FeniXX réédition numérique (Privat)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La grande peur du monde étudiant (et à travers lui, celle du monde intellectuel), ses refus comme ses espoirs sont au long de ces pages totalement exprimés dans un souci de sincérité absolue dont la maladresse du témoignage est parfois l'une des preuves les plus émouvantes. Hors des sentiers battus du chômage des diplômés et du mandarinat des intellectuels, les étudiants de cet « orageux mois de mai » expliquent pourquoi ils remettent en cause tout ensemble le régime de la France de leurs vingt ans, les structures de l'Université, et plus profondément encore celles d'une civilisation de consommation. « Nous refusons, disent-ils, d'être des veaux à l'engrais ».

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • De multiples raisons font qu'à notre époque l'équilibre des personnes, des couples, des familles, des groupes sociaux de toute nature, se trouve constamment mis à l'épreuve. L'insécurité, la fatigue, l'ennui, l'inquiétude - avec ses aboutissements extrêmes du « stress » et de la trop fameuse « dépression » - pèsent sur chacun dans son vécu intime et ses relations. De leur côté, les entreprises et institutions connaissent aujourd'hui, souvent, des tensions et conflits rendant difficile leur fonctionnement harmonieux. On attribue ces difficultés à notre civilisation industrielle, mais il n'est pas exclu qu'elles tiennent aussi, plus fondamentalement, à une fragilité de l'homme, dont nous avons aujourd'hui une conscience aiguë, et parfois suraiguë. En tout ceci, se manifeste une même interrogation qui concerne la santé mentale. Il est important, pour chacun de nous, à titre personnel, mais plus encore pour les travailleurs sociaux, les éducateurs, les cliniciens et les responsables exerçant leur rôle auprès d'un groupe, de mieux comprendre ce que représente la santé mentale, ses bases, ses atteintes et les possibilités de la prolonger. Tel est le but que s'est donné le professeur Paul Sivadon, dans un ouvrage d'information et de réflexion qui rendra de multiples services, à un moment où nous nous montrons de plus en plus sensibilisés au « péril mental ».

  • Ce livre est le résultat d'une recherche effectuée auprès de jeunes d'un quartier de Paris, qui ont accepté de s'exprimer au magnétophone. La grande majorité d'entre eux, qu'ils appartiennent ou non à des bandes, sont habituellement désignés comme des voyous, des délinquants, des drogués. Le but - patiemment poursuivi - a été de retrouver, à partir de situations en apparence très différentes, la manière de sentir, de réagir, les croyances et les espoirs des jeunes qui, de manière plus ou moins profonde, souffrent d'un certain nombre de manques et cherchent à échapper à une situation qu'ils n'ont pas la capacité de transformer. Lorsque les médecins, les psychologues, les spécialistes du monde judiciaire s'intéressent à ces jeunes, ils ont souvent tendance à étiqueter ou à individualiser leur cas, sans chercher les causes réelles des symptômes constatés, sans essayer de saisir leur vécu, et le sens profond de leur comportement. Ce livre s'attache à les comprendre de l'intérieur, à partir de ce qu'ils disent d'eux-mêmes et du monde, afin de dépasser les images qui les enferment, et de montrer pourquoi ils sont toujours battus dans leur tentative de trouver une insertion sociale satisfaisante. On voit ainsi l'intérêt de ces témoignages pour tous ceux - travailleurs sociaux, enseignants, psychologues, juges, médecins - qui, dans leur pratique professionnelle, sont amenés à côtoyer des jeunes. Ils apprendront à aller au-delà de la peur, et de la fascination que provoque habituellement l'évocation de ceux qu'on appelle les « loulous ».

  • Ce livre est le résultat d'une recherche effectuée auprès de jeunes d'un quartier de Paris, qui ont accepté de s'exprimer au magnétophone. La grande majorité d'entre eux, qu'ils appartiennent ou non à des bandes, sont habituellement désignés comme des voyous, des délinquants, des drogués. Le but - patiemment poursuivi - a été de retrouver, à partir de situations en apparence très différentes, la manière de sentir, de réagir, les croyances et les espoirs des jeunes qui, de manière plus ou moins profonde, souffrent d'un certain nombre de manques et cherchent à échapper à une situation qu'ils n'ont pas la capacité de transformer. Lorsque les médecins, les psychologues, les spécialistes du monde judiciaire s'intéressent à ces jeunes, ils ont souvent tendance à étiqueter ou à individualiser leur cas, sans chercher les causes réelles des symptômes constatés, sans essayer de saisir leur vécu, et le sens profond de leur comportement. Ce livre s'attache à les comprendre de l'intérieur, à partir de ce qu'ils disent d'eux-mêmes et du monde, afin de dépasser les images qui les enferment, et de montrer pourquoi ils sont toujours battus dans leur tentative de trouver une insertion sociale satisfaisante. On voit ainsi l'intérêt de ces témoignages pour tous ceux - travailleurs sociaux, enseignants, psychologues, juges, médecins - qui, dans leur pratique professionnelle, sont amenés à côtoyer des jeunes. Ils apprendront à aller au-delà de la peur, et de la fascination que provoque habituellement l'évocation de ceux qu'on appelle les « loulous ».

  • De multiples raisons font qu'à notre époque l'équilibre des personnes, des couples, des familles, des groupes sociaux de toute nature, se trouve constamment mis à l'épreuve. L'insécurité, la fatigue, l'ennui, l'inquiétude - avec ses aboutissements extrêmes du « stress » et de la trop fameuse « dépression » - pèsent sur chacun dans son vécu intime et ses relations. De leur côté, les entreprises et institutions connaissent aujourd'hui, souvent, des tensions et conflits rendant difficile leur fonctionnement harmonieux. On attribue ces difficultés à notre civilisation industrielle, mais il n'est pas exclu qu'elles tiennent aussi, plus fondamentalement, à une fragilité de l'homme, dont nous avons aujourd'hui une conscience aiguë, et parfois suraiguë. En tout ceci, se manifeste une même interrogation qui concerne la santé mentale. Il est important, pour chacun de nous, à titre personnel, mais plus encore pour les travailleurs sociaux, les éducateurs, les cliniciens et les responsables exerçant leur rôle auprès d'un groupe, de mieux comprendre ce que représente la santé mentale, ses bases, ses atteintes et les possibilités de la prolonger. Tel est le but que s'est donné le professeur Paul Sivadon, dans un ouvrage d'information et de réflexion qui rendra de multiples services, à un moment où nous nous montrons de plus en plus sensibilisés au « péril mental ».

empty