JC Lattès

  •            Marseille et les écrivains 1900-1950Ils sont tous passés par Marseille... Les voyageurs les plus célèbres comme Malraux et Camus ; les plus académiques, Gide et Valery ; les plus fameux poètes, Cocteau et Eluard ; les plus acharnés Larbaud, et Cendrars...Il y a aussi ceux que le hasard a conduit... Colette pour ses tournées de music-hall, Céline à la recherche d´un emploi, Beauvoir pour son premier poste de prof, Genet déserteur embastillé ; les refugiés aussi, Breton, Gracq, Char, Aragon...  Et il ne faut pas oublier les locaux : Artaud, Cohen, Pagnol, Brauquier, les fondateurs des cahiers du Sud... et les voisins, Giono, Apollinaire... Ils ont admiré son port, jubilé de ses quartiers louches, découvert sa longue histoire et son cosmopolitisme.  Rémi Duchêne, en se replongeant dans la vie et des oeuvres de ces écrivains nous restitue ces rencontres entre les écrivains et la méditerranée.

  • Que sait-on des Wildenstein ? Leur nom est associé aujourd'hui à l´une des supposées plus grosses fraudes fiscales de ces dernières années, à l´un de ces dossiers noirs du mandat de Nicolas Sarkozy où de riches donateurs de l´UMP sont suspectés de négocier protections et arrangements avec Bercy. Mais la destinée des Wildenstein ne peut se résumer aux seules stratégies d´évitement d´une famille fortunée qui n´aime pas payer ses impôts. Au-delà de l´enjeu fiscal, l´histoire de cette dynastie est aussi fascinante qu´inquiétante. Sa discrétion légendaire occulterait presque l'influence extraordinaire qu´elle a acquise tout au long du XXe siècle sur le monde de l'art. Qui sait que les Wildenstein ont tout pouvoir pour faire et défaire l´expertise d´un tableau de Monet, de Manet, de Gauguin ? Qui connait le contenu de leurs coffres réputés renfermer plus de 10 000 tableaux et qui recèlent plus d'un secret sur les grandes familles de collectionneurs français ? À travers la succession mouvementée du patriarche Daniel Wildenstein, de la bataille judiciaire de sa veuve contre ses beaux-fils, Magali Serre nous plonge dans l'intimité de ce clan qui se jouerait des frontières et des lois. Au point d´en abuser, au point de devenir les marchands les plus admirés, les plus craints et les plus détestés de leur siècle.

  •         Le grand historien de la petite histoire  présenté par Adrien Goetz, Franck Ferrand, Michel Crépu, Bruno Fuligni, Philippe Charlier, Frédéric Lenormand, Guy Stavrides, Thierry Lentz, Emmanuel de Waresquiel, Clémentine Portier-Kaltenbach et Michel de Grèce.Né en 1855 près de Metz, mort en 1935, Théodore Gosselin Lenotre, historien dramaturge, spécialiste de Versailles, des guerres de Vendée et surtout de l´histoire de Paris, compte aujourd´hui encore de nombreux inconditionnels. Non seulement ses admirateurs connaissent bien ses livres, en particulier les six volumes de Vieilles maisons, vieux papiers mais il y existe entre eux une sorte de compétition amicale : c´est à celui qui possédera le plus grand nombre d´exemplaires sur la centaine d´ouvrages écrits par le « Maître ». On lit, on collectionne Lenotre, mais surtout on l´aime ! Nul ne l´évoque en effet sans une sorte de jubilation teintée d´affection : comme s´il avait été pour chacun de ses lecteurs, une sorte de « grand-père supplétif » dont les récits imagés et vivants avaient ensoleillé la jeunesse. Son érudition, son talent inné pour faire revivre sous sa plume les grands et petits épisodes et personnages de notre histoire, sa bonhomie, son humour, sa physionomie même, lui confèrent une place particulière au Panthéon des conteurs ; il fait partie de ces merveilleux « passeurs » auxquels nombre d´entre nous doivent d´avoir aimé l´histoire. En hommage à ce maître affectionné, dix auteurs ont chacun choisi et commenté avec passion un texte tiré de l´un de ses livres. Les cosignataires du recueil ainsi constitué sont Adrien Goetz, Franck Ferrand, Michel Crépu, Bruno Fuligni, Philippe Charlier, Frédéric Lenormand, Guy Stavrides, Thierry Lentz, Emmanuel de Waresquiel, Clémentine Portier-Kaltenbach et Michel de Grèce.

