Fleuve éditions (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les mémoires de Calone... Petit m. Non, Calone n'a pas encore atteint l'âge où l'on se raconte. Ces fameuses « mémoires » sont celles qu'on lui prête alors qu'il est devenu amnésique à la suite d'un attentat. Laquelle choisira-t-il ? Admettra-t-il qu'il faisait partie d'une organisation extrémiste et, que, à ce titre, il doit aller liquider un homme au sein même des services de Costes dont on lui dit qu'il est son plus mortel ennemi ? Mais Costes ne serait plus Costes s'il n'avait pas tout prévu, même et surtout l'imprévisible.

  • C'est un fait. Le succès étonnant de F.-H. Ribes découle d'un véritable exploit : celui d'avoir introduit dans le genre des situations plus ou moins fantastiques qui préfigurent le monde de demain. La Machine est en marche. Le Progrès ne pardonne pas. Mais ses héros se devaient de rester humains. Gérard Lecomte, alias KB-09, est un héros vivant, qui souffre, qui lutte et qui connaît l'échec autant que le succès. Ce n'est pas le superman stéréotypé, le robot bien huilé, bien graissé, qui fait sourire le lecteur ; c'est au contraire un homme de chair et de sang, avec sa force et ses faiblesses. Mais c'est aussi un homme libre, indépendant, capable du meilleur comme du pire, et qui domine sa peur derrière un sourire... ou un clignement d'oeil. Dans le jargon cinématographique, on dit d'un bon acteur qu'il « crève l'écran ». Gérard Lecomte, lui, « crève le papier ». Et c'est la raison de son succès !

  • Aux Antilles plus qu'ailleurs le cancer rouge gagne, et de mystérieux « chalutiers » comme partout, vont, viennent. Au hasard ou presque l'un d'eux est contrôlé : loto de mort pour cinq matelots et officiers de la Marine française. Alerte générale de la Martinique - secouée par les émeutes - à la Guadeloupe, et à une très étrange île franco-hollandaise, paradis fiscal en même temps que refuge des « mafiosi » retraités. Premier corps retrouvé, non loin justement d'une dame qui mouille le sable. Quoi de plus naturel qu'une dame-qui-fait-pipi sous les cocotiers entre France et Pays-Bas ? De plus inoffensif. (Même si elle se trouve près de 20 tonnes d'armes immergées, et si elle appartient à la terrible « Unité 14 » du G.R.U. « guébiste » ?) Un « Combat des Chefs » à l'ukrainienne débute, qui finira par le piqué apocalyptique de quatre Jaguar crachant de tous leurs canons-barillets de 30 mm.

  • Le journalisme mène partout et à tout, mais Jean-Michel Rettig pour sa part n'a récolté dans le métier que malchance, humiliations, quelques mois de bagne au Bangladesh en prime, etc. Lorsqu'il « couvre » en mai 75 la chute de Saigon, envoyé d'une grande agence, les ennuis à nouveau s'amoncellent. Et puis c'est le « scoop » que recherche tout journaliste. Un contact avec la plaque tournante clandestine des « Écoutes » à Saigon. En point d'orgue à ce double, triple jeu répugnant qu'ont mené tous les acteurs de la tragédie sans exception (17 minicassettes enregistrées aussitôt répertoriées en France « PRIORITÉ ROUGE », ultime échelon dans l'ultra-secret). Mais une « Priorité Rouge » politique, c'est invendable dans une agence de presse, juste de la dynamite à se faire sauter. Rettig, qui le comprend trop tard, fonce comme à l'habitude et finira par trouver ce qu'il a bien cherché : un choc en retour qui, de Singapour à Macao en passant par la sanglante ligne annamitique, où l'on recommence à se battre, les enverront, lui et ses deux femmes, début 1976, aux limites d'un monde d'où l'on ne revient jamais.

  • Quand Boris Dragnov, sujet soviétique, décide de changer de bord en profitant de l'Opération « Barracuda », montée par les Russes dans l'océan Indien, il ignore que tout ne sera pas aussi simple qu'il l'avait imaginé. Il suffit d'un imprévu, et son plan presque parfait est réduit à néant. A revoir de A jusqu'à Z ! Mais Boris n'a pas le choix. Il refuse en bloc tout ce qu'implique la présence du mini-submersible échoué par cinquante mètres de fond, tout près de la barrière de corail protégeant un paisible lagon de l'île Maurice. Il refuse, parce qu'il n'arrive pas à croire qu'une idéologie, quelle qu'elle soit, puisse justifier des centaines de milliers de morts en quelques secondes...

