Paradigme (réédition numérique FeniXX)

  • Qui sont les conseillers généraux de la Manche ? D'où viennent-ils ? Quelles sont leurs motivations, leurs préoccupations ? D'âge mûr, d'origine relativement modeste, d'extraction locale, de tempérament modéré, ils constituent un groupe homogène qui n'est pas toujours représentatif de la population électorale en raison notamment de l'inégalité du cadre cantonal. Le plus souvent ancrés dans leurs cantons, les conseillers généraux de la Manche jouent un rôle d'intermédiaire entre les citoyens et l'administration. Quelques-uns d'entre eux tirent parti de leur position cantonale pour entreprendre ou poursuivre une carrière politique. Trois d'entre eux accèdent à la présidence du conseil général. Maître Léon Jozeau-Marigné l'exerce depuis 1968. L'étude, menée de 1945 à nos jours, permet d'affirmer que les changements ne sont pas aussi négligeables qu'on le croit habituellement. Les professions agricoles déclinent au profit des professions libérales. Les élections cantonales et les débats au sein de l'Assemblée départementale se politisent. Les responsabilités des conseillers généraux se multiplient et les tâches s'alourdissent. Ces constatations sont le résultat d'une double démarche. D'abord, une quarantaine de conseillers généraux ont bien voulu remplir un épais questionnaire ; l'exploitation qualitative des réponses constitue la richesse originale de cet ouvrage. En outre, une analyse quantitative, portant sur tous les conseillers généraux élus dans la Manche depuis 1945, complète ce travail.

  • Le président Léon Jozeau-Marigné est le premier, le plus puissant, le plus titré, le plus sollicité, le plus présent de tous les notables de la Manche. Il est, sans aucun doute, le plus grand que la Manche ait connu depuis que le suffrage universel existe. Né le 21 juillet 1909 à Angers, Léon Jozeau-Marigné fait de brillantes études de droit jusqu'au doctorat. Renonçant au métier d'avocat, il choisit celui d'avoué et s'établit à Avranches en 1935 « pour ne pas faire de politique », Nommé conseiller municipal et maire-adjoint d'Avranches en 1941, élu sénateur indépendant en novembre 1948, il entre au conseil général de la Manche en octobre 1951. Il devient maire d'Avranches en mai 1953 et président du conseil général en octobre 1968. Régulièrement et brillamment reconduit dans ses fonctions de maire, de président du conseil général et de sénateur, Léon Jozeau-Marigné y ajoute notamment celles de vice-président du sénat, de président de la commission des lois du sénat et de président du conseil régional de Basse-Normandie. En mars 1983, il atteint les sommets de l'État en entrant au conseil constitutionnel ; ce qui l'amène à quitter le sénat, le conseil régional et la mairie. Une intelligence supérieure, une mémoire prodigieuse, un discours séduisant, une condition physique étonnante, des déplacements incessants, une longue et grande expérience du pouvoir départemental, un solide réseau de conseillers généraux et de maires fidèles et dévoués constituent les principales bases du « système Jozeau » qui se traduit par une parfaite connaissance des dossiers, un contact chaleureux, presque familier, avec la population et ses élus, des discours bien adaptés à l'auditoire, des dizaines, des centaines, des milliers d'inaugurations, de décorations, de banquets, d'interventions. Le bon fonctionnement de ce système est le résultat d'un minutieux « ciblage » et d'un savant « dosage ». Que de savoir-faire ! Ce système de pouvoir pyramidal, - dominé par un homme et basé sur la démocratie électorale, s'impose à tous.

empty