Langue française

  • À quoi sert un député européen ? Combien gagne-t-il ? Comment travaille-t-il ? Les hauts fonctionnaires de la Commission européenne ressemblent-ils à n'importe quel haut fonctionnaire ? Quelle est à Strasbourg, Bruxelles ou Luxembourg, l'influence d'un juge européen, du représentant d'un lobby, ou d'un syndicaliste ? Comment se déroule un Sommet des Douze, un conseil des ministres de la Communauté, ou une séance du Parlement ? La CEE. Voyage en Eurocratie, de Bernard Brigouleix, répond à toutes ces questions, et à bien d'autres. Car l'Europe n'est pas faite que de marathons agricoles, de controverses budgétaires, de montants compensatoires et de déclarations contradictoires. La CEE, avec 320 millions d'habitants, 12 pays et 9 langues, est une réalité à Washington, Moscou, Tokyo ou Pékin, un partenaire économique qui pourrait être puissant, s'il n'était pas, aux yeux des premiers intéressés, les Européens, un sigle brumeux non identifié. L'Europe n'est pas triste à vivre : derrière la langue de bois des spécialistes et des Eurocrates, il y a des problèmes concrets, des intérêts pas nécessairement occultes et scandaleux, des hommes passionnants et d'une diversité insoupçonnée. C'est à une telle exploration qu'invite le « Voyage en Eurocratie » de Bernard Brigouleix. Avec la certitude que l'Europe est décidément une chose trop importante et trop amusante pour être laissée, désormais, aux mains des seuls Eurocrates.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 36, quai des Orfèvres. La maison du fait divers, vrai coeur de la police, un univers de minutie, d'entêtement et de violence, lieu mal connu aux mille secrets que révèle cette vaste enquête. Mais le 36, quai des Orfèvres c'est surtout un miroir de la société d'aujourd'hui. L'archéologie l'a prouvé : on apprend souvent davantage sur une civilisation par ses déchets que par ses grimoires. Au fond les flics du quai des Orfèvres sont les véritables égoutiers de la société. Les accompagner dans leur traque incessante, découvrir leurs méthodes, c'est fouiller les poubelles de la société.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Après Lyon, le sang et l'argent, Pierre Mérindol poursuit, avec Lyon, le sang et l'encre, son voyage à l'intérieur de la ville la plus secrète de France. Une fois encore, les révélations, les surprises et les portraits à la pointe sèche sont au rendez-vous. L'encre, ce sont Jean-Charles Lignel et Robert Hersant, et « l'Affaire du Progrès de Lyon ». Le sang, la disparition de Bernard Galle, le Milieu, rejeté sur la Côte, le « retour » de Barbie. Mais Lyon, c'est encore Napoléon Bullukian, Joannès Ambre, les Mérieux, André Soulier, Raymond Barre, Charles Hernu ou le cardinal Decourtray. Destins croisés, et mêmes morceaux d'un épais rideau, dont Pierre Mérindol, une fois encore, connaît toutes les déchirures. Lyon, le sang et l'encre est le livre dont tout le monde parle avant même de l'avoir lu.

  • Etienne Dailly, vice-président du Sénat. Une belle vocation d'intermédiaire nous dit l'auteur, journaliste au Canard enchaîné, qui lève le voile sur les grandes affaires de l'intermédiaire : Boussac, Basic, Air France.

  • Chantages, documents falsifiés, mensonges... c'est selon l'auteur, l'arsenal que Nestlé a utilisé pendant 10 ans pour empêcher la révélation d'une tragédie silencieuse dont elle est accusée.

empty