Jean Picollec (réédition numérique FeniXX)

  • Qui n'a pas rêvé de couper brusquement les ponts et de vivre une autre vie, sous une autre identité ? Ce rêve, Gilles Guézennec, 36 ans, le réalise avec le concours (in)espéré d'un candidat au suicide, Yvon Courcoux. En fait, Guézennec-Courcoux est la proie d'une idée fixe : venger sa fille Lauriane, disparue dans des circonstances dramatiques. Mais a-t-il vraiment bien choisi sa nouvelle identité ? Le quiproquo, qu'il voulait neutre et commode, se révèle plein d'embûches, tour à tour cocasses et tragiques. A Paris, il fait la connaissance d'Emma, une jeune laborantine aussi séduisante que fantasque, en même temps qu'il retrouve la trace du meurtrier de sa fille. Nouvelles surprises, nouveaux ennuis pour Guézennec qui se trouve pris à son propre piège : un casse-tête infernal... au dénouement plutôt inattendu. Ce roman au rythme rapide est teinté d'émotion et, plus encore, d'humour.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Depuis la Libération, la guerre entre les gangs de truands a fait des centaines de morts, parfois plus de cent en une seule année. A travers ces faits divers sanglants, l'auteur a recherché quelles étaient les compromissions et les alliances qui ont permis à certains d'entre eux de monter au zénith de leur... « profession » pendant des décennies, avant de s'écrouler brusquement. Surtout depuis 1958, on s'aperçoit que les truands font partie du paysage politique de la France : souvent puissants, souvent utiles à certains partis, ils arrivent à s'intégrer au personnel politique de ce pays. Si des rivalités internes, souvent d'intérêts parfois incompréhensibles, ne venaient s'y glisser, le banditisme organisé aurait une très forte assise presque inattaquable, presque officielle. Heureusement, ils ont des comptes à régler. Et la règle à calcul, dans ce milieu-là, c'est le colt 45. A travers un périple qui passe non seulement par Paris, Marseille, Lyon ou Nice, mais aussi par Lille, la Normandie, et le Sud-Ouest, dont on ne parle guère, nous entreprenons un Tour de France du banditisme organisé. Qui recèle parfois des détails étonnants, où l'on ne distingue plus très bien le truand de l'homme politique. Les Francisi, Guérini, J.D. Fratoni, Zemour font la « une » des journaux. Qui sont-ils ? Comment ont-ils réussi leur ascension ? Quels sont leurs alliés ? Leur poids ? Leur secteur d'activité ? Vous le saurez en lisant ce livre, véritable Who's who des truands français.

  • Cela faisait plusieurs semaines que l'incident s'était produit et que le démantèlement de la « filière belge », ainsi que l'inspecteur l'avait aussitôt identifiée, était devenu son objectif prioritaire. Pourquoi ne s'était-il pas manifesté plus tôt, et d'une autre façon ? Pour deux raisons. Primo, le numéro de haute précision réalisé par les trois hommes donnait un piquant certain à sa balade nocturne. Secundo, parce qu'il n'était nul besoin de les prendre en flagrant délit pour anéantir leurs activités. Quel est donc cet inspecteur, qui a découvert le plus important trafic de drogue jamais réalisé entre la Belgique et la France ? Quelle est la méthode imparable imaginée pour coincer les trafiquants ? Comment l'inspecteur va-t-il la mettre en oeuvre ? La réponse à ces trois questions fournit la matière d'une intrigue explosive, qui commence comme du Simenon et finit comme du Hitchcock.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Une série d'histoires qui, un jour ou l'autre, peuvent nous arriver. Notre vie semble toute tracée et à certaines heures monotone ; mais voici qu'un événement surgit, perturbant l'ordre des choses... Un hasard, un pas hors du chemin, et la vie la plus simple se transforme en tissu d'aventures tristes ou drôles. Tel est le fil conducteur de ces nouvelles où la fiction fait corps avec la réalité. Joignant le modernisme du décor à un certain parfum « rétro », les histoires où nous entraîne Jeanine Huas vont du suspense policier au fantastique, de la dérision grinçante à la tendresse. On saute de l'une à l'autre, attiré par l'imprévisibilité du dénouement. Un trait pourtant les relie : le vrai héros, caché mais présent, est le hasard, ce maître de nos destinées qui, brusquement, révèle la vérité des êtres, noue et dénoue les drames et, parfois aussi, bienveillant, scelle un bonheur inattendu.