  • Faut-il que des agitateurs stipendiés sabotent le Plan de Colombo, cette généreuse entreprise internationale destinée à aider les populations sous-développées et affamées de l'Asie du Sud-Est ? Tel est le problème que les responsables doivent résoudre de toute urgence. En effet, à Ceylan, la situation empire de jour en jour. Pour Gaunce, Tamara et leurs amis, sans oublier quelques personnages de rencontre assez mystérieux, la solution est simple : se battre jusqu'au bout. C'est ce qu'ils font, sans ménager ni leur peine, ni leur sang. Ensemble, ils déploient une énergie farouche et, parfois, une sorte de férocité lucide, grâce auxquelles ils mettent à genoux d'impitoyables adversaires.

  • Un hasard tragique a voulu que Claude Rank arrivât le 16 janvier 1968 sur l'aéroport de La Aurora, au Guatemala, au moment précis où l'ami qu'il venait voir - le colonel américain Weber - était abattu sous ses yeux par des terroristes. Arrêté, interrogé, fouillé par la police guatémaltèque à la descente même du Boeing en provenance de Miami, via Cuba, il était bien près de renoncer deux heures plus tard à écrire ce récit de « politic-fiction » pour lequel pourtant il avait traversé l'Atlantique. A 14 heures, alors qu'incendies, explosions, attentats faisaient rage dans la ville, il rencontrait l'un des proches de Miss Guatemala 1959, assassinée la veille à coups de gourdin par des extrémistes. A 16 heures, il décidait d'écrire malgré tout ce roman : LE SOLDAT DE LA AURORA. C'est une femme. Diamante... Dure comme lui, résolue, implacable, pilote de chasse à vocation de kamikaze. Une femme ? Mieux. Le symbole de la guerre sans pitié que mène actuellement l'Amérique centrale contre l'arbitraire de l'injustice des trusts, mais aussi contre la monstrueuse imbécillité d'un extrémisme bien opposé, certes, au premier mais trop politisé, féroce et vain pour qu'il apporte jamais autre chose que déception, misère, corruption et anarchie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • - Attention, ça va y être... La fin de sa phrase se perdit dans un vacarme épouvantable. L'explosion, gigantesque, crevait la surface, comme un tremblement de terre d'une violence inouïe. Le sol vibra sous la jeep et la voiture dérapa brusquement dans une formidable embardée. Siang redressa in extremis, au moment où l'onde de choc frappait le véhicule à la manière d'un boulet. Lecomte se retourna, stimulé par une joie féroce. Tian-Si achevait de se détruire sous une véritable série d'explosions en chaîne. Des tonnes de matière incandescente s'élevaient au milieu d'un torrent de feu et de fumée. Un champignon se formait, montant à l'assaut du ciel couleur de plomb. En un instant, le soleil disparut, plongeant la plaine infinie dans une grisaille de cauchemar.

  • Place Walther à Bolzano, Italie du Nord, un soir d'automne... Torches grésillantes au poing, musique en tête, les Sud-Tyroliens défilent, trombones et fifres, baudriers à plumes de paon, feutres ornés de poils de chamois. Parmi eux, combien de terroristes, combien de maquisards qui, demain, feront dérailler les trains, abattront des carabiniers, dirigeront un commando de représailles Kai Ingemund, le grand Kai, leader d'un des Comités de Libération, vient d'être trouvé mort et la nouvelle court à la vitesse de la foudre. Soudain, dans le Haut-Adige, c'est presque la révolution. Assassinat politique, provocation, meurtre du C.I.A. ou des services secrets de l'Est ? Une petite Française est là, jetée en pâture par le hasard au milieu des émeutes. Elle était la maîtresse de Kai. L'a-t-elle tué ? Sinon, QUI est coupable ? Le terrorisme s'étend brutalement, pylônes abattus, voies ferrées sabotées, casernes de carabiniers, commissariats sont attaqués. Gisela, passionnée Italienne du Sud, se lance à son tour dans cette véritable guerre qui commence. Avec la Force M. elle est l'une des seules à savoir qu'au bout de cette lutte, il peut y avoir non seulement un nouveau Tyrol, mais encore un autre avenir pour le Centre-Europe.

