Nouveau Monde

  • "S'il est un nom fameux parmi ceux qui ont « fait » la CIA, c'est bien celui de James Angleton. Myope, courbé et toujours vêtu de noir, cet ancien étudiant en littérature est devenu pendant la Guerre froide une figure incontournable du renseignement américain. Incarnation de l'espion, qui inspira nombre de mythes romantiques, Angleton intégra l'OSS pendant la Seconde Guerre mondiale puis contribua à la victoire des chrétiens-démocrates aux élections de 1948 en Italie. Remarqué à Washington, il intégra la jeune CIA au Bureau des opérations spéciales, assura la liaison avec le renseignement israélien, avant de créer le Bureau du contre-espionnage de l'Agence. Il veilla pendant vingt ans à empêcher toute pénétration du KGB tout en devenant l'ami d'un agent double britannique, Kim Philby. Et c'est en 1962 qu'il eut à gérer la grande affaire de sa carrière : la défection de la « taupe » soviétique Anatoli Golitsine. Dix ans plus tard, sa chasse à l'ennemi l'amena aux frontières de la folie et provoqua son renvoi. Document indispensable sur la CIA et le monde du renseignement, cette première biographie en français dresse le portrait d'un homme complexe et ambigu et dévoile un pan méconnu de la Guerre froide. "

  • "Jeune fille de bonne famille promise à un beau mariage, Suzie a 16 ans lorsque éclate la Première Guerre mondiale. Son destin bascule. Livrée à elle-même et brûlant de se rendre utile, elle participe aux travaux agricoles, soigne un blessé et tombe amoureuse d'un jeune homme inconnu de ses parents. Elle découvre l'horreur des tranchées, mais aussi la difficulté d'être libre quand on est une femme.

    En 1916, pour supporter l'attente de celui qu'elle aime, elle intègre l'équipe de manipulatrices radio formée par Marie Curie et part en mission sur le front. Mais la chercheuse qu'elle admire est soupçonnée de trahison par les services du contre-espionnage français. Tour à tour révoltée et troublée, Suzie part en quête de la vérité, aidée par des femmes d'exception, pacifistes et féministes.

    Au lendemain de l'armistice, malgré leur travail acharné à l'arrière, les femmes sont renvoyées dans leurs foyers. Toujours rebelle, Suzie s'engage dans la recherche autour de la radioactivité. Alors qu'elle travaille à l'Institut du radium auprès d'Irène Curie, elle est approchée par un espion russe qui menace son fiancé, vulnérable et marqué par les combats."

  • "An 217 de l'ère chrétienne.
    L'empereur Caracalla vient d'être assassiné en Mésopotamie. Profitant de l'événement, trois princesses syriennes, avides de pouvoir, intriguent pour placer sur le trône de Rome l'héritier mâle de leur dynastie, le jeune Varius. A force de complots, elles parviennent, contre toute attente, à faire proclamer l'adolescent imperator par les légions d'Orient. Le règne le plus décadent de l'histoire romaine commence : durant trois ans et neuf mois, Rome va vivre au rythme des caprices, des extravagances et des provocations de ce jeune homme de quatorze ans, immature et fantasque, que rien ni personne n'a préparé à assumer une telle dignité.
    Adorateur mystique d'une étrange divinité orientale incarnée dans une pierre noire, l'Elagabal solaire, dont il est le grand prêtre, enfant prodigue et imaginatif, homosexuel et travesti, celui que l'Histoire ne connaîtra que sous le sobriquet d'Héliogabale va offrir le spectacle de tous les excès et de toute la démesure que lui inspirent la quête obsessionnelle du plaisir, l'ivresse du pouvoir suprême et la haine de l'ordre établi.
    Surpassant Tibère dans les molles voluptés, Caligula dans la cruauté, Néron dans la folie esthétique et théâtrale, l'enfant-empereur n'aura de cesse de choquer et de scandaliser le vieux monde latin pourtant accoutumé aux excentricités et aux débauches de ses prédécesseurs. Mais derrière lui, s'agitent les ombres inquiétantes de sa grand-mère, de sa mère et de sa tante, qui s'inquiètent de voir la pourpre leur échapper...
    Détesté par le Sénat romain, exécré par l'armée, rejeté par sa famille, l'empereur honni saura-t-il trouver d'autres soutiens que ceux de ses mages et de ses amants ?"