  • Crapitoulic, barde errant. Voici un roman truculent, gaillard et parfois paillard. Un roman qui a des accents picaresques et rabelaisiens. Un roman qui évoque aussi la joie de vivre des kermesses flamandes. En bref, un roman sain et tonique. Vous y suivrez la vie agitée, échevelée et pas toujours très sage d'un loustic dont la destinée - et le métier - est d'être barde. Vous l'accompagnerez à travers la campagne bretonne du Léon et du Trégor au milieu de nombreuses aventures succulentes. Vous le verrez dans les pardons, contant et chantant. Vous découvrirez les amitiés qu'il noue au cours de ses pérégrinations : et elles ne sont pas banales. Vous suivrez Crapitoulic tout au long de sa vie, à travers ses joies et ses malheurs.

  • En 1627, Milady de Winter a 22 ans. Amoureuse du comte de Wardes, elle fait la connaissance de d'Artagnan, un jeune garde sans fortune, qui abuse d'elle. Milady, blessée moralement, sombre dans une profonde mélancolie. Mais la guerre est allumée à La Rochelle entre la France de Richelieu et l'Angleterre de Buckingham. Milady part en mission outre-Manche. Prisonnière de son beau-frère le baron de Winter, elle retrouve - trop tard - son jeune fils. Elle revient au pays natal. Ses bourreaux l'y attendent, mais rien ne peut plus arriver comme avant parce que Milady a changé... Le cinéma a popularisé les personnages de Milady, Athos, d'Artagnan, de Winter, Buckingham, Richelieu. Ils sont dans Milady, mon amour, vus par Milady, dans un contexte historique aussi précis que possible. Milady, fragile, assoiffée d'amour, sentimentale et même héroïque, est ballottée dans un monde brutal en pleine transformation. À travers les intrigues, c'est sa dignité d'être humain que la jeune femme passionnée revendique.

  • En 1976, le septennat de Valéry Giscard d'Estaing bascule avec l'exécution de Christian Ranucci. A partir de cet événement, le giscardisme change de visage. Estompant son image libérale, le pouvoir refuse le débat sur l'abolition que réclame une partie de l'opinion. Pendant quatre ans, il va biaiser. Pourquoi cette dérobade ? Pourquoi les jurys populaires sont-ils plus répressifs depuis deux ans ? Comment peut-on condamner à mort en 27 minutes un criminel de 22 ans, déséquilibré mental ? Que se passe-t-il dans le huis-clos des délibérations d'une cour d'Assises ? Comment vit-on dans le couloir de la mort de nos prisons ? Comment se sont réellement déroulées les trois dernières exécutions ? Des témoins parlent : d'anciens ministres de la Justice, des avocats, des gardiens de prison, le bourreau et son aide. Ce dossier, où faits, précisions, révélations, anecdotes abondent, tombe en pleine actualité, au moment où le Parlement vient d'examiner ce grave problème qui secoue l'opinion.

  • L'irruption de l'audio-visuel dans la vie publique contraint les hommes politiques à faire court et à frapper fort. Qu'elles servent à l'attaque, à la défense ou à la dissuasion, les petites phrases sont devenues de véritables armes dans la lutte pour le pouvoir. Au moment où l'approche de l'élection présidentielle invite à un bilan du septennat, l'auteur a recherché et présente au public les propos marquants de ceux qui, pendant cette période, ont occupé le devant de la scène. Ils permettent de mieux saisir les composantes de l'équilibre politique d'aujourd'hui : la montée en puissance du giscardisme, la rupture de la gauche, le malaise des gaullistes dans l'après-gaullisme, les failles du parti socialiste, la contestation chez les communistes... Ils montrent l'image que ces princes qui nous gouvernent cherchent à donner d'eux-mêmes et des autres, instantanés qui composent un curieux album de famille. On y voit comment les Premiers ministres se suivent et ne se ressemblent pas, comment se font et se défont les alliances entre les hommes et entre les partis. Mieux qu'une analyse politique fabriquée après coup, ces propos pris sur le vif donnent le ton de notre époque : tout en faisant souvent sourire, ces petites phrases forment un révélateur pertinent et entraînent une réflexion profonde sur le septennat.