  • Dans le domaine spatial, une expérience de télépathie à longue distance est projetées dans le cadre d'une collaboration américaino-soviétique. Pour ce faire, les Américains décident d'utiliser deux « phénomènes » dont les talents en matière de parapsychologie défient toutes les conceptions des experts américains s'intéressant à ces questions. Mais des événements étranges, insolites, mystérieux, se produisent depuis Washington et Los Angeles jusqu'à Baïkonour et au Centre spatial soviétique de la Mongolie Supérieure choisi comme base ultra-secrète. Gérard Lecomte, alias KB-09, est chargé de superviser l'opération qui dès le départ s'amorce en catastrophe. La capsule spatiale privée de tout contact de guidage tournoie dans le vide... et tout cela à cause d'un petit bonhomme insignifiant qui a pourtant l'esprit chaud... et la langue un peu trop longue.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  •  La dernière Armée Blanche d'Afrique en lutte contre les Slaves et la mongolisation se trouve ici, en Namibie ! crie le très vieux major Biennerk, et son chef de 4e Section, sergent JoAnne Ward salue, sort, raidie après un demi-tour parfait. La guerre débute, sur le désert des Squelettes, dans le Sud-Ouest africain du Kaiser Guillaume qui recèle les plus importantes mines d'uranium, les plus grands gisements diamantifères du monde. JoAnne et le soldat de 2e classe Meinhild, ex-lieutenant, ex-divorcée ne sont pas loin de lui donner raison : les attaques du SWAPO bolcheviste se multiplient, s'aggravent : les Franco-Allemands décident de fournir aux mines de Rssing et de Langer-Heinrich les moyens d'accroître leur production. Moscou s'y refuse. Dans ce monde de démence du bout du Monde, la guerre éclate alors pour tout de bon sur la COTE DES SQUELETTES, et les femmes ne sont pas les dernières à y jouer un rôle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • - Rupture des artères et du système sanguin, éplucha de Vignon, le dos raide. Inutile de vous dire que personne n'y comprend rien, n'est-ce pas ? Intérieurement, c'est un invraisemblable ravage ! Un genre d'explosion atomique sans radioactivité ! Heu..., j'étais inquiet pour vous. C'est bien prudent, votre petite escapade ? Natacha ne souriait plus. Bonder questionna : - Où était l'homme quand cela s'est produit ? - Dans son lit, portes et fenêtres hermétiquement closes de l'intérieur ! Un nouveau Mystère de la Chambre Jaune ! Pour le banquet des espions, c'était mal engagé !

  • « Nous soupçonnons cet homme d'avoir transmis l'état de répartition des armes américaines entreposées en Europe pour le compte de l'O.T.A.N. Il s'agit, bien entendu, de nos armes secrètes et de nos nouveaux dépôts stratégiques ». Miley, l'homme en question, ami de la très belle Italienne Marisa, a réussi à glisser entre les mailles du filet et Rex Baker doit le retrouver. Ce n'est pas facile, car la séduisante Marisa n'est pas toujours cendre et ceux qui l'entourent sont sans pitié. Quant à ceux qui épaulent Baker, jusqu'à quel point peut-il leur faire confiance ? Ce sera une rude partie à mener sur la Riviera italienne et dans les Alpes...

  • Tuer gratuitement est une absurdité. C'est ce que pense Calone qui sait bien que ce n'est pas dans la nature de ses confrères amis ou adversaires. On dit que quelquefois les arbres cachent la forêt. Osaca Glässer est un arbre solide, massif, apparemment indestructible. Mais que cache-t-il ? Comment un type aussi malin que lui a-t-il pu faire appel à des petits tueurs du dimanche assez maladroits pour se faire prendre ? Et c'est finalement parce qu'il péchera par excès d'intelligence que Glässer se fera prendre. Sur ce terrain-là, Calone est décidément imbattable.

  • Lorsqu'un agent de la C.I.A. s'éprend de la femme d'un autre agent de la C.I.A., cela fait sourire. Mais lorsque la femme aimée découvre devant sa porte un cadavre tombé du ciel, cela fait jaser... D'où vient ce mort inconnu ? Pourquoi a-t-il choisi cette maison ? Pour qui travaillait-il ? En l'absence d'indices probants, il faut tout le flair de Mr Suzuki pour découvrir une piste. Une fiche de paie trouvée par une gitane dans la poche d'un oisif et un portrait de Cohn-Bendit au mur d'une chambre à coucher donnent le branle à une Incroyable aventure. Un peu de lumière viendra d'une abominable randonnée sous terre où Mr Suzuki manquera d'être successivement noyé, asphyxié, enfumé et enterré vivant. L'amour d'une chanteuse de flamenco un peu voleuse, la haine d'un anarchiste catalan un peu tueur, la suspicion d'une fille perverse et les relations freudiennes entre deux camarades d'Université viendront pimenter l'enquête de l'agent secret japonais. Tout se terminera par un duel à l'aube où Mr Suzuki, contre un adversaire déloyal, donnera la mesure de sa diabolique astuce...

  • Paul Bonder leva le pouce et arma son 45. Dans la petite brume du matin, la barque était à peine visible, arrivait doucement en faisant clapoter l'eau. On y distinguait deux silhouettes. L'une d'elles était celle du chef suprême des commandos de sabotages et de terrorisme pour la région de Saigon. Bonder touchait enfin au but, mais ç'avait été au prix de trop d'efforts, de trop de morts. Quand il sauta et qu'il vit le visage du chef terroriste, il comprit que rien n'était terminé, mais, au contraire, que tout allait recommencer !