  • "Montmartre, décembre 1894 Tout en haut de la Butte, deux prostituées qui racolent dans les rues sombres entourant le vieux cimetière Saint-Vincent, découvrent, horrifiées, le corps d'une fillette, qu'un fiacre mystérieux vient de jeter avant de disparaître dans la nuit. Quand l'inspecteur Berflaut arrive sur les lieux, il s'aperçoit d'une chose étrange. L'enfant est vêtue en petite fille modèle. Elle est maquillée, ses vêtements sont soignés, sans trace de sang, malgré la blessure au ventre que cachent ses jupons.
    Quel monstre a pu faire cela, avant de la jeter à terre comme un sac de chiffons ? À quel père, à quelle mère faudra-t-il annoncer la terrible nouvelle ?
    Mais les jours passent, personne ne réclame la fillette, et aucune disparition n'est signalée. La presse s'indigne, on reparle de Jack l'Éventreur. Aurait-il quitté Londres pour sévir à Paris ?
    Quelques jours après, une jeune bonne, la soeur d'un modèle du peintre Toulouse-Lautrec, est enlevée dans les beaux quartiers. Dans le même temps une pierreuse est assassinée en pleine rue, et une autre fille, mourante à Saint-Lazare, semble connaître un lourd secret.
    Quels liens unissent ces trois affaires ? C'est ce que cherche à découvrir Louis Berflaut, l'inspecteur de la P.J. Il part en chasse, avec l'aide de son ami le peintre Toulouse-Lautrec, qui a sans le savoir croisé la route du mystérieux assassin..."

  • Ardennes. 1659.
    Dans la petite paroisse déshéritée de Malzieu, la rumeur court que Mathias Vigneules lance des sorts aux hommes et aux bêtes. Le paysan aurait provoqué la possession diabolique d'une villageoise et empoisonné son mari à l'aide d'une poudre maléfique.
    Aussitôt informé des faits, le juge Bossuat, expert en démonologie et farouche adversaire des forces occultes, décide de conduire le procès du sorcier et de lui faire avouer ses crimes.
    Haines, jalousies, rancunes tenaces.... Dans le village, les esprits s'échauffent, les bouches se ferment ou se délient dangereusement.
    Seul l'avocat Melchior Percheval, esprit sceptique et éclairé, compte bien prouver l'innocence de Vigneules et faire toute la lumière sur les événements qui secouent cette misérable bourgade rongée par les rivalités et les superstitions.
    Qu'est-il arrivé à cette enfant dévorée par les loups ?
    Et à cette autre, noyée dans la rivière ?
    Pour Bossuat, le doute n'est plus possible : les sorciers sont partout. Et derrière eux, le diable.
    Les premiers bûchers s'allument. Pour Percheval, le plus difficile combat de sa vie commence...
    Thriller historique ensorcelant, drame psychologique effrayant, Maleficus livre une intrigue vertigineuse au coeur de la paysannerie du XVIIe siècle. Un roman fort, servi par une écriture authentique, qui dresse le tableau édifiant d'une justice gouvernée par le fanatisme religieux.
    Emma Locatelli partage son temps entre l'enseignement et l'écriture. Elle est l'auteur d'un premier roman historique, Le Scandaleux Héliogabale (Nouveau Monde éditions, 2006).

  • Troyes, Paris, Amsterdam, Anvers, Lyon...
    Au gré de ses souvenirs, Guillaume Pradel, libraire et cartographe, nous fait voyager de ville en ville, au temps des guerres de religion. Retraçant la vie de son père et celle de son grand-père, libraires-typographes eux aussi, il évoque la haine réciproque des deux hommes, leur foi fanatique, l'un catholique, l'autre devenu protestant.
    Le milieu des imprimeurs est difficile, le travail est acharné, les rivalités sont grandes et l'on déplaît si vite au roi que le métier est dangereux. Pourtant, en ces temps obscurs ravagés par la peste noire et les haines religieuses, malgré une histoire et une enfance mouvementées, Guillaume choisira cette voie. Fasciné par les progrès des sciences et des techniques, ami de la raison humaniste et du savoir éclairé, il rencontre philosophes et astronomes de son époque, et le cours de sa vie en est bouleversé. En proie au doute, ballotté par des événements auxquels il tente de donner un sens, Guillaume cherche une raison au chaos du monde. Animé par une soif inextinguible de connaissance, il trouve dans son ami Jean des Sept-Écluses, marin et marchand à l'esprit aventurier, son alter ego. Ensemble, ils décident de partir pour le Nouveau Monde.
    Traduit de l'italien par Jacques Barbéri.
    Amineh Pakravan est née en 1946 en Iran. Après des études secondaires au lycée franco-iranien de Téhéran, elle effectue des recherches d'histoire sous la direction de Georges Duby, à Aix-en-Provence. Viticultrice, elle vit en Toscane.
    Le Libraire d'Amsterdam est son premier roman. Il a reçu le prix Molinello (2006), le prix Elio Vittorini (2006) et a été finaliste des prix Berto et Chianti (2006).

empty