  • L´histoire de la famille de Tracy Chamoun est intiment liée à celle du Liban contemporain. Son grand-père, Camille Chamoun, a été président du Liban, et son père, Dany Chamoun, a été le chef du Parti national libéral et le commandant de la milice des Tigres. Dans son best-seller Au nom du père, prix Vérité, publié en 1992, elle retraçait les combats de son pays et le terrible massacre dont avait été victime sa famille.  Elle essaie aujourd´hui de se dégager de son passé dramatique où le « sang qui coulait sur les yeux de tous empêchait quiconque d´y voir clair », pour mieux comprendre et expliquer les fortes tensions qui animent toujours la vie politique nationale.  Partisane d´un Liban indépendant des forces étrangères et multiconfessionnelles, Tracy Chamoun se livre à l´exercice périlleux de ne pas avoir un regard où le parti pris de son histoire personnelle fausse les responsabilités de chacun.  Elle nous offre aussi une vision d´avenir et d´espoir dans une partie du monde où les équilibres changent, les révolutions se succèdent et où l´avenir des valeurs humanistes de l´Occident se joue.Aujourd´hui, elle est la première femme fondatrice et présidente d´un parti politique arabe, le parti des Libéraux démocrates du Liban, et a décidé de se porter candidate à l´Assemblée nationale lors des prochaines élections parlementaires de 2013.Traduit de l´anglais par Georges Dumbakly

  • Pourquoi écrire aujourd´hui la vie du grand rabbin de Rome Israël Zolli qui, au lendemain de la dernière guerre, après avoir vécu la violence de l´ère mussolinienne, non seulement s´est fait baptiser catholique mais a pris le prénom d´Eugenio en l´honneur de Pie XII (Eugenio Pacelli) ?  Pourquoi écrire, en miroir, la vie de Donato Manduzio, paysan illettré des Pouilles qui, après avoir appris à lire pendant la première guerre et s´être passionné pour Le Comte de Monte-Cristo, cheminera avec une centaine de disciples vers la pleine intégration dans la communauté juive de l´époque... jusqu´à partir, pour certains, construire l´Etat d´Israël ?  Tout d´abord parce que ces vies sont romanesques. Au même moment, une double conversion s´est opérée « à sens contraire». Et leur lien est évident car c´est bien la communauté de Rome qui a aidé le groupe pouillais à « devenir » juif. De plus elles sont totalement inconnues du grand public français et même italien. C´est à travers une lecture critique de leurs autobiographies que ce livre veut chercher les raisons de leurs conversions si « impossibles ».  Beaucoup de sujets très actuels sont abordés :  - Pourquoi adhérer à une religion ?  - Ce sont des hommes libres qui osent chercher « ailleurs » que dans leur propre tradition ce qui les fait vivre.  - Le rapport entre les religions.  - Le concept de « conversion » qui impressionne toujours et en appelle souvent à l´extrémisme.

  • « J´aurais dû être un garçon. Je suis seulement la quatrième fille.  Un berceau en rotin a été préparé : un ruban bleu court entre les tiges de saule peintes en blanc. Impossible de me faire dormir là-dedans. C´est pourquoi j´ai passé les premières nuits de ma vie dans un tiroir - et les premières journées aussi - un tiroir, j´ose l´espérer, un peu aménagé dans le bureau de mon père.  Qui raconte cette histoire ? Ma mère ou moi ? Ces histoires de tiroirs ont déformé ma perception des choses. Avant d´épouser mon père, ma mère s´appelait Marie-Madeleine de Noailles de Mouchy de Poix. Je retranscris certains noms parce qu´ils sont déjà écrits dans l´Histoire de France. C´est, n´est-ce pas, ce qu´on appelle un nom à tiroirs. »  L'aristocratie n'est pas une classe sociale mais est l´objet de tous les fantasmes, y compris en son sein. Mais que signifie être aristocrate en 2013 dans la France de Mélenchon, des Bettencourt ou de la boulangère du quartier ? Valentine de Ganay appartient à l´une de ces familles dont les noms sont mêlés à l´histoire de France, et dont les codes tacites sont inscrits dans l´ADN de chaque membre. Dès lors, comment vivre avec cet héritage ? Aristo ? est une tentative de sociologie subjective qui explore la sensation d'inconfort au sein du clan comme au-dehors.  Un récit lucide et plein d´humour, qui dessine en creux les ambiguïtés de la société française.

empty