  • Dans une petite ville, un matin de 1958, un homme est de retour après dix années d'absence. Il arrive au volant d'une guimbarde rafistolée et porte un vieux costume élimé. Il ne possède rien et vient ici pour se lancer dans une ultime carrière, exercer un nouveau métier : la politique. Quelques semaines plus tard, il est élu député. Les années passent. Monsieur le député fête son milliard. Irrésistible ascension, dans l'ombre et la lumière, grâce à ses qualités d'organisateur et sa pénétration au sein d'un parti dont il devient le chef, au gré des interférences entre la politique, les milieux d'affaires et autres. Monsieur le député fréquente la haute société de la capitale, devient collaborateur et confident des grands de ce pays : les chefs d'État se succèdent, disparaissent ; le monde est, selon l'expression, « en mutation » ; le paysage se transforme et Monsieur le député continue... Alain Keramoal, dans un style alerte, nous offre ce récit qui nous laisse perplexe et pantelant. Et si la réalité était proche de la fiction ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ceci n'est pas de la pure fiction. C'est un véritable reportage sur la Force de Frappe française le Jour J. L'alerte est donnée : un équipage de Mirage décolle et se dirige, prêt à larguer la Bombe, vers ce qui peut être le point de non-retour. L'auteur, journaliste, pilote, lieutenant-colonel d'aviation, est particulièrement bien placé pour nous peindre cette situation, pour nous faire pénétrer ce cercle bien fermé à qui est confiée la terrible mission de déclencher l'apocalypse, pour nous faire rencontrer ces hommes qui ne sont pas toujours sans peur. Au cours du vol, émaillé de quelques incidents somme toute banals mais qui prennent dans un tel contexte une dimension démesurée, quelles sont les réactions du pilote ? Ses pensées, ses craintes, ses espoirs et ses réflexions ? Quelles sont les situations et les problèmes auxquels il se trouve confronté ? Ce livre, où le suspense est maintenu jusqu'au dénouement, est aussi, grâce à l'expérience de l'auteur, un livre d'action qui fait réfléchir.

  • « Allô ! Je suis bien chez Monsieur Raban ? » Un appel téléphonique anonyme, un matin, peut suffire pour que soudain tout bascule. Faute d'écouter l'étrange conseil de son mystérieux correspondant, le héros de ce livre perd successivement son emploi, sa femme, sa maison - tout ce qui meublait d'ordinaire sa banale existence. Et jusqu'à sa propre identité. Du jour au lendemain, il se trouve transfiguré par une aventure insolite, entraîné en un lieu bizarre et au milieu de personnages singuliers. Mais qui est donc le deus ex-machina de la machination dont il devient le jouet ? Qui en tire les ficelles en ne parlant jamais qu'au bout du fil ? Et dans quel but ? Les réponses à ces questions ne se tissent qu'au fil d'un récit à « suspens » dont la trame entrecroise sans lenteur ni fausse littérature l'action et la réflexion. Une odyssée à la Chandler dans une atmosphère de Kafka, où l'auteur défie les modes du roman pour interpeller le grand livre du monde, le fracas des média et le coeur des lecteurs.

  • "Des amours" est l'histoire d'un amour entre une jeune journaliste française et un Allemand vivant en Italie. Scandées par les grands événements de l'époque, retour de De Gaulle en 58, putsch des Généraux en 61, mort de Kennedy en 63 et Mai 68, voici les différentes étapes de la liaison entre les deux personnages : la rencontre, le rapprochement à l'occasion de l'assassinat de celle qui les a présentés, la séparation et les retrouvailles qui leur prouvent que leurs destins sont définitivement séparés. Pour découvrir la clef de leur échec, l'auteur fait un flash back à l'époque où le héros combattait sur le Front de l'Est, durant la Deuxième Guerre mondiale. C'est une histoire d'amour qui n'arrive pas à s'épanouir, qui s'étiole et donc meurt dans une tristesse tendre.

  • Un accident d'automobile sur la N 23... Le conducteur tué, le coffre délesté de son contenu : 100 prototypes d'une collection inédite, sur le point d'être lancée par un célèbre fabricant de prêt-à-porter de Cholet pour le bicentenaire de la Révolution. Louis Launay, PDG de l'entreprise, est convaincu d'une fatale machination. Il charge sa dynamique attachée de presse, Claire-Marie Dhong, de mener l'enquête. La jeune eurasienne pénètre dans le quartier chinois de Paris où fonctionnent des ateliers clandestins de confection. Doutant de la probité de son amant, qui semble avoir partie liée avec les contrefacteurs, mais résolue à contrecarrer coûte que coûte leurs desseins, elle se retrouve à Hong-Kong, happée par un engrenage infernal. Sur cette trame originale, l'auteur décrit le milieu fascinant de la mode et lève le voile sur celui de la contrefaçon qui sévit en Asie du Sud-Est. Après Brouillard au pont de Tolbiac, ce roman nous révèle l'autre face d'un monde secret, quoique tout proche, où plane un énigmatique sourire oriental.

  • Une femme, avec tendresse mais lucidité, observe le milieu des grands alpinistes, ceux qui font des expéditions dans l'Himalaya. Elle nous les décrit dans le cadre de leurs courses autour de Chamonix, avec leur grandeur, leur courage, mais aussi leur puérilité. Elle nous conte comment ils préparent et s'enflamment pour une grande expédition dans l'Himalaya, comment ils affrontent les périls, délaissant sans remords leurs compagnes qui attendent et espèrent. L'une d'elle va se réveiller de cet univers de sommeil, prendre sa vie en main et découvrir ce qu'elle cherchait depuis toujours : sa propre identité. Ce « récit-roman » est un livre d'amour, pas toujours tendre pour les « grands hommes ».

