caraïbes. Dans le mugissement du vent, le navire désemparé est en perdition et menace à tout moment de se fracasser sur les rochers. À terre, l'angoisse étreint les familles alors que le canon tonne. En ces temps troublés où la tourmente révolutionnaire voit s'affronter les hommes, le naufrage va déchaîner les passions et les rivalités. Entre Peau-Bleue, le séduisant pilote, Bournonville, le fourbe ivrogne et débauché, Perrine, la blonde servante de l'auberge et Béatrice, la belle mulâtresse fille du capitaine, le drame va éclater et bouleverser le cours du destin. Des personnages extraordinaires traversent cette superbe histoire où, dans le bruit et la fureur des éléments, s'opposent l'amour et la haine. En même temps qu'un hommage à l'héroïne des pilotes sauveteurs, le passionnant ouvrage d'Henri Dumoulin, spécialiste de l'aventure maritime, est aussi un hymne à l'Océan grandiose et redoutable.

  • Trois marins doivent convoyer vers les Antilles, Artaban, un catamaran de croisière de 38 pieds. Mais, un des membres d'équipage semble basculer dans la folie. B. Landais, écrivain et navigateur, raconte une terrible aventure, entre difficultés météorologiques et tension de tous les instants.

  • Raconte l'histoire d'un navigateur irlandais et d'une métisse au sang indien sur les rives du Rio Magdalena en Colombie.

  • L'ouvrage : Ils sont trois amoureux de la mer : Loick, Véronique et leur fils de treize ans qui décident un jour de quitter la France et de larguer les amarres pour vivre la grande aventure maritime au-delà de l'océan. À bord de Marie la Boudeuse, goélette de 18 mètres, ils vont mettre le cap sur les Antilles pour y pratiquer le charter. Mais la route est longue et semée d'embûches. Une navigation difficile et des escales tumultueuses attendent l'équipage dont l'expérience n'est pas à la mesure de l'enthousiasme. Les brisants et les hauts-fonds, la guerre civile en Casamance et les touristes agressifs transformant parfois la croisière en galère. Des personnages hauts en couleurs, des aventures où la truculence le dispute à l'humour font de cet ouvrage passionnant un extraordinaire livre d'images. La tendresse et la nostalgie y tiennent toute leur place et Marie la Boudeuse naviguera longtemps dans la mémoire collective de ceux qui embarqueront avec elle vers les rivages heureux.

  • Le mal des banlieues est aujourd'hui au centre des débats. Ce livre donne la parole à ceux qui vivent au quotidien la réalité des choses. Ils sont ainsi une dizaine d'hommes et de femmes, réunis au sein d'un atelier d'écriture, qui ont choisi d'évoquer leur quartier de la Découverte à Saint-Malo. Les histoires qu'ils racontent sont des fictions mais elles sont plus vraies que la réalité elle-même.

empty