  • Mexico. Octobre. Les Jeux Olympiques. Un athlète parmi d'autres athlètes. Il représente la France en lutte libre. Mais sa vraie spécialité, qui ne figure pas au programme de 1968, c'est le judo. Il s'appelle Marc Saint-Clair. A des centaines de kilomètres de là, dans la jungle du Yucatan, un autre homme, mal assorti aux pistoleros noirs de sueur et bardés de cartouchières qu'il conduit, car il est le riche descendant du conquistador Cortès. Sa spécialité : la guerilla. Deux hommes étrangers, également jeunes, également généreux, qui auraient pu être amis. Et pourtant, ils vont se combattre. Tout cela, parce qu'une fille nommée Destinée va faire se croiser leurs chemins. Une histoire d'espionnage pas comme les autres. Une histoire d'hommes, brûlante comme un western, impitoyable comme un duel. Une histoire de l'amitié aussi, car Marc Saint-Clair ne défendra pas sa seule liberté, mais celle de ses compagnons, trois autres athlètes enchaînés dans un village maudit. Tel est le JUDOKA DE MEXICO.

  • A Moscou, tandis que la ville et ses habitants vivent leur petit train-train quotidien, le Vicomte et Vigo Curucci montent soigneusement, pièce par pièce, une très délicate combinaison. Dans celle-ci entrent, bien malgré eux, le capitaine Sorkov, Nicolaï Nojik et Candia Chelipova. Mais rien ne se passe jamais exactement comme prévu. Il y a l'amour, la haine, la peur, qui font aussi se mouvoir et réagir les personnages de ce jeu délicat, complexe et horriblement périlleux. Rien, jusqu'à la dernière seconde, n'est définitivement acquis.

  • Les Mémoires d'« E » ? Le monde entier les convoite ! « E » sans mémoire, et l'Allemagne fédérale peut respirer, les suicides s'y raréfient, le Chancelier retourne en paix pêcher à l'ombre de la Lorelei, les financiers de Bonn peuvent au besoin télécommander dans la coulisse l'avenir de la livre sterling et du franc. Mais une nuit, une nuit tragique, loin de Bonn et de Paris, une voiture en en télescopant une autre sur la route de Haïfa, en Israël, met accidentellement en route une machinerie géante. Sous les feux croisés des projecteurs de la police et des ambulances, Joy, jolie fille un peu folle, blonde, frêle et romantique, émergeant ensanglantée d'amas de ferrailles tordues, va devenir à la minute même et sans l'avoir voulu la cible numéro un des services spéciaux, de Bonn à Washington et de Moscou à Paris. Joy et sa guitare et son obsessionnelle terreur des « flics », Joy raffinée mais plus au moins beatnik, Joy cultivée et humiliée, malheureuse et faible, fuyant sans fin sur les plages entourant Tel-Aviv. La Force « M » va jeter toute sa puissance dans le dangereux duel qui débute. A l'issue de ce duel, au bout de cette clé que détient une petite fille écervelée de 18 ans, il peut y avoir par exemple une dévaluation en France, d'autres suicides en Allemagne fédérale, des liquidations en Ukraine, le limogeage de hauts fonctionnaires au Département d'État de Washington. Les Mémoires d'« E » ? De la dynamite !

  • Diable, oui ! Le Monde « est en marche » ! A Détroit, les Noirs se révoltent ; plus loin, on tire sur un futur Président ; à l'Est, les Démocraties Populaires bougent ; en France, en Italie, en Espagne, dans le Moyen-Orient, une force inconnue jette les gens les uns sur les autres... « Force inconnue » ? Voire... Peut-être pas si inconnue que cela. Au San Salvador, en ce mois de mai 1968, tout bougeait aussi : émeute, révoltes de paysans, troubles divers. Mais au San Salvador, trop d'enfants meurent victimes d'une étrange épidémie ; trop de récoltes sont détruites, annonçant la famine, la misère, d'autres rancoeurs. Viva la Revolucion ! La Révolution mondiale s'entend. Prince, toujours paralysé depuis l'attentat de Guatémala-City, refuse de voir lancée la Force « M » dans une aventure qui ne la concerne pas. Pourtant, l'Institut Pasteur, la Fondation agronome américaine Rockfeller sont « dans le coup ». Il faut agir, et vite. Diamante, ex-passionnée révolutionnaire de La Aurora, est-elle mêlée à toute cette agitation ? Est-elle morte, vivante ? Ange des prolétaires ou exécutante aveugle. Complice d'une explosive machination à l'échelle d'un continent... Pure, loyale, dure comme son surnom... Bombe ou Diamant ?

empty