  • Voici l'autobiographie d'un jeune Marseillais, qui dans les dernières années de l'Occupation et durant les années troubles qui suivirent, entame son ascension dans "les affaires", de Monte Carlo à Marseille, via Genève. Tout y passe : jeux, contrebande, vente de faux (vrais) et de vrais (faux). En ces temps de pénurie, l'auteur « s'occupe » aussi de chocolat, de pastis ou de bananes. Il y a de l'Arsène Lupin, du gentleman cambrioleur dans ce document qui nous conte une foule d'histoires brèves, percutantes et souvent drôles où le plus filou n'est pas toujours celui qu'on pense. L'auteur nous montre que l'on peut être honnête dans la malhonnêteté, si on fait preuve de discernement quant au choix de son terrain de chasse et d'ingéniosité dans l'art de mener ses affaires. Voici des aventures, sans aucune trace de sang, illégales sans doute mais ô combien passionnantes !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La feuille d'impôts de Chaban-Delmas, les dossiers scandaleux d'Aranda, le permis de construire de Barre sur la Côte d'Azur, les diamants de Bokassa et la famille Giscard d'Estaing, l'affaire Boulin, entre autres, ont violemment secoué la France profonde de ces dernières années. Un responsable principal : le Canard Enchaîné, célèbre « hebdomadaire satirique paraissant le mercredi » depuis plus d'un demi-siècle. Ses journalistes ne sont pas ce qu'on peut appeler des « vedettes ». Qui sont donc ces trente-quatre presque-inconnus qui démolissent les réputations les plus solides et font trembler le pouvoir jusqu'au sommet de l'État ? Leur succès est-il dû au blocage de l'information pratiqué par le pouvoir ou au goût du scandale du public ? Comment obtiennent-ils leurs informations confidentielles ou secrètes ? Toutes ces questions, beaucoup de gens se les posent et les Autorités ont tenté d'y répondre par tous les moyens. L'affaire des micros du Canard est connue. Mais qui savait qu'un épais dossier de police était consacré à ces journalistes et surtout à ces informateurs (clandestins) ? Qui en avait connaissance ? Voici donc le dossier intégral que la police a constitué pour répondre à ces questions. Un dossier que beaucoup auraient voulu ne pas voir paraître. Un dossier inédit qui provoquera remous et réactions...

  • Né à Donges, en Loire-Atlantique, le 24 février 1936, Jean Hervoche, après avoir vécu à Quimper, habite Rennes. Fait de la photographie depuis l'adolescence, avec une approche constante de la Bretagne et du littoral Expositions personnelles : - Lannion : 2e Salon d'auteurs, décembre 1978. - Rennes : Hôtel de Ville, juin/juillet 1980 dans le cadre du Festival « Les Tombées de la Nuit ». - Le Mans : 2e Festival de l'image, octobre 1980. - Rennes : Musée de Bretagne, février, mars, avril 1981. - Rennes : novembre 1982, 5es rencontres photographiques. - Quimper : Musée des Beaux-Arts, mai 1983 : exposition des oeuvres acquises par la direction régionale des Affaires Culturelles, pour le Fonds d'art contemporain. Expositions collectives : À Rennes de 1977 à 1980.

  • Chef d'une des plus grandes familles de Bretagne, Alain IX de Rohan joua un rôle prééminent dans la Bretagne du XVe, le "Siècle d'or" de la Bretagne. Avec, en arrière-plan, la Guerre de Cent Ans, ce grand seigneur, petit-fils de Connétable de France et de Chancelier de Bretagne, gendre du Duc de Bretagne et détenteur d'une fortune colossale - le cinquième de la Bretagne lui appartient -, vécut quatre-vingts ans, longévité exceptionnelle pour l'époque. Cette vie est inséparable de la complexe réalité bretonne, tant sur les plans politique, économique, social, que culturel. À travers Alain IX de Rohan, l'on voit vivre cette Bretagne indépendante, maritime et marchande, du paysan au citadin, de la moindre paroisse à la cour ducale.

  • Chef d'une des plus grandes familles de Bretagne, Alain IX de Rohan joua un rôle prééminent dans la Bretagne du XVe, le "Siècle d'or" de la Bretagne. Avec, en arrière-plan, la Guerre de Cent Ans, ce grand seigneur, petit-fils de Connétable de France et de Chancelier de Bretagne, gendre du Duc de Bretagne et détenteur d'une fortune colossale - le cinquième de la Bretagne lui appartient -, vécut quatre-vingts ans, longévité exceptionnelle pour l'époque. Cette vie est inséparable de la complexe réalité bretonne, tant sur les plans politique, économique, social, que culturel. À travers Alain IX de Rohan, l'on voit vivre cette Bretagne indépendante, maritime et marchande, du paysan au citadin, de la moindre paroisse à la cour ducale.

empty